« Données ethnozoologiques sur l’utilisation des oiseaux dans la médecine traditionnelle chez le peuple Gouro de la Marahoué de Côte d’Ivoire » par M.T. Koué Bi, H.B.K. Yaokokoré, K.B. Kassé et P.K. Kouassi

Ce manuscrit est soumis au commentaire ouvert. La rédaction vous invite à proposer des modifications aux auteurs en utilisant la fonction de commentaire situé en bas de page et/ou en utilisant l’outil d’annotation hypothes.is. Vous pouvez également lancer hypothes.is en cliquant sur ce lien.

Mathieu Tih KOUE BI, Hilaire Béibro K. YAOKOKORE, Kouadio Benoît KASSE et Philippe Kouassi KOUASSI, Unité de Recherche de Biologie de la Conservation et Gestion de la Faune, Laboratoire de Zoologie et Biologie Animale, UFR Biosciences, Université Felix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire.

Résumé : Un inventaire des oiseaux utilisés dans la pharmacopée traditionnelle chez le peuple Gouro a été mené dans 19 villages de la région de la Marahoué, au centre Ouest de la Côte d’Ivoire durant huit mois, d’août 2010 à décembre 2010 et 15 mois, de février 2012 à avril 2013. Cette étude basée sur les enquêtes auprès des populations locales a pu identifier 44 espèces d’Oiseaux utilisées dans la médecine traditionnelle sur les 238 espèces reconnues par ce peuple. Dans cette liste figure Bycanistes cylindricus qui a le statut d’espèce quasi menacée sur la liste rouge de l’UICN est identifié. Sur les 17 traitements et effets désirés qui nécessitent l’usage des oiseaux chez les Gouro, quatre (soit 23,53% des traitements) sont ceux qui exigent le plus d’espèces d’Oiseaux. Les Accipitridae et les Musophagidae sont les plus utilisés en zoothérapie par ce peuple.

Mots clés : Oiseaux, ethnoornithologie, médecine traditionnelle, peuple Gouro, connaissances locales

Abstract : An inventory of the birds used in the traditional pharmacopeia of the Gouro people of Côte d’Ivoire was carried out in 19 villages of the area of Marahoue, in the western center of the country, during eight months, from august 2010 to December 2010 and 15 months, from February 2012 to April 2013. This study based on the investigations near the local populations identified 44 species of Birds used in traditional medicine on the 238 species recognized by these people. This list includes Bycanistes cylindricus which has the status of near threatened bird on the IUCN Red List. Out of 17 treatments and desired effects that require the use of Birds among the Gouro people, four of them (23.53 % of treatments) are those which claim the most species of Birds. Accipitridae and Musophagidae are the most used in zootherapy by this people.

Keywords : Birds, ethnoornithology, local knowledge, traditional medicine, Gouro people

Introduction

La pharmacopée traditionnelle fait partie des riches valeurs culturelles et scientifiques dont regorge l’Afrique (CBD, 2003; Traore, 1993). Ces richesses se retrouvent chez tous les peuples en Afrique (Willimas et al., 2014; Adjakpa et Tchabi, 2002; Nikolaus, 2001). Vivant en parfaite symbiose avec la nature, les populations locales africaines ont appris à utiliser la nature pour leurs différents besoins médicinales (Krépka et al., 2004). C’est notamment le cas des nombreux usages des plantes et des animaux dans le traitement des maladies. Le succès de cette médecine repose sur les nombreux écrits qui révèlent les nombreuses valeurs pharmacologiques et thérapeutiques (Godford 2008; Adjakpa et Tchabi, 2002) de cette nature. En effet, de nombreuses études ont été consacrées à l’usage des plantes en médecine traditionnelle en Afrique (Malan, 2009; Alawa et al., 2003; Adjanohoun et al. 2001, 1999 et 1998; Okafor et Ham, 1999; Tamboura et al., 1998; Fortin et al.,1997; Traoré, 1993; De La Pradilla, 1982; 1981) notamment en Côte d’Ivoire (Malan, 2009; Zirihi, 2006; Tra Bi, 1997; Aké Assi et Guinko, 1991). Malgré l’usage quotidien de la faune dans cette médecine très peu d’étude ont été consacrées au règne animal (Yaokokoré-Béibro et al., 2010b; Adjakpa et Tchabi, 2002). En Côte d’Ivoire, seulement trois études traitent particulièrement de l’usage de la faune en médecine traditionnelle (Yaokokoré-Béibro et al., 2010a,1995; Massa, 2008). Principalement sur les oiseaux, des études ont été réalisées quant à leur biographie et leur distribution en Côte d’Ivoire (Konan et al. 2014a,b; Kouadio et al., 2014; Odoukpé et al. 2014a, b; Odoukpé et Yaokokoré-Béibro, 2014; Assa, 2013 Yaokokoré-Béibro, 2010a,b; Lauginie, 2007, Fishpool, 2001) mais aucune bibliographie n’a fait cas de leur utilisation dans la médecine traditionnelle. La présente étude apporte un aperçu sur l’utilisation de la faune surtout celle des espèces aviaires dans la pharmacopée traditionnelle chez le peuple Gouro de la Marahoué.

Matériel et méthodes

Milieu d’étude

Cette étude s’est déroulée en pays Gouro, dans la région de la Marahoué, dont l’aire géographique est comprise entre 6°28’00 » et 7°45’00 » de latitude Nord et 5°23’00 » et 6°26’00 » de longitude Ouest. Cette région a un climat tropical humide (Wilkie, 2010; Christy et Schulenberg, 1999), une température moyenne annuelle de 26,39°C avec une pluviométrie annuelle variant de 1200 à 1800 mm (Tutiempo, 2014). La région de la Marahoué est le vivier de plus de 368 espèces aviaires dont la majorité se réfugie dans le parc (Raney, 2003). Sa végétation est une forêt mésophile dans l’ensemble avec des formations naturelles « contact forêt/savanes », des forêts denses humides semi-décidue, des forêts sèches; des savanes ouvertes, entrecoupées de galeries forestières (Yedmel et al., 2010). Elle est habitée par les autochtones (Gouro), les allochtones (Baoulé, Malinké, et autres communautés ivoiriennes) et les allogènes (Maliens, Burkinabé, Guinéens, Nigériens, Nigérians, Mauritaniens, Libanais…) (Koffi, 2007).

Le choix de cette région et de ce peuple a été motivé par sa proximité avec le parc national de la Marahoué, une aire protégée sous forte pression anthropique. Et l’étude s’est déroulée dans dix-neuf villages (Tableau I, Figure 1).

Tableau I : Différentes localités visitées par département

Départements

Total interviewés

Villages

Bouaflé

194

Dianfla, Tibeita

Zuénoula

224

Bazra, Dinzra, Kaloufla, Koinzra,

Gohitafla:

254

Blèfla, Gohitafla-village, Siafla

Sinfra

474

Bazre-Village, Binoufla, Bounafla, Djenedoufla, Kouétinfla-Progouri, Kouroudoufla-Progouri, Manoufla-Progouri, Gonfla, Trikata, Zemenafla
Figure 1 - Localisation des sites de l'enquête

Figure 1 – Localisation des sites de l’enquête

Matériel

Le matériel biologique utilisé est du peuple Gouro de la région de la Marahoué et des oiseaux. Et le matériel technique comprend un dictaphone (Dictaphone Olympus Digital Voice Recorder VN 713PC) qui a servi pour enregistrer les conversations lors des entretiens. L’identification des oiseaux a été faite à l’aide du «Guide des oiseaux d’Afrique de l’Ouest» de Borrow et Demey, (2008). Des informations ont été complétées avec «Les Oiseaux de l’ouest Africain» de Serle et Morel (1993). La discographie des chants et cris des oiseaux de l’Afrique (Chappuis, 2000) a servi à reconnaitre les oiseaux pour la confirmation de l’espèce.

Méthodes

L’étude menée a consisté en une enquête de terrain selon la méthodologie combinée de Fugier (2006), de Kizungu et al. (1998) et de Gevet (1978). Ainsi, d’août 2010 à décembre 2010 et de février 2012 à avril 2013, cette enquête active s’est déroulée auprès de 1146 personnes réparties selon le portrait social (Tableau II). Il a s’agit des observations directes et des rencontres suivies des séances de discussion avec la population locale. Lors des entretiens, les différentes planches et photos des oiseaux des guides ont été présentées. Des visites des étalages ont été faites. Ainsi, sur ces étalages, des oiseaux ont été identifiés à partir de leurs organes séchés avec la collaboration des guérisseurs et vendeurs.

Tableau II : Répartition des interviewés selon les localités et selon leur portrait social

Portrait social

Localites

ch

mp

dg

re

ta

el

tr

Total interviewés

Bouaflé

120

4

25

8

2

28

7

194

Gohitafla

169

4

30

4

2

37

8

254

Sinfra

348

0

50

18

7

47

4

474

Zuénoula

153

2

19

6

4

28

12

224

Total

790

10

124

36

15

140

31

1146

(ch: chasseurs; mp: marchands de produits secondaire d’animaux; dg: danseur-guérisseurs; re: restaurateurs; ta: tisserands-artisans; el: élèves; tr : travailleurs)

Résultats

Chez les Gouro de la région de la Marahoué, les oiseaux sont utilisés dans le traitement de plusieurs maladies et infirmités telles que Les plaies pernicieuses et persistantes, les furoncles, les fractures, le ballonnement de ventre, la méningite, l’épilepsie, l’empoisonnement, les maladies respiratoires, le mutisme chez les enfants, la folie et les maladies mystiques (Figure 2). Ils servent à lutter contre les naissances prématurées, à retarder pendant quelques jours la mort d’un malade. Au nombre des handicapes, les fractures présentent l’infirmité dont le traitement nécessite le plus d’oiseaux (12 espèces différentes), suivi des traitements de la méningite et de l’épilepsie (9 espèces différentes). Le traitement du mutisme chez les enfants et la guérison des plaies pernicieuses et persistantes font appel chacun à l’utilisation des organes de huit espèces d’oiseaux distinctes. Le traitement du ballonnement de ventre nécessite une seule espèce, l’Engoulevent à longue queue Caprimulgus climacurus (Vieillot, 1824); de même, les chamans Gouro utilisent à Gohitafla, à Sinfra et à Zuénoula, les plumes du Touraco vert Tauraco persa (Linné, 1758) pour retarder la mort d’un individu déjà très malade pour quelques jours.

En plus des maladies, certains effets désirés nécessitent l’usage des oiseaux. Ce sont la victoire sur les adversaires et ennemies, la force et la protection contre les attaques mystiques et chamaniques, la volonté d’échapper aux dangers de tous ordres et la chasse des mauvais sorts ou l’exorcisme (Figure 3). Ainsi, neuf espèces d’oiseaux sont utilisées différemment pour la protection des individus contre les attaques mystiques, sept espèces sont intégrées dans la confection des potions donnant le pouvoir échapper aux différents dangers de tous ordres. Ce pouvoir est réservé à une classe de personne hautement qualifiée en la matière dans le département de Sinfra. Pour chasser les mauvais esprits et lors des séances d’exorcisme, les chamans utilisent des organes des quatre espèces différentes. Enfin, l’acquisition de la victoire sur les adversaires nécessite des organes de trois espèces distinctes.

Au total 44 espèces d’oiseaux issues de 16 familles d’oiseaux de huit ordres sont utilisées dans la médecine traditionnelle, chez les Gouro (Tableau III). Seul le Calao à joues brunes Bycanistes cylindricus (Temminck, 1831) est classée quasi menacé selon la liste rouge de l’UICN (BirdLife, 2014). Douze espèces de la famille des Accipitridae sont utilisées soit 27,27 % des espèces totales (Tableau III). Cinq espèces des Musophagidae sont utilisées dans neuf traitements. Une seule espèce peut être utilisée dans le traitement de plusieurs malaises et difficultés à la fois (Tableau III), et plusieurs espèces d’Oiseaux, avec des organes différents peuvent être nécessaires dans le traitement d’une seule maladie ou d’un effet désiré. Le traitement avec l’usage des Oiseaux peut varier d’un individu à un autre, d’une localité à une autre ou selon les organes exigés. Ainsi, par exemple, les plumes du Touraco vert Tauraco persa (Linné, 1758)  et du Touraco à gros bec Tauraco macrorhynchus (Fraser, 1839) sont utilisées à Zuénoula lors des séances d’exorcismes, à Gohitafla pour le traitement de la folie, les plaies pernicieuses et contre les naissances précoces. Ces mêmes plumes sont utilisées à Sinfra pour retarder la mort, et le traitement des maladies mystiques et aussi pour échapper aux ravisseurs et ennemies (Tableau 1).

Les différents organes utilisés dans les traitements et les effets recherchés sont les plumes, le bec, les os, les œufs et les griffes ou serres. Les nids sont aussi utilisés pour certaines espèces (Tableau I). Ainsi, 26 espèces (59%) sont utilisées uniquement pour leurs plumes sur les 44 espèces. Pour 23% de ces oiseaux, ce sont les os associés aux becs qui sont utilisés dans la médecine traditionnelle; les nids associés à la fois aux œufs sont utilisés pour 20% des espèces des oiseaux. Pour 2% des espèces d’oiseaux, les plumes sont associées soit aux os soit au nid (Figure 2).

Le traitement des maladies respiratoires nécessite l’usage du bec des Bucerotidae à Zuénoula, et les fractures sont traitées à l’aide des plumes, des os, du bec (à Zuénoula) et même du nid (à Bouaflé) des Accipitridae. Le ballonnement de ventre est traité par la longue plume de l’Engoulevent Caprimulgus climacurus. Les furoncles sont traités avec l’utilisation des plumes, des os et du bec des Accipitridae à Zuénoula. A Sinfra, le traitement de l’épilepsie les Apodidae et Hirundinidae que sont le Martinet d’Ussher Telacanthura ussheri, le Martinet des maisons Apus affinis, le Martinet des palmes Cypsiurus parvus, l’Hirondelle de rivage Riparia riparia, l’Hirondelle rustique Hirundo rustica, l’Hirondelle de Guinée H. lucida, l’Hirondelle striée H. abyssinica, l’Hirondelle de mosquées H. senegalensis et l’Hirondelle à ventre roux H. semirufa. Dans la même contrée, ces mêmes espèces sont utilisées pour le traitement de la méningite

Sur les 17 pratiques ornitho-pharmaceutiques dans la tradition Gouro, neuf (soit 53%) exigent l’utilisation des Musophagidae; ce sont la confection des antipoisons, la folie, la lutte contre les naissances prématurées, le mutisme chez les enfants, le Retarder la mort, les Maladies mystiques, les plaies pernicieuses et persistantes, l’échappement aux ravisseurs et adversaires, la chasse des mauvais sorts.

Figure 2 - Nombre d'espèces d'oiseaux utilisées pour chaque traitement

Figure 2 – Nombre d’espèces d’oiseaux utilisées pour chaque traitement

Figure 3 - Nombre d'espèces d'oiseaux  utilisées pour chaque effet désiré

Figure 3 – Nombre d’espèces d’oiseaux utilisées pour chaque effet désiré

Tableau III : Liste des oiseaux utilisés dans la médecine traditionnelle Gouro

Ordre/ Famille/ Espèces

Nom Français

Nom Gouro

Département

Parties utilisées

Traitement

CICONIIFORMES
ARDEIDAE

Bubulcus ibis (Linné, 1758)

Héron garde bœuf

Dri ta manin Zuénoula Plumes Plaies pernicieuses et persistantes

Egretta garzetta (Linné, 1766)

Aigrette garzette

SCOPIDAE

Scopus umbretta (Gmelin, JF, 1789)

Ombrette africaine

Djè bi djè swrannin/Djèdjè swrannin

Zuénoula

Plumes

Plaies pernicieuses et persistantes

FALCONIFORMES
ACCIPITRIDAE
Elanus caeruleus (Desfontaines, 1789) Elanion blanc Plein wanhannin Zuénoula Plumes, os et bec

Furoncles, fractures

Milvus migrans (Boddaert, 1783) Milan noir Saa Clouh Sinfra Plumes

Force et protection des enfants contre les attaques mystiques; Maladies mystiques, Victoire sur les adversaires et ennemies

Aviceda cuculoides (Swainson, 1837) Baza coucou Plein wanhannin Zuénoula Plumes, os et bec Furoncles, fractures.
Kaupifalco monogrammicus (Temminck, 1824) Autour unibande
Accipiter erythropus (Hartlaub, 1855) Epervier de hartlaub
Accipiter melanoleucus (Smith, A, 1830) Autour noir
Aquila rapax (Temminck, 1828) Aigle ravisseur Tchecthè/ Degligbalibi tchetchè/ Tchetchè kabhlé vôô Sinfra Plumes, griffes

Protection contre toutes sortes de dangers et d’attaques

Tcheai/ Tchedjè (Zouwoulou bi)/ tcheyè Zuénoula Os et bec Fractures
Stephanoaetus coronatus (Linné, 1766) Aigle couronné Tcheai/ Tchedjè (Zouwoulou bi)/ tcheyè Zuénoula Os et bec Fractures
Tchecthè/ Degligbalibi tchetchè Sinfra Plumes, les griffes

Protection contre toutes sortes de dangers et d’attaques

Lophaetus occipitalis (Daudin, 1800): Aigle huppard Tchedjè (Zouwoulou bi)/ tcheyè

Zuénoula

Os et bec

Fractures

Tchecthè le Zabhlé goungan Sinfra Plumes, griffes

Protection contre toutes sortes de dangers et d’attaques

Hieraaetus spilogaster (Bonaparte, 1850) Aigle fascié Tchedjè (Zouwoulou bi)/ tcheyè

Zuénoula

Os et bec

Fractures

Tchecthè le gouan Sinfra Plumes, griffes

Protection contre toutes sortes de dangers et d’attaques

FALCONIDAE
Falco biarmicus (Temminck, 1825) Faucon lainier Tchecthè bi goh Sinfra Griffes, Plumes

Protection contre toutes sortes de dangers et d’attaques.

Plumes

Maladies d’origine chamanique et mystiques; échapper aux ravisseurs et ennemies.

GALLIFORMES
PHASIANIDAE
Francolinus bicalcaratus (Linné, 1766) Francolin à double éperon Kwlatro Sinfra Plumes, ongles et os des ailes

Victoire sur les adversaires et ses ennemis.

Plumes

Protection contre les attaques mystiques et chamaniques; maladies mystiques et des maladies d’origine chamanique.

Francolinus ahantensis (Temminck, 1854)

Francolin d’ahanta

Sawè

Bouaflé

Plumes

Fractures

Francolinus lathami (Hartlaub, 1854) Francolin de latham Dooh

Bouaflé

Plumes, ongles et os des ailes

Victoire sur les adversaires et ses ennemis.

Kwlatro

Sinfra

Plumes

Echapper aux ravisseurs et ennemies

NUMIDIDAE

Numida meleagris (Linné, 1758)

Pintade de numide

Djinhin

Bouaflé

Plumes

Plaies pernicieuses et persistantes

MUSOPHAGIFORMES
Musophagidae
Tauraco macrorhynchus (Fraser, 1839) Touraco à gros bec Dalwé Gohitafla, Sinfra, Zuénoula Plumes

Folie

Plaies pernicieuses et persistantes

Confection des antipoisons.

Lutte contre les naissances prématurées.

Confection de poison et son antidote

Séances d’exorcisme.

Maladies mystiques ou suite des attaques de sorcellerie.

Echapper aux ravisseurs et ennemies

Bouaflé

Bec

Utilisé pour soigner le mutisme chez les enfants

Tauraco persa (Linné, 1758) Touraco vert Gohitafla, Sinfra, Zuénoula Plumes

Confection de poison et son antidote

Séances d’exorcisme.

Folie

Plaies pernicieuses et persistantes

Confection des antipoisons.

Lutte contre les naissances prématurées.

Retarder la mort.

Maladies mystiques ou suite à la sorcellerie.

Echapper aux ravisseurs et ennemies

Musophaga violacea (Isert, 1788) Touraco violet Couowuo Gohitafla Plumes

Folie

Plaies pernicieuses et persistantes

Confection des antipoisons.

Accouchements prématurés.

Dalwé

Bouaflé

Bec

Utilisé pour soigner le mutisme chez les enfants

Corythaeola cristata (Vieillot, 1816) Touraco géant Couowuo Gohitafla Plumes

Folie

Plaies pernicieuses et persistantes

Confection des antipoisons.

Accouchements prématurés.

Bouaflé Bec Mutisme chez les enfants

Crinifer piscator (Boddaert, 1783)

Touraco à queue barrée

Coluo kwlà
CUCULIFORMES
Cuculidae

Centropus senegalensis (Linné, 1766)

Coucal du Sénégal

Zuih

Sinfra

Plumes

Echapper aux ravisseurs et ennemies

STRIGIFORMES
Tytonidae
Tyto alba (Scopoli, 1769) Effraie des clochers Cloubéli

Gohitafla, Zuénoula

Plumes, griffes

Maladies pernicieuses et persistantes et maladies d’origine maléfique ou à base de sorcellerie,

Poupounin

Sinfra

Chasser les mauvais sorts et exorcismes

Strigidae
Ptilopsis leucotis (Temminck, 1820) Petit-duc à face blanche Cloubéli le bambhélégoummè/ bambhélégoummè

Gohitafla, Zuénoula

Plumes, griffes

Maladies pernicieuses et persistantes et maladies d’origine maléfique ou à base de sorcellerie

Cloubely le bamblegoumbê

Sinfra

Chasser les mauvais sorts et exorcismes

Caprimulgidae
Caprimulgus climacurus (Vieillot, 1824) Engoulevent à longue queue Fwlanduo/ Mi san miannin Gohitafla Longue plume

Folie, ballonnement de ventre

CUCULIFORMES
Apodidae

Telacanthura ussheri (Sharpe, 1870)

Martinet d’ussher

Zeigodiliinin Sinfra Nid et œufs Méningite, épilepsie

Apus affinis (Gray,JE, 1830)

Martinet des maisons

Cypsiurus parvus (Lichtenstein, 1823)

Martinet des palmes

BUCEROTIFORMES
Bucerotidae

Bycanistes cylindricus (Temminck, 1831). QUASI MENACE

Calao à joues brunes

Côbhê le Fwlan/ Fwlan Zuénoula Bec Maladies respiratoires.

Ceratogymna atrata (Temminck, 1835)

Calao à casque noir

Gouo/ Côbhê le Gouo

Bycanistes subcylindricus (Sclater,PL, 1871)

Calao à joues grises

Côbhê le Fwlan/ Fwlan

Tropicranus albocristatus (Cassin, 1848)

Calao à huppe blanche

Pale ta manin
PASSERIFORMES
Hirundinidae
Riparia riparia (Linné, 1758) Hirondelle de rivage Trai man lêlê/ Leelénin Bouaflé Nid

Fractures, folie

Zeigodji liinin

Sinfra

Nid et œufs

Méningite, épilepsie

Hirundo rustica (Linné, 1758) Hirondelle rustique Trai man lêlê/ Leelénin Bouaflé Nid

Fractures, folie

Zeigodji liinin

Sinfra

Nid et œufs Méningite, épilepsie

Hirundo lucida Hartlaub, 1858

Hirondelle de Guinée

Zeigodji liinin Sinfra Nid et œufs

Hirundo abyssinica Guerin-Meneville, 1843

Hirondelle striée

Hirundo senegalensis Linné, 1766

Hirondelle de mosquées

Hirundo semirufa Sundevall, 1850

Hirondelle à ventre roux

PLOCEIDAE
Ploceus heuglini (Vieillot, 1817) Tisserin masqué Sraih Sinfra Nid

Mutisme ou retard dans le parlée des enfants

Griffes et Plumes

Protection contre des attaques mystiques et des dangers, traitement des maladies d’origine mystiques et des dangers

Plumes

Echapper aux ravisseurs et ennemies

Ploceus heuglini (Vieillot, 1817) Tisserin masqué

Gohitafla

Nid

Mutisme ou retard dans le parlée des enfants

Ploceus cucullatus (Statius Müller, 1776) Tisserin gendarme Sinfra Nid

Mutisme ou retard dans le parlée des enfants

Griffes et Plumes

Protection contre des attaques mystiques et des dangers, traitement des maladies d’origine mystiques et des dangers

Plumes

Echapper aux ravisseurs et ennemies

Ploceus cucullatus (Statius Müller, 1776) Tisserin gendarme Gohitafla Nid Mutisme ou retard dans le parlée des enfants

Ploceus nigerrimus (Vieillot, 1819

Tisserin noir

yoh le sraih
SYLVIIDAE

Cisticola brachypterus (Sharpe, 1870)

Cisticole à ailes courtes

Sraih

Bouaflé

Plumes, et nids

Mutisme ou retard dans le parlée des enfan

Discussion

Dix-sept pratiques médicinales traditionnelles, relatives aux oiseaux se retrouvent chez les Gouro de la Région de la Marahoué. En comparaison avec les travaux de (Adjakpa et Tchabi, 2002) une seule la pratique est commune avec celle de la culture béninoise sur l’utilisation des oiseaux dans la pharmacopée. Il s’agit de la protection des individus contre la sorcellerie, les mauvais sorts et les dangers. Dix espèces identifiées lors de cette enquête auprès du peule Gouro appartiennent aussi à la liste des espèces identifiées sur les marchés du bénin (Adjakpa et Tchabi, 2002). Ce sont le Héron Goliath Ardea goliath, le Milan noir Milvus migrans, l’Aigle ravisseur Aquila rapax, la Pintade commune Numida meleagris, le Francolin commun Francolinus bicalcaratus, Touraco vert Tauraco persa, Touraco violet Musophaga violacea, Touraco gris Crinifer piscator Coucal du Sénégal Centropus senegalensis, Chouette effraie Tyto alba, Tisserin gendarme Ploceus cucullatus. Ce qui atteste que les utilisations des oiseaux sauvages dans la pharmacopée traditionnelle sont multiples et variées (Williams et al., 2014; Nikolaus, 2001; Kizungu et al., 1998; Reynaud et al., 1991).

Les espèces de la famille des Accipitridae semblent avoir une importance très prononcée dans la zoothérapie chez les Gouro de la Marahoué, avec 12 espèces contre 37 espèces utilisées en pharmacopées traditionnelles dans toute l’Afrique (Williams et al., 2014). Ce cas est presqu’identique au Nigéria avec les travaux de Nikolaus (2001) et au bénin avec ceux de Adjakpa et Tchabie (2002). En effet, Nikolaus (2001) a recensé 27 espèces des Accipitridae au Nigéria dont huit se retrouvent en pays Gouro (Elanus caerulus, Milvus migrans, Aviceda cuculoides, Kaupifalco monogrammicus, Accipiter erythropus, Aquila rapax, Stephanoaetus coronatus, Lophaetus occipitalis). Quant à Adjakpa et Tchabie (2002) ce sont trois espèces identifiées dans cette étude qui se retrouvent parmi les 14 espèces répertoriées au Bénin, ce sont Milvus migrans, Aquila rapax et Lophaetus occipitalis. Ces données montrent combien les espèces des Accipitridae font partie de la prédominance des oiseaux utilisés dans la médecine traditionnelle dans la vie des peuples. Tous les Musophagidae (5) présents dans la région de la Marahoué sont utilisés dans la pharmacopée chez les Gouro de la Marahoué surtout dans le traitement des neuf cas de difficultés. Quatre d’entre ces espèces se retrouvent sur la liste d’Adjakpa et Tchabi, (2002), ce sont Touraco violet Musophaga violacea, Touraco vert Touraco persa, Touraco géant Corythaeola cristata, Touraco gris Crinifer piscator. Elles ont utilisées pour exalter la chance et le bonheur, guérir et protéger contre l’ensorcellement (Kizungu et al. 1998), la protection contre les balles de fusil au Benin, alors que chez les Gouro de la Marahoué, ces espèces sont utiles dans plusieurs traitements dont les Maladies mystiques, les plaies pernicieuses et persistantes, la folie et le mutisme chez les enfants, c’est en cela que Adjakpa et al., (2002) affirment que les Touracos interviennent dans plusieurs recettes de traitements à la fois. Toutefois, au regard des travaux de Kizungu (1998) en République Démocratique du Congo, les Musophagidae n’interviennent pas dans la médecine traditionnelle mais plutôt d’autres espèces comme le Calao à casque noir Ceratogymna Atrata (Temminck, 1835) (de la famille des Bucerotidae) et le Pic cardinal Dendropicos Rufescens (Vieillot, 1818) (de la famille des Picidae).

Chez les Kweni de la Marahoué, la libération du pouvoir pharmacologique des produits secondaires des oiseaux est très souvent renforcée par l’association à d’autres ingrédients (Sánchez-Pedraza et al., 2012; Adjakpa et al., 2002). Cette assertion est soutenue par Nikolaus (en 2001), lorsqu’il a travaillé sur les oiseaux que les populations utilisaient dans la pharmacopée Nigériane. Il est parvenu à trouver que certains produits secondaires des oiseaux vendus sur le marché sont mixés avec quelques additifs végétaux ou animaux en vue d’avoir l’effet escompté.

Les différentes demandes en espèce d’oiseaux diffèrent d’un guérisseur à un autre pourraient s’expliquer par la connaissance de chacun sur les oiseaux pour soigner un même mal (CBD, 2003). Un guérisseur selon ses connaissances peut trouver un pouvoir dans une partie ou une autre du corps d’un oiseau. Un autre utilisera une autre partie du même oiseau ou un autre oiseau pour confectionner un remède du même mal. C’est le cas du traitement de la démence par exemple. En effet, ce traitement nécessite à Zuénoula, l’utilisation des plumes de la calotte du Calao à huppe blanche Tropicranus albocristatus alors qu’à Gohitafla, des guérisseurs utilisent les longues plumes de l’Engoulevent à longue queue Caprimulgus climacurus. Ces propos sont ainsi corroborés par les travaux de Nikolaus (2001); ce qui laisse entrevoir que, toutes les espèces d’oiseaux peuvent se retrouver dans la médecine traditionnelle chez les Gouro à cause de la variabilité des connaissances des différents usagers.

Les oiseaux migrateurs d’origine Paléarctique sont rares (deux) dans la liste des espèces oiseaux médicinaux. Ce sont Riparia riparia et Hirundo rustica. Cette même rareté mentionnée par Nikolaus en 2001. Cette rareté pourrait se justifier par le fait que les guérisseurs locaux de la Marahoué tout comme au Bénin auraient une méconnaissance des oiseaux du Paléarctique (CBD, 2003; Adjakpa et al., 2002).

Les différents usages de ces oiseaux sont très souvent étroitement liés aux comportements spéciaux de ces espèces (Nikolaus, 2001). Pour Adjakpa et al (2002), les différents caractères comportementaux des oiseaux sont des interprétations personnelles des peuples, mais aussi des connaissances reçues après des années d’observation et des enseignements depuis des générations très lointaines. Ces connaissances sur les pouvoirs pharmacologiques des oiseaux sont alors la somme des expérimentations transmises depuis des temps anciens (Adjakpa et Tchabi, 2002). Chez les Gouro de la Marahoué, des rapaces et surtout le Milvus migrans, Aquilas rapax, Stephanoaetus coronatus, Lophaetus occipitalis, Hieraaetus spilogaster et Falco biarmicus sont dotés d’un pouvoir si puissant qu’aucun autre oiseau n’oserait toucher à leurs petits. En tant que carnivores, ce sont ceux qui s’attaquent aux autres et nul ne peut s’attaquer à eux encore moins à leurs petits. C’est une hiérarchisation de forces qui serait établie entre les différentes espèces animales selon l’ordre de la chaine alimentaire. Ainsi leur pouvoir et leur instinct de protection sont utilisées chez les Gouro de la Marahoué à travers une partie de leur organisme. Ces espèces ont presque le même usage au Nigéria (Nikolaus, 2001). En plus d’être placé en terre ou à l’entrée d’une maison, les produits secondaires de ces oiseaux continuent d’être associés à d’autres médicaments de divers usages.

Conclusion

Au terme de nos enquêtes préliminaires sur l’utilisation des oiseaux dans la pharmacopée traditionnelle en pays Gouro, il ressort que les oiseaux possèdent plusieurs vertus thérapeutiques. Ces atouts contenus dans les produits et sous-produits des oiseaux constituent une richesse pour la pharmacopée traditionnelle en pays Gouro et plus généralement en Côte d’ivoire. Tout comme les plantes médicinales locales et les autres animaux, les produits des oiseaux sont de précieux auxiliaires dans les traitements des maladies incurables auprès des communautés villageoises. Les Accipitridae sont les oiseaux les plus nombreux à être utilisés dans cette pharmacopée et les Musophagidae sont utilisés dans le plus grand nombre de traitement. Ils interviennent soit seuls soit en association avec d’autres éléments organiques. Plusieurs espèces d’oiseaux peuvent être associées pour servir d’ingrédient dans cette pharmacopée traditionnelle.

Des enquêtes doivent être élargies aux marchés des produits secondaires des animaux dans toutes les villes de la région et même dans les grandes agglomérations du pays en vue de faire une liste exhaustive des espèces d’oiseaux utilisés en pharmacopée traditionnelles en Côte d’Ivoire. Des études scientifiques permettront d’élaborer des tableaux des recettes thérapeutiques à partir organismes d’origine aviaire. Enfin, des travaux peuvent s’effectuer sur les différents principes actifs contenus dans les différents organes de ces oiseaux en vue de la confection des produits plus élaborés avec des prescriptions bien définies.

Références bibliographiques

Adjakpa J.B. et A. Tchabi, 2002, Contribution à l’inventaire des oiseaux sauvages utilisés comme matières premières en pharmacopée traditionnelle au Bénin, Nature et Faune vol 18, 1, pp. 14-22.

Adjakpa J.B., A. Tchabi, T.F. Ogouvide, 2002, Oiseaux utilisés en pharmacopée traditionnelle au Bénin, Malimbus 24, pp. 1-14.

Adjanohoun E. J., J. Eyme, K.L. Dramane, I. Fouraste, Lo Issa, A. Keïta, M. Le Bras, J. Lejoly, K. Boukef, O. Penge, P. Waechter, O. Eyog-Matig, 1998, Revue de médecines et pharmacopée africaines. France 2, 2, 243 p.

Adjanohoun E. J., J. Eyme, K.L. Dramane, I. Fouraste, Lo Issa, A. Keïta, M. Le Bras, J. Lejoly, K. Boukef, O. Penge, P. Waechter, O. Eyog-Matig, 2001, Médecine traditionnelle et pharmacopée. France, 14, 152 p.

Adjanohoun E.J., J. Eyme, K.L. Dramane, I. Fouraste, Lo Issa, A. Keïta, M. Le Bras, J. Lejoly, K. Boukef, O. Penge, P. Waechter, O. Eyog-Matig, 1999, Revue de médecines et pharmacopées africaines. France, 13, 124 p.

Aké Assi L. et S. Guinko, 1991, Plantes utilisées dans la médecine traditionnelle en Afrique de l’Ouest. Editions Roche, 151 p.

Alawa C.B.I., A.M. Adamu, J.O. Gefu, O.J. Ajanusi, P.A. Abdu, N.P. Chiezey, N.J. Alawa, D.D. Bowman, 2003, In vitro screening of two Nigerian medicinal plants (Vernonia amygdalina and Annona senegalensis) for enthelmintic activity. Vet. Parasitol., 113, pp. 73-81.

Assa E.S., 2013, Avifaune du sous-bois du Parc National du banco (Côte d’Ivoire), Mémoire de Mater II d’Ecologie Tropicale de l’Université Felix Houphouët-Boigny, 58 p.

Birdlife International, 2014, The BirdLife checklist of the birds of the world: Version 7, [En ligne] http://www.birdlife.org/datazone/userfiles/file/Species/Taxonomy. Consulté le 17 octobre 2014.

Borrow N. et R. Demey, 2008, Guide des oiseaux de l’Afrique de l’ouest. Les guides du naturaliste. Delachaux et Niestlé SA. Paris, 512 p.

CBD (Conservation on Biological Diversity), 2003, Composite Report on the Status and Trends Regarding the Knowledge, Innovations and Practices of Indigenous and Local Communities Relevant to the Conservation and Sustainable Use of Biodiversity; Regional report: AFRICA; UNEP/CBD/WG8J/3/INF/3, 61 P.

Chappuis, C., 2000, African Bird Sounds. Birds of North, West and Central Africa. Livrette et 15 CD, Société d’Etudes Ornithologiques de France, Paris.

Christy P., T.S. Schulenberg, 1999, Avifaune du Parc National de la Marahoué, Côte d’Ivoire, Pp 50-59 in Conservation International : une évaluation biologique de Parc national de la Marahoué, Côte d’Ivoire, Programme d’évaluation Rapide, 13 p.

De La Pradilla C.F., 1981, Des plantes qui nous guéris. Ouagadougou, Burkina-Faso, 208 p.

De La Pradilla C.F., 1982, Plantes médicinales vendues sur les marchés de Ouagadougou, 2è éd. Ouagadougou, Burkina- Faso, 46 p.

Fishpool L., 2001, Côte d’Ivoire. Pp. 219–232 in L. D. C. Fishpool and M. I. Evans, eds. Important Bird Areas in Africa and associated islands: Priority sites for conservation. Newbury and Cambridge, UK: Pisces Publications and BirdLife International (BirdLife Conservation Series, 11).

Fortin D., M. Lô, G. Maynart, 1997, Plantes médicinales du Sahel. Dakar, Sénégal, 280 P.

Fugier P., 2006, La mise en œuvre d’un protocole de recherche exemplaire en sociologie. Question de départ et quelques ficelles de métier, fiche technique, Revue Interrogation N°8. Fiche Technique 7 p, [En ligne] http://www.revueinterrogation.org. Consulté le 04 décembre 2009.

Gevet J.P., 1978, L’élaboration d’un protocole d’enquête, proposition d’un plan type détaillé et quelques commentaires. Bureau d’Etude Statistiques de l’ITCF, 98 p.

Godford B. 2008, “Ju-Ju” markets and birds in African magico-medicinal use. The Northen myth. Dec 14, [En ligne] http://blogs.crikey.com.au/northern/2008/12/14/. Consulté 23 décembre 2010.

Kizungu B., M. Ntabaza, M. Mburunge, 1998, Ethno-ornithology of the tembo in eastern drc (former zaire): part one, kalehe zone. Monographies d’études africaines, 19, 2, pp. 103-113.

Koffi K.S.A., 2007, Mise en place et entretien des productions végétales et/ou animales : cas du cacao. Institut national Felix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro (école supérieur d’agronomie) ingénieur des techniques agricoles 2007, [En ligne] http://www.memoireonline.com/. Consulté le 15 mars 2013.

Konan E.M., K.H. Yaokokoré-Béibro,, K.S.G. Odoukpé, 2014a, Richesse spécifique et abondance des oiseaux des dix l0 Lacs urbains de la ville de Yamoussoukro, dans le centre de la côte d’Ivoire, International Journal of Innovation and Applied Studies, 10, 1, pp. 217-225.

Konan E.M., K.H. Yaokokoré-Béibro, K.S.G. Odoukpé, K.E.S. Kouadja, 2014b, Avifaune de la ville de Yamoussoukro, Centre de la Côte d’Ivoire, European Scientific Journal, 10, 33, pp. 1857-1881.

Kouadio K.P., K.H. Yaokokoré-Béibro, K.S.G. Odoukpé, E.M. Konan, A.M. N’guessan, K.P. Kouassi, 2014, Diversité avifaunique de la forêt classée de N’ganda N’ganda (Sud-Est de la Côte d’Ivoire), Afrique Sciences, 10, 1, pp. 181-193.

Lauginie F., 2007, Conservation de la nature et aires protégées en Côte d’Ivoire. NEI/Hachette et Afrique Nature, Abidjan, XX, 187 p.

Malan D.F., 2009, Utilisations traditionnelles des plantes et perspective de co-gestion des aires protégées de Côte d’Ivoire: cas du parc national des îles Ehotlié (littoral Est de la Côte d’Ivoire). Thèse unique de doctorat, UFR Sciences de la Nature, Université d’Abobo-d’Adjamé, 165 p.

Massa Y. E., 2008, Connaissance et utilisations de la faune mammologique des forêts classées de Monogaga et de Dassioko-sud (Côte d’Ivoire). Mémoire de DEA Ecologie Tropicale option Animale à l’Université de Cocody, 60 p.

Nikolaus G., 2001, Bird exploitation for traditional medecin in Nigeria. Malimbus, 23, pp. 45-55.

Odoukpé K.S.G. et K.H. Yaokokoré-Béibro, 2014, Avifaune des champs de riz de la zone humide de Grand-Bassam (Cote d’Ivoire), Int. J. Biol. Chem. Sci., 8, 4, pp. 1458-1480.

Odoukpé K.S.G., K.H. Yaokokoré-Béibro, K.P. Kouadio et E.M. Konan, 2014b, Dynamique du peuplement des oiseaux d’une riziculture et ses environs dans la zone humide d’importance internationale de Grand-Bassam, Journal of Applied Biosciences, 79, pp. 6909-6925.

Odoukpé K.S.G., K.H. Yaokokoré-Béibro., E.M. Konan, K.P. Kouadio, 2014a, L’avifaune d’un milieu de riziculture et de ses environs dans la zone humide de Grand-Bassam, sud-est Côte d’Ivoire, Malimbus, 36, pp. 106-115.

Okafor J., R. Ham, 1999, Identification, utilisation et conservation des plantes médicinales dans le sud-est du Nigéria. Thème de la biodiversité africaine, 3, Juillet, 8 p.

Raney H., N. Borrow, R. Demey, L.D.C. Fishpool, 2003, Firt recording of vocalisations et yellow-footed Honeyguide, Melignomon eisentrauti and confirmed records in Ivory Coast. Malimbus, 25, pp. 31-38.

Reynaud A.P., V. Defrance, C.H. Delomre, 1991, Histoire de plume, l’homme et l’oiseau en Gyuane, ORSTOM, Musée Départemental, 162 p.

Sánchez-Pedraza R., M.G. Gamba-Rincón, A.L. González-Rangel, 2012, Use of black vulture (Coragyps atratus) in complementary and alternative therapies for cancer in Colombia: A qualitative study. Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine, pp. 1-8, [En ligne] http://www.ethnobiomed.com/content/8/1/20. Consulté le 12 Mars 2014.

Serles W. et G.-J. Morel, 1993, Les Oiseaux de l’ouest Africain, Delachaux et Niestelé SA, Lausanne (Switzerland), Paris, 331 p.

Tamboura H., H. Kaboré, S.M. Yameogo, 1998, Ethnomédecine vétérinaire et pharmacopée traditionnelle dans le plateau du centre du Burkina Faso : cas de la province de Passoré. Biotechnol. Agron. Soc. Environ, 2, pp. 181-191.

Tra Bi F.H., 1997, Utilisation des plantes, par l’homme, dans les forêts classées du Haut-Sassandra et de Scio, en Côte-d’Ivoire, Thèse de Doctorat de 3ème Cycle, Université de Cocody-Abidjan, F.A.S.T, 257/97, 212 p.

Traoré D., 1993, Médecine et magie africaines ou comment le noir se soigne-t-il ? Présence africaine, Paris, 569 p.

Tutiempo 2014, Historique des données climatiques des stations météorologiques de Yamoussoukro, Gagnoa et Daloa de 2009 à 2013, [En ligne] http://www.tutiempo.net/climat.html. Consulté le 7 juillet 2014.

Wilkie M.L., 2010, Evaluation des ressources forestières mondiales, rapport national, cote d’ivoire, FRA – FAO Département des forêts, 60 p.

Williams V.L, A.B Cunningham, A.C Kemp, R.K. Bruyns, 2014, Risks to Birds Traded for African Traditional Medicine: A Quantitative Assessment. PLoS ONE, 9, 8, 15 p.

Yaokokoré-Béibro K.H., 2010a, Oiseaux de Parc National de Iles Ehotilé, sud-est Côte d’Ivoire, Malimbus, 32, pp. 89-102.

Yaokokoré-Béibro K.H., 2010b, Les oiseaux Pp 2012-2016 in Konaté S. & Kampmann D. (eds): Atlas de la Biodiversité de l’Afrique de l’Ouest, Tome III : Côte d’Ivoire, Abidjan.

Yaokokoré-Béibro K.H., M.A. N’guessan, K.S.G. Odoukpé, E.J. Zouzou, V. N’Douba, K.P. Kouassi, 2010a, Premières données sur les oiseaux de la zone humide d’importance internationale de Grand-Bassam (Côte d’Ivoire), International Journal of Biological and Chemical Sciences, 4, 6, pp. 2169-2180.

Yaokokoré-Béibro K.H., K.B. Kassé, O. Soulemane, T.M. Koué-Bi, K.P. Kouassi, K. Foua-Bi, 2010b, Ethnozoologie de la faune mammalogique de la forêt classée de Badénou (Korhogo, nord Côte-d’Ivoire), Agronomie Africaine, 22, 2, pp. 1-9.

Yedmel M.S.C., Y. Sadaiou, S. Barima, N.F. Kouamé, N. Barbier, 2010, Impact de la perturbation par les interventions sylvicoles et le feu sur la dynamique d’un peuplement forestier en zone semi-décidue de Côte d’Ivoire, Sciences & Nature, 7, 2, pp. 131-142.

Zirihi G.N., 2006, Études botanique, pharmacologique et phytochimique de quelques plantes médicinales anti-paludiques et/ou immunogènes utilisées chez les Bété du Département d’Issia, dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire, Thèse de Doctorat d’Etat, Université de Cocody-Abidjan, UFR Biosciences, 126 p.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Chers Collègues,

    J’ai lu votre texte, l’ai trouvé riche en informations et donc précieux sur le plan ethnographique.

    Je ne dispose pas des compétences ethno-zoologiques nécessaires pour vous orienter précisément. Mais d’un point de vue extérieur, je dois avouer que je reste un peu sur ma faim.

    J’aimerais en fait savoir quels sont les raisonnements, ou les « théories locales » qui déterminent l’emploi des différentes espèces. D’un côté, en fait, on laisse comprendre que l’efficacité thérapeutique de tel ou tel autre oiseau est fondée sur des connaissances d’ordre empirique. Mais d’un autre côté – comme c’est le cas pour la médecine ancienne ou vernaculaire en Occident – il apparait clairement que certains remèdes se basent sur des associations d’idées d’ordre symbolique (ce qui renvoie – sur un registre qui n’est pas celui privilégié par les chercheurs – aux travaux bien connus de Frazer, Levy-Bruhl, Marlène Albert Llorca etc.).

    Peut-être serait-il pertinent de développer ce point pour enrichir votre proposition d’article.

    Mes salutations cordiales,

    Sergio Dalla Bernardina
    Professeur d’ethnologie
    Université de Bretagne Occidentale

  2. Coralie Mounet dit :

    Chers collègues,

    J’ai lu également votre texte; j’ai trouvé que les travaux qui y sont rapportés sont conséquents et apportent de nombreuses informations inédites

    Il suscite également des questions pour la géographe que je suis. Je vous en fais part, en sachant qu’étant donné l’éloignement de nos champs disciplinaires, cela sera peut-être hors-sujet pour vous…

    Vous évoquez la variabilité des connaissances des différents usagers et vous évoquez la « population locale » puis plus loin « les guérisseurs ». J’aurais aimé comprendre s’il y a des différences de représentations, de connaissances et de pratiques entre ces deux types d’acteurs. Y a-t-il par exemple des processus d’acquisition des connaissances différents ; des logiques différentes ?

    Par ailleurs, trouve-t-on des évolutions dans cette pharmacopée ? En lien avec des évolutions environnementales (avec par exemple une évolution de la répartition ou de l’abondance des espèces) ou sociales ? Y a t il des diffusions de savoirs et savoir-faire entre autochtones, allochtones, allogènes ?

    Enfin, par rapport à la littérature existante sur l’usage des plantes et le règne animal, qu’apporte cette étude sur les oiseaux : y a-t-il des points communs ou divergents dans la manière d’acquérir des savoirs et savoir-faire, dans l’utilisation de ces êtres vivants, etc. ?

    En espérant que ces questions vous intéresseront et vous seront utiles,

    Cordiales salutations,

    Coralie Mounet
    Chargée de Recherche CNRS, section 39
    Laboratoire Pacte UMR 5194, Grenoble

  3. Bonjour
    Je rejoins les commentaires des lecteurs précédents.

    Donner une liste de noms d’oiseaux sans fournir de données ethnozoologiques, c’est à dire ethnoethologiques, écologiques, représentations, mythes… me parait insuffisant.
    Les principes de l’utilisation des animaux sont souvent basés sur des théories analogiques (théories des signatures, soigner le mal par le proche ou le contraire…). Souvent le comportement de l’oiseau détermine les usages et savoir faire qui en sont fait : par ex chez les Pygmées aka de RCA, tel oiseau sera utilisé pour des affections respiratoires en raison de longs temps passés posés les ailes ouvertes en mouvement. Au Sénégal, les usages des charognards dans les amulettes sont directement en rapport avec leurs capacités à consommer des viandes avariées et donc à se protéger des « empoisonnements », mais aussi à rendre sa propre chair inconsommable aux sorciers anthropophage.
    L’engoulevent à balancier en décollant sous les pieds provoque des frayeurs de femmes enceintes et par conséquent des maladies sp des enfants à naitre dites « maladies de l’oiseau » : dans certaines sociétés on soigne ces maladies en faisant ingérer ou en lavant les malades avec des produits issus de ces oiseaux.
    La liste des noms de maladies autochtones sans traduction ethnolinguistique (quand elle est possible) n’est guère utilisable. Il conviendrait aussi d’avoir plus d’infos sur les représentations de ces maladies, notamment en rapport avec la causalité de ces maladies et infortunes (rupture d’interdit, sorcellerie, génies de la brousse, ancêtres…) qui éclairent sur les usages qui en sont fait. Il serait bien aussi de savoir sous quelle forme ils sont utilisés per os, en « douche », en lavement, en fumigation, sur des scarifications ou en amulettes.

    Ceci dit, il y a une colonne latérale dans les tableaux qui n’est pas lisible.
    Cordialement
    a+
    Alain Epelboin
    médecin anthropologue CNRS
    UMR 7206 CNRS MNHN Musée de l’homme Paris
    epelboin [arobase] mnhn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *