Réponses culturelles aux changements rapides de la nature

Nous vous invitons à réagir à l’article de Thomas Heyd de l’Université de Victoria qui signe dans nos pages un article de réflexion sur l’approche à prendre pour répondre aux changements rapides de la nature.

Selon Tomas Heyd, chercheur reconnu sur les questions de l’ordre éthique et philosophique des changement environnementaux et leurs conséquences, au vu du changement climatique auquel nos sociétés devront faire face dans un futur proche, les questions relatives à la vulnérabilité et à la résilience sont devenues d’une importance capitale. Jusqu’à présent les efforts pour fortifier la résilience ont été centrés au niveau des réformes des infrastructures matérielles et sociales. Des idées sur l’amélioration des structures physiques, comme des protections contre les inondations par les fleuves à grande crue et contre la mer en cas de fortes tempêtes, sont en train d’être développées. Également en cours sont des réflexions sur les changements des structures sociales nécessaires pour faire face aux effets sociaux, tels qu’une importance accrue des migrations provoquées par des événements catastrophiques comme les grandes sécheresses, symptomatiques dans certaines régions des changements climatiques. Il est clair qu’il est essentiel de commencer à planifier des changements conséquents dans les divers secteurs de la société comme la santé publique, l’économie, les finances, les assurances, etc. Il reste, néanmoins, à considérer une perspective plus générale sur l’adaptation aux évènements naturels catastrophiques qui va au-delà des approches qui se limitent aux réformes des infrastructures matérielles et sociales concernées.

Dans cette présentation, il s’agit d’aborder une perspective différente de la vision commune dans nos sociétés. Dans les sociétés dites occidentales normalement toutes les initiatives de prévention visent à réformer les structures existantes dans un cadre culturel « moderne », qui considère les phénomènes naturels ou bien comme des simples ressources ou bien comme des obstacles pour le bonheur humain. Jusqu’à ce jour au moins, la question du rôle des facteurs culturels face à la vulnérabilité en relation au changement climatique reste assez peu abordée. En particulier, il faudrait clarifier la manière selon laquelle les croyances, les valeurs, les pratiques et les habitudes, ainsi que les techniques et les éléments matériaux des cultures, sont en interaction avec les comportements des individus et des groupes sociaux qui affrontent les défis posés par les effets du changement climatique. Il est proposé ici que l’éclaircissement des facteurs culturels qui contribuent à la vulnérabilité et à la résilience des sociétés pourrait nous fournir des perspectives très significatives pour consolider la capacité des populations à faire face aux difficultés prévisibles sous l’effet du changement climatique.

Les changements climatiques et les perturbations sévères du climat qui provoquent des vents très forts, des inondations, des sécheresses, etc., ne sont pas un phénomène nouveau dans l’expérience humaine. Il y a de plus en plus d’études sur les réponses humaines, en divers endroits de la planète en périodes historiques et préhistoriques, aux effets des changements et aux variabilités extrêmes du climat. Dans le cadre de cette présentation, nécessairement limitée, sont apportées quelques réflexions sur un modèle de réponse particulière aux évènements naturels avec des effets potentiellement catastrophiques, prenant par exemple quelques perspectives culturelles des quelques peuples indigènes du nord-ouest de l’Amérique du Nord.

Les anthropologues ont déterminé que les activités de ces peuples, en relation aux phénomènes naturels, étaient guidées par certains principes de respect et de responsabilité que généralement sont ignorées dans nos sociétés modernes. Selon ces principes, on devrait donner une place à eux aux phénomènes naturels qui peuvent affecter drastiquement les activités humaines. Même si, au premier abord leurs conceptions peuvent sembler un peu naïves, on soutient que, en pratique, cette sorte de perspective alternative peut mener à des politiques utiles, capables de consolider la résilience des populations confrontées aux évènements naturels problématiques pour les humains. En résumé, on propose que la réflexion sur la dimension culturelle des réponses aux phénomènes naturels puisse nous donner une nouvelle perspective, avec des répercussions pratiques importantes pour nos sociétés modernes occidentales.

Pour lire l’ensemble du texte avant de réagir, cliquez ici >>

Nous vous invitons à commenter le texte de ci-dessous.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *