L’édition savante numérique : meilleures pratiques, approches innovantes pour les revues savantes de l’Université du Québec (UQ)

editionscientifique[VertigO] et son rédacteur en chef sont au centre d’un programme de recherche-action sur l’édition scientifique qui vient d’être soutenu par le Fonds de développement académique du réseau (FODAR) de l’Université du Québec. Le FODAR appuie les orientations stratégiques qui apparaissent déterminantes pour le développement du réseau de l’Université du Québec en matière de formation et de recherche. Sous la responsabilité conjointe de Robert Dion (Voix et images), Michel Parazelli (Nouvelles pratiques sociales) et Eric Duchemin ([VertigO]) ce projet regroupe 9 revues scientifiques de 4 institutions du réseau (UQAM, UQAR, UQTR, INRS-UCS).

Dans le cadre de cette recherche-formation-action, nous visons a créer un réseau des revues savantes du réseau de l’UQ afin de faire émerger de nouvelles pratiques en édition savante, entre autres numérique (édition, diffusion et distribution). Nous souhaitons contribuer à développer une culture de l’édition numérique au sein du réseau de l’UQ qui puisse, de façon synergique, appuyer l’édition papier traditionnelle ou, le cas échéant, s’y substituer. Il s’agit par conséquent de faire en sorte que l’UQ devienne un acteur majeur dans la réflexion actuelle sur les pratiques de l’édition savante.

Depuis plusieurs années, l’édition savante doit s’adapter au monde numérique. De nombreuses plateformes sont apparues (Érudit, OpenEdition, Entrepôt numérique, etc.), certes, mais les revues sont encore mal outillées pour saisir toutes les occasions qu’offrent ces plateformes et pour faire face aux changements intervenus dans les modes de mise en marché des publications. L’édition en accès libre constitue aussi un défi important, tant elle est devenue un thème obligé des discours politiques et sociaux sur la diffusion du savoir et, en particulier, des discours des organismes subventionnaires. Dans un tel contexte, comment assurer la survie et le rayonnement des revues savantes québécoises francophones, qui sont au cœur de la défense de la diversité culturelle et de l’identité québécoise? Voilà le grand questionnement qui sous-tend notre recherche.

Les outils numériques développés au cours des derniers dix ans, tels que les systèmes de gestion de contenu (Content Management System ou CMS), les réseaux sociaux, les flux RSS (Really Simple Syndication), les blogues scientifiques, ont transformé le contexte de l’édition scientifique. Les comprendre, les maîtriser et les utiliser devient une obligation pour les uns et une contrainte pour les autres; mais tous ces outils ne constitueraient-ils pas une invitation à éditer autrement? Pour ce faire, il faut cependant les comprendre, saisir les enjeux à long terme de la mise en œuvre de tels outils pour le développement et la survie des revues scientifiques québécoises.

Dans un tel environnement, comment les relations entre revues, éditeurs, diffuseurs et lecteurs sont-elles affectées ou reconfigurées? Comment les revues peuvent-elles toujours (et mieux) s’en sortir financièrement? Ce sont là les questions auxquelles nous tenterons de trouver des réponses dans le cadre de la recherche FODAR, d’abord en menant une recherche sur les transformations actuelles du contexte de la diffusion des travaux savants, ensuite en amorçant un travail de réflexion sur les pratiques de l’édition qui nous semblent appropriées aux usages (fluctuants) de nos disciplines (art et littérature, sciences humaines et sociales), enfin mettant en commun, au moyen de séminaires ou de colloques, nos expertises dans le domaine. Cette recherche sera réalisée sur une période de deux ans, la première année étant consacrée plus particulièrement à une « mise à niveau » des connaissances des directions de revue en ce qui concerne l’environnement numérique actuel (plates-formes de diffusion, technologies existantes, bon usage des réseaux sociaux, etc.), la seconde à l’inventaire et l’évaluation des pratiques et la mise en commun des expériences.

Il apparait dans les discours que l’édition savante francophone ou indépendante est menacée de toutes parts : financièrement, par la modification ou l’abolition des programmes de subventions; sur le plan de l’infrastructure, par la disparition des ressources spécialisées qui, traditionnellement, à l’intérieur des universités, appuyaient le travail des éditeurs scientifiques; sur le plan de la diffusion, par la relative indifférence des médias institutionnels et le désistement des distributeurs universitaires.

Cela dit, tout n’est pas entièrement négatif dans les modifications actuelles de la conjoncture, tant s’en faut. La nouvelle donne numérique peut offrir d’intéressantes perspectives d’innovation éditoriale, de diffusion, de rayonnement et de financement, y compris pour les publications qui désirent conserver une version imprimée. D’où la nécessité de réfléchir à la création de nouveaux maillages et à une redéfinition des rôles des différents acteurs universitaires de l’édition scientifique. C’est pourquoi nous jugeons tout à fait pertinent d’entreprendre le projet dont nous traçons ici les grandes lignes et pour lequel nous demandons une subvention FODAR. La recherche et les diverses actions que nous envisageons visent en effet non seulement à assurer la pérennité d’un nombre important de publications animées par des équipes issues de l’UQ, mais également à leur permettre d’innover tant sur le plan du contenu éditorial que sur celui de leur modèle d’affaires et de distribution. Notre projet vise en outre à dégager, à partir des perspectives des revues sur les enjeux intellectuels et économiques de l’heure, quelques éléments essentiels pour l’élaboration d’une Politique de l’édition scientifique innovante.

Retombées attendues

Cette recherche-formation-action est intimement liée à l’édition savante de nombreuses revues qui sont actuellement en pleine « zone de turbulence » numérique, ce qui les oblige à trouver des solutions aux modifications présentes et à venir de leur pratique. Qu’il s’agisse d’enjeux de formats ou de mise en marché, ce projet devrait permettre d’identifier des solutions possibles. Pour les revues qui sont déjà de plain-pied dans le numérique, la recherche-action projetée devrait leur permettre, à court ou à moyen terme, de dépasser les normes actuelles, de mettre sur pied des projets innovateurs et d’en faire l’analyse.

Les revues savantes étant un maillon essentiel de la recherche et de la création, ce projet vise à imaginer et à partager des solutions qui assureront le maintien de l’édition savante québécoise et francophone en sciences humaines et sociales dans le réseau de l’UQ. Ultimement, le projet donnera aux établissements participants une meilleure idée des enjeux de l’édition numérique et des occasions que celle-ci est susceptible de générer. Nous ne doutons pas qu’il pourrait déboucher sur de nouvelles perspectives de soutien à la mobilisation des connaissances par les revues savantes, contribuant ainsi à réaliser l’un des objectifs de la Politique nationale de la recherche et de l’innovation du Québec, qui fait une place de choix aux revues. Nous espérons aussi que cet aggiornamento autour des revues en fera percevoir toute l’importance pour le rayonnement des institutions du réseau, les incitant à les inscrire en bonne place dans leurs Plans stratégiques et autres Politiques de la recherche. Au terme de nos travaux, nous n’excluons pas de jeter les bases d’un nouvel « écosystème » de l’édition scientifique québécoise propre à assurer sa survie et son développement pour les prochaines décennies, tout en favorisant l’accès aux contenus aux institutions universitaires et collégiales. Une retombée possible, sinon souhaitable, de nos recherches pourrait être la mise sur pied d’un laboratoire d’expérimentation en édition scientifique sur le modèle du MIT MediaLab.

Enfin, ce projet vise à créer une dynamique au sein des revues savantes du réseau de l’UQ. De cette dynamique pourra émerger un partage salutaire des pratiques. Une plus grande visibilité des revues du réseau est aussi recherchée, qui aura pour effet de faire tant de celles-ci que du réseau des acteurs de l’édition numérique structurés et réfléchis. Soulignons en dernier lieu que la recherche proposée devrait avoir pour retombée collatérale la formation d’une relève essentielle au fonctionnement et à la perpétuation des revues du réseau UQ.

Équipe

L’équipe de la recherche action est composée des responsables du projet :

  • Robert Dion (UQAM), Voix et Images
  • Michel Parazelli (UQAM), Nouvelles Pratiques sociales
  • Éric Duchemin (UQAM), [VertigO] — la revue électronique en sciences de l’environnement

Autres participants-e-s / établissements / revues

  • Luc Bonenfant (UQAM), Voix et Images
  • Sandra Breux (INRS-UCS), Environnement urbain
  • Bernard Gagnon (UQAR), Revue Ethica
  • Alain A. Grenier et Martin Drouin (UQAM), Téoros
  • Hervé Guay (UQTR), Claude La Charité (UQAR) et Roxanne Roy (UQAR), Tangence
  • Diane Laflamme (UQAM) et Joseph Levy (UQAM), Frontières
  • Lucie Sauvé (UQAM), Éducation relative à l’environnement — Regards, recherches, réflexions
  • Nathalie Lewis (UQAR), [VertigO] — la revue électronique en sciences de l’environnement

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *