Formation en sciences de l’environnement : comment développer une interdisciplinarité pédagogique ?

L’interdisciplinarité de proximité ou étendue est maintenant fortement répandue en recherche. Mais comment transférer le développement de cette interdisciplinarité en recherche vers une interdisciplinarité pédagogique? Autrement dit, comment offrir des formations et de cours interdisciplinaire en évitant une interdisciplinarité, que j’appellerais de « façade ». Une interdisciplinarité qui offre uniquement un programme de cours disciplinaires dont le cumul crée une diversité relative dans l’offre. Nonobstant les structures institutionnelles des universités, très souvent basées sur les disciplines, c’est le développement d’une réflexion à cet égard que je tenterai de mener dans cette série de billets. Série qui contiendra un nombre inconnu de billets. Selon le développement que j’y donnerai, selon vos réactions, je me laisserai porter par la vague. Après une série de 3 billets sur l’édition scientifique dans le contexte de l’interdisciplinarité (Edition électronique : [VertigO] 10 ans d’expérimentations et de réflexion; Une expérience d’édition scientifique numérique : [VertigO]Editer pour les sciences de l’environnement – Éditer l’interdisciplinarité), en voici sur une réflexion sur la formation. Je prends prétexte du Hors-série Éducation et développement durable dans les universités et les cégeps : une nécessaire intégration afin d’avancer dans la rédaction de ce billet en gestation depuis plusieurs mois, en fait depuis 2011. Les tâches d’éditeur, de chercheur, d’enseignant et de militant laissent malheureusement peu de temps pour poser par écrit des réflexions qui habitent.

Posons déjà une première base à notre réflexion : l’ouverture est essentielle aux sciences de l’environnement car ce champ scientifique en structuration emprunte ses concepts de bases à d’autres sciences. Les sciences de l’environnement sont plurielles en s’inspirant méthodologiquement et conceptuellement dans la multitude des sciences existantes. Elles rassemblent en cela à la géographie qui regroupe, elle aussi, de nombreuses sciences sous une même approche. En outre, son ouverture et évolution permanente en fait une démarche stimulante, questionnant les silos disciplinaires mis en place dans les universités et obligeant une « redéfinition » de leurs frontières. Rappelons que l’interdisciplinarité est le coeur essentiel pour l’existence des sciences de l’environnement. Ainsi une formation interdisciplinaire dans le cadre d’un cours peut difficilement faire l’économie d’un enseignement en équipe (team teaching), ou tout du moins d’un enseignant avec une formation ou expérience interdisciplinaire. Dans cette deuxième perspective, la tâche est exigeante en demandant une large culture générale et une humilité face à l’ensemble des savoirs à mobiliser.

Mais trêve de discours, posons la question : comment intégrer l’interdisciplinarité dans la formation en sciences de l’environnement ? Voici mes réflexions et un partage d’expériences.

Modélisation, recherche et pédagogie

Dans le cadre du texte introductif de l’ouvrage s’intitulant La modélisation de l’environnement : entre nature et société (Éditions Quae), Marcel Jollivet fait état de l’interdisciplinarité comme une démarche de recherche. Il relève, fort à propos, que « la réflexion méthodologique est nécessaire à une confrontation claire des disciplines des sciences de la nature, d’une part, et des sciences de l‘homme et de la société, d’autre part ». Selon lui, « au-delà de son intérêt pour faire progresser en rigueur la démarche interdisciplinaire élargie, des travaux de ce genre [les recherches interdisciplinaires] ne peuvent manquer d’avoir une portée générale. Ils sont en effet indispensables pour sortir de leurs ornières les réflexions actuelles sur les réformes de l’appareil de recherche, sur la science et sur ses rapports avec la société ». En allant plus loin, il souligne que la démarche interdisciplinaire apporte une réflexion du rapport entre la recherche et l’action. Il va s’en dire que la démarche interdisciplinaire de la recherche devrait obliger la transgression des frontières de la connaissance qui ont créé au cours des dernières décennies des silos isolés les uns des autres. Une évolution qui de temps en temps a tenté quelques tentatives d’ouverture, mais ayant généralement générées rapidement de nouveaux isolats. Nous pouvons, à l’heure actuelle, penser à la biochimie et aux sciences de la terre.

Marcel Jollivet s’interroge depuis de nombreuses années à ces questions qui constituent, selon ses termes, une opportunité majeure de renouvellement. Selon lui, « la modélisation a une place de choix à occuper ». Si l’ouvrage aborde avant tout la recherche scientifique, la réflexion développée dans celui-ci est aussi pertinente pour la formation universitaire et dans la diffusion de la connaissance scientifique, l’un de mes dadas scientifiques.

La modélisation est certainement une avenue (un outil) pour une formation interdisciplinaire. Je laisserai des collègues utilisant cette approche expliquer ses avantages et contraintes dans le cadre de la formation universitaire en sciences de l’environnement. De plus, les différents textes de l’ouvrage collectif mentionné ci-dessus donnent un très bon aperçu du potentiel pédagogique de cet outil. Un autre ouvrage francophone pouvant être consulté sur ce thème est celui de Laurent Mermet (dir.) s’intitulant « Étudier des écologies futures : un chantier ouvert pour les recherches prospectives environnementales » (Editions P.I.E.- Peter Lang). À titre d’exemple, le cours Dynamique des systèmes, offert au doctorat en sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal, porte en grande partie sur l’utilisation des modèles pour la formation à l’interdisciplinarité.

Par ailleurs, deux autres outils pédagogiques porteurs pour la formation interdisciplinaire de futurs chercheurs, intervenants et professionnels en sciences de l’environnement sont les études de cas et les « cours de terrain ». Dans les prochains billets de cette série, j’écrirai, sur ses deux outils se jumelant à des approches pédagogiques spécifiques. Pour ce faire, je me baserai sur des réflexions personnelles effectuées depuis plus dix ans dans le cadre de la conception et de la mise à jour de 2 cours.

Premièrement, en ce qui concerne l’approche pédagogique par l’utilisation de « cours terrain », le cours Développement et environnement dans les zones frontières offert aux doctorats en sciences de l’environnement à l’UQAM est certainement une illustration type. Ce cours se donne en alternance en Amazonie (UQAMazone) et dans le Moyen-Nord québécois (UQAM/Nord). Ce cours de 15 jours intensifs (environ 10 heures de formation par jour) se donne depuis 1996 pour UQAMazone et depuis 2001 pour UQAM/Nord. Dans le cadre des billets, j’aborderai uniquement le cours UQAM/Nord que j’ai enseigné conjointement avec Robert Davidson, chercheur au Biodôme de Montréal et professeur associé à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM, avec la participation de Nadjat Bhiry de l’Université Laval et Nicolas Milot de l’ISE-UQAM.

Deuxièmement, en ce qui concerne l’approche pédagogique par l’utilisation d’étude de cas, elle a été utilisée dans le cadre de l’École d’été sur l’agriculture urbaine (un objet d’étude éminemment interdisciplinaire – voir l’article Urban agriculture: multi-dimensional tools for social development in poor neighbourhoods publié dans le journal Field Actions Science Reports). Cette école, se donnant depuis 2009, utilise les « charettes de conception » comme noeud central pour la mobilisation des connaissances des étudiantes et étudiants. Cette activité de formation, regroupant plus de 120 participants de nombreux horizons disciplinaires (travail social, urbanisme, biologie et écologie, sciences de l’environnement, architecture, sociologie, etc.) et sectoriels (université, secteur privé, secteur public,..) est accompagnée depuis 2010 d’un cours de formation de niveau maîtrise.

L‘objectif de cette série de textes est de partager l’expérience acquise lors de la création et mise en œuvre de ces 2 formations interdisciplinaires. Il aussi d’en expliquer la structure et la réflexion pédagogique afin de susciter une discussion autour de la formation en sciences de l’environnement.

Mes réflexions rejoignent celle des différents auteurs du Hors-série 13 de [VertigO], soit l’identification de 3 éléments essentiels à la formation en sciences de l’environnement. Ceux-ci sont le développement par les étudiantes et étudiants d’une pensée systémique, la formation des étudiantes et étudiants au travail en équipes multidisciplinaires et la capacité pour ceux-ci de mobiliser les savoirs pour le passage à l’action. J’y rajouterais l’importance de passer d’un mode de pensée de la certitude à celui de l’incertitude, sans engendrer de facto une incapacité à prendre des décisions, mais plutôt de voir la prise de décision et la gouvernance comme un processus en spirale devant pouvoir revenir sur ses pas afin prendre d’autres voies si l’on constate que la première ne fut pas adéquate, souhaitable (Voir mon billet sur L’expert : une posture en évolution).

Prochain billet : Développement et environnement dans les zones frontières : le cas du Moyen-Nord québécois : une formation interdisciplinaire en sciences de l’environnement


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *