L’économie circulaire pour remplacer l’élimination systématique des déchets ménagers

hurandDans le cadre d’un article Débats et perspectives de [VertigO],  Bérengère Hurand, professeure de philosophie à l’Académie de Paris met en perspective le développement actuel du modèle de l’économie circulaire dans le cadre des déchets ménagers. « Leur prise en charge par une industrie spécialisée est censée réduire leur masse, et par le même mouvement approvisionner la chaîne de production en une ressource disponible, abondante et renouvelable. » Avec son approche de philosophie de l’environnement, en utilisant la gestion des déchets ménagers, elle replace l’importance du politique dans tous les enjeux environnementaux contemporains et leurs solutions. Mettant de l’avant indirectement l’importance d’une science citoyenne.

Si le déchet inutile jusqu’alors devient utile, il peut amorcer une réintroduction dans l’économie comme ressource.  Mais cette intégration se doit se faire aussi dans le cadre d’une intégration politique, sans déposséder les usagers de leur responsabilité. La gestion de la matière organique issue de l’alimentation en est un exemple probant. Cette ressource en carbone et phosphore essentielle pour l’agriculture ne peut être laissée au seul marché économique qui voit avant tout en elle une matière première pour la production industrielle d’éthanol. Comme le démontre la volonté de villes telles que Montréal et Bruxelles, mais que l’on voit aussi dans des projets d’écoquartiers en Scandinavie, pour le développement d’usine de production d’éthanol à partir des déchets ménagers.  Comme le mentionne l’auteur « une vraie politique des déchets devrait s’affranchir des aspects purement technico-économiques du problème pour penser la qualification de « déchet » à l’aide d’autres définitions que celles que fournit l’industrie. C’est aux usagers de décider quand l’objet devient déchet; et plutôt que de se comporter en simples relais dans la chaîne de production/consommation, il faut qu’ils aient la possibilité technique et la volonté politique de retenir les objets dans la sphère de l’usage, avant de les transmettre à l’industrie qui en fera des matériaux. »

Elle conclue son texte pas une mise en garde « [..]  Mais il faut garder à l’esprit que le pire des modèles est le cycle industriel fermé sur lui-même, où la société ne serait qu’un relais, un maillon docile. L’analogie entre économie naturelle et économie humaine qui sous-tend le principe de l’économie circulaire est intéressante; en consommant des biens et en produisant des déchets, nous ne sommes finalement que des êtres vivants par lesquels transitent des molécules organiques et minérales. Mais si c’est l’industrie qui impose les lois, définit les normes, lisse les comportements, l’analogie devient trompeuse : elle fait passer la merveilleuse mécanique de la production industrielle pour un cycle naturel que nous aurions mauvaise grâce à enrayer par notre retenue. On voit mal, alors, comment la production des déchets pourrait diminuer. L’écologie politique suppose donc la réappropriation, par la société, des questions économiques et techniques : c’est surtout de cette internalisation-là qu’il s’agit.»

Nous vous invitons à partager vos réflexions et vos expériences sur les propos de l’auteur.   Faites connaître vos réactions!


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *