Sommet sur le climat à Varsovie: séparation croissante entre la société et les gouvernements

Source : Climate Center

Le début de la conférence de Varsovie sur le climat était placé sous le signe du typhon Haiyan, un des plus importants à n’avoir jamais touché les Philippines. Cet événement tragique a conféré une valeur symbolique d’autant plus forte au geste du délégué philippin Naderev Saño, qui entama une grève de la faim pour protester contre l’immobilisme de la communauté internationale.

Peu d’attentes, peu de résultats

Pour le reste, peu d’attentes avaient été placées en cette COP-19 qui se situe encore à deux ans de l’élaboration prévue du nouvel accord climatique devant entrer en vigueur en 2020. Cependant, même comparée à ces attentes minimales, la déception était suffisante pour inciter 800 délégués et de nombreuses ONG à quitter le sommet à deux jours de son aboutissement.

Il faut dire que le choix de la Pologne comme hôte de la conférence, en vertu du principe de rotation qui plaçait la COP-19 en Europe de l’Est, n’était pas de bon augure pour le succès du sommet. En effet, depuis des années, la Pologne bloque systématiquement les efforts de l’Union européenne d’établir des politiques climatiques plus ambitieuses, opposant à plus d’une reprise son véto à l’adoption de documents allant dans ce sens. La Pologne produit plus de 75 % de son électricité avec du charbon, plus que dans n’importe quel pays en Europe et veut également se lancer dans le gaz de schiste, dont on y suppose des gisements importants.

Cette position s’est reflétée dans l’organisation de la COP-19, qui a été commanditée par des compagnies aériennes et automobiles ainsi que des aciéries et la compagnie nationale d’électricité, peu connues pour leur engagement climatique et qui s’est tenue en même temps que le sommet de l’association mondiale du charbon à Varsovie, ce qui a été très mal perçu par nombreux délégués. Et au milieu de la conférence, le premier ministre polonais Donald Tusk a limogé le ministre de l’Environnement et président de la conférence Marcin Korolec pour le remplacer par Maciej Grabowski, afin d’ « accélérer rapidement les opérations de gaz de schiste ». Marcin Korolec a quand même continué de présider la conférence.

Dès le début, l’attention était portée sur le recul qu’affichaient plusieurs pays par rapport à leurs engagements climatiques. L’Australie, sous Tony Abbott, a décidé de mettre la clé sous le paillasson de son marché du carbone et de saper le dispositif législatif et institutionnel mis en place par son prédécesseur. Le Japon, se remettant difficilement du tsunami de 2011 et de l’accident du réacteur de Fukushima, a revu à la baisse ses objectifs de réduction d’émissions pour 2020, ne promettant plus qu’une réduction de 3,8 % par rapport au niveau de 2005, ce qui équivaut à une augmentation de 3,1 % par rapport à l’année de base 1990. C’est d’ailleurs presque exactement la même cible que s’était fixée le Canada sous Stephen Harper.

Ce recul dans les cibles, accompagné d’une rhétorique comme celle de Tony Abbott, qualifiant le marché du carbone de « socialisme déguisé en environnementalisme », faisant ainsi écho au « complot socialiste » de Steven Harper, a amené certains observateurs à définir un nouveau groupe des « saboteurs du climat » pour remplacer le terme plus équivoque de « groupe du parapluie ». L’Inde et l’Arabie Saoudite se sont obtenus une place au sein de ce groupe en bloquant une initiative visant à renforcer le contrôle des gaz à effet de serre sous le protocole de Montréal. Cette initiative aurait pu éviter 2 Gt d’équivalent CO2 d’émissions sous forme d’hydrofluorocarbones d’ici 2020.

Aucun progrès mesurable n’a été réalisé dans des questions importantes en vue d’un nouvel accord climatique comme l’inclusion du principe de responsabilité historique ancré dans la CCNUCC, les conséquences en cas de non-respect des engagements et la question des pertes et dommages (qui ont quadruplé depuis les années 1980 selon les dernières statistiques de la Munich Re). Les discussions ont surtout mis en exergue le gouffre séparant les pays industrialisés des pays en voie de développement.

Le lendemain du dernier jour des négociations, les délégués se sont mis d’accord, in extremis comme d’habitude, sur un calendrier prévoyant que tous les pays – industrialisés et en développement – auront à présenter au premier trimestre 2015 des « contributions volontaires » (à défaut d’engagements) ainsi que sur un « mécanisme de Varsovie » pour les pertes et dommages, dont à peu près tout à part le nom reste à définir.

Seul développement encourageant, 100 millions de $ ont été ajoutés au fond d’adaptation au changement climatique par les pays de l’Union européenne. Également, dans le cadre du REDD+, un programme inaugural nommé BioCarbon Fund Initiative for Sustainable Forest Landscapes a été lancé grâce à un financement (recyclé, il est vrai) de la Norvège, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Et qu’en a-t-il été du Canada ?

Un commentaire du Huffington Post a qualifié le Canada de « Rob Ford » des négociations climatiques, en référence au controversé maire de Toronto. En effet, classé dernier parmi les pays industrialisés en matière de lutte contre les changements climatiques selon le Climate Action Network, le Canada a obtenu dès la troisième journée le « prix fossile de l’incrédulité » pour ses félicitations à l’Australie à l’occasion de son retrait du marché du carbone (la Montréal Climate Exchange ayant pour sa part cessé ses activités en 2011 après juste trois ans d’existence). À la conclusion de la conférence, le Canada a même eu droit au « prix Fossile du Non Accomplissement à vie » décerné par une coalition d’ONGs environnementales.

Le Canada était représenté par la ministre de l’Environnement Leona Aglukkaq, première ministre d’origine inuite, et qui avait récemment choqué les scientifiques et environnementalistes en affirmant que les populations d’ours polaires se portaient très bien, se fiant aux observations de son frère chasseur plutôt qu’au rapport sur la biodiversité du Conseil Arctique qui arrive à la conclusion inverse. De son côté, le ministre des Ressources naturelles Joe Oliver avait préféré se rendre au sommet canado-européen sur l’énergie à Londres pour s’opposer à une directive de l’Union européenne attribuant un bilan d’émission défavorable au pétrole issu des sables bitumineux. Fait remarquable, Leona Aglukkaq et Joe Oliver, à la tête des deux ministères responsables des changements climatiques au Canada, ont tous les deux déjà questionné la réalité des changements climatiques.

Quant à la députée Élisabeth May, chef du parti Vert du Canada, elle s’est finalement jointe à la délégation de l’Afghanistan, après s’être vu refuser l’accréditation auprès de la délégation canadienne…

Épilogue

L’absence de progrès dans les négociations devant mener à l’accord de 2015 n’est pas forcément surprenante – il fait partie des stratégies de négociations de ne pas mettre ses cartes sur la table trop tôt. Le recul de certains pays sur des engagements déjà pris et le dialogue de sourd-muet entre les pays industrialisés et les pays en voie de développement sont plus inquiétants. Il reste à espérer que la COP-20 au Pérou et surtout la COP-21 en France, un pays traditionnellement dévoué à la cause climatique, à travers les clivages politiques, pourront redresser le tir afin d’arriver à un accord à la mesure du défi climatique. Et l’urgence se fait sentir, puisqu’avec la croissance actuelle des émissions, notre budget d’émissions historiques de 1000 Gt CO2, qui nous laisserait deux chances sur trois de limiter le réchauffement climatique à 2 degrés d’ici la fin du siècle, sera atteint en moins de 30 ans.

 

Auteur : Sébastian Weissenberger est membre du comité de rédaction de [VertigO]. PhD. en sciences de l’environnement, il est professeur associé et chargé de cours à l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal. Son expertise porte sur les changements climatiques et l’adaptation à ceux-ci.

 

Lectures supplémentaires

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *