2013 – Des faits marquants en environnement qui appellent à la mise en place d’une transition écologique de nos sociétés

2013_transition_billetIl est de bon ton en début d’année de faire un retour sur les faits marquants de l’année que l’on laisse derrière nous.

Bien que l’année 2013 ne fut pas marquée par un accident pétrolier majeur(plate-forme pétrolière Deepwater, 2010), nucléaire (Fukishima, 2011) ou encore par une étude « bombe » comme celle de Gilles-Éric Seralini sur l’effet potentiel des OGM sur la santé[1], elle n’en fut pas moins marquée pas des évènements importants.

La sortie des groupes de la société civile, surtout environnementaux, lors de la dix-neuvième rencontre des parties à la convention sur les changements climatiques qui se tenait à Varsovie du 11 au 22 novembre, me semble un l’évènement environnemental marquant de 2013. Après plusieurs années à ronger leur frein, les groupes ont osé dire « stop » et quitter la conférence. Cette sortie remarquée dénote ce que certains appellent l’échec du mouvement environnementaliste. Cette sortie montre plutôt, selon moi, l’essoufflement d’instances, telle que la Convention cadre sur les changements climatiques, comme véhicule pour « changer le monde ». Ce que le protocole de Kyoto avait laissé entrevoir comme perspective à la société civile. Les gouvernements ont fini par comprendre la dynamique d’une telle instance internationale. Ils ont « sonné la fin de la récréation ». Le cinquième rapport du Groupe des Nations Unies sur les changements climatiques (GIEC), qui n’ajoutait rien d’inédit, est venu en quelque sorte clore une longue aventure palpitante qui a mobilisé la planète. Dommage, car les négociations sur le climat restaient un lieu d’expérimentation exemplaire et dynamique si on les compare à celles qui entourent la biodiversité ou la désertification. Doit-on être pessimiste ? Certainement pas! Ce fait marquant 2013 montre avant tout qu’il est temps de réorganiser les instances sur le climat. Il donne aussi matière à réflexion sur la gouvernance environnementale mondiale et sur la création d’une organisation mondiale de l’environnement, souhaitée par Jacques Chirac en 2007. Cette perte de légitimité des négociations dans la cadre de la convention, doit aussi servir à la société civile de catalyseur pour revoir ses implications internationales et ses modes d’action, peut-être revenir au niveau national, car le climat reste encore l’un des enjeux, si ce n’est pas l’enjeu, majeurs contemporains. On se retrousse les manches et l’on évite de « jeter le bébé avec l’eau du bain ».

Pendant ce temps-là, l’année 2013 a été marquée par un retour en force de l’exploitation des énergies fossiles un peu partout dans le monde, mais particulièrement en Amérique du Nord. Gaz/pétrole de schiste, nouveaux pipelines pour la distribution de la production, prospection pétrolière dans le golfe du Saint-Laurent, exploitation en Arctique en sont des exemples. Nos gouvernements axent encore leur développement économique sur le pétrole. Pendant ce temps où est la réflexion sur la transition énergétique pour nous sortir de cette dépendance ?

Un évènement marquant 2013 fut les cas de la pollution urbaine intense qui a marqué de nombreuses grandes villes, et tout particulièrement les grandes villes chinoises (dont Shanghaï), ou encore l’ensemble de provinces (dont le Henan). Même Paris et le reste dans grandes villes françaises n’en furent pas exempts avec plusieurs jours d’alerte et la mise en place de mesures d’apaisement de la circulation automobile. Nous connaissions déjà les cas de Los Angeles et Mexico[2]. Une pollution qui a des effets directs sur la santé humaine. Des actions doivent être entreprises et surtout un aménagement urbain favorisant des déplacements actifs et une réduction des transports automobiles.  Pourtant!  Encore ici, une transition doit être mise en place afin de passer d’un état à un autre.

Finalement, 2013 fut marquée par des évènements météorologiques extrêmes (inondations, tempêtes, sécheresse) montrant une vulnérabilité de plus en plus grande des populations. Que ce soit par des aménagements sur le littoral (ports, digues ou épis), sur les cours d’eau (barrages), la destruction de zones naturelles de protection (mangroves), quant ce n’est pas, tout simplement la construction d’habitations en zones inondables, ses évènements ont des répercussions importantes. La gestion intégrée des zones côtières vise justement à y pallier et assurer une transition pour ses zones qui ont été surdéveloppées dans les dernières décennies. Mais combien de temps allons-nous attendre, particulièrement avec l’augmentation du niveau des mers?

Je ne peux finaliser ce billet sans soulever ce qui me semble avoir passé sous le radar en 2013.

Choses qui passent sous le radar, mais qui pourraient devenir marquantes dans le futur

Avec le développement  du « biopharming »[3], les enjeux sur le développement des OGM en agriculture dépassent maintenant les questions débattues à ce jour. Déjà en 20O6, l’Agence européenne pour l’évaluation des médicaments (Emea) s’était déclarée favorable à la commercialisation du premier médicament transgénique[4] dans le cas de l’Atryn. Pourtant on en parle peu!

La disparition des fermes familiales petites et moyennes pour la formation de fermes de plus en plus gigantesques semble conduire aujourd’hui à l’apparition d’une agriculture contrôlée par des fonds spéculatifs où le producteur devient un simple employé et où l’intégration des activités se fait avec les paramètres d’une gestion comptable (rentabilité financière) qui peut faire passer la production d’une ferme d’un produit à l’autre selon les cours de la bourse. Bien que le tout semble encore marginal, ce phénomène est mondial. Ce n’est certainement pas innocent si l’ONU a déclaré 2014 l’Année internationale de l’agriculture familiale (AIAF).

Un tel billet ne peut certainement pas être complètement exhaustif, ce n’est que l’idée d’identifier quelques faits marquants.  J’ai fait mon choix en tant rédacteur en chef de [VertigO] et chercheur en sciences de l’environnement. Je vous invite à poursuivre en ajoutant vos choix ou des commentaires au billet.


[1] évènements ayant toujours des impacts environnementaux en 2013, et en auront certainement en 2014. Pour l’étude du Pr Gilles-Eric Seralini des rebondissements ont aussi eu lieu en 2013, sans compter toute la portée de l’ensemble des discussions entourant la recherche et sa publication pour une réflexion sur les liens entre la science et la société, sur la diffusion de la science, etc.

[2] Mexico a été déclarée en 1992,  par l’ONU, la ville avec l’atmosphère la plus polluée de la planète.

[3] Biopharming : production de protéines à usage pharmaceutique à partir de plantes ou d’animaux transgéniques

[4] L’ATryn contient une protéine humaine anticoagulante présente dans du lait de chèvres génétiquement modifiées. voir : http://www.lefigaro.fr/sciences/2006/10/11/01008-20061011ARTFIG90056-le_premier_medicament_ogm_autorise_en_europe.php


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *