Member Login
Lost your password?

Un nouvel appel de [VertigO] : La résilience en action dans les territoires urbains

25 février 2013
Par

tsunami[VertigO] - La revue électronique en sciences de l’environnement prépare un nouveau dossier qui paraîtra en décembre 2013. Pour ce dossier, nous recherchons des analyses et des recherches sur le thème de la résilience urbaine.

Les changements environnementaux, combinés à la concentration des biens et des personnes en milieu urbain, laissent présager des événements dévastateurs pour les années à venir. Par exemple, les conséquences sur la fréquence et la sévérité des extrêmes climatiques se traduiront directement par des sécheresses plus intenses en alternance avec des précipitations plus fortes (Lamarre 2008). Au niveau mondial, le coût économique du risque d’inondation devrait atteindre la valeur de 100 Milliards d’Euros par an à la fin du siècle (EEA 2008). Environ 75% de ces dommages se réaliseront en milieu urbain (COST22 2008). L'ouragan Sandy qui a déferlé sur la côte Est Américaine, a produit d’importants dommages dans de nombreuses villes côtières, à l’instar de New York. Indirectement, ces changements globaux produisent un ensemble de risques sanitaires, de perturbations du fonctionnement urbain (dans la production et la consommation d’énergie, d’eau, d’approvisionnement, etc.) et de déséquilibres écologiques. En outre, les ilots de chaleurs urbains, l’imperméabilisation des sols provoquent des changements environnementaux locaux qui amplifient l’impact des évolutions climatiques globales. Les territoires urbains se trouvent ainsi soumis à des contraintes fortes qui mettent à l'épreuve la résilience des écosystèmes et des sociétés. Sans compter que les changements environnementaux impliquent également une incertitude toujours plus grande dans l’évaluation des risques. Ainsi, il devient nécessaire de développer de nouvelles stratégies de gestion des risques urbains pour anticiper des scénarios que les modèles probabilistes jugent actuellement comme extrêmes ou rares (Zevenbergen et al. 2011).

Si la notion de vulnérabilité constituait dans un passé très récent le paradigme dominant pour caractériser les risques, depuis quelques années, la résilience apparait comme un concept porteur d’attente. La résilience devient centrale pour la gestion des risques dans les pays Anglo-Saxons (Vale and Campanella 2005). Ce terme n’est cependant pas récent, à l’origine il fait référence à une propriété physique : « la capacité pour un matériau à retrouver son état initial à la suite d’un choc ou d’une pression continue ». Toujours dans le domaine de la physique, un système est résilient« s’il perdure malgré les chocs et perturbations en provenance du milieu interne et/ou de l’environnement externe ». En psychologie, Boris Cyrulnik définit la résilience comme un « traumatisme maximum que peut subir un individu avant de se reconstruire ». Dans le domaine de l’écologie, la question majeure à laquelle il fallait répondre pendant les années 70 et 80 était de définir la durabilité ou la persistance d’un écosystème complexe. C’est dans ce cadre qu’en 1973, Holling a introduit le concept de « systèmes résilients ». Cet auteur définit la résilience comme « l’importance d’une perturbation qu’un écosystème peut encaisser sans changer de structure ». En géographie le concept de résilience fait également référence à la notion de durée de retour(Dauphiné and Provitolo 2004). Enfin, dans le domaine de l’économie (Paquet 1999) parle de « la capacité intrinsèque des entreprises, des organisations et des communautés à retrouver un état d’équilibre » : la résilience serait-elle la principale clé de la durabilité ? Au-delà de ces approches centrées sur la perturbation et sur les moyens d’y faire face, la résilience par l'allongement des horizons et la flexibilité qu'elle permet, se fonde également sur la notion d’adaptation. L’adaptation de la ville face aux risques se place alors dans une vision proactive, globale, intégrée et systémique qui touche les structures urbaines, les comportements, les pratiques…

Si de nombreuses réflexions, des études, des écrits et séminaires croisent actuellement ces travaux pour en exposer l’intérêt, la grande majorité des recherches restent théoriques ou lexicographiques. Ces recherches se focalisent sur l’étymologie du terme, traitent de la pluralité des définitions, analysent la genèse du concept, le changement de paradigme… Actuellement l’intérêt de la notion paraît évident alors que les actions d’évaluation ou de mise en œuvre du concept restent très rares. Ce dossier de [VertigO] a pour objectif de participer à la mise en action de la résilience en publiant les travaux qui explorent et exploitent le concept de résilience dans une approche appliquée, prospective qui intègre les facteurs de développement urbain et de dynamiques climatiques extrêmes. Il s’agit ainsi de dépasser l’analyse du concept polysémique pour questionner sa mise en œuvre opérationnelle dans le domaine de l’environnement, de l’urbanisme, du génie urbain, de l’architecture, en lien avec le fonctionnement et l’organisation des territoires urbains.

Pour en savoir plus : http://vertigo.revues.org/13232


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Etiquettes: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Dernières publicatons