Le paysage comme ressource

Steve Dery, Professeur agrégé au Département de géographie de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique à l’Université Laval signe dans la section « Débats et Perspectives » de la revue un texte de réflexion sur le paysage-ressource.

Pour celui-ci, partout sur la planète, le capitalisme est à la recherche de nouvelles ressources à exploiter pour nourrir une croissance économique dont il est de plus en plus évident qu’elle ne pourra se poursuivre indéfiniment. Dans plusieurs pays pauvres d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie, mais aussi en Europe et en Amérique du Nord dans les régions à la recherche d’un projet d’amélioration des conditions de vie, le tourisme apparait souvent comme une panacée, le remède à tous les maux. Cette mise en tourisme signifie qu’il faut « vendre » un produit que les touristes achèteront. Il peut s’agir de services, d’artisanat, mais il s’agit souvent de paysages. Domont (2001)  rapporte d’ailleurs des travaux récents qui montrent que les paysages (landscapes) influencent les migrations. De ce constat se pose les questions : que vend-on au juste quand on vend un paysage? comment celui-ci devient-il une ressource? Comment est-il consommé? Et quels sont les enjeux et les conséquences pour les populations locales?

La réflexion qu’il développe dans le cadre de son texte, l’amène à considérer que:

  • le paysage-ressource doit s’analyser et se comprendre par une approche systémique multiscalaire, la seule qui permette d’intégrer dans une même analyse toute la complexité des variations dans l’appréhension d’un paysage donné.
  • si le paysage est une ressource, il peut donc être consommé.
  • La consommation du paysage met en relief le caractère fragile du paysage comme ressource, qu’il soit géré par les populations locales ou accaparé par des intérêts extérieurs qui le vendent à leur profit.

Pour lire l’ensemble du texte avant de réagir, cliquez ici >>

Nous vous invitons à commenter le texte de ci-dessous.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Sans vouloir jouer les prophètes, j’avais déjà fait une analyse similaire il y a quelques années :
    « Les ambiguïtés d’une intervention publique dans la préservation des paysages : retour sur les labels « Paysages de reconquête » »,
    article paru dans Natures Sciences Sociétés, vol. 6, n° 3, juillet-septembre 1998.
    http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1240130702800711
    Téléchargeable sur mon blog : http://yannickrumpala.files.wordpress.com/2008/11/rumpala-labels-paysages.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *