Member Login
Lost your password?

Les aspects de justice climatique ne pourront pas être laissés de côté lors des négociations de l’après-Kyoto

26 novembre 2012
Par

La 18e conférence des Nations unies sur le changement climatique vient de s’ouvrir, au Qatar, pour préparer un accord prévu en 2015.  Celle-ci s’annonce cruciale pour la prolongation du protocole, adoptée en 1997 et dont la première période s’achève le 31 décembre. Cette prolongation occupera une grande partie des discussions à Doha. À la suite des conférences sur le climat de Copenhague et Durban, la politique climatique mondiale se trouve à la croisée des chemins. D’un côté, le renouvellement du protocole de Kyoto après la fin de la première période d’engagement en 2012 est incertain. De l’autre côté, un nouveau traité climatique rassemblant l’ensemble des États du monde doit être négocié d’ici 2015 pour entrer en vigueur en 2020. Cette conférence s’ouvre aussi dans un contexte où la concentration de CO2 dans l’atmosphère a atteint 390 parties par million (ppm) en 2011, selon les chiffres de l’Organisation météorologique mondiale.

Dans la cadre de l’ouverture de cette conférence mondiale, [VertigO] publie, dans sa section “Débats et Perspectives”, un texte de réflexion sur la répartition des cibles entre les différents groupes de pays – pays industrialisés, pays en voie de développement, pays en transition. Une répartition qui relève selon S. Weissenberger, professeur associé à l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal, de considérations éthiques, pragmatiques et politiques. :Selon celui-ci «Ultimement, tous les pays devront être prêts à des compromis, si l’objectif de stabilisation du climat énoncé à Copenhague doit être respecté. Cependant, les aspects de justice climatique ne pourront pas être laissés de côté» lors des négociations.

Il est possible de lire l’article à http://vertigo.revues.org/13072

Nous avons publié précédemment un texte s’intitulant “La problématique des « droits sur le carbone » dans REDD+” dont les propos sont aussi d’actualité dans le cadre des négociations qui viennent de s’ouvrir au COP18 à Doha (Qatar).

Vous pouvez réagir aux hypothèses et propos de l’auteur ci-dessous

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Etiquettes: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Dernières publicatons



Carnets de recherche