« Permissivité de la transdisciplinarité. L’étude du changement climatique dans le delta du Saloum, un terreau ? » par S. M. Sarr

Cet article est soumis à une évaluation ouverte par les pairs. Les rapports d’évaluation sont ou seront postés à la suite du texte. Pour consulter les annotations faites sous hypothes.is, le plug-in est activable en cliquant sur ce lien.

Serigne Momar SARR, Doctorant en sociologie, Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal), Laboratoire ERMURS (Équipe de recherche sur les mutations du rural sahélien).

Résumé : Cet article porte sur l’« impératif catégorique » de la transdisciplinarité concernant la problématique du changement climatique sévissant dans le delta du Saloum eu égard aux concepts et approches qu’elle suggère et mobilise. Face à la complexité et à l’acuité de l’objet, l’expertise des sciences de l’environnement urge pour arriver à des connaissances consuméristes pour la durabilité des économies, la résilience des sociétés et la préservation des écosystèmes face au changement global. La sociologie partage cette volonté en se solidarisant des dimensions psychologique, géographique, anthropologique, politique, économique, climatologique… L’étude de l’adaptation au changement climatique face aux vulnérabilités sur les enjeux sociaux au niveau du delta du Saloum permet d’entrevoir la trajectoire de cette optique. Cette collaboration est apte à parvenir à des éclairages concluants davantage lorsque la configuration socio-territoriale du delta s’y prête. Dans ce cas d’espèce, la valence de la coopération disciplinaire est positive.

Mots-clés : transdisciplinarité, interdisciplinarité, changement climatique, adaptation, vulnérabilité, représentations sociales, chercheur, delta du Saloum, objet

Abstract : This article relates to the categorical imperative of the transdisciplinarity concerning the problems of the climate change prevailing in the delta of Saloum in view of concepts and approaches which it suggests and mobilizes. In front of the complexity and of the acuteness of the object, the expertise of the sciences of the environment urge to arrive at consumerist knowledge for the durability of economies, the impact strength of societies and the conservation of the ecosystems in front of global change. The sociology shares this will by showing solidarity psychological, geographical, anthropological, political, economic, climatic dimensions… The study of the adaptation to the climate change in front of vulnerabilities on the social stakes at the level of the delta of Saloum allows to glimpse the trajectory of this optics. This collaboration is capable of reaching decisive lightings more when the socio-territorial configuration of the delta lends itself to it. In these concrete cases, valence of the disciplinary cooperation is positive.

Keywords : transdisciplinarity, interdisciplinarity, multidisciplinarity, climate change, adaptation, vulnerabilities, socials representations, researcher, delta of Saloum, object, environment

Introduction

Contrairement à la suspicion de Capitant et Hilgers (2013) selon laquelle la « territorialisation » des disciplines est actuellement d’une « rigidification » remarquable, nous observons que l’interdisciplinarité, jadis névrose dans l’establishment académique, connait désormais la sublimation. Avec l’acuité de certains phénomènes voire la complexité des objets d’étude, ou encore le besoin d’un regard nouveau systématique, l’interdisciplinarité qui semblait il y a quelques années encore une chimère est consacrée. En outre, cette nécessité impérieuse est devenue une extrême urgence assurément exigeante pour l’achèvement de la transdisciplinarité. La perspective sociologique de l’adaptation au changement climatique dans le delta du Saloum offre un silo pertinent pour éclairer la présente. Et donc, en se préoccupant à la fois de la vulnérabilité, de l’adaptation, de l’espace, du vécu, des représentations sociales, de la territorialité, du climat, des mesures institutionnelles, des savoirs locaux, etc., il est à même de s’interroger sur le cheminement vers la transdisciplinarité.

Le delta du Saloum (Centre-ouest Sénégal) présente un intérêt qui tient à la configuration du territoire constitué quasiment d’îles, d’un riche écosystème (site Ramsar) de mangroves ouvert sur l’océan atlantique et les chéneaux mais aussi de la pluriactivité rurale (transformation de produits de mer et de fruits, écotourisme, agriculture, pêche, gestion des ressources naturelles…) développées par sa population majoritairement constituée de groupes ethniques socés et niominkas au profil socioanthropologique impressionnant. Néanmoins, il est de plus en plus fragilisé. Pour autant, il présente une spécificité référentielle et des stratégies innovantes pour l’adaptation aux vulnérabilités (Sarr, 2013). Celan étant, sur les problèmes de la gouvernance environnementale (Beniston, 2009) et des défis du développement (Ackermann, 2006) des insulaires (Bouchard et al., 2010), c’en est une échelle à l’heuristique inouïe.

Au cours de cette réflexion, nous démontrons à partir du phénomène du changement climatique dans ce delta et en se basant sur la littérature, les conditions permissives de la transdisciplinarité. En clair, de la pluridisciplinarité à l’interdisciplinarité, cet article explique l’appétence de la transdisciplinarité (Nicolescu, 1996; Morin, 1997) qui se déblaie davantage en gradation (Létourneau, 2008) lorsque le dessein est ici de cerner les enjeux sociaux du phénomène qui implique nécessairement une exploration descriptive et analytique de la totalité de l’activité sociale des groupes ethniques. Nous précisons alors l’au-delà des mécanismes d’interaction entre la sociologie et d’autres disciplines, la flexibilité voyagère des concepts d’un discipline à l’autre tout en discutant des implications d’ordre pratique.

Des approches à la croisée des chemins

Le vœu de cerner à bon escient les objets ne conduit-il pas les praticiens à se bonifier avec des formations supplémentaires dans la grande famille des sciences sociales jusqu’à arborer fièrement les titres de socioanthropologue, psychosociologue, juriste-économiste, historien-démographe, etc.? Cela étant, les régressions d’une discipline à l’autre semblent inévitables. Du même ordre, à l’intérieur des disciplines, il existe moult branches de spécialisation n’étant rien d’autre que les épithètes d’une discipline donnée sur une autre. Une question mérite notre attention : qu’est-ce qui explique qu’une discipline donnée, notamment ici, la sociologie, contient plusieurs branches qui ne sont rien d’autres que des qualificatifs dont le substantif, à y voir de plus près, est une discipline ? Les sciences sacrifient à l’altérité.

En revenant sur les termes originels du problème, une discipline peut afficher une certaine « arrogance ». C’est compréhensible. Cela tient simplement que pour un individu que pour une chose, le principe fondamental qui permet de connaitre et de se reconnaitre comme l’on est, c’est d’exister. En se constituant, une discipline tout comme l’individu tient à s’affirmer, à être admissible dans le banquet de l’épistémologie ou de la société. Cela n’a pas empêché que l’ambition d’affiner la méthode sociologique ailleurs qu’en elle-même a conduit certains chercheurs sur d’autres cieux. Ce, jusque sur des terrains glissants. Le jeu en vaut la chandelle. D’emblée, l’affirmation de l’une ou de l’autre discipline est des plus à craindre pour créer de la disharmonie. Par expression de « volonté de puissance », il est possible de déceler un casus belli. Mais en tout état de cause, le chercheur est toujours et déjà responsable. Grappiller ou implorer, c’est là la question.

À l’intérieur des parcours de spécialisation, la migration vers d’autres disciplines se fait presque intuitivement comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir. L’interdisciplinarité sauve des écarts de conduite et des régressions. Alors, il n’en faut pas beaucoup pour réussir l’intégration à partir de « l’hybridation disciplinaire » (Defaud et Guiader (dir., 2002). Les haies mitoyennes ne sont qu’illusion. Chaque discipline a les outils adaptés sur une parcelle qui peut ne pas toujours être la sienne. Chaque discipline, par curiosité ou par gourmandise, instille le voisin. Même si chaque science a son penchant qui l’entraine, les chercheurs doivent situer leur intérêt. Alors, il leur faut inexorablement coopérer. Mais alors la discipline de prédilection, n’y perd-elle pas en essence? La mise en relation que l’objet de la sociologie sait bien faire (Boudon, 1979; Touraine, 1974), garde l’emprunt inaliénable. L’interdisciplinarité a souvent été en filigrane dans l’analyse sociologique. Dès lors, les accointances entre différentes disciplines sont à prévoir plutôt qu’à émerger sans contrôle. C’est ainsi que la transdisciplinarité manifeste son sens.

C’est un principe élémentaire qui « bassine » nos étudiants et autres intéressés que pour l’existence d’une science, il faut un objet et des méthodes. Or, c’est là qu’est le problème majeur que nous entendons soulever à défaut de l’élucider ici. Car, la société étant l’objet matériel des sciences sociales, chaque science se forge son objet formel qui n’est rien d’autre qu’une parcelle du vaste champ nommé « société ». En conséquence selon, Grawitz (2001 : 340), « il faut admettre que les frontières entre les diverses disciplines ne sont pas fixées une fois pour toute. » Même idée chez Morin (1994) lorsqu’il pose que « L’histoire des sciences n’est pas seulement celle de la constitution et de la prolifération des disciplines, mais en même temps celle de ruptures des frontières disciplinaires, d’empiètements d’un problème d’une discipline sur une autre, de circulation de concepts, de formation de disciplines hybrides qui vont finir par s’autonomiser ; enfin c’est aussi l’histoire de la formation de complexes où différentes disciplines vont s’agréger et s’agglutiner. » Dès lors, malgré les quelques achoppements prévisibles, on peut observer la familiarité congénitale entretenue de commun accord à cause de l’irréductibilité de cet objet matériel. Subséquemment, les frontières disciplinaires sont alors poreuses.

Les sciences de l’environnement, creuset de l’intégration disciplinaire

D’abord il convient de faire le point sur les acceptions disciplinaires  avec Grawitz (2001 :340) qui renseigne que « d’après Jean Piaget (1965), il faut distinguer : la recherche pluridisciplinaire dans laquelle plusieurs sciences collaborent chacune conservant sa spécificité ; la recherche transdisciplinaire qui se situe à un niveau d’abstraction élevé, utilise des théories et concepts communs à toutes les sciences sociales ; enfin la recherche interdisciplinaire qui implique confrontation, échange de méthodes, concepts et point de vue ».

Les interactions entre phénomènes sociaux, spatiaux et naturels caractérisent aujourd’hui l’environnement. À ce titre, face à ces objets sociaux et techniques, forcément il faut recourir à l’interdisciplinarité (Jollivet, 2012). L’homme est une totalité inextricable. Déjà les trois équipes du GIEC [1] sont multidisciplinaires. Sous la direction de Sy (2012), des géographes, sociologues, démographes, juristes, politistes, et climatologues ont réfléchi de manière pluridisciplinaire sur les changements climatiques en Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, les notions de « migrants environnementaux », « refugiés climatiques », « justice climatique » en appellent aux sciences juridiques. Pour Ndiaye (2002 :87), « le thème de l’environnement se révèle en effet inépuisable au regard des très nombreux domaines auxquels il est possible de les raccorder. » In fine, Audet (2008a) est sans appel dans son analyse en énonçant  qu’ « En environnement, aucune problématique n’est simple, et plus que tous autres champs de recherche, celui-ci a besoin de l’interdisciplinarité (…) ».

Une grande préoccupation accompagne les sciences de l’environnement pour une recherche de compétences aptes à parvenir à une meilleure option pour gérer la problématique du changement global. L’œuvre inaugurale du Manuel de sociologie de l’environnement paru en 2012 de Barbier et al., démontre l’ensemble des questionnements sociologiques sur l’environnement. Cette dimension est d’un grand apport dans les sciences de l’environnement pour d’autres angles de vues intéressantes. Donc, la sociologie de l’environnement est un substrat à l’affirmation de l’interdisciplinarité (Audet, 2008b). L’interdisciplinarité ratisse large lors de la construction de l’objet et enrichit les perspectives analytiques. La nature novatrice des approches méthodologiques est gage de problématisation réussie. Cela étant, la sociologie tout en fourbissant ses armes méthodologiques, se doit naturellement d’autoriser aux autres disciplines de se prononcer entièrement. La transdisciplinarité s’y prépare (Fréchette et al., (dir.), 2008) après la pluridisciplinarité (Leciak, 2008). Du coup également, les sciences humaines et sociales se réadaptent [2] ou se renouvellent (Kesteman, 2004).

Notre humanité est aujourd’hui plus que jamais d’une complexité qui en commande des moyens à la hauteur pour la dégrossir afin qu’elle soit sue et de nouveau compréhensible. Si comprendre le réel pour agir au mieux-être des socius est l’objectif de toute science, encore faut-il qu’elle soit apte à faire des découvertes innovantes. Cette problématique du changement climatique dans le delta du Saloum a la particularité de combiner plusieurs approches. Tout part de la nature de l’objet : son appréhension, sa construction, l’explicitation. Ce parti-pris d’un «éclectisme méthodologique » est particulièrement intéressant à voir.

Facilité interdisciplinaire dans le terrain de recherche deltaïque

Le delta du Saloum a déjà fait l’objet d’études pluridisciplinaires (Fall 2009; Ndour et al. 2011). La construction de l’objet d’étude s’irrigue de différentes approches méthodologiques. Les disciplines invoquées se complètent parfaitement. La psychologie sociale intéressa fondamentalement pour l’analyse des comportements de groupe, les motivations sociocognitives, le mobile de l’action collective. L’ethnoanthropologie cernera le référentiel et le profil des groupes ethniques socés et niominkas du delta. Les études du climat sont déjà à pied d’œuvre avec les géophysiciens, les climatologues et même les archéologues.

L’étude sociologique dans ce terrain interroge l’attitude de ces groupes ethniques vis-à-vis du phénomène du changement climatique, voire mieux, le vécu à travers les interactions. Dès l’entame, les concepts psychosociologique et ethnoanthropologique jouxtent l’interdisciplinarité. L’approche par vulnérabilité permet d’adopter une démarche qui révèle les contraintes et les capacités économiques des acteurs sociaux à l’adaptation. L’emploi de méthode phénoménologique par la restitution et l’approche par complexité morinienne guident la problématique. D’ailleurs, c’est cette dernière qui offre la possibilité de la transdisciplinarité de l’analyse impressionnante de Nicolescu (1996).

L’économie d’inspiration de Sen est convoquée pour penser la capability en vue de poursuivre l’activité économique pour l’accomplissement du bien-être collectif à partir de ressources endogènes dans les dynamiques sociales de production, d’échanges marchands et de transactions locales de marché. Bien sûr, tout cet investissement s’accomplit par cernure de l’espace représenté par les groupes ethniques socés et niominkas; d’où la géographie (physique et humaine) interpellé sur le milieu physique, le système naturel, la territorialité, l’espace du vécu, la géomorphologie, le climat, la répartition spatiale, les zones de production, etc.

Ailleurs, la science politique intéresse aussi car le climat est depuis enjeu des relations internationales (Matelly, 2006) à travers les conférences des parties tenues par la CCNUCC [3] avec les remous sur le protocole de Kyoto, le financement de l’adaptation au changement climatique, l’action militante des écologistes et des ONG [4] lors des négociations internationales. La gouvernance mondiale, la géostratégie, le contrôle des ressources naturelles, les conflits de gestion ou d’usage… sont autant d’illustrations pour user de cette science. Mais également l’analyse des politiques publiques environnementales au niveau national. En fin, la démographie y a sa place si jamais nous préoccupent les mouvements des populations ou sa croissance dans un espace exigu. De même que l’histoire pour la connaissance du terroir et de ses symboliques.

La contribution de ces différentes sciences procède de la recherche de compétences à l’égard du problème recherche. C’est comme l’architecture d’une maison : assembler différents matériaux de part et d’autre pour qu’à l’issue soit réalisée une bonne maison. Ainsi les disciplines sont appelées à s’agglutiner autour du même objet pour une dissection intégrale qui le met sur orbite. Cette synergie des différentes disciplines présage bien les jalons de la transdisciplinarité si et seulement si, des théories et concepts qui les transcendent sont déclinés.

Mutualisation des compétences disciplinaires, voie de la transdisciplinaire

Le concept d’adaptation est particulièrement sollicité qu’il serait périlleux de renseigner ici toutes ses dimensions [5]. Depuis que Taché (2003) l’accepte comme un concept systémique pendant que Claude Rivière (1999) finissait de montrer sa transversabilité de la biologie à la sociologie en passant par la psychologie, il n’est de sciences biologiques, sociologiques, économie politique, etc. qui ne s’en est réclame à part entière.

Le concept de vulnérabilité suscite beaucoup d’intérêt pour l’adaptation et/ou la résilience (Provitolo, 2009). L’approche par vulnérabilité mise au goût du jour par Fluet (2006) tenait d’une construction pluridisciplinaire jusqu’à ce que Becerra et Peltier (dir., 2009) démontrent que la construction du concept de vulnérabilité est assurément interdisciplinaire. Becerra (2012) revient encore avec force dans ses démonstrations. Dans le domaine de l’environnement, ce concept marque fondamentalement l’entrée de la sociologie à l’interdisciplinarité. Il marque en outre l’entrée de l’économie de tradition d’Amartya Sen lorsque Gondard-Delcroix et Rousseau (2004) adoptent son concept de capability. Sen insistant sur le processus de constitution du bien-être en intégrant les libertés réelles d’être et d’agir et que, c’est dans les vulnérabilités même que se révèle la résilience des individus. Car, à y voir de plus près, il y a indissociabilité de la vulnérabilité à l’adaptation voire la résilience.

L’objet en sociologie, recoupe toujours et déjà les représentations sociales. Or, celles-ci, en terme de systématisation théorique et méthodologique est la chasse gardée des psychologues sociaux depuis Moscovici en 1961 qui réévalua la perspective durkheimienne (1898). Et comme remarque Grawitz (2001 :222), «  la psychologie sociale et la sociologie sont les deux sciences humaines les plus proches l’une de l’autre ». Alors, au lieu de retourner à la tradition sociologique, il est plus judicieux d’employer cette perspective psychosociologique car les résultats auxquels elle a abouti sont probants. De plus, Roussiau et Bonardi (2001) ont admirablement montré le caractère transdisciplinaire des représentations sociales en les repérant en sociologie, en psychologie sociale et en géographie. Dès lors que les géographes brandissent partout, non sans raison, que là où est l’humain est l’espace, le rapport société-environnement parait évident autour d’un espace donné. Il y a une longue tradition de l’influence du milieu sur la vie des hommes avec la théorie des « genres de vie », théorie du « possibilisme » avec les Ratzel, Vidal de la Blache, Yi-Fu Tuan. Mutatis mutandis, la transdisciplinarité devient naturellement possible à partir de la théorie des représentations socialement. En fin, les concepts d’adaptation, de vulnérabilité, d’attitude, de vécu, de changement climatique, d’espace, de territoire, de production économique… explorés dans différentes disciplines à la fois, alimentent l’objet d’étude dans ce delta.

A coup sûr, dans cette mutualisation des compétences, il convient de se focaliser sur les concepts, les théories et les paradigmes car les outils d’investigation (enquête, observation, questionnaire, entretien…) semblent définitivement acquis. Le point focal reste l’analyse des données de terrain. Pour autant, l’épistémologie guettera toujours la moindre effraction. Donc, l’attitude du chercheur est et reste encore décisif d’autant plus que nous rejoignons la thèse de Lalèyê (2002) selon laquelle l’obstacle de la connaissance en général est le « statut objectal » conféré arbitrairement : le sujet fier, l’objet inconscient. Depuis que Piaget (1967) a posé que les sciences sociales s’attèlent à l’étude des comportements humains à cause de la conscience qui interagit sur l’objet, toute tentative de réification nuit à la connaissance. Même si la perspective phénoménologique lève l’imprécision, le mystère demeure. C’est que l’objet de connaissance dépend aussi de l’acte et de l’état sociocognitif du sujet qui y réfléchit. Le paradigme de la complexité de Morin a fini de jeter un regard sulfureux sur le réel pour s’apercevoir que le chercheur est visiblement interpellé sur sa conduite et sur ses outils.

Conclusion

Le phénomène du changement climatique est un creuset disciplinaire où le chercheur, quel que soit son domaine de prédilection se doit de mobiliser les ressources théoriques, conceptuelles et méthodologiques nécessaires pour parvenir à des résultats probants. A ce titre, nécessairement nous recourons à plusieurs disciplines puisse que l’imbrication de l’objet d’étude aux autres domaines de connaissances en sciences sociales et même en science naturelle est constante. Visiblement, les sciences de l’environnement dans leur entièreté entretiennent ce rapport dialogique qui sauve les chercheurs d’œillère limitative dans la conception et dans le moulage des objets d’étude. Avec cette palette disciplinaire, l’« éclectisme méthodologique » fortifiera la sociologie qui y gagnera un insoupçonné quadrillage pour une meilleure compréhension de l’objet. Cela étant, les atomes crochus sont bien fixés et se déploiement aisément dans la construction d’objets d’étude tel que l’adaptation au changement climatique dans le delta du Saloum.

Les rapports d’une discipline avec ses consœurs peuvent s’entrevoir entre chasse gardée et chassé-croisé même si la coopération semble définitivement l’emporter sur les tentatives de subjugation des unes sur les autres. Les effets émergents des accointances disciplinaires s’estompent. D’ores et déjà, il n’est guère superfétatoire de proclamer sous l’autel de l’épistémologie cet impératif kantien dans l’étude de beaucoup d’objets. Le chercheur lui-même par rapport aux exigences de son objet mais aussi de l’existence de connaissances ailleurs utiles est appelé à s’y plier. Dans cette mutualisation des compétences, certaines disciplines naturellement auront plus de dispositions que d’autres. C’est pourquoi dans l’étude du phénomène du changement climatique au niveau delta du Saloum, il est préférable de faire intervenir chaque discipline conviée dans le théâtre des opérations à son moment opportun par l’emploi d’un concept sur lequel elle a réfléchi ou réfléchit. Mais que le chercheur fasse suffisamment l’effort de savoir l’état et la teneur des produits des disciplines avant de les convier au salon disciplinaire.

Si aporie il y’a dans le domaine de l’environnement, seul la transdisciplinarité est à même de lever la brume. Ailleurs avec le mystère qui entoure cette chose bizarre que nous nommons « développement », la transdisciplinarité a été proposée pour venir à bout des apories (Lalèyê, 1992), comme pour dire, aux grands mots, les grands remèdes. L’activité scientifique est à chaque fois mise à l’épreuve. Le chercheur se doit de redorer sa boite à outil. Cette problématique de l’adaptation au changement climatique ne fait que commencé nonobstant la littérature qui l’inonde déjà. Elle a besoin de réponses ponctuelles. Pour cela, tout porte à le croire que la transdisciplinarité est apozème et panacée à la fois.

Références bibliographiques

Ackermann, G., Fr. Alexandre, J. Andrieu, C. Mering et Cl. Ollivier, 2006. « Dynamique des paysages et perspectives de développement durable sur la petite côte et dans le delta du Sine – Saloum (Sénégal) », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 7 Numéro 2 | septembre 2006, consulté le 17 juin 2014. URL : http://vertigo.revues.org/2206

Audet, R., 2008b. « Espoirs et périls de l’interdisciplinarité en environnement », Le Panoptique, Perspectives sur les enjeux contemporains, publié le 15 avril 2008, URL : http://www.lepanoptique.com/sections/environnement/espoirs-et-perils-de-l%E2%80%99interdisciplinarite-en-environnement/, consulté le 14 juin 2014.

Audet, R., 2008b. « L’horizon interdisciplinaire de la sociologie de l’environnement sur le terrain de l’agriculture alternative », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 8 Numéro 2 | octobre 2008, consulté le 17 juin 2014. URL : http://vertigo.revues.org/5534

Barbier, R., P. Boudes, J.-P. Bozonnet, J. Candau, M. Dobré, N. Lewis, F. Rudolf (dir), 2012. Manuel de sociologie de l’environnement, Québec, Presses de l’Université Laval.

Becerra, S., 2012. « Vulnérabilité, risques et environnement : l’itinéraire chaotique d’un paradigme sociologique contemporain », VertigO – La revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 12, n° 1, 2012, en ligne http://vertigo.revues.org/11988, consulté le 15 décembre 2012.

Becerra, S. et A. Peltier (dir.), 2009. Risques et environnement : recherches interdisciplinaires sur la vulnérabilité des sociétés, L’Harmattan.

Beniston, M., 2009. Changements climatiques et impacts. De l’échelle globale à l’échelle locale, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Bouchard, Ch., L. Marrou, S. Plante, R. Payet et E. Duchemin, 2010. « Les petits États et territoires insulaires face aux changements climatiques : vulnérabilité, adaptation et développement », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 10 Numéro 3 | décembre 2010, consulté le 07 décembre 2011. URL : http://vertigo.revues.org/10634

Boudon, R., 1979. La logique du social. Introduction à l’analyse sociologique, Hachette.

Capitant, S. et M. Hilgers, 2013. « Présentation », Anthropologie et Sociétés, Vol. 37, n° 1 : Anthropologie et médiations interdisciplinaires : variations africanistes, pp. 9-22.

Defaud, N. et V. Guiader (dir.), 2002. Discipliner les sciences sociales. Les usages sociaux des frontières scientifiques, L’Harmattan.

Durkheim, E., 1898. « Représentations individuelles et représentations collectives », Revue de métaphysique et de morale, 6, 273-302.

Fall, M., 2009. « S’adapter à la dégradation de l’environnement dans le Delta du Saloum : Variabilité des stratégies chez les femmes socés et niominkas du Sénégal », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 9 Numéro 2 | septembre 2009, consulté le 17 juin 2014. URL : http://vertigo.revues.org/8651

Fluet, M-J., 2006. Impacts des changements climatiques sur les agriculteurs de la province du Zondoma au Burkina Faso : adaptation, savoir et vulnérabilité, Université du Québec à Montréal, Mémoire de maîtrise en sciences de l’environnement.

Fréchette, A., L. Guay, Fr. Lemarchand, L. Lepage et A. Létourneau (dir.), 2008. La nature des sciences de l’environnement : quels enjeux théoriques, pour quelles pratiques ? Dossier, Volume 8 Numéro 2 | octobre 2008, consulté le 17 juin 2014. URL : http://vertigo.revues.org/1338

Gondard-Delcroix, C., et S. Rousseau, 2004. « Vulnérabilité et Stratégies durables de gestion des risques : Une étude appliquée aux ménages ruraux de Madagascar », Développement durable et territoires, Dossier n°3, 16p. URL : http://developpementdurable.revues.org/1143

Grawitz, M., 2001. Méthode des sciences sociales, Dalloz, 11e édition.

Jollivet, M., 2012. « Objets naturels et objets techniques : la place de la sociologie et l’ambition de l’interdisciplinarité », in R. Barbier et al. (dir), Manuel de sociologie de l’environnement, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 33-51.

Kesteman, J.-P., 2004. «L’Un, le Multiple et le Complexe. L’Université et la transdisciplinarité», A contrario, 2004/1 Vol. 2, p. 89-108. En ligne, URL : https://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=ACO_021_108

Lalèyê, I.-P. L., 2002. « Le même et l’autre de l’homme. Le savoir aux prises avec la différence », in Philosophies Africaines : traversées des expériences, Collège International de Philosophie, Rue Descartes n°36, Juin 2002, Paris, Presses Universitaires de France, p. 75-91.

Lalèyê, I.-P. L., 1992. « Transdisciplinarité et développement endogène », in J. Ki-Zerbo (dir.), La natte des autres. Pour un développement endogène en Afrique, Karthala, p. 307-323.

Létourneau, A., 2008. « La transdisciplinarité considérée en général et en sciences de l’environnement », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 8 Numéro 2 | octobre 2008, consulté le 16 juin 2014. URL : http://vertigo.revues.org/5253

Matelly S., 2006. « Introduction », dans Sylvie Matelly (dir.), L’environnement, un enjeu stratégique des relations internationales ? La revue internationale et stratégique, Hiver 2005-2006, p. 69-72.

Morin, E., 1997. « De la réforme à l’université », Congrès international de Locarno : Quelle université pour demain ? Vers une évolution transdisciplinaire de l’université, 30 avril-2 mai 1997 : Annexe du document de synthèse CIRET-UNESCO.

Morin, E., 1994. « Sur l’interdisciplinarité », Bulletin Interactif du Centre International de Recherches et Études transdisciplinaires. En ligne : http://ciret-transdisciplinarity.org/bulletin/b2c2.php

Moscovici, S., [1961] 1976. La psychanalyse, son image et son public, Paris, PUF.

Natures Sciences Sociétés, 2010/3 Vol. 18.

Ndour, Ng., S. Dieng et M. Fall, 2011. « Rôles des mangroves, modes et perspectives de gestion au Delta du Saloum (Sénégal) », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 11 Numéro 3 | décembre 2011, consulté le 17 juin 2014. URL : http://vertigo.revues.org/11515

Nicolescu, B., 1996. La transdisciplinarité. Manifeste, Monaco, Éditions du Rocher.

Piaget, J., 1967. Biologie et connaissance : essai sur les relations entre les régulations organiques et les processus cognitifs, Poitiers, édition Gallimard, NRF.

Provitolo, D. « Vulnérabilité et résilience : géométrie variable des deux concepts », Paris École Nationale Supérieur, Séminaire résilience, novembre 2009, 42 p.

Rivière, Cl., 1999. « Adaptation », in Dictionnaire de sociologie, (dir.) André Akoun et Pierre Ansart, Le Robert/Seuil.

Roussiau, N. et Ch. Bonardi, 2001. Les représentations sociales. État des lieux et perspectives, Pierre Mardaga éditeur.

Sarr, S.-M., 2013. Adaptation face aux vulnérabilités en contexte de changement climatique. Le cas de la population insulaire de Dionewar dans le Delta du Saloum, Mémoire de Master 2, Université Gaston Berger de Saint-Louis.

Sy, B.-A., (dir.), 2012. Changements climatiques, dynamiques des milieux et crises de sociétés en Afrique de l’Ouest, l’Harmattan.

Taché, A. L’adaptation : un concept sociologique systémique, Paris, l’Harmattan, 2003.

Touraine, A., 1974. Pour la sociologie, Éditions du Seuil.

Filmographie

https://www.canal-u.tv/video/la_forge_numerique/l_interdisciplinarite_et_les_nouvelles_technologies_en_sciences_humaines_et_sociales_quelles_sciences_humaines_et_sociales_pour_le_21e_siecle.10856 6 Décembre 2012, 57 min, Université de Caen Basse-Normandie, Table ronde sur l’interdisciplinarité et les nouvelles technologies en SHS.

1 Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat.

3 Conférence cadre des nations unies sur le changement climatique

4 IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature, WWF (Fond mondial pour la nature), WI (Wetlands international), FIBA (Fondation internationale du Banc d’Arguin)…

5 Cf. : Natures Sciences Sociétés, 2010/3 Vol. 18


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Valérie Deldrève dit :

    Evaluation ouverte par Valérie Deldrève, sociologue, IRSTEA – Environnement Territoires et Infrastructures, Cestas, France

    Appréciation du sujet
    Moyenne, certaines idées sont très intéressantes.

    Appréciation générale
    L’information contenue dans l’article est à jour. Le contenu de l’article est appuyé par des recherches valides et soutenu par une bibliographie. Les arguments présentés sont logiques. L’article est pertinent pour la revue VertigO considérant son lectorat, ses mandats et ses objectifs. Des publications antérieures contenant le propos principal existent.
    Environnement et transdisciplinarité est un thème déjà bien traité. Mais l’auteur pourrait donner plus d’originalité à son article et de poids à ses idées en s’appuyant plus fortement sur son terrain.

    Appréciation concernant les articles de résultats de recherche et de réflexion théorique
    Concernant la valeur scientifique: Un cadre théorique est présent, mais la démonstration est insuffisante (acceptable, demande de modifications majeures).
    Concernant la qualité méthodologique: La méthode est à clarifier (acceptable, demande de modifications mineures).

    Appréciation concernant la correction de la langue, l’écriture et le style
    Clarification, simplification et correction nécessaires (acceptable, demande de modifications majeures).

    Appréciation concernant l’élégance de la présentation, l’organisation et la structure du texte
    Structuration et présentation à revoir en partie pour donner davantage de poids au terrain, comme support de la démonstration (acceptable, demande de modifications majeures).

    Commentaires généraux
    Points forts: L’ambition de l’article : démontrer les conditions de passage de l’interdisciplinarité à la transdisciplinarité pour étudier les questions environnementales. Mobiliser un cas d’étude : l’adaptation au changement climatique dans le delta du Saloum. Partir d’une réflexion sur le travail aux frontières des disciplines et sur leur porosité.
    Lacunes ou faiblesses: Le texte ne répond pas aux objectifs. Des idées génériques et répétitives. L’étude présentée apparaît comme secondaire et ne permet pas à l’auteur de défendre son raisonnement, ni de montrer son apport original eu égard à la littérature existante sur environnement et transdisciplinarité. L’expression est parfois confuse ou ambigüe.
    Compréhensibilité: à améliorer.
    Recommandation générale: publier l’article avec corrections majeures.

    Observations destinées à l’auteur
    L’ambition du texte est intéressante et à maintenir : l’idée d’un cheminement de la pluridisciplinarité à l’interdisciplinarité puis à la transdisciplinarité, imposé (et facilité à la fois) par les questions environnementales traitées ; la preuve apportée par l’étude sur le changement climatique dans le Delta de Saloum. C’est là un beau sujet.
    Mais sur le fond et la forme, le texte doit être modifié pour mieux assoir la démonstration. Celle-ci n’est pas menée de manière suffisamment convaincante, à mon avis parce que l’auteur ne s’appuie pas suffisamment sur l’étude qu’il présente et sa contribution personnelle à celle-ci. Plutôt que de montrer comment concrètement s’articulent (ou non) les différentes approches disciplinaires, ce qui facilite ou entrave cette articulation, la production de données et d’analyses qu’elle autorise (ainsi que les limites en la matière), l’auteur privilégie un niveau de réflexion général (cf annotations dans le texte).
    Le texte gagnerait donc à donner plus de place à la recherche sur le delta (problématique, méthodologie, premiers résultats) et à s’appuyer sur cette expérience pour dépeindre de manière plus précise les conditions pratiques qui facilitent ou obstruent le cheminement vers la transdisciplinarité.
    Le corpus théorique sur lequel l’auteur s’appuie laisse à penser, par ailleurs, que l’interdisciplinarité est une interrogation récente et aujourd’hui un « acquis ». Or l’histoire de la sociologie de l’environnement est très tôt marquée par cette question (nature/environnement, risques, écosystème…), prégnante dans la définition de ce champ et les controverses qui le traversent. La thématique plus récente du changement climatique, et plus largement global, vient-elle prolonger cette interrogation ou la renouvèle-t-elle ?
    Pour développer sa réflexion sur les frontières disciplinaires et leur porosité, ainsi que sur la coopération autour de « concepts-frontière », l’auteur pourrait – s’il le souhaite – mobiliser de manière très pertinente la sociologie des sciences qui a beaucoup étudié ces questions (cf. références en annotations dans le texte).
    Enfin l’expression, pour travaillée et recherchée qu’elle soit, ne rend pas toujours bien compte des idées de l’auteur. Quelques corrections de termes et de formulations de phrase faciliteraient la lecture de l’article proposé.

    ________________________________________

  2. Evaluation ouverte par Bernard Pecqueur, professeur, Université Josef Fourier, Grenoble, France

    Appréciation du sujet
    Peu intéressante.

    Appréciation générale
    L’article n’est pas techniquement précis. Les arguments présentés manquent de logique. L’article n’est pas pertinent pour la revue VertigO, considérant son lectorat, ses mandats et ses objectifs.

    Appréciation concernant les articles de résultats de recherche et de réflexion théorique
    Concernant la valeur scientifique: Acceptable (demande de modifications majeures) à condition d’étayer une vraie argumentation, les références bibliographiques semblent justes.
    Concernant la qualité méthodologique: Inacceptable.

    Appréciation concernant les articles de transfert de connaissance (synthèse)
    Concernant l’exhaustivité: Inacceptable.

    Appréciation concernant la correction de la langue, l’écriture et le style
    Acceptable, demande de modifications majeures.

    Appréciation concernant l’élégance de la présentation, l’organisation et la structure du texte
    Acceptable, demande de modifications majeures.

    Commentaires généraux

    Points forts: Le sujet pourrait être pertinent. Les références bibliographiques semblent correctes.

    Lacunes ou faiblesses: Pas de véritable démonstration et un style parfois obscur.

    Recommandation générale: Ne pas publier l’article.

    Observations destinées à l’auteur
    L’article ne traite pas ce qu’il annonce. Le lecteur s’attend à une démonstration sur la base d’un terrain concret : le delta du Saloum. Voir le 3°§ de l’introduction : « au cours de cette réflexion, nous démontrons à partir du phénomène du changement les conditions climatique dans ce delta et en se basant sur la littérature, les conditions permissives de la transdisciplinarité. » Or le disparaît totalement dans le reste du texte. Ainsi, le titre ne rend pas compte du contenu.
    Le style écrit est souvent un peu obscur et parfois jargonneux (voir par exemple, le dernier § du texte). Attention aux expressions floue du type « la flexibilité voyagère des concepts d’une discipline » ou encore »les haies mitoyennes ne sont qu’illusion »…
    Les arguments sont délivrés d’autorité suite à des références bibliographiques mais le lecteur ne voit pas le lien entre les différents arguments ni la finalité du raisonnement.

    Le texte peut à mon avis, être retravaillé mais au prix d’un remaniement total. Il y a pertinence du sujet à condition de montrer en quoi le cas concret du delta de Saloum démontre spécifiquement la nécessité de l’interdisciplinarité.

    ________________________________________

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *