Risque inondation dans le Grand Paris : la résilience est-elle un concept opératoire ?

paris_inondationDans le cadre de sa section “Regard/Terrain” [1], [VertigO] publie une réflexion de Alexandre Brun et Frédéric Gache sur la résilience comme concept opérationnel pour la gestion de l’aménagement urbain. Leur analyse se base sur le Grand Paris, mais de nombreuses grandes métropoles sont toutes aussi vulnérables que la capitale française, que ce soit New York, Londres, Lagos, Hanoï ou des villes de plus petites envergures. Une telle réflexion est aussi valide pour les régions se situant le long de rivières avec des crues de plus en plus importantes, telles que la rivière Richelieu au Québec [2], [3], celles des départements du Var et des Bouches-du-Rhône [4] ou l’Elbe en Saxe et Saxe-Anhalt (Allemagne). [5]

Dans ce texte, partant du constat que le Grand Paris n’est pas à l’abri d’une inondation majeure par débordement de la Seine et de la Marne qui réduirait durablement son attractivité et sa compétitivité, les auteurs avancent que la résilience urbaine aux inondations est une alternative nouvelle aux politiques locales de gestion des risques d’inondation. Des politiques publiques qui sont encore très centrées sur la protection hydraulique (mise en place d’ouvrage de contrôle) contre les crues, tandis qu’une nouvelle stratégie, basée sur la résilience, suppose une acceptation du risque et de l’anticipation, en particulier en matière d’aménagement du territoire. Cette analyse rejoint celle avancée par un collectif de chercheur, dont Nicolas Milot de l’Institut des sciences de l’environnement/UQAM, ou ceux avancent que « Depuis plus de 20 ans, un fort consensus scientifique s’est dégagé sur la nécessité de modifier cette stratégie [construction d’ouvrages de contrôle] afin de travailler avec la nature. [..] Il est donc essentiel de laisser un certain espace de liberté aux cours d’eau pour que ces processus naturels puissent opérer sans que cela n’engendre de risques pour les vies humaines, les infrastructures et les propriétés.» [6]

Si le concept de résilience est désormais très développé en géographie des risques, il est, selon les auteurs, cependant encore méconnu des praticiens. Pour eux, les maîtres d’ouvrages sont peu familiers avec le risque d’inondations. Ils en limitent l’importance et la réduisent souvent à un problème technique. Les concepteurs y sont plus sensibles que par le passé, mais ils peinent à concilier cet enjeu avec les priorités des maîtres d’ouvrages (habitat, transport…), et ce, alors que beaucoup de terrains mutables sont localisés en zone inondable dans le Grand Paris.

Pour les auteurs, le changement de paradigme que sous-tend le glissement « de la résistance à la résilience », perceptible dans l’évolution des modes d’action publique et le discours des institutions internationales, n’a encore aucun écho opérationnel. Ils affirment que la pénurie de terrains, le coût de l’expertise ou le déficit de sensibilisation au risque dans les formations en architecture expliquent en partie pourquoi la résilience tarde à émerger dans la sphère de l’aménagement urbain.

L’extrême vulnérabilité des réseaux techniques est telle que les concepteurs doivent construire des quartiers adaptés et garantir un fonctionnement des réseaux nécessaires au maintien sur place de la population : c’est aussi l’un des chantiers du Grand Paris.

Nous vous invitons à partager vos réflexions et vos expériences sur les propos des auteurs.  Que vous soyez chercheurs, urbanistes, architectes, etc… Faites connaître vos réactions!  Comment rendre opérationnelle la résilience? Comment former à ce concept? etc.

[1] La section Regard/Terrain est ouverte aux contributions courtes de chercheurs ou de praticiens sur des recherches pratiques, sur des réflexions sur des pratiques, etc.
[2] http://bit.ly/1jpy4hR; [3] http://bit.ly/1al0oll, [4] http://bit.ly/1aEUA3O, [5]  http://bit.ly/KzfBT5, [6] http://bit.ly/1e7YqQs


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *