« Facteurs de la dynamique des écosystèmes marins et côtiers dans la commune de Grand-Popo au Bénin » par K. M. Egbetowokpo, T. R. G. Kadjegbin, T. T. Adjakpa, C. Houndenou et C. S. Houssou

Ce manuscrit est soumis au commentaire ouvert. La rédaction vous invite à proposer des modifications aux auteurs en utilisant la fonction de commentaire situé en bas de page et/ou en utilisant l’outil d’annotation hypothes.is. Vous pouvez également lancer hypothes.is en cliquant sur ce lien.

Kokou M. EGBETOWOKPO, Théodore T. ADJAKPA, Constant HOUNDENOU et Christophe S. HOUSSOU, Laboratoire Pierre Pagney « Climat, Eau, Ecosystèmes et Développement » (LACEEDE), Université d’Abomey Calavi, Cotonou.

T. Roméo G. KADJEGBIN, Laboratoire d’Etudes des Dynamiques Urbaines et Régionales, Université d’Abomey-Calavi, Cotonou.

Résumé : La présente recherche vise à étudier les facteurs de la dynamique des écosystèmes marins et côtiers dans la Commune de Grand-Popo afin de déterminer les différents facteurs de pression, d’identifier et d’analyser le processus d’agissement de ces facteurs. L’étude de la détermination des facteurs de la dynamique des écosystèmes marins et côtiers dans la Commune de Grand-Popo a été faite au moyen des données de télédétection, d’outils SIG, ainsi que des enquêtes de terrains. Les résultats montrent que les facteurs aussi bien naturels qu’humains expliquent les préjudices causés à l’équilibre des écosystèmes marins et côtiers dans la Commune de Grand-Popo. Les différents facteurs naturels identifiés sont la dérive littorale, les actions des vents, les actions des précipitations (1961-2006), l’évolution générale de la température et les variations du niveau de la mer. Les facteurs anthropiques se rapportent à la population et à ses activités (les pêches, l’agriculture, l’extraction du sel, le tissage de natte, et qui constituent, dans une certaine mesure, les facteurs de pression sur les écosystèmes marins et côtiers.

Mots clés : Commune de Grand-Popo, dynamique, écosystèmes marins, écosystèmes côtiers, facteurs naturels et anthropiques

Abstract : The present research seeks to study the factors of marine and coastal ecosystems in Grand-Pope’s municipality. This research is made in order to determine the different factors of pressure on marine and coastal ecosystems, to identify and analyze the actions of this process. The study of the dynamic of marine and coastal ecosystems in Grand-Popo mucipality has been done by means of teledetection data, SIG tool, descriptive statistical model, as well as fields’ researches. The results show that the natural as well as human factors explain the prejudices which are caused to marine and coastal ecosystems balance in Grand-Popo Commune. They different naturals factors identify are drift coastal, the wind actions. The actions of rainfalls, the general evolution of temperature and sea level variation. The human factors are populations and their activities (fishing’s, agriculture, salt extraction, mat making. These factors constituted the factors of pressure in marine and coastal ecosystem.

Keywords : municipality of Grand-Popo, dynamic, marine ecosystems, coastal ecosystems, naturals and humans factors

1. Introduction

Depuis le sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992 à celui de Johannesburg en 2002, plusieurs résolutions ont été prises dans le cadre de la protection des milieux marins et côtiers.

La zone tropicale en général et l’Afrique en particulier, semble être spécialement affectée par des problèmes de dégradation écologique, par des pollutions et par diverses menaces sur la biodiversité (Toffi, 2008). En effet, l’importance économique et la fragilité des milieux littoraux ont été perçues par la communauté internationale et les instances de recherche. Ce qui se traduit par une mobilisation générale pour cerner et mieux appréhender le problème dans ces multiples facettes. Des programmes, projets internationaux et nationaux d’étude comme le GIEC, le Programme français AMMA de recherche sur la mousson Ouest-africaine sont initiés. Par ailleurs, l’Unesco y consacre plusieurs programmes, tels que la COI, le PHI, le PIC, pour ne citer que ceux-là.

De même, de nombreuses études dans le monde ont été consacrées à la gestion durable de la zone côtière sous la houlette de l’Unesco. C’est le cas de la conférence panafricaine sur la gestion intégrée et durable des régions côtières tenue à Maputo au Mozambique, du 18 au 24 Juillet 1998. Selon les actes de cette conférence panafricaine, le quart de la population mondiale c’est-à-dire environ 5,9 milliards d’hommes vit dans des zones côtières, et la plupart des grandes concentrations urbaines se situent sur le littoral marin.

Le fleuve, le littoral et les eaux marines côtières sont des milieux naturels remarquables intensivement utilisés par l’homme. Cette utilisation conduit l’ensemble des zones littorales et marines de la planète à une dégradation des ressources, une dégradation de leur environnement, une compétition pour l’utilisation de l’espace terrestre et maritime, des conflits et interférences entre des usages multiples (Prieur, 2010).

Les milieux littoraux ou côtiers qui sont en effet des espaces réceptacles et de transition à l’interface entre l’atmosphère, la terre et l’océan, sont d’importantes zones d’échanges de matières et d’énergie jouant ainsi un rôle capital dans les cycles biogéochimiques (LOICZ, 2005).

Dans le Golfe de Guinée, la forte concentration des activités humaines (agriculture, industries, etc.) a provoqué d’importants changements et a considérablement modifié les écosystèmes côtiers (Adam, 1988).

Au Bénin, la détérioration des écosystèmes constitue une préoccupation pour les populations dont le nombre ne cesse d’augmenter sensiblement depuis plusieurs années (Paskoff, 1998). En effet, Le littoral béninois dans le Golfe de Guinée est identifié comme présentant une vulnérabilité particulière à une hausse relative du niveau moyen de la mer sous l’effet du réchauffement global (PNUE, 1985 ; IPCC, 1994 ; MEHU, 1997 ; MEHU et ONUDI, 1998).

Avec le débat sur les conséquences du réchauffement global, les facteurs de vulnérabilité souvent évoqués quant à l’avenir du littoral béninois sont pour partie liés aux caractéristiques des côtes qui bordent la façade occidentale de l’Afrique : côtes sableuses pour la plupart (Toffi, 1991 ; Pohanho, 1995 ; Adam, 1996).

A l’instar de Cotonou, la Commune de Grand-Popo subit les mêmes phénomènes de dégradation voire de destruction de ses écosystèmes marins et côtiers liés à certains facteurs. En réalité, les effets de cette dégradation commencent déjà à se faire ressentir dans la Commune de Grand-Popo. Ainsi, l’évolution temporelle et spatiale de cette dégradation voire destruction de ces écosystèmes dans la Commune de Grand-Popo risque d’hypothéquer la survie des générations futures si aucune mesure de contrôle et de protection n’est envisagée.

L’objectif de cette étude est d’analyser les facteurs de la dynamique des écosystèmes marins et côtiers dans la Commune de Grand-Popo.

2. Cadre d’étude

Située au Sud-ouest du Bénin entre 6°15’ et 6°25’de latitude nord et 1°40’ et 1°49’de longitude est, la Commune de Grand-Popo est localisée dans le Département du Mono et est limitée au Nord par les Communes d’Athiémé, de Comé, et de Houéyogbé, au Sud par l’Océan Atlantique, au Sud-ouest par les Communes de Ouidah et de kpomassè et à l’Ouest par la République du Togo (figure I).

Figure I - Situations géographique et administrative de la Commune de Grand-Popo

Figure 1 – Situations géographique et administrative de la Commune de Grand-Popo

La figure II présente la répartition des villages cibles selon les enquêtes de terrain.

Figure II - Différents types d’écosystèmes et villages cibles

Figure 2 – Différents types d’écosystèmes et villages cibles

3. Matériels et méthodes

3.1. Matériels

Les matériels utilisés pour la collecte et le traitement des données se présentent comme suit :

  • Matériel utilisé pour constituer la base de l’échantillonnage et le découpage écosystémique

  • Photographies aériennes de la mission Mono 1994 à l’échelle de 1/ 50000

  • Carte topographique IGN au 1 / 600000ème ; feuille NB-31-XIV 2d

  • Matériel utilisé pour la photo-interprétation et le découpage écosystémique

  • Stéréoscope à miroir géant, film transparent, stabilo (bic feutre), règle graduée

  • Matériel utilisé pour la prise de coordonnées géographiques

  • GPS (Global Positionning System) 72 (mark Garmin)

  • Matériel utilisé pour la collecte des données et le déplacement sur le terrain

  • Questionnaires, guide d’entretien, pirogue à pagaie

  • Matériel utilisé pour la prise d’images photographiques

  • Appareil photographique

  • Matériel utilisé pour le traitement des données

  • Micro-ordinateur (marque acer) avec les logiciels : Excel, SPSS Statistic 17.0, Arc view

3.2. Approches méthodologiques

La démarche méthodologique est fondée autour de deux points essentiels : la collecte des données (données bibliographiques, travaux de terrain), le traitement et l’analyse des données.

3.2.1. Recherche documentaire

La recherche documentaire a permis de faire le point des connaissances et concepts relatifs aux écosystèmes marins et côtiers. Elle a été complétée par les informations recueillies lors des investigations en milieu réel.

3.2.2. Travaux de terrain

Les travaux de terrain se sont déroulés en deux phases : le pré-test et les enquêtes proprement dites.

3.2.3. Pré-test

Pour tester les questionnaires, deux villages ont été choisis. Il s’agit du village de Hounsoukoé-houta et de celui d’Onkuihoué, tous localisés respectivement dans les écosystèmes de la plaine littorale et de la plaine d’inondation et dont l’activité principale est la pêche (tableau I). Ce test a permis de faire les ajustements nécessaires pour l’adapter à la réalité du terrain et à la compréhension des interviewés.

Tableau I : Caractéristiques des villages de pré-test

Villages

Ecosystèmes

Cordonnées géographiques

Activités

Longitude

Latitude

Principale

Secondaire

Hounsoukoè-houta

Plaine côtière

01°48’918’’E

06°16’539’’N

pêche

agriculture

Onkouihoué

Plaine d’inondation

01°48’918’’E

06°16’539’’N

pêche

agriculture

Source : Résultats d’enquêtes, juin 2012

3.2.4. Échantillonnage

Les localités où l’enquête a été menée sont celles qui se trouvent dans le secteur sud-ouest de la Commune. Ce dernier a été découpé en quatre écosystèmes à savoir : écosystème de la plaine littorale, écosystème de la plaine d’inondation, écosystème des plans et cours d’eau et écosystèmes du plateau. Ce découpage a été fait à partir des photographies aériennes de la mission Mono 1994 à l’échelle de 1/ 50000. Les différents écosystèmes sont délimités par les points d’inflexion. Ainsi, les écosystèmes de la plaine côtière sont à une altitude compris entre [0 et 9[m, ceux de la plaine d’inondation à une altitude d’environ 185 m, ceux des plans et cours d’eau sont situés à une altitude d’environ 13 m et ceux du plateau à une altitude compris entre [35et 38[m.

3.2.5. Répartition des villages recensés par écosystème

Les localités recensées sont au nombre de 41 et sont réparties en fonction du découpage écosystémique. Le tableau II présente cette répartition.

Tableau II : Répartition des villages et hameaux recensés par écosystèmes

Ecosystèmes

Accessibilité

Nombre de villages et hameaux

Liste des villages et hameaux

Plaine côtière

Facile

14

Avlo-houta, Ollongo, Agonnèkanmé, Apoutagbo, Hounsoukoè-houta, Onkouihoué-houta, Koudadjè-condji, Essan-condji, Adan-condji, Séko-houta, Agoué-houta, Djangba-condji, koudadjè-condji, Hilla-condji houta

Plaine d’inondation

Difficile

27

Honclon, Docloboué, Kpèko, Kouèta, Hokoué, Hlihoué, Sodomey, Gninhountimé, Hêvè, Gbèkon, Ewe-condji, Onkouihoué, Hounsoukoé, Yodo-condji, Zogbedji, Ewe-condji, Avossè-condji, Nicoué-condji, Séko, Folly-condji, Abloukoulou-condji, Yovovi-condji, Ayiguinnou, Louis-condji, Agoué I, Agoué II, Hilla-condji

Plans et cours d’eau

Difficile

Néant

Néant

Total

03

41

Source : Enquêtes de terrain, juin 2012

3.2.6. Choix des villages et hameaux d’enquête

Le choix des villages et hameaux d’enquête a été effectué suivant trois critères :

– découpage du secteur d’étude en écosystème ;

– répartition des villages et hameaux recensés par écosystème ;

– nombre de villages et hameaux recensés par écosystème.

3.2.7. Techniques et outils de collectes de données

L’ensemble des 41 villages et hameaux que comportent la Commune de Grand-Popo a servi de base de sondage. L’échantillon des villages et hameaux a été déterminé grâce à la technique d’enquête par sondage. Cette technique utilise la méthode de quotas qui repose sur le choix raisonné. Ainsi, le quota a affecté à chaque écosystème est déterminé au moyen de la formule n= N x f tirée de (Vodounou, 2002) avec n la taille de l’échantillon (le nombre de villages et hameaux à choisir par écosystème), N le nombre total de villages et hameaux recensés par écosystème, f le taux de sondage, fixé pour la circonstance à 5/20. Ce taux f appliqué à chaque écosystème a permis de dégager le nombre de villages et hameaux par unité écosystémique. Au total, le nombre de villages et hameaux à parcourir est de 11. Le tableau III présente un résumé des caractéristiques de l’échantillon.

Tableau III : Caractéristiques de l’échantillon retenu

Unités paysagères

Types

d’écosystèmes

Nombre de villages et hameaux échantillonnés

Nombre de villages et hameaux choisis

Noms des villages et hameaux choisis

1

Plaine côtière

14

4

Hilla-condji- houta, Agoué-houta, Hokouè-houta, Avlo-houta

2

Plaine d’inondation

27

07

Gbêkon, Agonnèkanmey, Hokouè, Docloboué, Sodomey, Onkouihoué, Hounsoukoè

3

Plans et cours d’eaux

Néant

Néant

Néant

Total

3

41

11

Source : Résultats d’enquêtes, juin 2012

En décidant de questionner 15 personnes par village et hameau, il est constitué un échantillon de 165 personnes enquêtées, outre les entretiens faits avec les responsables du CeCPA / Grand-Popo et les autorités communales. Les coordonnées géographiques de ces villages et hameaux enquêtés sont présentées dans le tableau IV.

Tableau IV : Coordonnées géographiques des villages et hameaux retenus

Types d’écosystèmes

Villages et hameaux

Coordonnées géographiques

Longitude E

Latitude N

Plaine côtière (plage)

Hilla-condji houta

01°23’274’’

06°23’701’’

Agoué-houta

01°48’918’’

06°16’539’’

Avlo-houta

01°53’826’’

06°17’535’’

Hokoué-houta

01°94’257’’

06°29’890’’

Plaine d’inondation

Gbêkon

01°48’920’’

06°16’539’’

Agonnèkanmey

01°19’895’’

06°23’091’’

Docloboué

01°56’555’’

06°17’934’’

Sodomey

01°56’555’’

06°17’934’’

Onkouihoué

01°48’918’’

06°16’539’’

Hounsoukoè

01°48’918’’

06°16’539’’

Hokoué

01°53’826’’

06°17’535’’

Source : Résultats d’enquêtes, juin 2012

  • Données démographiques et socioéconomiques

Les données démographiques et socioéconomiques concernent l’effectif de la population et les activités (pêches, agricultures, chasse, exploitation du bois, et autres) pratiquées dans les écosystèmes marins et côtiers de la Commune de Grand-Popo. Elles ont été utilisées pour l’analyse de la répartition spatio-temporelle de la population et sa densité comme facteurs de pression sur ces écosystèmes marins et côtiers. Ces données sont issues du RGPH de 1979, 1992, et 2002. A ces données, il faut ajouter celles élaborées et projetées en 2025 grâce aux méthodes statistiques résultant du protocole de calcul de l’INSAE où : avec :

  • Pai : population de l’année initiale (2002) ;

  • Paf : population de l’année de projection ;

  • af-ai : écart entre l’année de projection et l’année initiale ;

  • r : taux d’accroissement annuel où  r = [Log (P2 / P1) ] / t

Avec,

P1 et P2 = populations des années considérées ;

t = différence entre les deux années considérées.

  • Caractéristiques de la population dans les villages enquêtés

Les caractéristiques de la population selon le Genre dans les villages concernés par l’enquête sont présentées dans le tableau V.

Tableau V : Répartition de la population concernée par Genre

Genre des populations enquêtées

Effectifs

Fréquence (%)

Masculin

104

63

Féminin

61

37

Total

165

100

Source : Résultats d’enquête, juin 2012

De l’analyse de ce tableau, il ressort que sur un total de 165 personnes questionnées, 63 % sont des hommes et 37 % sont des femmes. Au cours des enquêtes de terrain, différentes classes d’âge ont été également questionnées et dont la répartition est présentée dans le tableau VI.

Tableau VI : Répartition de la population concernée par l’enquête par classe d’âge

Classes d’âge en années

Effectifs

Fréquence (%)

Hommes

Femmes

Total

[0-10[

23

35

58

32

[10-65[

50

60

110

61

Plus de 65-

8

5

13

07

Total

81

100

181

100

Source : Résultats d’enquêtes, juin 2012

La répartition par classe d’âge des personnes concernées par l’enquête montre que les enfants de moins de 10 ans sont au nombre de 58, soit 32 % de la population concernée. Ces enfants exercent des activités comme la pêche, l’agriculture, et sont parfois utilisés comme des passeurs. Cette répartition prend en compte aussi bien les personnes concernées par l’enquête que celles interviewées (les autorités communales et les responsables du CeCPA / Mono).

3.2.8. Traitement et analyse des données

Le questionnaire adressé aux agriculteurs, aux pêcheurs, aux exploitants du sable marin / fluviatile, etc., et les guides d’entretien adressés aux responsables du CeCPA / Grand-Popo ainsi qu’aux autorités communales ont été d’abord dépouillés manuellement (codification, dénombrement,…) et ensuite intégrés à l’ordinateur. Les informations de synthèses produites ont été traduites sous formes de tableaux, de graphes, etc. Les analyses statistiques et graphiques sont faites aux moyens des logiciels de traitements de données comme Excel, SPSS Statistic 17.0, et Arc view. Les méthodes d’analyse utilisées sont :

– la statistique descriptive en termes de moyenne, de fréquence ;

– la comparaison des moyennes.

4. Résultats et discussion

4.1. Caractéristiques humaines

4.1.1. Croissance et densité : deux éléments de pressions sur les écosystèmes marins et côtier

Pour mieux apprécier l’effet humain sur les écosystèmes marins et côtiers, la figure III a été réalisée et montre la projection de la population par arrondissement à l’horizon 2025.

Figure III - Projections démographiques de la population par arrondissement à l’horizon 2025

Figure 3 – Projections démographiques de la population par arrondissement à l’horizon 2025

Source : Traitement des données du RGPH (2003)

En terme de répartition spatiale, on relève une répartition peu homogène de la population avec près de 45 % de la population concentrée dans les deux arrondissements urbains de la commune. Il est d’ailleurs intéressant de souligner qu’Agoué est plus peuplé que Grand-Popo qui est pourtant le chef lieu même si les deux arrondissements ont des dynamiques démographiques similaires respectivement 24 % et 22 %. Cela s’explique aisément par l’attrait des activités économiques liées à la présence de la frontière de Hilla-condji.

En 2025, la population de la Commune de Grand-Popo avoisinerait les 64500 habitants. Cela implique pour la Commune les besoins croissants à satisfaire en matière de scolarisation, d’alphabétisation, d’hygiène, d’emploi, de formation professionnelle, d’approvisionnement en eau potable, en bois de feu, etc. Ce qui entraînera une forte emprise de la population sur les ressources naturelles des écosystèmes d’où une probable accentuation des phénomènes de destruction voire de dégradation de ces derniers.

La densité de la population dans la Commune de Grand-Popo est présentée par arrondissement dans le tableau VII.

Tableau VII : Densité par arrondissement en 2002 et 2011

Arrondissements

Population totale

Fréquence (%)

Densité / km²

2002

Densité / km2

2011

Commune

40 335

100

140

167,35

Grand-Popo

8 874

22

174

194,50

Adjaha

6 454

16

99

98,77

Avlo

3 630

09

64

71,30

Djanglanmey

4 840

12

121

160,23

Gbéhoué

4 437

11

103

122,88

Sazué

3 227

08

124

174,92

Agoué

9 277

24

773

998,83

Source : Traitement de données du RGPH (2003)

De l’analyse de ce tableau, on note que la densité moyenne à Grand-Popo est d’environ 140 habitants / km2. Eu égard à la particularité de Grand-Popo où les terres inondables et les zones humides occupent 75 % du territoire, on peut supposer que la densité est plus importante sur les terres fermes. On constate des densités très fortes dans les centres urbains avec notamment une densité de 770 habitants / km2 à Agoué, des densités relativement élevés dans les arrondissements situés sur des plateaux (Djanglanmey, Gbéhoué et Sazué) et des densités plus faibles dans les deux autres arrondissements avec notamment une densité de 64 habitants / km2 à Avlo en 2002. Cette densité de la population bien que faible à Avlo, à Grand-Popo, et à Adjaha en 2011 peut augmenter sensiblement à l’horizon 2025 et constituer un facteur de pression sur les écosystèmes marins et côtiers.

Ainsi, l’évolution temporelle et spatiale de ces écosystèmes marins et côtiers est favorisée par certains facteurs dont il importe de procéder à leur analyse.

4.1.2. Facteurs naturels et anthropiques de la dynamique des écosystèmes marins et côtiers dans la Commune de grand-Popo

A ce niveau, il est présenté l’analyse des facteurs naturels et anthropiques ayant conduits à la dynamique des écosystèmes marins et côtiers dans la Commune de Grand-Popo.

4.1.2.1. Facteurs naturels de la dynamique des écosystèmes marins et côtiers dans la Commune de Grand-Popo

Les facteurs naturels de la dynamique des écosystèmes marins et côtiers dans la Commune de Grand-Popo sont entre autres, la dérive littorale, les vents, les précipitations, les températures, la barre.

4.1.2.1.1. Dérive littorale

La dérive littorale, courant parallèle au rivage qui se manifeste dans la zone du déferlement des vagues, joue un rôle essentiel dans le déplacement des sédiments le long des côtes et dans l’alimentation des plages en sables et en galets. Elle naît de l’obliquité des vagues par rapport au tracé du rivage comme l’illustre la figure IV.

Figure IV - Formation de la dérive littorale

Figure 4 – Formation de la dérive littorale

Source : Support du cours DEA, 2011

Lorsque la quantité de matériaux dont elle dispose est inférieure à sa capacité de transport, la dérive littorale peut exercer une action érosive sur les côtes meubles comme à Grand-Popo (Akakpo, 2002).

Selon Paskoff (1998), elle est le résultat du déplacement des vagues sur la côte suivant un angle d’incidence donné (généralement inférieure à 10°); la moyenne varie autour de 6° ou 7° (Oyédé et Kaki, 1998) et du retour-perpendiculaire à la côte-des molécules d’eau alors projetées en avant sur la plage. Ce mouvement affecte les particules de sable à Grand-Popo qui sont transportées suivant une trajectoire en ‘’zig-zag’’.

A l’approche de la côte, lorsque les vagues commencent à sentir le fond, elles subissent des modifications, notamment la réfraction qui engendre le déferlement. Quand elle rencontre un obstacle, alors il peut y avoir réflexion ou diffraction qui changent les caractéristiques (photo 1). Ces différentes modifications sont à l’origine de la dynamique sédimentaire qui détermine la dérive littorale et le courant de retour.

Photo 1 - Phénomène de la dérive littorale à Grand-Popo (1) et à Ollongo (2)

Photo 1 – Phénomène de la dérive littorale à Grand-Popo (1) et à Ollongo (2)

Prise de vue : EGBETOWOKPO K.M., juin 2012

La photo 1 prise à basse marée montre la réalisation du phénomène de long schore drift à Grand-Popo (1) qui traduit le déplacement des vagues sur la côte suivant un angle donné et le phénomène de beach drift à Ollongo (2) qui traduit la projection en diagonale des molécules d’eau de mer sur l’estran.

4.1.2.1.2. Actions morphogéniques des vents

Sur la côte béninoise en général et à Grand-Popo en particulier, il existe plusieurs types de vents ; ils peuvent être regroupés en vents locaux et en vents régionaux. Les vents régionaux, liés aux champs de mousson engendrent les houles longues. Ils sont également à l’origine des dunes littorales (photo 2) et des vagues de lagunes qui érodent les berges.

Selon les données de l’ASECNA (1990), ces vents ont une direction dominante oscillant du SSW à l’WSW, de rares fois, ils vont jusqu’à l’W sauf en 1990 où les vents d’W ont été enregistrés pendant sept mois.

Photo 2 - Formation de dunes littorales à Apoutagbo (1) et à Agoué (2)

Photo 2 – Formation de dunes littorales à Apoutagbo (1) et à Agoué (2)

Prise de vue : EGBETOWOKPO K.M., juin 2012

La photo 2 montre l’escarpement taillé par les vagues et l’allure parabolique de la dune (1) à Apoutagbo ainsi que la formation d’une dune parabolique présentant un profil dissymétrique avec l’estran (2) à Agoué.

4.1.2.1.2. Actions morphogéniques des précipitations

Grâce aux pluies, certains sédiments du bassin, par les ruissellements, sont transportés vers les cours d’eau. La turbidité des eaux fluviales observées fréquemment pendant les saisons pluvieuses et la richesse des échantillons du fleuve Mono en silt en sont les preuves (Akakpo, 2002). La figure 5 suivante a permis d’avoir une idée sur la variation de la pluie (1961-2006).

Figure 5 - Variation de la pluviométrie annuelle à Grand-Popo de 1961 à 2006

Figure 5 – Variation de la pluviométrie annuelle à Grand-Popo de 1961 à 2006

Source : Traitement des données ASECNA, 2009

L’analyse de cette figure montre que la moyenne pluviométrique calculée sur 46 ans (1961 à 2006) est de 958,31 mm dans la Commune de Grand-Popo. La droite de régression linéaire d’équation y = -5,47x +1164,867 à coefficient négatif montre clairement une tendance à la baisse des totaux pluviométriques. On note également des années déficitaires très prononcées en 1977, 1990 et en 2000. De même, deux années déficitaires consécutives comme en 2000 et 2001 peuvent induire à l’échelle locale des dommages à la végétation que plusieurs années de pluviométrie normale mettront de temps à compenser.

4.1.3. Facteurs anthropiques de la dynamique des écosystèmes marins et côtiers

Les facteurs anthropiques dont il est question ici se rapportent à la population et à ses activités dans la Commune de Grand-Popo.

Population et activités

Selon le RGPH2, les ethnies Adja et apparentées représentent 70 % du peuplement de Grand-Popo, suivis des Fons (21,6 %), des Yoruba (1,7 %), des Peulhs (0,2 %), des Bariba (0,1 %), des Dendi (0,1 %), des Yom Lokpa (0,1 %) et d’autres ethnies béninoises et non béninoises dans une proportion de 6,2 %. Ces populations s’adonnent à plusieurs activités dont les principales sont la pêche maritime artisanale, la pêche continentale, l’agriculture (maraîchère et vivrière), l’extraction du sel, le tissage de natte, etc. et qui constituent dans une certaine mesure, un facteur de pression sur les écosystèmes marins et côtiers.

Dans le secteur primaire, la pêche, l’élevage de la volaille, des porcins, des moutons, pratiqué à proximité des habitations sont les plus fréquents. Les cultures maraîchères et vivrières sont l’oignon, la tomate, le piment, le maïs, la canne à sucre, etc.

Les activités du secteur secondaire et du secteur tertiaire sont de moindre importance. Les petites maisons administratives et de commerce sont présents. Quelques marchés font la vie des petits commerçants du secteur : Djoda (au Togo), Mlinmlindasimé à Honkihoué et Comé le plus important. On y vend presque tous les petits articles de détails. L’extraction de sel, le tissage de nattes, le fumage des poissons constituent majoritairement les activités du secteur secondaire et tertiaire. Aujourd’hui, l’érosion fluviatile et marine en déplaçant les populations, empiète sur l’espace disponible, tout en réduisant ces activités et influe de ce fait sur la structure de la population ainsi que sur sa répartition spatiale.

4.1.4. Facteurs naturels et anthropiques agissant sur les écosystèmes marins et côtiers selon la perception des populations enquêtées

Les réponses des entrevues faites auprès des populations enquêtées en ce qui concerne la prépondérance des facteurs naturels et anthropiques qui agissent sur les écosystèmes marins et côtiers sont présentées dans les tableaux suivants :

Tableau VIII : Facteurs naturels agissant sur les écosystèmes marins et côtiers selon les enquêtés

Facteurs naturels agissant sur les écosystèmes

Effectifs

Pourcentage (%)

Dérive littorale

05

03

Barre

02

01

Température

21

13

Pluviométrie

45

27

Vents

38

23

Erosion côtière

51

31

Régime hydrologique du fleuve

03

02

Total

165

100

Source : Résultats d’enquête, Juin 2012

De l’analyse de ce tableau VIII, il ressort selon les enquêtes de terrain, que l’érosion côtière, la pluviométrie, les vents et la température sont les facteurs qui agissent le plus sur les écosystèmes marins et côtiers avec respectivement 31 %, 27 %, 23 % et 13 %. Les facteurs comme la dérive littorale, la barre, et le régime hydrologique du fleuve Mono sont également évoqués par les populations concernées comme étant des facteurs agissant sur les écosystèmes marins et côtiers mais à moindre proportion. Ces populations enquêtées estiment que les facteurs ci-dessus cités qui agissent le plus sur ces écosystèmes sont l’une des causes explicatives de la dynamique.

Tableau IX : Facteurs anthropiques agissant sur les écosystèmes marins et côtiers selon les enquêtés

Facteurs anthropiques agissant sur les écosystèmes Effectifs Pourcentage (%)

Secteur primaire

Agriculture 70 42
Pêche 46 28
Elevage 11 07
Chasse 09 05
Exploitant du sable marin/fluviatile 29 18
Total 165 100

Secteur secondaire

Saliculture 49 30
Tressage de natte 61 37
Préparation de l’huile de coco 33 20
Fabrication du vin de palme 22 13
Total 165 100

Secteur tertiaire

Artisanat 18 11
Commercialisation des produits de pêche 31 19
Commercialisation du charbon de bois 28 17
Tourisme 88 53
Total 165 100

Source : Résultats d’enquête, Juin 2012

L’analyse du tableau IX montre selon les populations concernées par l’enquête dans la Commune de Grand-Popo qu’ils sont regroupés en trois types de secteur à savoir : le secteur primaire, le secteur secondaire et le secteur tertiaire.

  • Au niveau du secteur primaire, les données recueillies sur le terrain donnent par ordre d’importance d’activité l’agriculture (42 %), la pêche (28 %), l’exploitant du sable marin /fluviatile (17 %) qui agissent plus sur les écosystèmes marins et côtiers et contribuent à leur dynamique alors que l’élevage (07 %), et la chasse (05 %) y contribuent pour une faible proportion.

  • Au niveau du secteur secondaire par contre, les informations recueillies auprès des populations concernées montrent par ordre d’importance que les activités comme le tressage de natte (37 %), la saliculture (30 %), et la préparation de l’huile de coco (20 %), agissent le plus sur les écosystèmes marins et côtiers et contribuent à leur dynamique alors que la fabrication du vin de palme (13 %) y contribue pour une faible proportion.

  • Quant au secteur tertiaire, les activités comme le tourisme (88 %), la commercialisation des produits de pêche (19 %), et la commercialisation du charbon de bois (17 %) agissent le plus sur les écosystèmes marins et côtiers alors que l’artisanat y agit à moindre mesure et constituent selon les enquêtés les facteurs explicatifs de la dynamique des écosystèmes marins et côtiers à Grand-Popo.

4.2. Discussions

Les résultats obtenus montrent que les ressources issues de ces écosystèmes marins et côtiers de la Commune de Grand-Popo connaissent une dégradation ou une destruction liée aux phénomènes naturels tels que l’érosion côtière, les inondations, les vents, les précipitations, le réchauffement climatique, les phénomènes d’eustatisme, etc. Tous ces résultats sont en adéquation avec ceux obtenus par Akakpo (2002) sur la morphodynamique littorale dans la sous-préfecture de Grand-Popo. Il en est de même des travaux de Laïbi et Oyédé (2010) sur l’évolution de la configuration du trait de côte au Bénin, avant et après les années soixante ainsi que des travaux d’Agbani (2000) sur la dynamique fluvio-lacuste et impacts environnementaux dans le sud-ouest du Bénin. En effet tous ces travaux ont confirmé l’emprise des phénomènes naturels ayant conduits à la dynamique des écosystèmes marins et côtiers sus-énumérés. A ces facteurs naturels s’ajoutent ceux anthropiques qui ont entraîné des impacts.

De même, ces résultats sont également conformes à ceux trouvés par Morneau (1997) qui montre que les côtes du golfe au Québec sont de plus en plus soumises à l’érosion littorale, qu’on pourrait expliquer par une combinaison de facteurs naturels et anthropiques. Agbahungba (2008) trouve que les pressions naturelles et anthropiques sont à l’origine de la fragilisation actuelle des écosystèmes forestiers et on peut s’interroger sur l’ampleur de la vulnérabilité de ces formations végétales ligneuses face aux changements climatiques. Il en a de même de Léite et al., (2002) qui trouve aussi que la détérioration de l’écosystème aquatique lac-Nokoué-lagune de Porto-Novo résulte des facteurs tant naturels qu’anthropiques. Quant à Rajerison et al., 2008, ils ont montré que les écosystèmes de mangrove à Madagascar subissent une évolution régressive se manifestant sous différentes formes et s’enclenche si les conditions sont défavorables (variation du régime hydrique, ensablement ou forte pression anthropique).

Les mêmes constats sont faits par UNEP (1999) qui trouve que l’intense énergie des courants marins sur les côtes d’Afrique de l’Ouest continue à accélérer le phénomène de l’érosion côtière qui constitue depuis quelques années un problème sérieux sur la plupart des littoraux africains.

Pour IPCC (2001), la question des changements climatiques associée à celle de l’élévation possible du niveau de la mer comporte d’importantes implications. Outre la désertification croissante du Sahel (qui pourrait entraîner la poursuite de la croissance démographique sur les côtes), il est probable que l’érosion et les inondations côtières s’intensifieront dans les zones de topographie basse qui de nos jours sont densément peuplées ; comme c’est le cas de l’Ile de Victoria, à Lagos, au Nigeria, de Banjul et sa banlieue, en Gambie, etc. (Jallow and others, 1996 ; UNEP, 1999).

D’autre part, la pression démographique et l’urbanisation du littoral ont contribué à fragiliser l’environnement côtier le rendant plus vulnérable à une hausse du niveau marin (Pohanho, 1995).

Hubert (1908) faisait observer les effets désastreux à Grand-Popo d’une avancée et d’un recul de la mer de plusieurs mètres entre 1892 et 1905 et dont les causes restent toutefois méconnues.

Pour Paskoff (1993), de façon générale, les causes naturelles de l’érosion côtière dans le Golfe de Guinée sont liées aux caractéristiques mêmes des littoraux Ouest africains : ensemble de cordons de sables grossiers et moyens sujet à un fort transit.

Quant à Hamerlynck (1999), .la croissance démographique importante sur les côtes et en particulier l’urbanisation croissante sur le littoral, présentent des conséquences négatives sur les ressources biologiques, avec notamment une altération physique et une pollution marquée, entraînant la dégradation ou la perte de certains habitats sensibles qui jouent un rôle critique pour le maintien des biens et services des écosystèmes côtiers et de la biodiversité. Le Parc national de Diawling sur l’estuaire du Sénégal, avec l’édification d’un barrage qui restreint le débit d’eau douce lors de la saison sèche constituent un bon exemple de ces formes de perturbations des écosystèmes côtiers.

MEHU et ONUDI (1998) trouvent que l’existence, même faible, d’autres facteurs naturels de risque comme les glissements de terrain est également à prendre en considération compte tenu de l’importance de la demande de terrain pour diverses constructions à caractère économique sur le littoral.

D’autres auteurs abondent dans le même sens et trouvent que la zone côtière du Bénin subit des pressions dues à l’occupation du sol et aux activités qui contribuent à la fragiliser. Au centre de leur préoccupation sur cette question se trouvent non seulement les établissements humains du fait de la pression démographique sur le littoral mais aussi toute la problématique de l’occupation du sol en l’absence d’une réglementation et de plans d’occupation tenant compte des conditions futures de l’environnement. Plusieurs dimensions sont à considérer : les sociétés rurales et leurs aménagements sur le littoral, les aménagements sur le littoral urbanisé, les grands travaux qui influencent la dynamique côtière et les pressions économiques de plus en plus importantes. (Ly, 1980 ; PNUD, 1987 ; Rossi 1989 ; Toffi, 1991).

Les travaux de Gigout et al. 1957, Barathon 1989, Laaouina 1990, Zourarah 1995, Boumeaza 1998, Zarki 1999, Irzi 2002, Bouabdallah & Larue 2009 et Salmon et al. 2010 réalisés sur le littoral de Saïdia (Nord-Est du Maroc) ont également signalé la variation spatio-temporelle de ce littoral générée par les facteurs naturels (processus hydrodynamiques, géologiques et climatiques locaux et régionaux). Il faut souligner que ces auteurs n’ont pas mis l’accent sur les facteurs anthropiques dans leur étude.

Quant à Lindeboom (2002), il estime que la dégradation des zones côtières résulte en grande partie des pressions exercées suite à l’expansion des populations sur la zone côtière, à l’urbanisation et au développement industriel.

Cesaraccio et al. (2004) trouvent que les côtes de l’Afrique de l’Ouest connaissent une dégradation croissante de l’espace littoral. Cette dégradation est liée aux facteurs naturels et anthropiques avec comme conséquence la pression démographique, la surexploitation des ressources côtières, la réduction de la productivité marine, de la biodiversité et la pollution des eaux.

Conclusion

De l’analyse des facteurs de la dynamique des écosystèmes marins et côtiers dans la Commune de Grand-Popo, il ressort que la dérive littorale, les vents, les précipitations, sont entre autres les facteurs naturels qui agissent sur les écosystèmes marins et côtiers et que les facteurs anthropiques sont liés à la population et ses activités. Par ailleurs, si certains de ces problèmes à la base de la vulnérabilité des écosystèmes marins et côtiers sont du fait de la nature (l’érosion côtière et fluviale, le rôle morphogénique des précipitations, etc.) d’autres, liés a la surexploitation, aux déchets, au gaspillage, à la pollution, à la pression démographique sont par contre l’œuvre de l’homme. Ainsi, les facteurs aussi bien naturels qu’humains semblent expliquer les préjudices causés à l’équilibre des écosystèmes marins et côtiers dans la Commune de Grand-Popo.

Remerciements

La réalisation de ce travail n’a été possible que grâce aux directives et aux concours de certaines personnes que je tiens à remercier. Il s’agit :

– du Docteur OGOUWALE Euloge, Maître-Conférences à l’Université d’Abomey-Calavi (UAC), pour sa grande contribution scientifique ;

– du Docteur AHOUANSOU MONTCHO Simon, Assistant de recherche au Laboratoire d’Hydrobiologie et d’Aquaculture à la Faculté des Sciences Agronomiques à l’UAC, pour avoir apporté sa contribution lors de la mise au propre du document ;

– de Monsieur VITO Coffi Benardin, Directeur de l’Ecole Primaire Publique de Gbeffa (Agonnèkanmé), pour son hospitalité lors des enquêtes de terrain ;

– du Docteur AHOUANSOU Télésphore, expert en VIH en service à l’OMS, pour son soutien financier

Références bibliographiques

Adam K. S., 1988, L’impact des activités humaines sur l’évolution géomorphologique de la plaine côtière dans le Golfe de Guinée. Séminaire national : concilier le développement et la protection de l’environnement, INFOSEC, Cotonou, 12 p.

Adam K.S., 1996, L’évolution géomorphologique de la plaine côtière dans le golfe du Bénin, In Nearshore Dynamics and sedimentology of gulf of guinea, IOC/UNIDO, Large Marine Ecosystem Project for Gulf of Guinea (IMF), 147p.

Agbahungba C., 2008, Vulnérabilité des formations forestières ligneuses aux changements climatiques au Burkina-Faso, cas du Parc National Kabore Tambi, des forêts classées de Dibon et de Maro, de la réserve de la mare d’Oursi. Mémoire de DESS, UAC, CIFRED, 88 p.

Agbani K. M., 2000, Dynamique fluvio-lacustre et impacts environnementaux dans le sud-ouest du Bénin (Afrique de l’ouest), Mémoire de D.E.A., EDP, UNB, 71 p.

Akakpo A.E.M., 2002, La morphodynamique littorale dans la sous-préfecture de Grand-Popo. Mémoire de maîtrise de Géographie. FLASH, Abomey-Calavi, UAC, 96 p + Annexes.

ASECNA, 1990, Données météorologiques de la station Cotonou-aéroport (1970 à 1999), document inédit, Cotonou, 28 p.

Barathon J.J., 1989, Bassins et littoraux du Rif Oriental (Maroc), Evolution morphoclimatique et tectonique depuis le Néogène supérieur, Fascicule 13, Centre Inter-universitaire d’Etudes Méditerranéenne, Univ. Poitiers, 531 p.

Bouabdallah M. & J.P. Larue, 2009, Évolution du littoral de la baie de Saïdia : dynamique naturelle et impact des aménagements (Maroc oriental), Physio-Géo., 3, 113-130.

Boumeaza T., 1998, Morphologie et évolution du delta et du littoral de la basse Moulouya, Maroc nord-oriental : apport des images aéroportées et satellitales, Géo-observateur, 8, 65-77.

Cesaraccio M, Y-F Thomas, A-T Diaw, L Ouegnimaoua, (2004), Impact des activités humaines sur la dynamique littorale : prélèvements de sables sur le site de Pointe Sarène, Sénégal / Impact of sand extractionson coastal dynamics (Sarène Point beach, Senegal). In: Géomorphologie : relief, processus, environnement, Janvier-mars, vol. 10, n°1. pp.55-63.

Gigout M., F. Mourtier & R. Raynal, 1957, Sur le Quaternaire récent dans la région de la basse Moulouya, coupe-type du quaternaire récent marocain. C.R., somm. séances Soc. géol. Fr., 6, 101-103.

Hamerlynck 0., 1999, Use and abuse of deltas, World Conservation 2/99, pp 11-12.

Hubert H., 1908, Etudes scientifiques du Dahomey, Larose, Paris, 500 p.

IPCC, 2001, Technical Summary, In: (Editors), Climate Change 2001: Impacts, adaptation and vulnerability (eds M. Manning and C. Noble), pp. 1-56.

IPCC,1994, Preparing to meet the coastal challenges of the 21st century Conference report World Coast Conference Ministry of Transport Public Works and Water Management The Hague [En ligne] http://www.ipcc.ch/pub/pub.htm (consulté le 15 septembre 2015).

Jallow B.P., M.K.A. Barrow, and S.P. Leatherman, 1996, Vulnerability of the coastal zone of the Gambia to sea level rise and development of response options. Climate Research, 6, 165-177.

Laaouina A., 1990, Le Maroc nord oriental : reliefs, modelés et dynamique du calcaire, Pub. Rec. Univ., Oujda, 1, 605 p.

Leite E.C., R. Kasisi, J. Peter. 2002, Stratégies de gestion durable des écosystèmes aquatiques en Afrique, le cas du complexe lac Nokoué-Lagune de Porto-Novo eu Bénin. Faculté de l’Aménagement, Université de Montréal, Canada, 9 p.

Lindeboom H., 2002, The Coastal Zone: An Ecosystem Under Pressure. In: Oceans 2020: Science, Trends and the Challenge of Sustainability (eds J.G. Field, G. Hempel and C.P. Summerhayes), Island Press, Washington, pp. 49-84.

LOICZ, 2005, Global Change Assessment and Synthesis of River Catchment–Coastal Sea Interaction and Human Dimensions, Reports & Studies, 25, ii, 344 p.

Ly C.K., 1980, The role of the Akosombo dam on the Volta river in causing coastal erosion in central and eastern Ghana West Africa), Marine Geology 37, pp 323 -332

MEHU et ONUDI, 1998, Profil de la zone côtière du Bénin (Ed. Céda), Cotonou, Bénin, 93 p.

MEHU, 1997, Agenda 21 National de la République du Bénin, Cotonou, 210 p.

Morneau F., 1997, Modèle d’analyse visant la gestion intégrée des zones côtières. Actes du colloque sur l’érosion des berges, 99, 9, pp 122-131.

Oyédé L.M., C. Kaki, 1998, Dynamique sédimentaire et environnement, Quinze (15) mois d’’observation et de relevés de paramètres physico-chimiques sur le littoral et la lagune côtière du Bénin (Mars 1996-Mai 1997). Cotonou, UNB, 61 p.

Paskoff R., 1993, Côtes en danger, Masson, Paris, 250 p.

Paskoff R.,1998,Les littoraux : impacts des aménagements sur leur évolution, A. Colin, Masson, Paris, 260 p.

PNUD, 1987, Etude de l’impact du barrage de Nangbéto sur la basse vallée de l’estuaire du Mono, Rapport étude de Université du Bénin et du Laboratoire Central hydraulique de France, Ministère du Plan et de Industrie), 81 p.

PNUE, 1985, Erosion côtière en Afrique de Ouest et du Centre en Collaboration des Nations Unies et de l’UNESCO, Paris, 105 p.

Pohanho P., 1995, Cotonou disparaîtra en l’an 2025 si rien n’est fait, Nature-Info N.004, 33 p

Prieur M., 2010, L’environnement marin et côtier. Cours de droit international et comparé de l’environnement, Formation à distance, campus numérique «ENVIDROIT», Faculté de Droit et des Sciences Economiques du Limoges, France, 59 p.

Rajerison T., E. Roger & V. Jeannoda, 2008, Caractérisation écologique et évolution spatiotemporelle des mangroves du Nord Ouest de Madagascar, cas de Mariarano et de Boanamary (Mahajanga II), in Jeannoda, J. &. Roger, E. (eds). Honko: Recueil d’articles sur les mangroves de Madagascar, pp. 127-138.

Rossi G. 1989, Erosion du littoral du Golfe du Bénin : un exemple de perturbation d’un équilibre morpho-dynamique, Z. Géom. N.F Suppl -Bd 73, Berlin-Stuttgart, pp139 165

Toffi D.M., 1991, Ressources climatiques et activités salicoles sur le littoral occidental du Bénin, Mémoire de DEA, Centre de recherches de Climatologie Tropicale, Université de Bourgogne, 167 p

Toffi M., 2008, Le climat, l’homme et la dynamique des écosystèmes dans l’espace littoral du Bénin, Thèse de Doctorat unique, UAC, Cotonou, Bénin, 390 p.

UNEP, 1999, Overview of land based sources and activities affecting the marine, coastal and associated freshwater environments in West and Central African regions – Regional Seas Reports and Studies, 171 p.

Vodounou J.B., 2002, Les systèmes d’exploitation naturels et leurs impacts sur les écosystèmes dans la vallée de la So. Diplôme d’Etudes Approfondies (D.E.A.) en gestion de l’environnement, EDP, UNB, 78 p.

Zarki H., 1999, Evolution de la sédimentation fluviatile en basse Moulouya (Maroc) au cours de l’Holocène. Thèse Univ., Fès, 370 p.

Zourarah B., 1995, La zone littorale de la Moulouya (Maroc Nord- Oriental). Transits sédimentaires, évolution morphologique, géochimie et état de la pollution, Thèse Univ. Mohammed V, Fac. Sci. Rabat, 197 p.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Sur la première page les prénoms des auteurs HOUNDENOU Constant et HOUSSOU S.C. ont été intervertis. Au lieu de C.S. Houndenou et C.Houssou, on devait avoir C. Houndenou et C.S. Houssou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *