Conflit entre Urbanité et Biodiversité : comment penser la gouvernance de la biodiversité ?

highline2Dans «Penser la gouvernance de la biodiversité à travers l’analyse des dynamiques socio-écologiques», le dernier article publié dans la section Débats et Perspectives de [VertigO], Zina Skandrani Anne-Caroline Prévot du Centre d’écologie et des sciences de la conservation du Museum national d’Histoire naturelle propose des pistes pour repenser la gouvernance de la nature – notamment dans les espaces urbains.

Si les recommandations actuelles de la communauté internationale et scientifique sont de réintégrer la biodiversité à la société humaine et d’encourager les connexions et expériences directes avec la biodiversité urbaine, il reste à savoir comment le faire dans un contexte où les citadins sont de moins en moins familiers avec la biodiversité et parfois peu tolérants envers les éléments naturels présents dans les villes. Ces recommandations, qui sont une réponse à la crise écologique globale, sous-entendent un changement radical dans la conceptualisation des relations humains-nature et rendent nécessaires une révision progressive des valeurs et un ajustement des modes de vie des sociétés. Avec des densités de population plus importantes qu’en milieu rural, les milieux urbains sont des espaces où ces transformations et ces problématiques socio-environnementales sont susceptibles d’être vécues de façon la plus vive.

Puisque les nouvelles politiques d’aménagement favorables à la biodiversité heurtent les représentations socialement construites pendant ces dernières décennies qui considèrent certains espaces (la ville) comme totalement dédiés aux humains et qui conduit souvent à des conflits, les auteures plaident pour l’analyse critique des processus sociétaux menant à ces conceptions conflictuelles de la nature à travers la prise en considération des dynamiques interactives entre les acteurs humains et non-humains du système.highline1

En se référant au pragmatisme environnemental, à la gestion adaptative (« adjustive management ») et à d’autres approches similaires, Elles soutiennent que les modèles de gouvernance de la biodiversité doivent clarifier au préalable les conceptions sous-jacentes des différentes parties prenantes sur la nature.

Pour lire l’article au complet : Penser la gouvernance de la biodiversité à travers l’analyse des dynamiques socio-écologiques

Nous vous invitons à partager vos réflexions et vos expériences sur les propos de l’auteur. Faites connaître vos réactions dans la section commentaires ci-dessous !

Pour approfondir cette thématique dans [VertigO] :

  • Natures et Métropoles (Volume 12 numéro 2) – La nature regroupe une diversité de matérialités et de patrimoines naturels (habitats, flore, faune) auxquels est attribuée une valeur écologique ou biologique reconnue par les écologues. Mais cela est aussi une réalité, trop souvent oublié, pour les espaces de nature façonnée, parcs et jardins, la nature plus ordinaire, la nature comme cadre de vie urbaine. La dimension hybride de la nature est associée à différentes ontologies et représente le résultat historique d’une construction sociale
  • Adaptation aux changements climatiques et trames vertes : quels enjeux pour la ville? (Hors-série 12) – Face aux menaces liées au changement global, dont le réchauffement climatique est une manifestation, et au moment où la population urbaine dépasse en nombre la population rurale, une nouvelle gestion de l’espace urbain se met en place. Celle passe notamment par la (re)qualification des espaces verts, auxquels on assigne le rôle d’être à la fois des pourvoyeurs de systèmes écosystémiques et des lieux où les citadins renouent avec la « nature ».  Que ces espaces verts soient considérés comme paysage culturel ou comme infrastructure urbaine, ils apparaissent comme un nouveau terrain d’investigation à toutes les échelles d’intervention. Associer le climat, l’urbain et la nature dans une même réflexion devient aujourd’hui un enjeu majeur.
  • Patrimonialiser la nature (Hors-série 16) – Si certains aspects du patrimoine naturel ont en effet été particulièrement étudiés (aires protégées, gestion, mise en valeur touristique, etc.), la compréhension du processus d’appropriation, de sélection d’objets ou de lieux désignés comme patrimoine ainsi que ses effets sur l’espace, il est important d’explorer le processus de patrimonialisation de la nature dans sa composante géographique.
  • Wissal Selmi, Christiane Weber et Lotfi Mehdi, « Multifonctionnalité des espaces végétalisés urbains »,VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 13 Numéro 2 | septembre 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 06 janvier 2015. URL : http://vertigo.revues.org/14133 ; DOI : 10.4000/vertigo.14133
  • Adrien Gey, « La construction d’une « Hyper Nature » dans les projets de la ville durable : le cas du Grand Paris », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 13 Numéro 2 | septembre 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 06 janvier 2015. URL : http://vertigo.revues.org/14120 ; DOI : 10.4000/vertigo.14120
  • Isabelle Witté et Julien Touroult, « Répartition de la biodiversité en France métropolitaine : une synthèse des Atlas faunistiques », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 14 Numéro 1 | mai 2014, mis en ligne le 10 mai 2014, consulté le 06 janvier 2015. URL : http://vertigo.revues.org/14645 ; DOI : 10.4000/vertigo.14645

Vous aimerez aussi...