Migrants et réfugiés climatiques : changement de cap pour le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat ?

climate-refugees-bangladesh-thumbLe premier volet du 5e rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) qui vient d’être rendu public n’a pas réservé de grande surprise. 3 rapports consécutifs sur 15 ans le disent sur différents tons, le thermomètre de la planète grimpe et cela aura des impacts dans de nombreuses zones du globe. Si une réduction drastique est un objectif à poursuivre, on sait déjà que les populations et sociétés devront s’adapter par divers moyens. Il est sûrement le temps d’examiner attentivement les actions à entreprendre et prendre un virage dans la recherche et l’intervention. Si nous connaissons bien les impacts, sommes dans la possibilité de modéliser le climat de manière fine nous sommes assez dépourvu devant des phénomènes sociaux importants comme les migrants et les réfugiés environnementaux[1].

Dans un article qui vient de publier Serge Dufoulon, de l’Université Pierre Mendes (Grenoble II, France) dans la section « Débats et Perspectives » de [VertigO], celui-ci va justement dans cette direction. Avec son article Colères des temps et réfugiés climatiques : pour une approche sociologique, Serge Dufoulon met de l’avant le fait qu’il « faudrait [..]repenser les changements climatiques et la question des réfugiés à l’aune de sciences sociales fortes de leur héritage intellectuel davantage qu’à la portion congrue des spécialisations des héritiers se présentant en experts ? Dès lors que se pose la question des réfugiés climatiques, un chapelet de concepts appartenant à différentes disciplines (géographie, anthropologie, sociologie, sciences politiques, économie, etc.) s’égrène comme une litanie qui ne trouve son issue que dans l’action publique elle-même prisonnière des impératifs économiques et des critères budgétaires. Les réflexions actuelles concernant l’environnement, le climat, les risques pour les humains et les non humains ne sont pas qu’affaire d’expert, mais bien affaire de démocratie et de civisme, la recherche de droits et de biens communs ». Celui-ci se demande en quoi ce distingue cette population de migrants des autres catégories de migrants ? Pourquoi les États ne souhaitent-ils pas leur accorder le statut de réfugiés ? En tentant de répondre à ces questions il apparaît évident d’interroger la manière dont les experts de la sociologie approchent plus largement le domaine de l’environnement. Dans un tel cadre l’analyse de la complexité des migrations nationales et internationales et les impacts qu’elles auront sur les sociétés d’accueil, tant au niveau sociopolitique et environnemental, n’apporterait-il un regard d’espoir à ses populations.  Ne serait-i pas de remettre le regard de l’expert vers l’essentiel et de mieux comprendre les flux migratoires de certains pays et surtout une plus grande ouverture des pays occidentaux aux populations touchées. Déjà en décembre 2011 dans l’article « Migration et changement climatique en Amérique Latine : Quels enjeux », paru à [VertigO] les auteurs Kaenzig Raoul et Piguet Étienne se questionnaient sur cette question et mettaient en évidence les principaux enjeux migratoires liés au changement climatique.

En d’autres termes, une justice environnementale serait-elle envisageable d’assurer la protection des droits de tout individu à un environnement sain, ainsi que de la codifier dans les grandes conventions internationales ? La dégradation de l’environnement et les catastrophes environnementales, obligeant de facto certaines populations à se trouver une terre d’accueil est contraire au principe de droit international. Surtout à une époque où les gouvernements occidentaux sont de plus en plus strictes en terme d’accueil de réfugiés. Il apparaît donc que le sort des réfugiés écologiques et la protection de leurs droits fondamentaux doivent passer par la responsabilisation de tous les États de la planète face aux changements climatiques, source première des déplacements à venir de millions de personnes. Il semble que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat devrait recevoir un mandat pour documenter cette question.  Depuis sa création, en mettant l’emphase sur les recherches climatiques, cette instance a permis une meilleure compréhension du climat et de son évolution. Il a aussi permis aux organisations gouvernementales et non- gouvernementales d’avoir des informations pertinentes afin d’orienter les politiques publiques. Sa capacité structurelle pourrait être mise à profit à la recherche de droits et de biens communs, tel que proposé par Serge Dufoulon dans son article, mais cela demanderait un changement paradigmatique de l’instance et de son fonctionnement.

Pour sa part, Vanessa Cournoyer-Cyr conclut, dans le cadre de sa maitrise s’intitulant Migrations environnementales et stratégies d’adaptation: vers une intégration viable, « qu’en l’absence d’une définition claire du phénomène des migrations environnementales, toute étude portant sur le sujet risque de se buter à d’importantes difficultés. Ainsi, il est recommandé d’établir d’abord et avant tout un consensus sur la terminologie et la définition qui l’accompagne, de façon à permettre l’élaboration d’un statut juridique clair. De plus, il est suggéré de favoriser les migrations volontaires tout en réduisant les migrations forcées, ce qui permettrait d’optimiser les bénéfices entourant les migrations environnementales. Afin d’accroître la portée des stratégies d’adaptation aux migrations, le recours à une action concertée aux niveaux international, national et régional est finalement encouragé. »

Un tel discours nous amène aux questions d’inégalités, de droits des personnes et de l’altruité. Pour Marianene Chaumel et Stéphane La Branche, « la notion d’inégalités écologiques suscite, du fait de sa jeunesse et de la complexité des phénomènes qu’elle englobe, des interrogations ». Toutefois au « niveau méthodologique, [Elle] permet de mieux comprendre les inégalités des groupes face à la nature et celles de ces groupes face à d’autres groupes. Ce n’est qu’ensuite que les interactions entre les deux, et donc que l’inégalité écologique dans son sens profond peut être comprise, en ce qu’elle joue un rôle majeur dans la capacité des acteurs à s’adapter ou non aux crises et aux changements environnementaux. »[2]

En ce qui concerne l’altruité, je ne peux que suggérer de l’excellent texte de Philippe Kourilsky, Professeur au Collège de France, pour qui ce concept en est un philosophique et pratique dans la lutte contre la pauvreté. Dans son plaidoyer « L’altruité : clé de la lutte contre la pauvreté » il avance que « le devoir individuel d’altruité est la contrepartie nécessaire du droit aux libertés individuelles. Il est, par nature, distinct (mais complémentaire) de la générosité, et étranger à l’attente de don réciproque (même s’il ne l’exclut pas). L’idée d’altruité est fondatrice d’une théorie de la responsabilité individuelle et d’une théorie de la justice qui fournissent un cadre conceptuel à la lutte contre la pauvreté. Parce qu’elle prend sens que si elle est mise en œuvre avec une méthode définie, elle offre également un cadre à l’action. »

Voilà ce qui serait tout un changement de programme pour le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat qui devrait réfléchir à la meilleure manière possible de rester pertinent dans le cadre de l’enjeu climatique et des grandes conventions internationales sur l’environnement. On pourrait se satisfaire du groupe de travail 2 sur « Impacts, adaptation et vulnérabilité », mais même ce groupe de travail est fortement climato-centré sur la modélisation….laissant peu de place aux questions soulevées dans ce billet.

Nous vous invitons à réagir à ce billet ou aux articles mentionnés dans celui-ci, en mettant un ou des commentaires ci-dessous.

Au cours des 14 années d’existence de [VertigO], l’équipe de rédaction de la revue a pu suivre l’évolution des recherches sur les changements climatiques. On pourrait dire que la revue a évolué avec cet enjeu environnemental contemporain puisque le premier dossier thématique de la revue, publié en septembre 2000, concernait justement les changements climatiques. En 2000, on y parlait de réduction, d’évaluation des émissions et des impacts, tandis que les derniers articles scientifiques publiés par la revue empruntaient le concept de l’adaptation aux changements environnementaux. Pour consulter la liste des 57 articles publiés par la revue sur le thème des changements climatiques : http://vertigo.hypotheses.org/1411

 


[1] Utilisé pour la première fois dans un rapport du programme des Nations-Unies pour l’environnement en 1985, le terme « réfugié climatique » désigne toute personne ayant été contrainte au déplacement, tant pour cause de catastrophes naturelles que de dégâts d’origine humaine. Sans pour autant lui assurer une protection juridique adéquate.

[2] Marianne Chaumel et Stephane La Branche , « Inégalités écologiques : vers quelle définition ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/1 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 01 octobre 2013. URL : http://eps.revues.org/2418 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *