« Chaîne de l’eau du réseau public dans quelques quartiers précaires du 6ème arrondissement de Cotonou-Bénin » par E.O. Hounsounou, M. Agassounon Djikpo Tchibozo, L. Fanou et E. Agbossou

Ce manuscrit est soumis au commentaire ouvert. La rédaction vous invite à proposer des modifications aux auteurs en utilisant la fonction de commentaire situé en bas de page et/ou en utilisant l’outil d’annotation hypothes.is. Vous pouvez également lancer hypothes.is en cliquant sur ce lien.

Lucie AYI-FANOU, Laboratoire de Biochimie, Université d’Abomey-Calavi, Benin
Micheline AGASSOUNON DJIKPO TCHIBOZO, Institut National de l’Eau et Laboratoire des Normes et de Contrôle de qualités Microbiologique, Nutritionnelle et Pharmacologique, Université d’Abomey-Calavi, Benin
Espérance Olive HOUNSOUNOU et Euloge AGBOSSOU, Institut National de l’Eau, Université d’Abomey-Calavi, Benin

Résumé : La garantie d’une eau de consommation saine est un enjeu majeur de santé publique. La population de la ville de Cotonou-Bénin consomme l’eau du réseau de distribution publique de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB). Pour préserver la santé des consommateurs, les conditions de stockage de cette eau au niveau des quartiers précaires (Vossa, Ahouansori-agata, Ahouansori-towéta (I et II), Ladji, Hindé (I et II) et Djidjè (I et II)) du 6ème arrondissement de Cotonou ont été investiguées à travers une enquête domiciliaire dans 190 concessions (2 ménages par concession). Les entretiens par la méthode d’interview directe suivie d’observations ont porté sur les conditions de manipulation de l’eau le long de la chaîne d’approvisionnement. Sur 380 ménages enquêtés, 91,6% pratique le stockage de l’eau du réseau public. Les non abonnés (82,6%) ont recours aux abonnés-revendeurs privés ou aux points publics de vente (kiosque à eau). L’eau est prise au robinet ou à partir des barils sans couverture. 68,9% des récipients de transport sont non couverts alors qu’au niveau des ménages pour le stockage, 89,5% est couvert. Par rapport aux types de récipients utilisés, les sceaux en plastique (70,0%) et les bassines (2,1%) sont plus entretenus que les bidons (20,5%) et les jarres (1,6%). La durée de stockage varie de un jour à sept jours. Les gobelets de consommation sont exposés à toute contamination extérieure. Ces diverses manipulations de l’eau peuvent conduire à sa contamination le long de la chaîne d’approvisionnement.

Mots clés : Chaîne de l’eau, Stockage, Manipulation, Quartiers précaires, Cotonou

Abstract : The guarantee of a healthy drinking water is a major public health issue. Cotonou’s population consumes water from the public distribution network of “Société Nationale des Eaux du Benin (SONEB)” which is the national water company of Benin. To protect health of consumers, this water storage conditions to the level of the shantytowns (Vossa, Ahouansori-agata, Ahouansori-towéta (I and II), Ladji, Hindé (I and II) and Djidjè (I and II)) of the 6th district of Cotonou were assessed through a housing survey in 190 households (2 homes by households). Conversations by method of direct interview with observations focused on conditions of water handling along the supply chain. On 380 surveyed homes, 91.6% practice the storage of water from public network. Non-subscribers (82.6%) resorted to private customers-resellers or to the public points of sale (water kiosk). Water is taken to the faucet or to the barrels without coverage. 68.9% of transport containers are not covered while 89.5% of storage containers are covered at the level of households. About types of containers used, seals plastic (70.0%) basins (2.1%) are more cleaned than the cans (20.5%) and jars (1.6%).The storage duration varies from one day to one week. Goblets of consumption are exposed to any external contamination. This various handling of water can lead to his contamination along the supply chain.

Keywords : Water chain, Storage, Handling, shantytowns, Cotonou

Introduction

L’usage et l’exploitation de la ressource en eau se déploient dans de multiples domaines tels que les besoins quotidiens, les activités économiques, les loisirs, etc. (Lachavanne et Juge, 2009). L’accès à une eau potable saine est un droit et un besoin humain. L’homme a besoin d’une eau propre pour entretenir sa santé. Cependant, dans les pays tropicaux, l’eau de boisson constitue l’un des supports pour les agents pathogènes responsables de maladies (Tessier, 1991). L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que 80 % des maladies qui affectent la population mondiale sont directement associées à la qualité de l’eau (Desjardins, 1990). Près de 3 millions de personnes meurent chaque année des suites de maladies diarrhéiques (WHO, 2000). Les enfants de moins de 5 ans dans les pays en développement sont les principales victimes avec environ deux millions de morts par an (OMS/Unicef, 2000). L’eau a alors un caractère ambivalent étant donné qu’elle donne la vie et peut en même temps rendre malade quand elle est contaminée (Caprara, 2000). Face à ces faits, la surveillance de la qualité de l’eau est devenue une priorité de santé publique dans le monde entier (Bras et al., 2007). Depuis 2000, l’Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD) vise à réduire de moitié le pourcentage de la population n’ayant pas accès de façon durable à l’eau potable à l’échéance 2015. À l’échelle mondiale, cette cible des OMD a été atteinte bien avant l’échéance de 2015. En Afrique, cela n’a pas été le cas (OMS/Unicef, 2012). Dans les pays en développement comme au Bénin, la plupart des ménages souhaitent avoir l’eau potable de distribution publique. Mais les ressources nécessaires pour l’accès à l’eau du réseau public ne sont pas toujours disponibles pour tous (Kèlomè et al., 2012). Alors que dans le cadre des OMD, sont considérées comme ayant accès à l’eau, les personnes dont la source est « améliorée » c’est-à-dire une source d’eau potable qui, de par sa construction et sa conception, peut protéger l’eau d’une contamination extérieure, en particulier des matières fécales (CAWST, 2009). Actuellement, le problème d’approvisionnement en eau s’aggrave en milieu urbain, en raison de l’urbanisation galopante et anarchique des villes (Dos Santos, 2006). Certains quartiers de la capitale économique du Bénin (Cotonou) se trouvent confronter à cette situation. Le faible revenu des ménages, surtout ceux des quartiers déshérités les amène à recourir à des sources d’eau peu satisfaisantes sur le plan hygiénique. Les vendeurs d’eau de robinet représentent une solution pour les non abonnés dans les quartiers à faible niveau économique (Odoulami, 2009). Ce système d’approvisionnement impose alors une phase, d’achat, de transport et de stockage de l’eau à domicile « chaîne de l’eau ».

Plusieurs études ont été réalisées à travers le monde sur la qualité de l’eau de consommation le long de la chaîne d’eau (Emilie et Noha, 2014 ; Lalanne, 2012 ; Papa et al., 2010 ; Ngnikam et al., 2007). Mais au Bénin et spécifiquement à Cotonou les nombreuses études faites ont porté sur la gestion et la qualité des eaux de consommation (Odoulami, 2009 ; Totin et al., 2008 ; Aïssi , 1992),  sans aborder  la question de la chaîne de l’eau qui devient une préoccupation pour les organismes sanitaires internationaux (OMS/Unicef, 2012). Or, des cas de décès liés au choléra sont régulièrement enregistrés (MSP, 2008-2012) dans les quatiers précaires de Cotonou. Ces quartiers concentrent des milliers de personnes vivant dans des habitations aux conditions médiocres de vie et insalubres. Les comportements et habitudes déployés lors de la chaîne de l’eau peuvent avoir un impact sur l’état d’hygiène de l’eau. Il s’avère nécessaire de caractériser par traçage à travers des enquêtes dans ces zones comment se fait la gestion de l’eau achetée et stockée. L’étude vise principalement à investiguer dans les quartiers précaires, l’accès et l’approvisionnement en eau du réseau de distribution publique, les pratiques liées au transport, au stockage et à la consommation de l’eau afin de faire des propositions d’amélioration ultérieurement.

Méthodologie

Choix et description de la zone d’étude

Plusieurs paramètres ont orienté la sélection du secteur d’étude. Il s’agit d’un certain nombre de facteurs du milieu susceptibles d’influer sur l’état d’hygiène des eaux de consommation lorsque les comportements et les habitudes malsains sont observés le long de la chaîne de l’eau. Les services de base tels que l’accès à l’eau potable, à l’assainissement ; la gestion des ordures ménagères et les conditions d’habitat ont été les préalables à permettre de localiser les quartiers d’étude. Le choix raisonné de ces quartiers a été également fondé sur la prévalence de ces conditions de précarité du cadre de vie, marquée par la pauvreté, les services insuffisants et les cas de maladies hydriques, en l’occurrence de celles liées au Vibrio chlolerae (MSP, 2008-2012). Ce choix a permis de retenir les quartiers les plus précaires tels que Vossa, Ahouansori-agata, Ahouansori-towéta (I et II), Ladji, Hindé (I et II) et Djidjè (I et II). Les populations abritant ces quartiers ont leurs habitats bâtis sur une zone marécageuse, vivant entourées d’immondices avec des conditions d’hygiène, d’accès à l’eau potable et d’assainissement précaires.

Ces quartiers se situent dans le 6ème arrondissement de Cotonou dans la zone périphérique de la ville (figure1). Cet arrondissement est limité au Nord par le lac Nokoué, au Sud par le 5ème arrondissement, à l’Est par la lagune de Cotonou et à l’Ouest par les 7ème, 8ème et 9ème arrondissements. Il se trouve sur un site marécageux de la plaine littorale et s’étend sur des dépressions du lac Nokoué où prédominent des sols limoneux et argileux. Le climat est de type équatorial avec une alternance de deux saisons pluvieuses et de deux saisons sèches. La population des quartiers d’étude (Vossa, Ahouansori-agata, Ahouansori-towéta (I et II), Ladji, Hindé (I et II) et Djidjè (I et II)) a été estimée à 48084 habitants et compte 8379 ménages selon l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse de l’Economie (INSAE, 2007).

Figure 1 - Localisation des quartiers d’étude dans la ville de Cotonou

Figure 1 – Localisation des quartiers d’étude dans la ville de Cotonou

Détermination de la taille de l’échantillon et collecte des données

Des enquêtes domiciliaires ont été réalisées en février 2015 dans les concessions de la zone d’étude pour la collecte des données. Elles ont été basées sur la technique d’échantillonnage systématique dans les concessions. Le total de la taille de l’échantillon à enquêter a été déterminé par l’équation de Dagnelie (1998) suivante :

[1]  AF_eq1

Avec N : taille de l’échantillon ;

 AF_eq2 valeur de la variable aléatoire normale pour une valeur de la probabilité ∝ = 0,05 ;

 AF_eq43 ;

P : estimation de la proportion attendue (taux de non desserte en eau potable)

et d : marge d’erreur tolérée (5%).

En considérant le taux non desserte en eau potable comme l’un des déterminants de la corvée d’eau (transport et stockage à domicile), dont la valeur (41,5%) en milieu urbain est bien connue dans le rapport du Ministère du Développement, de l’Analyse Économique et de la Prospective de la République du Bénin (MDAEP, 2013), l’application de l’équation [1] a abouti à un échantillon de 190 concessions réparties en 380 ménages à raison de 2 ménages par concession.

Les enquêtes ont été basées sur des entretiens par approche participative dans les concessions retenues à travers la méthode d’interview directe développée par Mayling (1983) et suivie d’observations sur place (Agassounon DjikpoTchibozo et al., 2012). L’étude a été complétée par des recherches documentaires. Les personnes vivant dans chaque concession ont été regroupées et interviewées à l’aide d’un guide d’entretien élaboré suivant la méthode de Ratier (1998). Les responsables de ménage chargés de l’approvisionnement en eau ont été les privilégiés. Les variables recueillies ont concerné surtout les composantes comportementales de la chaîne d’eau. Les aspects fondamentaux du questionnaire élaborés avec l’appui d’un sociologue sont en rapport avec le niveau d’accès au réseau de la seule Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB), les difficultés rencontrées lors de l’approvisionnement, les différentes conditions et moyens utilisés lors de la collecte, du transport, du stockage et de la consommation de l’eau. Les questions ont concerné également les pratiques hygiéniques sur la chaîne et la qualité organoleptique (couleur et turbidité). Les observations directes sur le terrain ont concerné les pratiques hygiéniques (mode de prélèvement, état des lieux, type et état des récipients, durée de transport et conservation) lors de la collecte, du transport, du stockage et de la consommation d’eau dans les concessions retenues. Avant l’enquête dans les concessions, un entretien a été fait avec les autorités locales (chefs du quartier et responsables d’association de femmes) sur la situation de l’approvisionnement en eau du réseau public dans les différents quartiers pour mieux orienter les travaux au sein de la population. Des recherches bibliographiques ont complété l’étude.

Analyse des données collectées

La synthèse des données collectées a été faite puis traitée sur Sphinx. Une analyse statistique descriptive simple a été effectuée avec un croisement de variables. Cette analyse a permis de réaliser des graphiques et tableau croisés pour les fréquences des principaux critères retenus pour la chaîne de l’eau.

Résultats

Les résultats des enquêtes relatives à la chaîne de l’eau dans les quartiers sont présentés en considérant les différentes étapes de la chaîne (figure 2).

Figure 2 - Étapes de la chaîne d’approvisionnement en eau

Figure 2 – Étapes de la chaîne d’approvisionnement en eau

Approvisionnement en eau du réseau de distribution publique et gestion de la chaîne

Les rencontres sont faites avec au moins 3 à 4 personnes par concessions. De la revue documentaire et des enquêtes, il ressort que la totalité de la population des quartiers (Vossa , Ahouansori-agata, Ahouansori-towéta (I et II), Ladji, Hindé (I et II) et Djidjè (I et II)) du 6ème arrondissement a accès à l’eau de la SONEB. Cependant, les résultats obtenus révèlent que 17,40% seulement des concessions sont des abonnés du réseau public sur les 190 concessions. Les non abonnés (82,60 %) ont recours aux abonnés-revendeurs d’eau pour s’en approvisionner. Deux moyens d’approvisionnement existent dans les différents quartiers de l’étude pour la vente de l’eau du réseau public. L’approvisionnement est fait au niveau des robinets des abonnés-revendeurs privés ou auprès des points publics de vente ou kiosque à eau mis en place par la municipalité. Seules les femmes mariées et les enfants ayant au moins 9 ans  s’occupent de la tâche.

A Ahouansori-towéta et à Ladji, est développée une stratégie de stockage et de conservation de l’eau de distribution dans des tonneaux en plastique au niveau des points de vente. Cette stratégie permet d’avoir de l’eau en cas de rupture de service par la SONEB. Les non abonnés s’approvisionnent directement à partir desdits tonneaux. Ces récipients de stockage surplace dans 99% des cas sont non couverts (figure 3). L’observation de l’hygiène montre les parois des tonneaux avec des tartres ; l’eau présente une turbidité remarquable lors du puisage. Dans les points de vente où l’approvisionnement se fait à partir du robinet de distribution, les usagers sont confrontés parfois à une file d’attentes. Les non abonnés collectent l’eau dans des bassines, bidons et sceau (figure 3). A Hindé, des sceaux en fer de 25 l servent de moyen de mesure pour la collecte de l’eau 0 50F CFA.L’hygiène des lieux de vente où la desserte se fait directement au robinet est acceptable, contrairement aux deux quartiers où il y a un pré stockage. Ceci parce que les récipients de pré stockage ne sont pas protégés et le lavage correct se fait seulement par semaine. Les proportions d’utilisation des récipients de collecte sont de 65,2% (bassine), 20% (sceau) et 14,8% (bidon). 100% des femmes interviewées ont connaissance d lavage des récipients avant la collecte. Les sceaux en plastique, bassines et jarre sont lavés depuis la maison avant la collecte. Par contre, les bidons sont rincés par les utilisateurs par agitation mécanique suivant les observations. Une autre pratique observée est l’introduction des doigts des usagers dans l’eau au cours de la collecte pour la vérification du niveau de remplissage du récipient porté sur la tête (figure 3).

Figure 3 - Conditions de collecte de l’eau au niveau des points de vente

Figure 3 – Conditions de collecte de l’eau au niveau des points de vente

Conditions de transport de l’eau collectée vers les domiciles

Après le prélèvement à la source, l’eau est acheminée vers les ménages ou les concessions. Le transport se fait à pied en tenant le sceau, le bidon et la bassine d’eau sur la tête (figure 4). Les enfants chargent les bidons remplis d’eau et fermés dans un pousse-pousse et les acheminent jusqu’à leur domicile. La collecte dans les bassines n’est sujette à aucune protection au cours du transport (figure 4). 68,9% des non abonnés s’adonne à cette pratique. La durée du transport varie de 15 à 30 min selon la distance à parcourir. Des cas isolés de mains plongées dans la bassine pour prélever l’eau et boire surplace sont observés (environ 1%).

Figure 4 - Conditions de transport de l’eau vers les domiciles

Figure 4 – Conditions de transport de l’eau vers les domiciles

Conditions et pratiques liées au stockage de l’eau à domicile

L’eau potable du réseau de distribution publique est stockée dans divers types de récipients de stockage (figure 5 et 6). Les proportions d’utilisation des récipients sont de 20,5% (bidon), 70 % (sceau), 2,1% (bassine) et 1,6% (jarre). Le nettoyage de ces récipients se fait chaque fois au retour de la collecte (65,3%) contre 28,9 % des enquêtés qui attendent un aspect sale avant de les laver. Le lavage au savon est le mode le plus pratiqué. Des cas de rinçage à l’eau existent également. Les données collectées indiquent que l’eau du réseau de distribution publique est majoritairement (91,6%) stockée dans les ménages pour des usages domestiques contre 8,4% des cas de collecte pour l’usage directe (tableau1).

84,7% des concessions transvasent  l’eau à stocker dans des récipients à l’intérieur des chambres. Certains stockent l’eau en plein air dans des jarres à portée de tous (figure 5). Mais la plupart (89,5%) disposent de couvercle. Or, les observations effectuées montrent que 53,2% des concessions sont insalubres, vivant sur des immondices. Selon 15,3% des enquêtés, les raisons de ce choix de stockage sont liées à la multiplicité des usages domestiques auxquels l’eau est destinée et facilite son accès à tous les membres du ménage ou de la concession. L’état couvert ou non de ces récipients varie en fonction du type de récipient utilisé (figure 7).

Le constat fait lors des enquêtes montre que les sceaux en plastique sont les récipients de stockage les plus couverts suivis des bidons et des jarres (figure 7).

Tableau 1 : Stockage de l’eau de distribution publique (EDP) et état de couverture des récipients au cours du transport

Tableau 1 : Stockage de l’eau de distribution publique (EDP) et Etat de couverture des récipients au cours du transport (%)

Quartiers

Ménages stockant (EDP)

Ménages ne stockant pas (EDP)

Récipients couverts

Récipients non couverts

Ménages ne transportant

(EDP)

Vossa

86,7

13,3

26,7

60,0

13,3

Ahouansori- agata

78,1

21,9

21,9

68,8

9,4

Ahouansori-towéta (I et II)

96,9

3,1

18,8

81,3

0,0

Ladji

93,8

6,3

25,0

65,6

9,4

Hindé (I et II)

96,9

3,1

21,9

75,0

3,1

Djidjè (I et II)

96,9

3,1

34,4

62,5

3,1

Total

91,6

8,4

24,7

68,9

6,3

Figure 5 - Conditions de stockage de l’eau dans les ménages

Figure 5 – Conditions de stockage de l’eau dans les ménages

Figure 6 - Répartition des types de récipient de stockage dans les ménages

Figure 6 – Répartition des types de récipient de stockage dans les ménages

Figure 7 - État de couverture des types de récipients de stockage

Figure 7 – État de couverture des types de récipients de stockage

La durée de stockage varie de 1 à 7 jours (figure 8). 32,6% des enquêtés conservent l’eau pendant 2 jours et 33,7% pour 3 jours. Seuls les ménages (2,6%) la conservent pendant une semaine (figure 8). Les observations de terrain montrent que les sceaux en plastique et les bassines sont les récipients les plus entretenus et lavés (Figure 9).

Figure 8 - Durée de  conservation de l’eau de robinet  dans les ménages

Figure 8 – Durée de conservation de l’eau de robinet dans les ménages

Figure 9 - Lavage des récipients de stockage de l’eau (Oui : Propre ; Non : sale)

Figure 9 – Lavage des récipients de stockage de l’eau (Oui : Propre ; Non : sale)

Pratiques liées à la consommation

Lors de la consommation de l’eau stockée, les gobelets sont utilisés et dans 55,8% des cas, ils sont placés sur les couvercles des récipients de stockage (Figure 10 et 11). Dans 18,9% des cas, les gobelets sont à l’intérieur des récipients. En effet, la première position expose le gobelet à plusieurs sources de contamination (poussière, dépôt des mouches, mains sales des enfants et/ou de tous les consommateurs). La deuxième position (gobelet à l’intérieur du récipient) épargne le contact avec la poussière et les mouches mais peut accentuer le risque de contamination de l’eau à partir de l’immersion de mains sales des consommateurs.

Il a également été constaté qu’une proportion de 65,3%  des enquêtés conservent l’eau de robinet spécifiquement pour la boisson. Mais le reste utilise ces eaux stockées aussi bien pour la boisson, la cuisson des aliments et la vaisselle. Dans moins de 30% des ménages l’eau au moment du prélèvement se fait sans tenir compte de la propreté des mains.

Figure 10 - Emplacement du récipient de prélèvement de l’eau

Figure 10 – Emplacement du récipient de prélèvement de l’eau

Figure 11 - Gobelets de prélèvement pour consommation

Figure 11 – Gobelets de prélèvement pour consommation

Discussion

Des résultats issus de l’étude et ceux des travaux d’autres chercheurs (Agassounon Djikpo Tchibozo 2009), il ressort que la SONEB fournit l’eau potable à la population de Cotonou. Cependant, le faible taux d’abonnement des quartiers de la zone d’étude (17,4%) au réseau de distribution de la SONEB est imputable au faible revenu des ménages qui trouvent le coût trop élevé. En effet, suivant les différentes tranches de consommation, le coût du mètre cube d’eau potable varie entre 198 et 658 FCFA (SONEB, 2007). Ce coût n’est pas à la portée des ménages de ces quartiers comptés parmi les couches aux conditions de vie précaire. C’est ce qui justifie le recours aux revendeurs privés et publics d’eau de ce réseau pour la boisson et surtout pour la cuisson des aliments.

Selon la déclaration des OMD  en l’an 2000, l’amélioration de l’accès à l’eau potable s’appuie sur la réalisation d’ouvrages ou points d’eau améliorés. À cet effet, si cet objectif est atteint ces ménages doivent avoir accès directement à des points d’eau améliorés (CAWST, 2009). Or, même si l’eau fournie par ces ouvrages améliorés est potable à la source, au moment de sa consommation par les usagers l’eau n’est pas systématiquement de qualité satisfaisante (OMS, 2007). Etant donné que 82,6% de tous les ménages confondus desdits quartiers précaires (Vossa, Ahouansori-agata, Ahouansori-towéta (I et II), Ladji, Hindé (I et II) et Djidjè (I et II)) du 6ème arrondissement de Cotonou sont des non abonnés au réseau public de la SONEB, ces derniers sont confrontés à trois situations pouvant se combiner entre elles, et remettre en cause la potabilité de l’eau utilisée. La première situation est liée à la corvée d’eau impliquant sa collecte et son transport ; la deuxième est le stockage à domicile qui est souvent un lieu de contamination et la troisième est la qualité de l’eau (ne répondant pas aux standards requis) à son point de distribution (Désille, 2012). Ces situations augmentent les risques de contamination de l’eau avant son utilisation (Sackou Kouakou et al., 2010). Les conditions de collecte, de transport de l’eau potable du point d’accès jusqu’à domicile sont déterminantes pour le maintien de sa qualité. Or, déjà à la collecte de l’eau à Ahouansori-towéta et à Ladji les conditions de stockage de l’eau d’approvisionnement à des temps de rupture, de même que celle au cours du transport, avec 68,9%  de cas pour la zone d’étude où les récipients sont sans couvercle, les mains sont introduites lors de l’utilisation de l’eau où l’hygiène n’est pas observée, les gobelets déposés à l’intérieur ou à l’extérieur pour le prélèvement, constituent un ensemble de comportement pouvant altérer la qualité de l’eau. La consommation des eaux stockées se fait de façon générale par l’usage des gobelets disposés sur les récipients de stockage sans aucune protection. Cette pratique expose les récipients de prélèvement au contact de l’air, des mouches et des mains sales des usagers. Ces comportements sont susceptibles de contaminer l’eau à chaque utilisation (Lalanne, 2012). Le risque de contamination est encore plus élevé avec l’état insalubre observé dans ces quartiers où plus de 50% des concessions sont malpropres, avec des ordures ménagères en vrac et la défécation en plein air (Hounsounou, 2013 ; Hounsounou et al., 2014).

Les travaux de Ngnikam et al. (2007), réalisé à Yaoundé (Cameroun), ont révélé que les manières adoptées par les populations pour le transport, la malpropreté, la non couverture des contenants et les doigts sales, qui y sont plongés, constituent des causes de contamination de l’eau avant son arrivée à domicile.

Lalanne (2012), avaient rapporté que les récipients malpropres utilisés pour le transport de l’eau favorisent l’augmentation des charges bactériennes à cause du dépôt sur les parois des récipients.

Par ailleurs, il a été rapporté que dans les ménages, les précautions d’hygiène du récipient de stockage, du gobelet de prélèvement, de l’environnement domestique et la durée de stockage de l’eau sont importants pour préserver sa qualité (Unicef, 2011 ; Papa et al., 2010 ; Ngnikam et al., 2007)

Concernant les types de contenants destinés au stockage, où les résultats de la présente étude révèlent que les sceaux en plastique et les bidons sont plus utilisés, s’explique d’une part par l’accessibilité facile de ces récipients à Cotonou et d’autre part par la non durabilité et non accessibilité des jarres en milieux urbains. Les études d’enquêtes réalisées dans les milieux ruraux par Lalanne (2012) et l’Unicef (2011),  respectivement au Burkina Faso et en Mauritanie ont montré que les jarres sont plus utilisées. Les procédés de nettoyage des récipients de stockage et les techniques d’utilisation des gobelets de prélèvement de l’eau pour la consommation sont les mêmes que ceux enregistrés lors de nos travaux de terrains. Par rapport aux types de récipients de collecte et de stockage (sceau plastique, bassine), ceux à large ouverture sont facilement nettoyés selon la Direction Nationale de l’Eau Potable de l’Assainissement (DINEPA), 2013), contrairement aux récipients à ouverture étroite (bidons, bouteilles). C’est ce qui explique la malpropreté observée au niveau des bidons qui présentent sur leur paroi interne un dépôt vert pouvant servir de support aux bactéries qui peut se développer avec l’humidité et la température de 30°C (Lalanne, 2012). Par contre, les travaux de Ngnikam et al. (2007), ont montré que les sceaux non couverts semblent être plus exposés à la contamination que les bidons et les bouteilles et que la durée de stockage de l’eau potable influe sur sa qualité.

L’évolution du risque de contamination de l’eau potable du point d’accès jusqu’à la consommation dans les ménages a été bien illustrée par les résultats obtenus au Burkina et en Mauritanie par Lalanne (2012) et de l’Unicef (2011).

Les pratiques non hygiéniques à chaque niveau de la chaîne de l’eau dans les quartiers concernés couplées à l’insalubrité constituent des risques de contamination de l’eau de distribution publique et une menace pour la santé des populations utilisatrices. Chaque année au Bénin, des cas de maladies liées à l’eau, sont enregistrés. Ainsi, au cours de la période 1999 – 2004, les gastroentérites suivies des maladies diarrhéiques et de la dysenterie bacillaire ont affecté respectivement les effectifs de 172138, 62280 et 29894 populations à Cotonou (MSP, 2008-2012 ; Odoulami, 2009). Le choléra représente la maladie à potentiel épidémique la plus élevée. En 2011 sur les 19 cas suspectés dans la zone sanitaire incluant le 6èmarrondissement de Cotonou ; 10 cas ont été attribués à cet arrondissement. De même, les résultats épidémiologiques révèlent 6,74% de cas d’affections gastro-intestinales, (5ème affection sur les 11 classées par ordre décroissant) et 2,40% de cas de diarrhée (8ème) dans le même milieu selon le rapport de la Direction Départementale de la Santé de l’Atlantique et du Littoral (DDS, 2012).

En définitif, ces problèmes sanitaires enregistrés sont liés également à la consommation de l’eau dans le secteur d’étude, montrent que les conditions de gestion de l’eau de la SONEB par la population à la base ne garantissent pas sa qualité.

Cette étude a permis de relater les comportements et pratiques de gestion de l’eau potable de la SONEB pour la consommation. Les résultats de cette étude représentent une base de données, pour orienter les Organisations Non Gouvernementales (ONGs) et la municipalité à accompagner les projets d’approvisionnement en eau potable à travers les actions d’Information, d’Education et Communication (IEC) sur les Bonnes Pratiques d’Hygiène dans ces quartiers précaires à faible niveau de vie. Ce qui peut contribuer en partie à la gestion intégré de l’eau, à la préservation de la qualité de l’eau depuis la source jusqu’à la consommation dans les ménages.

Conclusion

Cette étude réalisée dans les quartiers précaires de Cotonou a permis une meilleure connaissance des conditions de manipulation de l’eau de réseau public à l’échelle des ménages ou concessions. Il ressort de ce travail, la traçabilité des comportements peu hygiéniques adoptés par les non abonnés aux réseaux de distribution d’eau publique. Depuis les points d’accès (source), l’eau est exposée à divers risques de dégradation de sa qualité. Au cours du transport jusqu’à la consommation, les conditions d’hygiène requises pour garantir la salubrité de l’eau ne sont pas généralement observées. Ce qui se traduit par l’insuffisance de nettoyage et la non couverture des récipients de transport et de stockage. À la consommation, l’hygiène des gobelets et des mains ne sont pas acceptables. Toutes ces situations peuvent mettre en péril la qualité des eaux de consommation et engendrer des risques sanitaires pour les ménages concernés.

Pour cette étude de traçage des conditions de gestion de la chaîne de l’eau de distribution publique, il importe de considérer les limites d’une enquête d’entretien et d’observation qui ne reflète que les pratiques à risque. Dans cette perspective, les études en cours sur la qualité de l’eau le long de la chaîne d’approvisionnement s’imposent afin de mettre en évidence la prévalence de la contamination en fonction des comportements et pratiques de la gestion de l’eau.

Remerciements

Les auteurs remercient toutes les personnes contactées et expriment leurs reconnaissances à tous ceux qui ont contribué à la réussite du présent travail de recherche. Cette étude a été financée par IFS sous le grant n°F/ W/5578-1.

Bibliographie

Agassounon Djikpo Tchibozo M., Alassane A., Ahanhanzo C., Soulé L., Toukourou F., de Souza C., 2009, Appréciation de la qualité hygiénique des eaux conditionnées commercialisées au Bénin. Actes du 2ème colloque de l’UAC des Sciences, cultures et Technologies, Chimie, p. 45-51

Agassounon DjikpoTchibozo, M., L. Ayi-Fanou, E. Lozes, R. Fadonougbo, G. D. J Anago, C. Agbangla, C. Ahanhanzo, 2012, Impacts sanitaires liés à l’usage des eaux de puits, à l’assainissement et à l’aménagement à Gbôdjê dans l’arrondissement de Godomey au Bénin, Int. J. Biol. Chem. Sci. 6,2, pp.592-602.

Aïssi, M., 1992, Impacts des déchets domestiques sur la qualité de la nappe phréatique à Cotonou, mémoire de fin de formation DETS, CPU, UNB, Bénin, 69 p.

Bras, A., E. Emmanuel, L. Obicson, P. Brasseur , J.W.P Jean W Pape , C. P Raccurt , 2007, Environnement, Risques & Santé, Évaluation du risque biologique dû à Cryptosporidium sp. présent dans l’eau de boisson à Port-au-Prince (Haïti) 6, 5, [En ligne], http://www.jle.com/fr/revues/ers/edocs/evaluation_du_risque_biologique_du_a_cryptosporidium_sp_present_dans_leau_de_boisson_a_port_au_prince_haiti_275804/article.phtml?tab=text  Consulté le novembre 2014.

Caprara, A., 2000, Transmettre la maladie, Représentations de la contagion chez les Alladian de la Côte d’Ivoire, Paris, Karthala, 214 p.

CAWST (Centre of Affordable Water and SanitationTechnology), 2009, Introduction à l’analyse de la qualité de l’eau de boisson. Manuel de formation, 195p.

Dagnelie, P., 1998 : Statistiques théoriques et appliquées. Bruxelles : De Boeck et Larcier.

DDS de l’Atlantique et du Littoral, 2012, Annuaire statistique de l’Année 2011, Cotonou, 70 p.

Desjardins, R., 1990, Le traitement des eaux Montréal, éditions de L’École Polytechnique de Montréal. ????

Désille, D., 2012, Programme Solidarité Eau, Guide pratique sur la conservation et traitement de l’eau à domicile, 37p.

Direction Départementale de la Santé de l’Atlantique et du Littoral (DDS), 2012, Annuaire statistique de l’Année 2011, zone sanitaire Cotonou I-IV, 70 p.

Direction Nationale de l’Eau Potable de l’Assainissement (DINEPA), 2013, Directive technique de conservation de l’eau de boisson à domicile, Fiche technique, République d’Haïti, 7p.

Dos Santos, S., 2006, Accès à l’eau et enjeux socio-sanitaires à Ouagadougou (Burkina Faso), Espace urbain et santé, 2,3, pp.271-285.

Emilie, L., H. E-T Noha, 2014, Du robinet au consommateur : qualité de l’eau potable dans le contexte domestique de l’agglomération de Khartoum, Soudan, Cybergeo : European Journal of Geography, Espace, Société, Territoire, document 664, [En ligne] URL: http://cybergeo.revues.org/26157 Consulté le 28 janvier 2015

Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef), Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Conseil en Développement Economique et Social, 2011, Étude sur la qualité microbiologique de l’eau en Mauritanie, 66p.

Hounsounou, E., 2013, Etude de la qualité bactériologique et physicochimique des eaux de puits traditionnels utilisées à Vossa au Bénin. Mémoire de Master en Hydrologie appliquées,Université d’Abomey-Calavi, 44p.

Hounsounou E., Agassounon Djikpo Tchibozo M., Adjagodo A., 2014, Etat de l’hygiène et de l’assainissement dans quelques quartiers déshérites de Cotonou (Bénin) pour l’éducation de la population. Rev. Spe. Jour. Sci. FLASH, 4 : 9, pp. 182-189.

Institut National de la Statistique et de l’Analyse de l’Économie (INSAE), 2007, Analyse statistique. Ann. Insti. Nat. Stat. Ana. Eco., pp.23-35.

Kèlomè, N. C., M. Agassounon DjikpoTchibozo, L. Ayi Fanou, D. Mama, J. Vihotogbé, 2012 , Étude des caractéristiques physico-chimiques et bactériologiques des eaux de quelques puits à grand diamètre : cas des communes de Parakou et Tchaourou au Bénin, Rev. Microbiol. Ind. San. et Environn., 6(2), pp. 22-31.

Lachavanne, J.B., R. Juge 2009, Le manuel pour la gestion durable de l’eau, 16p.

Lalanne, F., 2012, Étude de la qualité de l’eau le long de la chaîne approvisionnement au niveau des consommateurs dans 10 villages de la Province du Ganzourgou, (Région du Plateau Central, Burkina Faso) ,71p.

Mayling, S.H., 1983, Méthodologie d’enquête socioculturelle pour des alimentations en eau et assainissement, Groupe Consultatif pour la Technologie (TAG), Note technique N01 du TAG Washington, D.C.20433, USA, pp. 5-12.

Ministère de la Santé (MSP), 2008-2012, Annuaire des statistiques sanitaires, 210p.

Ministère du Développement, de l’Analyse Économique et de la Prospective (MDAEP), 2013, Accès à l’eau potable et à l’assainissement de base, Cadre d’accélération des OMD (Bénin), 112p.

Ngnikam, E., B. Mougoue , F. Tietche, 2007, Eau, Assainissement et impact sur la santé : étude de cas d’un écosystème urbain à Yaoundé. Actes des JSIRAUF, 13p.

Odoulami, L., 2009, La problématique de l’eau potable et la santé humaine dans la ville de Cotonou (République du Bénin), Thèse de Doctorat présentée pour l’obtention du grade de Docteur ès Lettres de l’UAC, Géographie et Gestion de l’Environnement, 230p.

Organisation mondiale de la Santé/ Fonds des Nations Unies pour l’enfanceOMS/Unicef), 2000, Global Water Supply and Sanitation Assessment, Report. Geneva, 76 p.

Organisation mondiale de la Santé (OMS), 2007, Combattre les maladies véhiculées par l’eau à la maison, Réseau international pour le traitement et la bonne conservation de l’eau à domicile, 36p.

Organisation mondiale de la santé/ Fonds des Nations Unies pour l’enfance (OMS/Unicef), 2012, Joint Monitoring Programme (JMP) for Water Supply and Sanitation.

Papa, N., O.B. Ibrahima, D. Modou, F. Cheikh, T.D. Anta, 2010, Qualité de l’eau de consommation des ménages : analyse et plan d’action en zone rurale sénégalaise. Santé Publique, 22, 2, pp.193-200.

Ratier, C., 1998, Conseils pour mener une enquête par questionnaire, Centre National de la Recherche Scientifique/Délégation aux systèmes d’information/Bureau qualité/Ergonomie/Ouest, Paris, France, 24p.

Sackou Kouakou, J. G., S. Oga , S. Claon , M. Bama , M. D. Koua , Y. Houénou, K. L. Kouakou, 2010 , Conditions d’accès et de stockage de l’eau : enquête dans les ménages en zone périurbaine à Abidjan , Santé Publique, 2 , 24, pp.133-142.

Société Nationale des eaux du Bénin (SONEB), 2007, Plan d’investissement actualisé : système d’AEP de Cotonou, Plan directeur Eau, tome V.6.1 (version provisoire), 40 p.

Tessier, S., 1991, Les maladies de l’enfant liées à l’eau en milieu urbain. Colloque pluridisciplinaire Géographie-Médecine sur l’eau et la santé en Afrique tropicale, Limoges, octobre, PULIM, pp. 63-72.

Totin, H., M. Boko, P. Edorh , 2008, Groundwater pollution in shantytowns of Cotonou: which strategies to limit waterborne diseases risks? Poster, Laboratory of Climate, Water Resources and Ecosystem Dynamic Research, University, Inter-facility Center of Sustainable Environment Training and Research, Biochimistry Department, University of Abomey-Calavi., Republic of Benin.

World Health Organization (WHO), 2000, Les maladies liées à l’eau, http://www.who.int/water_sanitation_health/diseases/diarrhoea/fr/


Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Sylvestre DASYLVA dit :

    Chers collègues,

    Je suis intéressé par votre projet d’article, car la gestion de l’eau – en particulier pluviale – dans les villes africaines constitue ma thématique de recherche.
    Après avoir lu avec attention l’article, mes remarques ou questions sont les suivantes.

    Dans la ‘rubrique de discussion’, je pense que les analyses abordant les maladies liées constituent la partie la plus intéressante, et la moins développée. Pour moi, il s’agirait d’éléments de justification de l’originalité des informations apportées par l’article. D’autant plus que les résultats présentés ne font que confirmer des renseignements déjà disponibles, à moins qu’il existe des points d’originalité pouvant être davantage mis en avant…
    Aussi, est-ce qu’il y’a un point de l’enquête qui aborde la perception des populations des risques sanitaires encourus par leurs comportements à risque, et surtout des limites des précautions d’hygiène appliquées ; ce qui pourrait favoriser une acceptabilité des mesures d’amélioration ultérieures que le projet compte proposer. Surtout que dans le contient, la ‘gestion participative’ est un concept très apprécié des parties prenantes nationales et internationales, et de plus en plus appliqué…

    Par ailleurs, est-ce qu’il existe des enquêtes approfondies sur la qualité de l’eau fournie par la SONEB ? En effet, la vétusté du réseau d’eau pourrait aussi être à l’origine d’une altération de la qualité de l’eau potable, comme l’a démontré le collègue Nguimalet. En analysant la qualité de l’eau potable isolée dans une canalisation à deux pas de temps (séjour de 6 jours et 2 mois), il a mis en évidence une dégradation de la qualité de l’eau recueillie au robinet. Une piste pourrait consister à faire des mesures de qualité de l’eau avant et après intervention des populations…

    Espérant que ces remarques puissent contribuer positivement à la réalisation de la version finale.

    Cordialement.

    Sylvestre Dasylva
    Chercheur au LGP, CNRS UMR 8591, France

    • TCHIBOZO AGASSOUNON Micheline dit :

      Cher Collègue,

      Les signataires de ce projet d’article s’excusent pour le retard accusé et vous remercient sincèrement pour l’intérêt que vous portez à leur travail. Vos préoccupations sont prises en compte dans les rubriques ci-dessous :

      1. Vous avez certainement raison par rapport aux maladies hydriques mais l’eau ayant préalablement subi un traitement au niveau de la SONEB, possède une qualité conforme aux critères de potabilité.

      2. Il est prévu dans la suite de nos investigations, de prendre en compte la perception des populations des risques encourus. Lors de l’échantillonnage des eaux le long de la chaine, l’information sur les comportements à risque sera mis en exergue au niveau de la population.

      3. Oui il existe des enquêtes approfondies sur la qualité de l’eau fournie par la SONEB, mais à Cotonou les canalisations du réseau ont été progressivement renouvelées. Les études antérieures réalisées sur l’eau ont montré une conformité aux normes.

      4. Dans la conclusion du présent article des mesures de qualité de l’eau avant et après intervention des populations ont été signalées. Ce volet sera exécuté dans la suite de nos investigations

      Gardons le contact pour le perfectionnement de cet article.

      Prof. TCHIBOZO AGASSOUNON Micheline
      Maître de Conférences (CAMES)
      Normes et Biotechnologies Microbiennes
      Faculté des Sciences et Techniques
      Université d’Abomey-Calavi, Bénin

  2. Sylvestre DASYLVA dit :

    Chers collègues,

    Je suis satisfait par les réponses apportées concernant mes préoccupations de fond. Sinon, voici quelques remarques de clarification, de suggestion ou de satisfecit…

    1/ Une précision : les études du collègue Nguimalet dont je faisais allusion ont été réalisées à Bangui (République centrafricaine), et je me suis dit que c’était une bonne piste pour étayer davantage la diversité des risques qui pèsent sur la qualité de l’eau consommée dans certains contextes. Maintenant, si l’eau fournie par la SONEB est considérée comme satisfaisante, je lève cette remarque. Toutefois, le doute de la population semble partagé dans beaucoup de pays africain.

    2/ Une piste de protection au domicile de l’eau de boisson : pourquoi ne pas suggérer aux populations de couvrir avec un tissu les systèmes de conservation de l’eau destinée à la consommation humaine, une pratique observée en banlieue (quartiers populaires) de Dakar.

    3/ Sur les perspectives futures du projet : je suis d’avis qu’il serait plus pertinent d’inclure dans cet article certains résultats – notamment la réalité des risques directement encourus par les populations des quartiers suivis, en adoptant certaines pratiques à risque -, pour davantage relever l’actualité thématique de l’article. Maintenant, si les résultats ne sont pas encore disponibles, c’est de bonne guère qu’ils soient prévus dans les perspectives futures, comme indiqué à la fin de la conclusion.

    4/ Sur la rédaction de l’article : je partage entièrement l’approche ‘méthode/résultats/discussion’. Toutefois, la formulation de certaines phrases mérite d’être revue pour davantage mettre en évidence la pertinence de cette thématique de la chaîne de l’eau en Afrique. Maintenant, je ne sais pas s’il est possible, dans ce format de discussion, de proposer de telles préconisations de forme sur le texte…, en utilisant bien entendu l’outil d’annotation.

    Espérant une bonne suite au processus de publication.

    Cordialement.

    Dr Sylvestre Dasylva
    Chercheur au LGP, CNRS UMR 8591, France

  3. Sylvestre DASYLVA dit :

    Cher Julien Bordier,
    J’ai essayé de faire des annotations sur le texte. Il faudra me dire si ça à marcher… vu le débutant que je suis avec hypthes.is
    Cordialement.
    Sylvestre Dasylva.

  4. Sylvestre DASYLVA dit :

    Chers collègues,

    La réponse ci-dessus de Mr Bordier me réconforte car c’est la première fois que j’utilise ce logiciel.
    Ayant déjà donné mon avis sur le fond, je me suis permis de faire quelques reformulations de forme, en essayant de respecter impérativement la pensée des auteurs… N’hésitez pas à faire des remarques sur mes propositions si ce n’est pas le cas, pour inscrire l’article sur une bonne trajectoire scientifique.

    Cordialement.

    Sylvestre Dasylva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *