Influence du scientifique sur les politiques publiques : réflexion en partant du cas de l’adaptation au changement climatique

header_gouvernance_1Durant les dernières années, l’action des gouvernements dans le cadre du changement climatique est rapidement passée de la réduction des émissions de gaz à effet de serre à des programmes d’adaptation. Les scientifiques ne sont pas étrangers à ce changement de paradigme des politiques publiques. Est-ce unique? Si dans une autre vie scientifique j’étais l’un des experts internationaux sur les émissions de gaz à effet de serre depuis les terres inondées, une autre façon de dire réservoirs hydroélectriques, je le suis maintenant en agriculture urbaine et dans ce domaine aussi les chercheurs et experts ont une influence importante. Pourtant, trop souvent, on remarque un manque de recul de chercheurs sur l’impact de leur recherche. Deux nouvelles publiées simultanément aux États-Unis m’ont ouvert la porte pour partager cette réflexion.

Si le dernier rapport du Groupe intergouvernemental sur le climat nous la répété en décembre 2013, « le thermomètre de la planète grimpe et cela aura des impacts dans de nombreuses zones du globe.»[1], c’est maintenant à l’Organisation météorologique mondiale (OMM) d’enfoncer le clou, dans le cadre de son compte rendu annuel sur l’état du climat[2]. Pour l’OMM, l’année 2013 a illustré une fois de plus l’impact considérable des sécheresses, vagues de chaleur, inondations et cyclones tropicaux sur les personnes et les biens dans toutes les régions du monde. Ce rapport confirme que 2013 se classe au sixième rang, ex aequo avec 2007, des années les plus chaudes jamais enregistrées, confirmant la tendance au réchauffement observée sur le long terme.

Selon Michel Jarraud, Secrétaire général de l’OMM, «Les phénomènes naturels comme les éruptions volcaniques ou les épisodes El Niño et La Niña ont toujours contribué à façonner notre climat, influant sur les températures et provoquant sécheresses et inondations, entre autres catastrophes. Il n’en reste pas moins que nombre des phénomènes extrêmes survenus en 2013 correspondent à ce à quoi l’on pouvait s’attendre dans le contexte du changement climatique anthropique. Nous avons assisté à des précipitations plus abondantes, à des vagues de chaleur plus intenses et à une aggravation des dommages causés par les ondes de tempête et les inondations côtières du fait de la hausse du niveau de la mer: le typhon Haiyan qui s’est déchaîné aux Philippines en est la tragique illustration».

Pourtant, on observe un recul de plusieurs pays par rapport à leurs engagements climatiques. Ce recul a même été un élément majeur d’achoppement, entre les gouvernements et la société civile, lors des dernières négociations climatiques à Varsovie[3]. Sans compter que les gouvernements dirigent de plus en plus leurs actions vers l’adaptation au changement climatique, aux évènements extrêmes qui arriveront. Le président Barak Obama propose pour les États-Unis un fonds d’un milliard de dollars pour réduire l’impact du changement climatique[4]. Dans cette idée de réduire les impacts, il faut comprendre développer des infrastructures plus résilientes, et non de réduire les gaz à effet de serre dans l’atmosphère, donc les émissions. Comment en sommes-nous venus à cette vision? Dans les années 2000, on se battait pour la réduction des émissions. Si le protocole de Kyoto, obtenu de chaude lutte, donnait des objectifs précis de réduction, nous en sommes maintenant à développer des modèles de prévision et planifier l’adaptation de nos infrastructures. Dans ce changement les scientifiques ont un rôle certain, car ce fut durant cette période que le concept d’adaptation s’est développé et concrétisé.

Les scientifiques et les changements paradigmatiques des politiques publiques

Les scientifiques sont certainement, en partie, responsables de ce changement de paradigme. Pourtant, nous ne sommes pas assez conscients de l’impact que nous avons sur les politiques publiques. Les programmes de formation universitaire, les programmes de recherche, ne prévoient nullement que les chercheurs fassent de telles démarches prospectives.

Voici une dizaine d’années, j’ai pu assister à un échange entre un environnementaliste, impliqué dans les négociations internationales depuis longtemps, et un scientifique sur l’opportunité de parler et travailler sur l’adaptation au climat. D’un côté l’argument était que mettre des efforts sur l’adaptation allait saper le travail sur la réduction des émissions, tandis que de l’autre il était que l’adaptation allait aider la réduction par un changement de structure de la gouvernance au niveau local. Si les deux pouvaient se défendre, on peut constater qu’actuellement la mise en oeuvre du concept d’adaptation ne résulte nullement à une transition sociale vers une réduction des émissions, mais vers une fuite en avant qui sous-tend que l’innovation technique nous permettra de faire face aux changements environnementaux à venir.

Ce qui m’apparait aussi c’est qu’en tant que scientifiques nous amoindrissons l’effet de nos travaux sur les politiques publiques. Dans le cadre de nos travaux, nous ne réalisons certainement pas assez de prospective de l’impact de nos réflexions/actions sur les politiques publiques. Ce qui implique d’avoir un regard critique sur nos travaux.

De telles prospectives ne devraient-elles pas être éthiquement obligatoires? Dans le cadre des protocoles de recherche, particulièrement en sciences humaines et sociales, les chercheurs sont amenés à passer par des comités éthiques, mais cela concerne les démarches auprès des personnes interrogées dans le cadre des travaux et jamais sur l’impact des recherches sur les politiques publiques. Pourtant! Et dans le cadre des recherches en sciences naturelles, les démarches éthiques sont clairement absentes. Seulement mentionner la possibilité de donner une telle formation à des modélisateurs du climat fait sourciller. Pour l’avoir proposé à un responsable d’un tel programme qui présentait une réforme de son programme de maîtrise, je dirais même qu’elle fait sourire comme si cela était loufoque. Les modélisateurs développent pourtant des modèles et des scénarii qui influencent les politiques publiques et les orientations gouvernementales budgétaires. La proposition de Barak Obama l’illustre assez bien. Déterminer la résilience des infrastructures se basera certainement sur les scénarii, donc sur le travail des modélisateurs.

Même si la relation des citoyens avec les scientifiques a toujours été ambivalente, les citoyens ont une bonne image des scientifiques – des experts. Cette image favorable favorise certainement la pénétration des concepts scientifiques au sein des politiques publiques. Ainsi la Fondation nationale de sciences des États-Unis a publié une enquête qui révèle que 50% des États-Uniens ont une excellente ou une bonne connaissance du travail des scientifiques et des ingénieurs. Plusieurs États-Uniens pensent aussi que les scientifiques et les ingénieurs sont dédiés pour le bien de l’humanité. De manière contradictoire, les citoyens états-uniens, mais aussi dans un grand nombre de pays occidentaux, ne croient pas que les scientifiques puissent régler les problèmes environnementaux. Encore ici, le scientifique est mis en face de sa responsabilité sociale.

Prospective éthique de la recherche en regard des impacts de changements dans les politiques publiques

À la lumière de ce que l’on observe dans la gouvernance du changement climatique, il apparaît important que les scientifiques développent une approche éthique sur les modifications engendrées par leurs recherches à moyen et long terme sur les politiques publiques. Il me semble aussi que les universités devraient former (au minimum sensibiliser) les étudiantes et étudiants sur cette question. Nous en sommes malheureusement loin, lorsque l’on voit que les institutions universitaires réduisent le nombre de cours offerts dans le cadre des formations des cycles supérieurs et se concentrent sur les cours de spécialisation, laissant de côté les cours d’ouverture intellectuelle.


[1] E. Duchemin, 2013, Migrants et réfugiés climatiques : changement de cap pour le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat ? http://vertigo.hypotheses.org/1591


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *