Member Login
Lost your password?

À quoi servent les Conférences et les Réunions des Parties (COP/MOP) ?

3 décembre 2012
Par

Dans un article qui vient d'être publié dans la section Débats et Perspectives de [VertigO], Moïse Tsayem Demaze, maître de conférences en géographie à l'Université du Maine, fait état de la difficile construction de la gouvernance internationale de la lutte contre les changements climatiques. En effet, celle-ci s’est progressivement et péniblement élaborée au cours des négociations internationales menées chaque année dans les Conférences des Parties (COP). Faisant état de l'historique des rencontres, l'auteur montre que devenus des rendez-vous planétaires, ces COP et MOP (Meetings of Parties), malgré leur multiplicité et leur fréquence régulière, donnent l’impression d’être inefficaces, peinant à déboucher sur des mesures dont l’application par les États serait capable de résoudre le problème du changement climatique.

Pour lui, si en près de 20 ans le Protocole de Kyoto s’avère être le seul instrument ayant permis, dans un cadre international d’amener des États, à réduire leurs émissions des gaz à effet de serre (ce que certains mettront en doute puisque S. Weissenberger dans un autre article démontre justement que seul l'Europe a fait de réelle réduction), l’ampleur de la tâche à faire est immense, compte tenu des difficultés d’obtenir par consensus des traités internationaux ambitieux qui tiennent compte des intérêts des États.  Sans reprendre la formule « trop de sommets tuent les sommets », on peut penser selon cet auteur que les COP, qui dépendent de la Convention, vont continuer, avec ou sans les MOP, de jouer le rôle d’arène pour essayer de structurer davantage et de renforcer la gouvernance internationale de la lutte contre les changements climatiques.

Dans tous cela, il serait possible aussi d'y discuter des Groupes de travail scientifiques de la Convention cadre sur les changements climatiques, dont le NGGIP (National Greenhouse Gases Inventory Programm), auquel j'ai participé pendant plus de 6 ans.  De tels groupes, même identifiés "scientifiques", participent à la grande valse diplomatique entourant les négociations planétaires autour des changements climatiques.  Puisque ceux-ci rendent des comptes à chaque Conférence des Parties, nous avons trop souvent tendance à oublier leur importance dans ce portrait politique.  Je dis bien politique car des négociations de toute sorte s'y passent.

Il est possible de lire l’article à http://vertigo.revues.org/13095

Nous avons publié précédemment deux texte s'intitulant Kyoto, Doha et après : enjeux autour des négociations de l’après-Kyoto et  "La problématique des « droits sur le carbone » dans REDD+" dont les propos sont aussi d'actualité dans le cadre des négociations qui se tiennent au COP18 à Doha (Qatar).

Vous pouvez réagir aux hypothèses et propos de l'auteur ci-dessous


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Etiquettes: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Dernières publicatons



Carnets de recherche