Sotchi 2014 : empreinte écologique d’un évènement en voie de disparition !

photo_billet sotchiNous sommes en pleine euphorie olympienne. Chaque jour la fierté nationale de l’un et l’autre vient faire des vagues dans les médias. Pourtant, voici quelques jours, les jeux d’hiver de Sotchi faisaient la une des journaux pour leur coût pharaonique, des autoroutes à prix exorbitant et forêt rasée pour leurs constructions, des marais asséchés et militants écologiques emprisonnés ou pourchassés. Dès le début de l’aventure, les groupes environnementaux qui devaient cautionner Sotchi 2014 ont claqué la porte afin d’éviter de servir de caution environnementale aux organisateurs des jeux. Selon ceux-ci, les recommandations qu’ils émettaient étaient simplement ignorées. Le gouvernement a même modifié la loi russe sur la protection des espaces naturels pour permettre la construction des imposantes infrastructures de jeux de Sotchi 2014.

Résultat, comme pour d’autres jeux, le site a été bâti à partir de zéro dans les limites d’un parc national, celui de Sotchi. Cette région de l’ouest du Caucase est aussi sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. D’une superficie de 2000 km2, ce parc compte une faune et une flore très riches. On y recenserait 300 espèces de plantes endémiques, mais aussi près de 400 espèces animales, dont plusieurs en voie de disparition. À Pékin c’étaient des sites patrimoniaux qui étaient détruits, à Rio de Janeiro en 2016 ce sera quoi ?

Avec ce grand évènement mondial, le comité olympique poursuit la pensée du développement par la construction d’infrastructures et l’artificialisation des espaces naturels. Infrastructures qui deviendront obsolètes dans quelques jours lorsque le village Olympique se videra. Telles les autres villes olympiennes, Sotchi se trouvera avec son lot de stationnements vides, des infrastructures sportives et de transport sous-utilisées, tout en devant assumer des coûts importants (trop) pour leur entretien. Qu’elle est devenue le rêve olympique dans cette mer de béton ?

Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) a beau collaborer avec le comité olympique depuis 10 ans, le portrait environnemental des Jeux olympiques ne semble pas réellement changer.

Mais nous laissons ces questions « terre à terre ». Ce qui me surprend le plus est l’absence presque totale de recherche sur les impacts environnementaux des infrastructures nécessaires au développement de sportifs de haut niveau, pour en arriver aux jeux olympiques. Et même à plus petite échelle uniquement une comptabilisation des impacts environnementaux d’un évènement olympique. Outre des recherches factuelles sur la qualité de l’air à Atlanta (1996) et Beijing (2006), il semble exister qu’une seule étude publiée sur l’impact environnemental de jeux olympiques, ceux d’Alberville (1992). Il y a bien les rapports du PNUE, mais le tout reste fragmentaire. L’évaluation environnementale (environmental assessment) de Pékin est certainement le plus complet, mais reste questionnable sur plusieurs approches méthodologiques retenues, dont celle sur l’empreinte carbone qui ne respecte pas les normes minimales mises en place par le National Greenhouse Gas Inventory Programme du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Le Comité olympique se targue de permettre le développement de jeux durables, en allant même financé un programme pour Rio de Janeiro, mais comme faire cela si on n’a même pas le plus petit indicateur rigoureux.

Ce n’est pas que je veux mettre en doute l’importance des sportifs comme exemples pour l’éducation à une vie active – bien que je me questionne des fois si des environnements urbains permettant des déplacements actifs n’étaient pas plus efficaces – mais il est surprenant qu’aucune évaluation de l’empreinte écologique ou carbone ne soit faite de ces évènements sportifs. Déjà pour des délégations nationales, telles que celles du Canada, de la France, des États-Unis ou de l’Allemagne, l’évaluation de leur empreinte écologique considérant autant les déplacements des équipes pour les jeux, les déplacements pour les compétitions de qualification, d’entrainement et les installations devrait être faite. Maintenir des installations réfrigérées et des pistes en état à l’époque des changements climatiques n’est pas une mince tâche.

Un tel travail pourrait éveiller des consciences et favoriser le réveil de ses sportifs qui ne s’expriment pas, ou peu, sur les enjeux environnementaux, un environnement pourtant essentiel à la pratique de leur sport (ski de descente, ski de fond, etc.). Et pourquoi pas, favoriser des actions de compensation !

Maintenant, laissons-nous nous émerveiller par les performances et la joie des athlètes, car dans quelques décennies combien de villes ou pays pourront avoir les moyens et les conditions météorologiques pour accueillir les Jeux olympiques d’hiver? Avec des températures de 16°C à Sotchi aujourd’hui on est plus au printemps qu’en hiver.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Sebstian dit :

    Merci pour ce billet. À ce propos, un article dans The Guardian qui montre que les environnementalistes ne sont pas très bienvenus.
    http://www.theguardian.com/environment/2014/feb/12/sochi-environmentalist-jailed-painting-fence-revenge?CMP=fb_gu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *