[VertigO] marque l’année internationale de l’agriculture familiale de la FAO en éditant un dossier intitulé : « Des systèmes alimentaires articulés et transversaux pour une sécurité alimentaire »

Vol14no1_dossierD’ici 2050, l’agriculture devra nourrir 9 milliards d’humains. La FAO estime que des politiques doivent être mises en place dès maintenant pour aider les fermes familiales à affronter le défi. En fait, les sociétés devront s’équiper pour affronter ce défi et cela ne pourra se faire qu’en diversifiant les systèmes alimentaires, et certainement en intégrant aussi de nouvelles formes de production alimentaire.

En juin 2014, l’année internationale de l’agriculture familiale bat son plein. [VertigO] se devait de souligner à sa manière, par l’édition d’un dossier, cet évènement. Un dossier qui présente des textes questionnant le système alimentaire dans une perspective transversale de sécurité alimentaire qui englobe tout le cycle de l’alimentation, allant de la production agricole à la consommation alimentaire.

La malnutrition et l’insécurité alimentaire touchent 870 millions de personnes, avec une aggravation de la situation dans certaines parties du monde, principalement en Afrique. Pourtant, une grande majorité de ces populations vivent encore en milieu rural, d’où le rôle essentiel que peut jouer l’agriculture, tant pour améliorer les disponibilités alimentaires que pour générer des revenus. En outre, avec une urbanisation croissante et une présence accrue de l’insécurité alimentaire dans les villes, il apparait important de revoir le système alimentaire ou la production afin de fournir à ces populations un accès adéquat aux denrées alimentaires de qualité. Les enjeux actuels liés au développement agricole et à la sécurité alimentaire sont donc vastes, complexes et nombreux.

3 articles de ce dossier positionnent et questionnent, en outre, la place de l’agriculture urbaine [1] dans le système alimentaire de demain. Cette agriculture est encore aujourd’hui foncièrement familiale et fournit déjà plus de 70% des fruits et légumes consommés dans plusieurs villes africaines. Si en 2050 plus de 70% des êtres humains vivront dans les villes, il semble indispensable de lier urbanisation et alimentation à travers une diversification des modèles de production alimentaire. Cette diversification devra, toutefois se faire en préservant les valeurs communautaires soutenant les fermes qui sont des projets de société visant à nourrir directement les populations locales.

L’agriculture urbaine est une approche contemporaine innovante d’intervention et de réappropriation de l’espace urbain, mais aussi de l’alimentation. Portée par un mouvement social majeur au cours des dernières années, celle-ci revendique des actions dans plusieurs sphères : environnement urbain (lutte aux îlots de chaleur, biodiversité, gestion des déchets organiques urbains, développement de milieu de vie agréable, gestion de l’eau), sociétés (santé, autonomisation sociale et politique, éducation) et production alimentaire (économie sociale, sécurité alimentaire, justice alimentaire) [2]. Tout cela, dans une perspective de résilience urbaine. L’agriculture urbaine est en effet foncièrement multifonctionnelle de par ses activités et ses formes, que ce soit à l’échelle locale ou nationale, elle est culturellement ancrée dans le lieu de son implantation. L’agriculture urbaine serait pratiquée par 800 millions de personnes à l’échelle mondiale. Plus de 200 millions d’entre elles feraient de la production marchande et 150 millions seraient employées à plein temps [3]. Celles-ci produiraient approximativement 15 % des denrées alimentaires mondiales.

L’agriculture urbaine s’avère un creuset dynamique d’innovation sociale [4]. Elle se trouve à l’intersection de motivations et de pratiques plurielles portées par une grande diversité d’acteurs sociaux, écologiques et économiques. On peut ainsi considérer l’AU comme une stratégie de transformation sociale et environnementale ou comme une pratique de production alimentaire de proximité, accessible, renouvelable, pouvant motiver, mobiliser et réseauter les individus, comme les groupes. Cependant, ce nouvel apport au système alimentaire alternatif ne peut se faire en oubliant l’essentielle synergie devant être mise en place avec les autres acteurs, dont les producteurs périurbains. Un système de gouvernance de l’alimentation locale et urbain doit être trouvé.

Dans leur article La complexité des systèmes alimentaires : un atout pour la sécurité alimentaire? Stéphane Fournier et Jean-Marc Touzard de l’Institut national de la recherche agronomique en France (Inra) défendent l’idée selon laquelle la combinaison d’une diversité de modèles alimentaires au sein d’un système alimentaire concret peut favoriser la sécurisation alimentaire, et doit donc être reconnue et soutenue grâce à une gouvernance adaptée. Si le développement d’une production de masse, distribuée mondialement à bas prix, a contribué à accroitre les disponibilités alimentaires, elle trouve maintenant ses limites dans la paupérisation des agriculteurs, les excès et carences des régimes alimentaires qui en découlent, et la dégradation de ressources naturelles. La sécurisation alimentaire suppose donc de dépasser les enjeux de croissance des disponibilités pour favoriser l’accessibilité des populations à une alimentation saine et responsable et construire des modes de production et de distribution plus durables. Dans ce portrait, l’agriculture urbaine dans les pays du Sud et du Nord a certainement son rôle à jouer. Pour les auteurs, les systèmes alimentaires doivent être marqués par une combinaison de modèles, qui peuvent remplir des fonctions différentes au regard des enjeux de sécurité alimentaire. Les modèles « alternatifs » permettent ainsi l’accès au marché de producteurs marginalisés, l’atténuation de risques liés aux chaines de distribution mondiales, la préservation de patrimoines culturels, etc. Ils ont aussi des contributions moins connues dans l’éducation des consommateurs et dans la dynamique globale de l’innovation au sein des systèmes alimentaires.

Par ailleurs, deux articles présentent le programme brésilien d’action publique pour la sécurité alimentaire. Paulo Eduardo Moruzzi Marques et Marcos Freitas Le Moal présentent une analyse de la mise en place du Programme d’acquisition d’aliments (PAA) dans les assentamentos ruraux au Brésil. En tant que dispositif d’une politique publique intégrant l’appui à la commercialisation des produits de l’agriculture familiale et l’aide alimentaire des personnes en difficulté, le PAA représente une innovation considérable en vue de la sécurité alimentaire, en favorisant notamment la constitution de circuits courts de proximité. Morgane Retière et ses collègues, quant à eux, tentent de comprendre comment l’insertion d’un collectif de producteurs dans différentes formes de circuits courts, et notamment via ces politiques publiques de restauration collective, a permis de consolider un système agricole innovant, tant au point de vue productif, qu’en termes d’occupation du sol périurbain, d’entretien du paysage et des ressources naturelles, d’organisation du travail et de valorisation sociale de l’activité agricole, en mobilisant notamment la multifonctionnalité de l’agriculture comme outil d’analyse.

Les articles de Stéphane Bernard et Jean-François Bissonnette sur les politiques agricoles de l’Indonésie et de la Malaisie face aux impératifs de la sécurité alimentaire et de Louis Tanguay et Rodolphe De Koninck sur l’agriculture durable dans le delta du Mékong au Vietnam viennent nous rappeler l’importance des politiques publiques dans le développement de l’autosuffisance alimentaire des régions et des pays. Ils montrent aussi l’efficacité des systèmes intégrés promus par différents gouvernements. Toutefois, comme le mentionnent Bernard et Bissonnette, en misant sur les cultures d’exportation, des États semblent avoir relégué au second plan l’objectif d’autosuffisance alimentaire. Ce qui pose des risques, surtout dans les pays où une large portion de la population dans les régions rurales comme urbaines vit encore en situation d’insécurité alimentaire.

Pour consulter le dossier : Des systèmes alimentaires articulés et transversaux pour une sécurité alimentaire

Ce dossier est accompagné par 17 articles publiés dans sa section courante.


[1] Pour en savoir plus : [VertigO] a publié, en 2010, un dossier sur ce thème : « L’agriculture urbaine : un outil multidimensionnel pour le développement des villes et des communautés » http://vertigo.revues.org/9848

[2] E. Duchemin, F. Wegmuller and A.-M. Legault, 2008, « Urban agriculture: multi-dimensional tools for social development in poor neighbourhoods », Field Actions Science Reports Vol. 1 [Online] URL : http://factsreports.revues.org/113

[3] Smit, J, A. Ratta et J. Nasr. (1996). Urban Agriculture: Food Jobs and Sustainable Cities. New York, United Nations Development Programme.

[4] Si l’innovation sociale se manifeste dans la conjugaison inédite de besoins émergents ou criants d’une société/collectivité/communauté et des mouvements citoyens spontanés ou organisés, agissant pour favoriser des modes de vie responsables, équitables, durables, elle se manifeste également chez des entrepreneurs dédiés à l’offre interactive de services et de produits socialement et écologiquement responsables reliée aux besoins de leurs clientèles. Les frontières s’estompent entre la production et la consommation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *