Politique scientifique du Québec : comment passer d’un concept aux enjeux environnementaux contemporains ?

PNRI_DDLe développement durable et l’environnement dans la Politique nationale de la recherche et de l’innovation du  Québec[1]

En tant que scientifique en sciences de l’environnement je ne peux que me réjouir de voir apparaître le développement durable comme l’un des trois axes prioritaires « susceptibles de fédérer les acteurs de la recherche et de l’innovation ». Les visés de cette politique de favoriser le « développement de projets de recherche construits à l’interface des grandes familles disciplinaires : sciences sociales et humaines, sciences naturelles et génie et sciences de la santé » est aussi une autre raison de se réjouir. Cette politique rejoint aussi dans certaines grandes lignes le Programme-cadre de recherche et développement technologique – Horizon 2020 de l’Union européenne qui attend des projets pour répondre aux grands défis économiques et sociaux comme le changement climatique, les évolutions démographiques et les énergies nouvelles.

Pourtant!

Si l’un des objectifs de cette politique est de renforcer la position du Québec dans le développement d’une véritable société du savoir, on peut douter que cela soit réellement le cas avec la seule mention des grands principes du concept de développement durable tel que fait dans cette politique.

Si effectivement « aborder les défis du développement durable impose des perspectives larges », comment sera t’il possible de mettre en oeuvre des réponses sociales visant à léguer aux générations futures un environnement de qualité ?

Si on peut n’être que d’accord sur une « redéfinition des relations entre l’humain, sa société et son environnement », comment pourrons-nous intégrer les changements environnementaux en cours tout en conservant ce qui devrait être un fondement de la société humaine, la solidarité ?

Ici on rêverait que la Politique nationale de la recherche et de l’innovation du Québec propose le développement de savoirs et de savoir-faires sur la transition sociale essentielle pour répondre à ses deux questionnements : transition sur notre façon d’aménager les villes et le territoire, transition sur l’habiter, transition dans le modèle économique assurant une prospérité pour tous, transition sur le système alimentaire, transition énergétique, etc..

Mais non!

On pourrait s’attendre à ce que la politique vise, comme proposé par le Programme-cadre de recherche et développement technologique – Horizon 2020 de l’Union européenne, la « Gestion durable de l’environnement et de ses ressources en développant les connaissances en matière d’interaction entre le climat, la biosphère, les écosystèmes et les activités humaines et par la mise au point de technologies, d’outils et de services nouveaux pour résoudre d’une manière intégrée les problèmes d’environnement mondiaux ». Avec un « accent […] mis sur la prévision des modifications du climat ainsi que des systèmes écologiques, terrestres et océaniques, sur les outils et les technologies de surveillance, de prévention, d’atténuation et d’adaptation des pressions et des risques environnementaux, notamment des risques pour la santé, ainsi que sur les outils et les technologies pour le caractère durable de l’environnement naturel et anthropique. » Une approche proposée par Émilien Pelletier professeur à l’Université du Québec à Rimouski dans son billet Développement durable : il faut aller beaucoup plus loin.

Encore non!

La Politique nationale de la recherche et de l’innovation du Québec propose pour y faire face, l’électrification des transports et le développement d’une indépendance aux hydrocarbures en favorisant l’ajout « du savoir et du savoir-faire dans l’ensemble de cette filière énergétique ». Pour citer Émilien Pelletier  « […] restreindre l’ensemble du volet Développement durable à l’électrification des transports et à la filière des hydrocarbures nous semble pour le moins réducteur ».  La politique proposée nous sert la beauté de la production hydroélectrique en passant sous silence ses impacts – tout de même présent – et les virages technologiques et sociaux que le Québec n’a pu prendre ou a pris tardivement, souvent à contre-coeur. La mise en oeuvre de programmes d’efficacité énergétique, le développement d’une filière éolienne (trop tardive) furent le résultat de batailles menées par de nombreux groupes environnementaux. L’omniprésence de la société d’État responsable de la production et distribution énergétique fut très souvent un vecteur de blocage.

Le rapport issu du Débat public sur l’énergie au Québec de 1996 recommandait déjà le développement des énergies nouvelles et la modification du développement urbain et de l’aménagement du territoire.

Défis sociétés : recherche interdisciplinaire

Cette politique veut aussi favoriser la recherche interdisciplinaire « par le développement de projets de recherche construits à l’interface des grandes familles disciplinaires : sciences sociales et humaines, sciences naturelles et génie et sciences de la santé » ». Elle prévoit même des enveloppes budgétaires non négligeables pour cela. Toutefois, hors des grands principes évoqués dans la politique, il manque encore de déterminer comment cela sera possible dans le cadre des structures universitaires actuelles, un questionnement crucial.

Durant les dernières années, les institutions universitaires se sont structurées en facultés disciplinaires rendant de ce fait plus difficile l’apparition de lieux favorisant l’émergence de projets de recherche, la formation et l’intervention réellement l’interface des grandes familles disciplinaires. Durant cette période l’interdisciplinarité de proximité  a nettement été favorisée par ces mêmes structures. Telle que l’interdisciplinarité de proximité devient l’Interdisciplinarité avec un grand « I » tandis que depuis des décennies les instances internationales, telle que le GIEC, se mettent un point d’honneur a tenter de créer, pas toujours avec succès (voir Mapping IPCC), une interdisciplinarité étendue.

Dans le même mouvement, cette politique veut favoriser « l’intégration des expertises et la consolidation de masses critiques de chercheurs dans certains domaines de pointe ».  Ce qui consolide l’interdisciplinarité de proximité et les structure en silo développé par les institutions de recherche et d’enseignement.

Un programme issu de la politique pourrait encourager la multidisciplinarité par des approches conjointes multi-thématiques de sujets de recherche, les appels conjoints étant une forme importante de coopération inter-thématique. Le programme International Geosphere-Biosphere  est certainement un exemple dans le domaine. Le Québec peut certainement identifier de tels sujets multi-thèmes socialement cruciaux.

Par contre, une telle politique devrait aussi favoriser la création d’instances de formation et de recherche inter-facultaire qui auraient le pouvoir de recrutement d’enseignants-chercheurs. De telles instances permettraient de reconnaître formellement les savoirs qui se font à ses interfaces, mais surtout d’appuyer les doctorants, les scientifiques, les enseignants-chercheurs et les professionnels qui font justement le choix d’y oeuvrer, dont plusieurs en sciences de l’environnement.


[1] Ce second billet fait suite à la publication par le gouvernement du Québec de sa Politique nationale de la recherche et de l’innovation. Il aborde le volet développement durable de cette politique. Dans le premier billet nous avions examiné comment cette politique  était un vecteur pour une diffusion scientifique du 21e siècle au Québec (Politique nationale de la recherche et de l’innovation du Québec : une politique pleine de perspectives pour les revues scientifiques).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *