Agir mais ne rien changer ? De l’utilisation des expériences pilotes en gestion de l’environnement

L’une des approches les plus répandues de l’action environnementale consiste à concevoir et à mettre en œuvre des expériences pilotes destinées à tester de nouvelles pratiques, de nouveaux modes d’organisation. Ces innovations techniques ou sociopolitiques ont ensuite vocation à « faire tache d’huile ». Pourtant, la façon dont cette juxtaposition d’expériences est censée accoucher d’une transformation globale de nos modes de développement et de leur « contenu » environnemental demeure assez mystérieuse, voire largement mythifiée. Analysant l’approche pilote de l’action en tant que stratégie de changement, cet article se propose d’apporter un éclairage concis sur les enjeux fondamentaux du mécanisme de réplication qui en est l’hypothèse sous-jacente.

Pour lire l’ensemble du texte avant de réagir, cliquez ici >>

Nous vous invitons à commenter le texte de Raphaël Billé, ci-dessous


Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Fabrice Flipo dit :

    Cet article a le mérite de mettre le doigt sur un problème récurrent. 10 ans, 20 ans, 30 ans et même plus d’expériences diverses et pourtant pas de changement global. Alors que faire ?

    Déjà s’intéresser aux raisons invoquées par les acteurs eux-mêmes. Ainsi si Stern démontre qu’il y a un intérêt économique à lutter contre les changements climatiques, il ne donne pas les clés permettant de trancher les conflits à court terme qui existent entre les intérêts contradictoires -notamment économiques- existants.

    Ensuite d’intéresser aux pratiques qui marchent. Tout de même, en 3 millions d’années, l’espèce humaine a réussi à survivre à ses propres lubies, il doit bien y avoir des raisons. L’historien indien Ramachandra Guha fait ainsi la distinction entre les « ecosystem people », qui se déplacent peu et gèrent leurs ressources durablement, notamment par des systèmes complexes de propriété collective qui ont existé dans tous les pays, dans un rayon circonscrit, et les « omnivores », qui occupent le haut de la chaine alimentaire, mangent dans le monde entier et ne sentent pas directement les effets de la dégradation de la situation.

    Enfin s’intéresser à l’avis des acteurs. La dissonance cognitive est patente. D’un côté l’alarmisme climatique et de l’autre l’alarmisme économique qui prône à la relance. Entre les deux, rien, les décideurs ne semblent pas voir d’incohérence, alors que la corrélation entre modes de vie, mesuré par le PIB, et gaz à effet de serre n’a jamais été démentie. Les tabous sont un frein efficace à l’action collective, toute l’anthropologie montre cela.

  2. Johanne Dion dit :

    Je suis pleinement d’accord avec votre papier Agir mais ne rien changer. Suite à la révolte citoyenne à Richelieu contre une nouvelle porcherie de 5,800 bêtes, un projet pilote d’incorporation du lisier d’une soit-disant nouvelle méthode d’injection simultanée, majoritairement subventionné par l’État de toute façon, a été annoncé dans le journal local, il y a quelques années.

    http://monteregieweb.com/main+fr+01_300+La_ferme_NotreDame_devient_un_projet_pilote_en_matiere_dincorporation_des_lisiers.html?ArticleID=464014

    Pourtant, encore hier, des citernes pleines de purin, dégoulinant partout sur le Chemin des Patriotes à 100 Km/heure et empestant le voisinage, sont encore utilisées pour vider la fosse et se rendre aux champs.

    Des beaux projets pilotes pour réaménager les ruisseaux dans les terres agricoles sont aussi subventionnées avec l’argent du contribuable,

    http://www.cogeby.qc.ca/files/Riviere_Noire_bandes_riveraines_ori_0.pdf

    mais chaque réunion de notre MRC voit sur son ordre du jour un ou deux ruisseaux ou fossés en zone agricole qui ont besoin d’être « nettoyés » parce que talus s’est effondré. Une balade à la campagne laisse facilement voir que les bandes riveraines sont encore dénudées et très minces. Des endroits pas si à l’abri du regard que cela laissent voir des sillons de soc de charrue descendre jusqu’au fond de certains fossés.

    Au Québec, les projets pilotes en environnement, et surtout ceux qui regardent les pratiques agricoles, c’est de la poudre aux yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *