« Afrique du Sud : Les Enjeux du gaz de schiste » par F. Lafargue

« Afrique du Sud : Les Enjeux du gaz de schiste » par François LAFARGUE, Docteur en géopolitique et docteur en Science politique, professeur de géopolitique à Paris School of Business.

Cette proposition d’article à été soumise au protocole expérimental d’évaluation ouverte par les pairs.
L’évaluation du texte a été réalisée par Mark BAILONI (Université de Lorraine, Nancy, France).

Publication du texte : 2 novembre 2015
Publication de l’évaluation : 1er décembre 2015
Dépublication du texte : 4 janvier 2016


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Mark Bailoni dit :

    Evaluation ouverte par Mark Bailoni, Université de Lorraine, Nancy, France

    Appréciation du sujet
    Si le sujet, la question de l’exploitation potentielle du gaz de schiste en Afrique du Sud, est très pertinent, son traitement, sa contextualisation et son analyse apparaissent trop superficiels pour rendre cet article très pertinent scientifiquement. En l’état, cet article a davantage sa place dans une revue « grand public » type Diplomatie, Carto, Questions Internationales, etc. que dans une revue scientifique comme VertigO.

    Appréciation générale
    Si les informations sont à jour, leur analyse et leur traitement scientifique sont souvent absents.

    Appréciation concernant les articles de résultats de recherche et de réflexion théorique
    Concernant la valeur scientifique: Il faut replacer cette réflexion dans la littérature scientifique internationale traitant la question de l’exploitation du gaz de schiste. Elle est évoquée, il faut la développer et citer des références incontournables. Contrairement à ce qui est affirmé dans l’introduction, il existe aussi une littérature non-partisane et réellement scientifique sur ces sujets.
    Il faut donner un angle d’approche beaucoup moins généraliste de cette question et réellement problématiser la réflexion, pour sortir de l’impression que l’on est juste face à un état des lieux, une compilation d’informations générales. Peut être qu’une refonte du plan pourrait aussi permettre de sortir de cette impression de rapport/état des lieux superficiel.
    Il faut montrer les spécificités de ces questions pour l’Afrique du Sud, afin de monter, au final, leur intérêt dans le corpus scientifique.
    Concernant la qualité méthodologique: Il faut expliquer la méthodologie d’analyse, liée à l’approche scientifique: ces deux éléments fondamentaux sont ici quasiment absents. Même le champ disciplinaire dans lequel se place l’auteur n’apparaît pas (géographie ? géoéconomie ? géopolitique ? autre ?). Au final, l’article ressemble davantage à un état des lieux journalistique ou un rapport, qu’à une véritable analyse scientifique.
    Il manque également une réflexion d’échelle, sur laquelle l’article semble hésiter: entre les enjeux de l’exploitation liés au contexte international, les enjeux et les problèmes au niveau national, les enjeux et problèmes au niveau local (notamment dans le Karoo).

    Appréciation concernant les articles de transfert de connaissance (synthèse)
    Concernant l’exhaustivité: Beaucoup de points sont à préciser, notamment dans l’analyse critique des statistiques sur l’énergie ou sur des données plus générales (voir les remarques dans le corps du texte via hypothes.is).
    Il faudrait également développer davantage la question du jeu d’acteurs au sein de l’Afrique du Sud (entre territoires locaux, entre partis, entre intérêts divers, entre peuples, etc.) sur ces questions énergétiques, qui n’est pas réellement abordé et qui est fondamental pour comprendre le positionnement de l’Etat sur la question et plus largement son positionnement en matière de politique énergétique.
    Il manque des cartes: au moins une carte de synthèse sur les énergies en Afrique du Sud, localisant les régions citées, les sites de production de charbon, les sites potentiels pour les énergies renouvelables, la localisation des ressources en gaz de schiste, les principales centrales à charbon/nucléaire, etc.
    D’autres graphiques pourraient également être ajoutés (sur la consommation et l’évolution de la production énergétique par exemple).

    Concernant la qualité de synthèse: La synthèse reste à compléter pour être réellement pertinente (voir remarques précédentes).
    Quelques améliorations doivent également être apportées dans la structure de la partie principale « Vers une exploitation du gaz de schiste ? »

    Appréciation concernant la correction de la langue, l’écriture et le style
    Quelques petites coquilles, mais le texte est très bien écrit.

    Appréciation concernant l’élégance de la présentation, l’organisation et la structure du texte
    Quelques détails sont à revoir: qualité visuelle du graphique, normes de bibliographie.

    Commentaires généraux
    Points forts: Le sujet de fond est très pertinent: le potentiel de l’exploitation du gaz de schiste dans un pays émergent, où une partie importante de la population n’a pas forcément accès continuellement à l’électricité, et où les préoccupations environnementales apparaissent de plus en plus dans le débat politique.
    Lacunes ou faiblesses: Le traitement et la contextualisation scientifiques de cette question sont à revoir en profondeur. En l’état, cette analyse ne peut être publiée dans une revue scientifique.

    ________________________________________

  2. Lafargue dit :

    L’évaluateur critique le manque de contextualisation de l’article. Il ne semble pas nécessaire de revenir sur la notion des gaz de schiste, l’avantage et les inconvénients de leur exploitation. Le lecteur d’une revue scientifique comme Vertigo a déjà en principe de telles connaissances.
    – L’entrée en matière est donc directe, ce qui semble logique, le lecteur désireux de mieux connaître les hydrocarbures non conventionnels se reportera soit à des publications plus généralistes, soit aux références bibliographiques.
    – L’évaluateur critique l’article comme étant un simple état des lieux. Cela n’a pas de sens. Cette publication s’appuie sur une connaissance du terrain réelle et non pas simplement académique (thèse et articles AERES sur le sujet de l’Afrique du sud, dernier ouvrage publié chez PUF). Au contraire, au-delà de l’état des lieux, j’établis plusieurs hypothèses avec pour chacune leur limites. J’utilise même dans mon article le mot de « scénario ». L’évaluateur a lui-même publié une contribution sur le Royaume-Uni que j’avais moi-même évalué et dans un sens positif, or un même reproche aurait pu lui être formulé. Il n’est pas demandé aux contributeurs de Vertigo de faire de la prospective, mais de dessiner des hypothèses raisonnables. Ce que fait mon article.
    – Sur la forme, certaines remarques sont acceptables, d’autres n’ont pas nécessairement de sens, par exemple de détailler l’organisation du marché énergétique en Afrique du Sud. Non seulement ce n’est pas le sujet, mais cela alourdirait le texte. Et certains esprits n’hésiteraient pas à trouver cela maladroit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *