« La nappe de «Thiaroye» au Sénégal: une ressource en eau encore utilisable ? » par S. Ndao, E.H.B. Diaw, S. Tamba et M. Wade

Ce manuscrit est soumis au commentaire ouvert. La rédaction vous invite à proposer des modifications aux auteurs en utilisant la fonction de commentaire situé en bas de page et/ou en utilisant l’outil d’annotation hypothes.is. Vous pouvez également lancer hypothes.is en cliquant sur ce lien.

Saidou NDAO, Université de Thiès, UFR Sciences et Technologie, Thiès, Sénégal.
El Hadj Bamba DIAW, Séni TAMBA et Mamadou WADE, Ecole Polytechnique de Thiès, Sénégal.

Résumé : Pendant longtemps, l’alimentation en eau potable de la région de Dakar a été assurée par les forages de Thiaroye. Mais l’avancée du biseau salé a amené les autorités étatiques à instruire l’arrêt de ces forages. Cette déconnexion a non seulement entrainé une baisse de la production en eau potable dans la zone mais elle y a aussi favorisé la récurrence des inondations du fait de la remontée de la nappe. Ces inondations récurrentes ont donné naissance à une autre forme de pollution : la nitrification des eaux de la nappe de Thiaroye. Ce phénomène de nitrification a des causes multiples et variées liées essentiellement à un manque d’étanchéité des fosses septiques, à la présence d’un foirail et d’un cimetière dans la zone. Leur communication directe avec la nappe affleurante n’est pas sans conséquences sur l’environnement immédiat. En effet, la teneur de la nappe en nitrate a atteint des proportions inquiétantes dépassant largement la norme de potabilité de 50 mg/l fixée par l’OMS. Par conséquent, ‘ette eau est devenue inutilisable à la consommation humaine mais utilisable dans l’irrigation.

Mots-clefs : nappe de Thiaroye, nitrification, potabilité, irrigation

Abstract : For a long time, drinkable water supplying in Dakar has been ensured by drillings located in Thiaroye. But, with salted bevel projection, Senegal Government decided to stop using those drillings. As a consequence, that new situation caused a gap in the field of sufficient drinkable water production in Dakar and accentuated flooding recurrence in that area, due to raising sheet level there. Flooding caused another type of pollution too, that is to say nitrification of Thiaroye’s sheet. Nitrification phenomenon is specially caused by waste water coming from septic tank due to lack of waterproofness, presence of a big cattle enclosure and a cemetery in the study area. Those latter are source of pollution because of their direct communication with sheet which is cropping out. That is the reason why nitrate content in sheet exceeds OMS’ norm 50 mg/l. As a result Thiaroye’s water sheet became unutilizable for populations’ consummation but utilizable for irrigation.

Keywords : Thiaroye’s sheet, nitrification, drinkability, irrigation

Introduction

Depuis les années 1950, Dakar dans sa majorité, était alimenté en eau potable par la zone de Thiaroye. .Cette zone comportait 8 forages et produisait un débit moyen journalier de 17 000 m3/j. Au fil des années, l’on a observé un degré de pollution élevé. La teneur en nitrate de l’eau prélevée dépassait largement les 50 mg/l définis par l’OMS [1]. Cette contamination chimique progressive qui s’accompagne d’une pollution bactériologique mettait en danger les ressources en eau de la presqu’ile et la santé des populations consommant directement les eaux de puits. Jusqu’en 2014, seuls 2 forages F17 et F19 étaient en service; les autres ont été progressivement abandonnées en raison des forts taux de nitrates. Le débit moyen d’exploitation est maintenu à environs 2000 m3/j avec 2 forages. Etant confronté à un problème de santé public, l’Etat décide leur remise en fonctionnement en vue de desservir les maraichers qui ont besoin de cette eau riche en nitrate pour leur spéculation.

Elle permettra également de valoriser l’eau de Thiaroye surchargée en nitrate et de restituer les quelques 11000 m3/j d’eau prélevé aux profits des périmètres Maraichers dans le quota en provenance de KMS initialement destiné au Presqu’ile du Cap-Vert.

Site d’étude

Situation géographique

La nappe phréatique de Thiaroye est située près de Dakar, dans la ville la plus peuplée du Sénégal, Pikine. Elle est limitée :

  • au sud-ouest par une crête piézométrique qui la sépare de la nappe infrabasaltique située dans la tête de la presqu’ile ;

  • à l’ouest par la limite océanique ;

  • au sud-est par le substratum marneux tertiaire qui affleure à partir de Mbao ;

  • au nord-est par la dépression de Tamna, qui la sépare de la nappe du Littoral Nord.

Elle appartient au système aquifère superficiel du bassin sénégalais (figure 1). Elle forme la partie Ouest de la nappe des sables quaternaires [2]

Figure 1 - Carte de situation de la nappe phréatique de “Thiaroye”

Figure 1 – Carte de situation de la nappe phréatique de « Thiaroye »

Contexte géomorphologique

Les formations sableuses quaternaires, qu’elles soient marines ou continentales, se comportent du point de vue hydrogéologique comme un réservoir unique. Mais ce réservoir présente certaines particularités :

  • Sans parois latérales, il est en contact direct avec les eaux salées de l’océan ;

  • Son épaisseur, liée essentiellement à la morphologie de son substratum imperméable, n’est pas constante ;

  • Sa perméabilité, dépendant de la nature des formations aquifères, est variable.

Ce réservoir unique, du fait de l’irrégularité de la surface d’équilibre des eaux, est divisé en bassins indépendants (zones basses), séparés par des lignes de partage des eaux.

Au niveau du massif sableux unissant la tête de la presqu’ile au continent, nous avons la juxtaposition de trois systèmes dunaires d’âges différents :

  • Le premier système est le massif dunaire ogolien. Formé de dunes d’orientation [sud-ouest]-[nord-est], il est singularisé par la présence du réseau hydrographique des Niayes. La nappe du massif dunaire, que l’on voit affleurer dans les Niayes, est dans son ensemble très douce. Elle est cependant affectée d’intrusions salées dont les origines sont diverses.

  • Le second qui est un cordon littoral isole les lagunes de l’Océan. En effet, par migration éolienne, il a comblé les lagunes et repose alors sur le massif dunaire ogolien. Il se limite à une frange littorale de quelques centaines de mètres.

  • Le troisième accolé au second, borde le littoral et se termine par une plage basse.

Ces formations reposent sur un substratum imperméable qui, affleurant sur la côte sud à partir de Grand Mbao, s’enfonce vers le nord et l’ouest. Son allure générale est celle d’un plan incliné vers le nord ouest [3].

Contexte hydrogéologique

La surface du substratum présente des dépressions qui sont comblées par des dépôts de sables aquifères. L’inclinaison du substratum vers le nord-ouest influe sur le sens de l’écoulement des eaux de la nappe [2].

Le mur de l’aquifère de Thiaroye est constitué essentiellement par des marnes de l’éocène inférieur à moyen. La morphologie de ce substratum décrit une surface inclinée vers le nord-ouest, partant :

  • de la côte +10m à Mbao à la côte -60m sur le long du littoral au nord ;

  • de la cote -65m au niveau de la patte d’oie à l’ouest à la cote -95m dans la zone de Kayar à l’est.

La forme en creux du bassin de Thiaroye résulte de l’exploitation. A l’origine, la nappe avait la forme d’un dôme et l’écoulement était centrifuge vers l’océan (au nord et au sud) et vers la dépression de Cambérène-Dagoudane-Pikine (à l’ouest). Le sens de l’écoulement varie en fonction des zones :

  • A l’ouest du bassin de Thiaroye, l’écoulement s’effectue vers le sud et vers le nord à partir d’une ligne de partage des eaux approximativement est-ouest ;

  • Au sud, à partir des dômes de Boun et Niacoulrab, les eaux s’écoulent vers la zone de drainage constituée par les Niayes de Grand Mbao et de Petit Mbao ;

  • Au nord, l’écoulement dans son ensemble [nord-(nord-ouest)]-[sud-(sud-est)] se fait essentiellement au profil des lacs et lagunes qui fonctionnent en zone de drainage par évaporation [2].

Résultats et discussions

Système de recharge de la nappe

La nappe de Thiaroye est une nappe naturellement affleurante. La principale source d’alimentation naturelle de la nappe est la fraction de pluie qui s’infiltre chaque année (figure 2). Les mesures effectuées sur l’aquifère de Thiaroye montrent une relation directe entre le niveau de la surface piézométrique (NP) et la hauteur de pluie enregistrée sur la même période (figure 2) [2].

Figure 2 - Relation entre les précipitations et les variations piézométriques

Figure 2 – Relation entre les précipitations et les variations piézométriques

Qualité des eaux de la nappe

L’évolution de la minéralisation des eaux obtenue à partir des campagnes de mesures montre :

  • une minéralisation qui reste importante à Mbao, mais qui diminue dans la zone de Hann ;

  • une augmentation de la minéralisation dans la zone de Thiaroye et de Pikine-Dagoudane qui a atteint 500 mg/l environ ;

  • une forte évolution entre Déni, Niayes, Beer Thialane et dans la zone de Keur Massar où la minéralisation a atteint 1000 mg/l.

Toutefois, il est à noter que la minéralisation dans la zone de Thiaroye n’est pas liée à une invasion saline, mais plutôt à une pollution due à la forte teneur en nitrate des eaux [2].

Les ions nitrates qui représentent le degré d’oxydation le plus élevé dans le cycle de l’azote varient dans la nappe de Dakar entre 0,55 mg/l et 800 mg/l (figure 3). Les teneurs les moins élevées sont observées à l’ouest de la région où la nappe est captive (recouverte par les coulées basaltiques) et profonde, et à Cambérene où on a un dôme piézométrique impliquant des phénomènes de dilution.

Figure 3 - Cartographie de la répartition spatiale des teneurs en nitrates des eaux de la nappe

Figure 3 – Cartographie de la répartition spatiale des teneurs en nitrates des eaux de la nappe

Les fortes teneurs se rencontrent dans la zone périurbaine (Thiaroye-Pikine) où les valeurs sont largement supérieures à la concentration maximale admissible de 50 mg/l définie par l’OMS. Il faut rappeler qu’une eau contenant des teneurs excessives en nitrates peut provoquer chez les consommateurs (enfants) la méthémoglobinémie qui correspond à l’oxydation de l’hémoglobine en méthémoglobine incapable d’assurer le transport de l’oxygène sanguin vers les tissus.

Par ailleurs, les nitrates constituent un bon indicateur de pollution organique car la minéralisation de l’azote organique peut aboutir à la formation d’ions nitrates (par oxydation) en passant par des étapes intermédiaires (ammonium et nitrites). Dans la zone périurbaine, cette pollution azotée est essentiellement d’origine anthropique.

L’étude qualitative de la nappe montre une teneur en en ions nitrates qui, comme l’indique le tableau 1, dépasse largement les valeurs admissibles de l’OMS.

Tableau 1 : teneurs en nitrates des eaux de la nappe de « Thiaroye »

Ouvrages de

Production

Taux de nitrate

(mg/l)

Taux de nitrate admissible par l’OMS

(mg/l)

Thiaroye Forage F17 bis

479

50

Thiaroye Forage F 19 bis

598,5

50

Dans le cas des eaux de la nappe, le taux de nitrate est excessif parce que le niveau de pollution de la nappe est très élevé, vu la déversée régulière des eaux provenant des fosses septiques dans la nappe. En effet, la quasi-inexistence d’un réseau d’assainissement adéquat, le mode d’élimination des ordures domestiques et des matières fécales ont entrainé une augmentation radicale du taux de nitrate, qui actuellement dépasse largement les 50 mg/l.

Les résultats des travaux qui ont été effectués sur l’origine de la forte teneur en nitrate dans la nappe ont montré que la pollution de la nappe est due à la minéralisation des déchets organiques. L’influence fécale est confirmée par les taux élevés de coliformes fécaux qui atteignent jusqu’à 501 coliformes par millilitre.

L’utilisation de pesticides dans les activités de maraîchage (insecticides, acaricides, nématicides, herbicides, fongicides) a aggravé la contamination de la nappe avec l’infiltration progressive de l’excès de nitrate fourni aux plantes [5].

Sources de pollution de la nappe

Dans cette zone, la pollution des eaux est essentiellement due à la quasi-inexistence d’un réseau d’assainissement et au mode d’élimination peu efficace des ordures ménagères et des matières fécales. En effet, des études ont déterminé que :

  •  90% des ménages évacuent les ordures ménagères par l’intermédiaire de sociétés de nettoiement ;

  • 5% les évacuent par enfouissement ;

  • 5% les évacuent par dépôt sur le sol ou par incinération ;

En ce qui concerne les eaux usées ;

  • 90% des ménages déversent directement les eaux usées directement sur le sol ;

  • 5% des ménages les déversent dans un trou qu’ils creusent dans le sol.

Quant à l’élimination des matières fécales ;

  • 40% des habitations utilisent des latrines ;

  • 40% utilisent des puits perdus ;

  • 20% utilisent éliminent les matières fécales dans des trous creusés dans le sol ou au niveau des édicules publiques qui sont rarement fonctionnels à cause d’un manque d’entretien [4]

L’identification des sources de contamination est la première étape importante pour une maitrise de la pollution des eaux souterraines. Dans la région de Dakar la pollution azotée est essentiellement d’origine domestique. En effet, l’absence ou l’insuffisance d’assainissement, est la principale cause de contamination de la nappe par les nitrates. Les déchets organiques issus des latrines défectueuses et des dépôts sauvages d’ordures sont transformes par minéralisation en nitrates peuvent atteindre facilement la nappe phréatique car non absorbés par les particules fines du sol.

A côté de ces sources actives, d’autres sources potentielles de contamination ont été identifiées.

La décharge de Mbeubeuss

A l’origine, la décharge publique de Mbeubeuss n’était destinée à recevoir que les refus issus de l’usine de compostage de Mbao. C’est avec la fermeture de la décharge publique de Hann en 1970 que celle de Mbeubeuss a commencé à recevoir la quasi-totalité des déchets urbains collectés dans l’agglomération dakaroise. La décharge reçoit environ 3000 mètres cube de déchets solides par jour répartis de la manière suivante :

  • 93% de déchets ménagers et assimilés ;

  • 6% de déchets industriels ;

  • 1% de déchets biomédicaux.

A cela s’ajoutent les déchets d’origine clandestine car le site est accessible du fait de l’absence de clôture.

La nappe de Thiaroye présente une vulnérabilité à la pollution anthropique à cause de la faible profondeur de l’eau par rapport au sol et de la nature du réservoir constitué essentiellement de matériaux sableux très perméables facilitant le transfert très rapide des polluants dans la nappe[5]..

Le cimetière de Thiaroye

C’est un lieu d’accumulation de matières organiques mortes, donc un milieu privilégié pour l’étude de la pollution des nappes sous jacentes par les nitrates compte tenu du processus de la transformation de la matière organique en nitrates (NO3) par minéralisation.

Le foirail de Thiaroye

Il se localise sur la route de Rufisque au Km 16,5 entre Mbao et Thiaroye. C’est un lieu de vente de bétail (moutons, bœufs), où les déjections des animaux peuvent constituer des polluants ponctuels.

La figure 4 montre les principaux points polluants.

Figure 4 - Cartographie de la distribution spatiale des points sources de pollution des eaux de la nappe urbaine de Dakar: d’ouest en est, la zone d’inondation d’Hann Maristes (1), le cimetière de Thiaroye (2), le foirail (3) et la décharge de Mbeubeuss (4)

Figure 4 – Cartographie de la distribution spatiale des points sources de pollution des eaux de la nappe urbaine de Dakar: d’ouest en est, la zone d’inondation d’Hann Maristes (1), le cimetière de Thiaroye (2), le foirail (3) et la décharge de Mbeubeuss (4)

Le rôle des inondations dans le processus de contaminations de la nappe

Le pompage des eaux souterraines de la nappe de Thiaroye, pour l’alimentation en eau potable, a débuté en 1950. Mais, le débit d’exploitation non négligeable (17 000m3/jour) a entrainé un abaissement du niveau de la nappe. Ceci impliqua l’arrêt d’exploitation de la nappe entre 1959-1961, vu les risques d’intrusion de l’eau de mer dans celle de la nappe. Le pompage fut repris en 1961, mais cette fois ci avec une réduction du débit d’exploitation (10 000m3/jour).

Vers la fin des années 1960, Dakar connut une baisse des précipitations qui eut comme conséquence la baisse du niveau de la nappe ainsi que l’assèchement des terrains naturellement inondés. A cause de l’important exode rural auquel était soumis Dakar, les terrains asséchés par la baisse de la nappe ont été rapidement utilisés dans les années 1970 pour la construction de nouvelles habitations. Ce secteur correspond à la ville de Pikine.

Le rabattement de la nappe induit par la mise en exploitation du champ captant d’une part, l’installation, à partir du début des années 70, d’un cycle pluviométrique fortement déficitaire, d’autre part, ont « assaini » les zones basses inondables, autorisant ainsi l’urbanisation de terrains, auparavant impropres à la construction.

L’une des principales conséquences de cet arrêt du pompage reste les inondations des quartiers construits dans ces zones basses. En effet, la diminution des pompages combinée à une recharge supplémentaire a fait remonter le niveau de la nappe de 15 cm en moyenne par année. Si la nappe s’était abaissée de près de 4 m en 1970, elle est remontée aujourd’hui jusqu’à submerger totalement les habitations construites entre temps dans les points bas (dépressions inter-dunaires des Niayes).

Pour se maintenir hors de l’eau, les habitants ont remblayé les rues. Il s’ensuit deux situations possibles : soit les maisons sont abandonnées et sont aujourd’hui enterrées sous des remblais à base de déchets ménagers, de gravats et de sable, soit elles sont surélevées progressivement. Les surélévations correspondent pour l’ensemble des zones dépressionnaires à la construction d’un nouvel étage aux frais des habitants. Ce phénomène est observable sur des zones d’environs 50 hectares et touchent une population estimée à 3 000 habitants

On distinguera donc deux causes distinctes aux inondations de cette zone : la remontée de la nappe de Thiaroye, d’une part, et le ruissèlement en saison des pluies, d’autre part.

L’accentuation de la remontée de la nappe de Thiaroye résulte de la pollution générée par une ville spontanée construite sans réseau d’assainissement. Cette pollution a contraint la Société Nationale des Eaux du Sénégal (ONAS) à réduire progressivement les pompages de Thiaroye devenus impropres à la consommation. D’autre part, la zone des Niayes pose le problème du ruissellement dans une topographie en cuvettes. L’absence de drainage ou de dispositif d’infiltration expose directement les populations aux eaux convergeant vers les points bas.

Quand la remontée de la nappe se combine à de fortes pluies, les habitations situées dans les dépressions sont fortement sinistrées. Les eaux stagnantes se mélangent alors aux eaux usées des fosses septiques et augmentent de manière radicale les risques de maladies hydriques et favorisent la nitrification des eaux de la nappe [2].

Ainsi, à chaque paramètre est associée une couche numérisée avec le logiciel ARC VIEW Ensuite, les différents facteurs sont divisés en quatre classes (très faible, faible, moyenne ou forte) et chacune est affectée d’un poids. La combinaison des différents facteurs a permis de réaliser la carte de vulnérabilité de la nappe (figure 5).

Figure 5 - Cartographie de la vulnérabilité de la nappe phréatique aux différentes pollutions

Figure 5 – Cartographie de la vulnérabilité de la nappe phréatique aux différentes pollutions

La carte de vulnérabilité (figure 5) montre:

  • Une zone de très faible, à faible vulnérabilité, à l’Ouest de la région, au niveau de la tête de la Presqu’ile, à l’Est et au niveau de Cambérène;

  • Au niveau de la tête de la Presqu’ile, la nappe infra basaltique, donc captive, semble bien protégée par une pollution venant de la surface;

  • A l’Est, les fortes pentes favorisent un ruissèlement des eaux de surface aux dépens de l’infiltration vers la nappe;

  • A Cambérène, un dôme piézométrique;

  • Une zone de moyenne vulnérabilité dans une grande partie de la zone périurbaine caractérisée par l’absence d’assainissement;

  • une zone de forte vulnérabilité, localisée dans le bassin de Thiaroye-Pikine caractérisée, en plus d’un manque d’assainissement, par une faible profondeur de la nappe. La nappe phréatique de Dakar, très sollicitée pour l’approvisionnement en eau de la région, est très polluée dans sa partie Est. Cette pollution azotée pourrait s’élargir vers la partie occidentale, si des mesures efficaces ne sont pas prises. D’une manière générale, on peut dire que la contamination azotée de la nappe libre et la menace de l’avancée du biseau salé dans la nappe infra basaltique mettent en danger les ressources en eau de la région de Dakar.

Vers quelle politique d’usages de cette ressource en eau ?

L’irrigation est une composante clé de la production de légumes dans la zone des Niayes à Dakar. Même si elle n’est pas indispensable chaque année, il s’agit d’un investissement qui permet de diminuer les risques liés aux aléas climatiques dans la production maraichère.

Pour qu’une eau puisse être utilisée sans problème pour l’irrigation elle doit respecter certains critères de qualité tant du point physique que chimique. Elle doit répondre aux normes en vigueur stipulées dans les Directives OMS applicable dans le cadre d’une irrigation par réutilisation d’eaux souterraines.

La qualité des eaux est liée essentiellement aux sels dissouts qu’elles contiennent qui dans certains contextes pédoclimatiques peuvent s’accumuler dans la zone racinaire. Il en résulte une contamination du sol et une profonde modification des propriétés physiques et chimiques qui peut conduire à une stérilité vis-à-vis de la production agricole. Cette stérilité liée à la concentration élevée de la solution de sol en sel se traduit par divers effets préjudiciables :

  • Accroissement de la pression osmotique qui rend difficile l’extraction de l’eau du sol par les racines des plantes ;

  • Toxicité de certains ions pour les plantes ;

  • Dégradation du sol (accroissement du PH, diminution de la conductivité hydraulique)

Les risques de salinisation de certains sols liés à la présence de sels dissouts dans les eaux d’irrigation s’apprécient au moyen de deux paramètres principaux: le SAR (Sodium Adsorption Ratio) et le pourcentage de sodium (%Na).

  • Le SAR: selon la concentration et le type d’ions présent dans l’eau, l’argile peut passer de l’état floculé à l’état dispersé. L’état dispersé se manifeste essentiellement en présence d’une faible concentration en sel et d’un pourcentage élevé de sodium, les terres deviennent compactes et asphyxiantes pour les plantes et la conductivité hydraulique du sol baisse fortement. Pour apprécier le risque lié à une teneur excessive en sodium (risque alcalin), on compare la concentration en ions Na+ (facteur de dispersion) et celle en ions Ca2+ et Mg2+ qui eux sont des agents de floculation au moyen du paramètre suivant :

SN_eq1

Les différents cations sont en meq/l. Le SAR représente la sodicité de l’eau qui traduit la propriété qu’a cette eau de modifier la proportion des cations échangeables d’un sol et d’augmenter en particulier la proportion de sodium quand cette eau est en contact prolongé avec le sol.

Les valeurs calculées du SAR dans la zone d’étude varient entre 0.67 et 5.74 (tableau 2). Le classement des échantillons d’eau souterraine sur la base des valeurs du SAR sont présentés dans le tableau 3.

Tableau 2 : Valeurs du SAR des échantillons

Points de prélévement

Localités

SAR

Pts 02

Déni B. Ndao

5.74

P 2.6

Boune

3.00

P 2.7

TivaounePeulh

1.66

Pts 58

Mbeubeuss

3.74

Pts 58 b

Mbeubeuss

2.42

Pts 128

Wayambame

1.06

Pts 202

Koumoune

5.57

Pts 215

Golam

1.12

Pts 232

Kaniack

2.93

Pts 235

Bambilor

4.56

P 2.5

CornicheGuédiawaye

2.11

F17

Marché Thiaroye

3.73

F 19

Thiaroye

2.81

F 21

Thiaroye

2.33

F 22

Thiaroye

2.56

P 1

Technopole

2.37

P 4

Pikine

4.32

P 21

Yeumbeul

4.50

PS 1

Sangalkam

0.90

PS 4

Santhe Mame Gor

1.05

PS 5

Mbawane

1.66

Tableau 3 : Classification des eaux à partir du SAR

Classe

Rang

Nombre d’échantillons

Pourcentage

Excellent

≤10

36

100

Bon

10-18

0

0

Douteux

18-26

0

0

Inapte

≥26

0

0

Les valeurs du SAR de tous les échantillons se trouvent dans la gamme excellente catégorie. Le diagramme de salinité de Wilcox (figure 6) a été utilisé pour le tracé du SAR en fonction de la conductivité électrique (CE) afin de mieux classer les eaux.

Figure 6 - Classification de la qualité de l’eau pour l’irrigation (Wilcox Log)

Figure 6 – Classification de la qualité de l’eau pour l’irrigation (Wilcox Log)

Le diagramme indique que 11.11% des échantillons de la zone se trouvent dans C1S1, qui correspond à la classe des eaux de bonne à moyenne qualité (type basse sodium salinité faible). Ces eaux peuvent être utilisées pour l’irrigation sur plusieurs cultures dans différents sols avec une faible probabilité que la salinité du sol augmente de même que le taux de sodium de ce dernier. 36.11% des échantillons tombent dans C2S1, indiquant des eaux de qualité moyenne à médiocre, qui peuvent être utilisées avec précaution dans l’irrigation nécessitant un drainage avec dosage de lessivage ou avec apport de gypse. 38.89% des échantillons sont dans C3S1, révélant des eaux souterraines de type sodium à salinité élevée. Le reste des échantillons représentant 13.89% tombe dans C4S2, ces eaux ont une salinité très élevée. Elles sont de mauvaise qualité donc pas bonnes pour l’irrigation.

  • Le pourcentage de sodium (%Na) : l’évaluation de la concentration de sodium est importante pour l’irrigation car le Na+ diminue la perméabilité du sol. En effet, quand la concentration de sodium est élevée dans l’eau d’irrigation, le Na+ tend à être absorbé par les particules d’argiles, déplaçant les ions de Ca2+ et de Mg2+. Ce processus d’échange du sodium en calcium et en magnésium dans l’eau réduit la perméabilité du sol et éventuellement entraine un mauvais pouvoir de drainage de celui-ci. Les valeurs de pourcentage de sodium sont obtenues en l’équation suivante :

SN_eq2

Les différents cations sont en meq/l.

Les valeurs du %Na calculées dans la zone d’étude varient entre 23.9% et 72.08% (tableau 4). Le classement des échantillons des eaux sur la base du %Na sont présentés dans le tableau 5.

Tableau 4 : Valeurs du %Na des échantillons

Nom Ouvrages

Localités

%Na

Pts 02

Déni B. Ndao

62.27

P 2.6

Boune

44.17

P 2.7

TivaounePeulh

39.81

Pts 58

Mbeubeuss

48.99

Pts 58 b

Mbeubeuss

56.34

Pts 128

Wayambame

26.72

Pts 202

Koumoune

45.23

Pts 215

Golam

33.57

Pts 232

Kaniack

72.08

Pts 235

Bambilor

43.96

P 2.5

CornicheGuédiawaye

42.96

F17

Marché Thiaroye

52.54

F 19

Thiaroye

46.55

F 21

Thiaroye

46.10

F 22

Thiaroye

46.82

P 1

Technopole

50.17

P 4

Pikine

51.39

P 21

Yeumbeul

54.55

PS 1

Sangalkam

35.74

PS 4

Santhe Mame Gor

31.01

PS 5

Mbawane

47.17

Tableau 5 : Classification des eaux à partir du %Na

Classe

Rang

Nombre d’échantillons

Pourcentage

Excellent

<20

0

0

Bon

20-40

9

25

Acceptable

40-60

24

66.7

Médiocre

60-80

3

8.3

Inapte

>80

0

0

D’après la classification donnée par le tableau 5, 25% des échantillons de la zone tombent dans la catégorie bonne pour l’irrigation. La catégorie acceptable pour l’irrigation est représentée par 66.7% alors que 8.3% des échantillons des eaux souterraines tombent dans la catégorie médiocre.

Le diagramme de Wilcox (figure 7) tracé en fonction du % Na et de la CE, montre que 47.2% des échantillons des eaux souterraines tombent le domaine des eaux excellentes à bonnes pour l’irrigation, 11.1% des eaux sont dans le domaine bonne à acceptable, 19.4% tombent dans le domaine acceptable à médiocre, 16.7% dans le domaine médiocre à mauvais et 5.6% tombent dans le domaine mauvais.

Figure 7 - Classification de la qualité de l’eau pour l’irrigation (Wilcox)

Figure 7 – Classification de la qualité de l’eau pour l’irrigation (Wilcox)

Conclusion

Avec la remise en fonctionnement des forages qui ont été mis à l’arrêt, l’Etat du Sénégal projette d’envoyer les eaux pompées chez les maraichers dans la zone des Niayes. S’il est vrai que cela peut aider à résoudre le problème des inondations dans la zone avec la disparition des eaux qui jusque là stagnaient du fait de la remontée de la nappe il peut se poser un autre problème chez ces derniers. En effet, s’il est clair que le nitrate est un fertilisant pour les spéculations, la question qui se pose est si sa teneur dans l’eau atteint certaines proportions n’y aura –t-il pas un problème d’aptitude de cette eau à l’irrigation.

A travers cet article nous avons voulu sonner une alerte à l’endroit des autorités étatiques pour les amener à pousser la réflexion visant à voir s’il ne faudrait pas prendre des mesures d’accompagnement telles que procéder à un traitement des eaux avant leur utilisation par les maraichers.

Remerciements

Nos remerciements vont essentiellement à l’endroit de la DGPRE qui a bien voulu mettre à notre disposition certaines informations clefs.

Bibliographie

[1] C. Diompy, «étude de la nappe de Thiaroye par modéle numérique», 2011.

[2] M. Faye, «Contribution à l’étude de mobilisation des ressources en eau pour l’alimentation de Dakar: Diagnostic et perspectives», 2013.

[3] DGPRE, «Les nappes de la presqu’ile du Cap vert, leur utilisation pour l’alimentation en eau de Dakar»

[4] SONES,«2012». «étude hydrochimique de la nappe des sables quaternaires dans la zone de Dakar».

[5] SGPRE, «étude hydrochimique de la nappe des sables quaternaires dans la zone de Dakar».

[6] Direction de la planification et du développement durable, «Plans d’actions environnementales 2013-2017», 2013.

[7] Service de gestion et de planification des ressources en eau, «étude hydrochimique de la nappe des sables quaternaires dans la zone de Dakar».

[8] SONES,2012, «Etude de schémas directeurs de mobilisation des ressources en eau de la région de Dakar et de la petite côte».

[9] SONES,2012 «Modélisation de scénarios d’arrêt – évaluation des impacts hydrogéologiques».

[10] C. MERLIN, «Projet d’alimentation en potable des villes de la zone centre et littorale,» Dakar, Juillet 2010.

[11] B. U. OUEDRAOGO, Traitement de production d’eau de consommation, Ouagadougou: 2IE, Janvier 2004.

[12] B. U. OUEDRAOGO, qualité des eaux naturelles et des eaux de consommation, Ouagadougou: Groupe EIR/ETSHER, 2002.

[13] K. NDIAYE, «Entartrage dans les réseaux de distribution d’eau potable : Etudes du cas de la ville de Thiès et proposition, de solution», Ecole Polytechnique de Thiès, Thiès, 2010.

[14] UNESCO-WWAP, «Programme mondial pour l’évaluation des ressources en eau, Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau : L’eau pour les hommes, l’eau pour la vie», 2003.

[15] J. R. e. coll., «L’analyse de l’eau 8ème édition», Dunod, Paris, 2005.

[16] OMS, «Directive de qualité pour l’eau de boisson 1ère édition», Genève, 1994.

[17] F. Valiron, «GESTION DES EAUX : principes_moyens_structures», Presses de l’école nationale des Ponts et Chaussées, Paris, 1984.

 


Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Sylvestre DASYLVA dit :

    Chers collègues,

    J’ai été très intéressé par votre projet d’article, vu l’acuité de la problématique des inondations au Sénégal, voire en Afrique. D’autant plus que cette thématique fait partie de mes problématiques actuelles de recherche.
    Après avoir lu avec attention l’article, j’ai quelques interrogations sur le fond – abordées par rubrique -, pour mieux cerner les données de base et les enseignements tirés.

    INTRODUCTION / La pollution est désignée comme étant la principale cause de la fermeture des forages, sans faire référence au rôle historique joué par l’insuffisance de la recharge pluviale dans la baisse progressive des volumes pompés. Aussi, est-ce que cette baisse ne découlerait pas d’une option prise par les pouvoirs publics de privilégier les eaux du lac de Guiers… Tout ceci, pour dire que l’implication de la pollution dans la fermeture progressive n’est-il pas à considérer avec précaution, à moins que l’on veuille justifier la pertinence du titre…

    QUALITE DES EAUX DE LA NAPPE / S’agissant des seuils OMS, concernent-ils l’eau de consommation et/ou les eaux d’irrigation ? Le cas échéant, est-ce qu’il existe des informations sur les impacts de l’usage de ces eaux polluées sur la chaîne alimentaire ? Des précisions méritent d’être apportées pour les non spécialistes…

    ROLE DES INONDATIONS / Sur les causes de l’arrêt des pompages en 1959 et 1961, certains documents l’imputent à l’épuisement des réserves hydriques de surface….
    Une précision : s’agissant du rôle décisif jouée par la nappe dans les inondations, c’est lié au fait que sa localisation près de la surface du sol, ou son affleurement, empêche une infiltration des eaux pluviales. A mon avis, c’est pas la remontée de la nappe qui provoque ‘directement’ les inondations observées à Thiaroye et ses environs. D’ailleurs une fois que les eaux de ruissellement sont pompées au bout de quelques heures, il n’y a plus d’inondation…
    Sur la carte de vulnérabilité, je pense qu’il manque une couche précisant les facteurs de pollution (mer ; agriculture ; manque d’assainissement ; eau d’irrigation, autres sources…), en s’inspirant en partie sur des commentaires fournis)….

    VERS QUELLE POLITIQUE D’USAGES DE CETTE RESSOURCE EN EAU / Sur les facteurs de pollution, en dehors des zones du littoral nord et sud (lacs et lagunes) – anciennement occupées par la mer, ou proches de l’océan -, est-ce que le risque de salinisation des terres est aussi élevé, vu qu’on a une nappe douce presque partout, à moins qu’il existe d’autres processus à prendre en considération…
    Les eaux considérées comme inaptes à l’irrigation concernent-elles tous les forages du champ captant de Thiaroye, ou ceux localisés près du littoral ???

    CONCLUSION / il est affirmé « s’il est clair que le nitrate est un fertilisant pour les spéculations, la question qui se pose est si sa teneur dans l’eau atteint certaines proportions n’y aura -t-il pas un problème d’aptitude de cette eau à l’irrigation ». Mais dans l’article, il est davantage mis en évidence le rôle joué par le facteur salin, à travers le diagramme de salinité de Wilcox…

    Espérant que ces remarques puissent contribuer positivement à une meilleure compréhension de certains propos avancés dans l’article.

    Cordialement.

    Sylvestre Dasylva
    Chercheur au LGP, CNRS UMR 8591, France

    • NDAO Saidou dit :

      Bonjour M. DASYLVA
      Les questions que vous nous avez posées montrent tout l’intérêt accordé à notre projet d’article.
      Vos remarques sont pour l’essentiel très pertinentes.
      Nous allons tenter d’apporter des réponses rubrique par rubrique en suivant l’ordre dans lequel vous les avez posées.
      INTRODUCTION /
      Nous n’avons pas, dans ce projet d’article, fait allusion à l’insuffisance de la recharge pluviale dans la baisse progressive des volumes pompés. Car, cela va faire l’objet d’un autre projet d’article que nous allons soumettre. Pour justifier la pertinence du titre, nous avons jugé plus important de mettre l’accent sur le type de pollution ayant entrainé l’arrêt progressif des forages (avancée du biseau salé) et surtout sur le type de pollution (nitrification) né avec l’arrêt de fonctionnement des forages.

      QUALITE DES EAUX DE LA NAPPE /
      Il est vrai que les normes OMS sont fixées pour les eaux de consommation, mais les activités maraichères menées dans la zone des niayes tournent autour de la laitue consommable crue. Lors de l’arrosage de cette dernière, l’eau est en contact avec elle. Pour éviter un problème de santé publique, nous avons recommandé l’utilisation, à l’irrigation d’une eau respectant les normes OMS, comme dans les eaux de consommation pour éviter un problème de santé publique étant donné que les femmes ménagères utilisant la laitue dans la préparation des repas ne maitrisent pas les techniques de désinfection.
      Nous n’avons pas mené des enquêtes pour avoir des chiffres sur le nombre de malades recensés annuellement dont la cause de la maladie serait d’origine hydrique. Cela pourrait aussi faire l’objet d’un article.

      ROLE DES INONDATIONS /
      « Pour les causes de l’arrêt des pompages en 1959 et 1961, certains documents l’imputent à l’épuisement des réserves hydriques de surface ». Nous essaierons d’explorer ces documents pour enrichir l’article. Mais tous les documents que nous avons lus l’imputent à l’avancée du biseau salé du fait d’une surexploitation de la nappe à l’époque.
      Dans les autres zones où la nappe n’est pas affleurante, un pompage suffit pour évacuer les eaux de ruissellement : c’est vrai. Mais à Thiaroye, du fait de l’affleurement de la nappe, l’eau est en permanence en surface, par endroits, même pendant la saison sèche. La nappe étant très étendue, son pompage ne pourrait pas entrainer des baisses significatives au bout de quelques heures. Il faut des jours et des jours voire des mois, cela dépendant des débits d’exploitation. D’ailleurs c’est un des objectifs visés en remettant en fonction certains forages dans le but d’aider à rabaisser cette nappe. L’affleurement de la nappe facilite aussi la stagnation des eaux de ruissèlement. En effet, avec cet affleurement, le coefficient de ruissellement atteint les 100% engendrant de forts débits de ruissellement. Ce qui fait dire que les causes des inondations à Thiaroye sont à la fois hydrologiques et hydrogéologiques.

      Sur la carte de vulnérabilité, nous apporterons, si nécessaire, des précisions sur les facteurs de pollution (mer ; agriculture ; manque d’assainissement ; eau d’irrigation, autres sources…), en s’inspirant sur des commentaires fournis)….

      VERS QUELLE POLITIQUE D’USAGES DE CETTE RESSOURCE EN EAU /
      Dans cet article, nous nous sommes surtout intéressés à la salinisation des eaux de la nappe. Nous n’avons guère exploré les risques de salinisation des terres du fait de leur proximité ou non avec la mer. La nitrification est une des principales causes de cette salinisation
      Les eaux considérées comme inaptes à l’irrigation concernent certains forages du champ captant de Thiaroye,
      CONCLUSION /
      Le nitrate est un facteur salin.

  2. Lamribah Abdelilah dit :

    Bonjour,
    Après la lecture de l’article, je dois tout d’abord souligner l’importance de la recherche qui a été réalisée dans un domaine hautement important, pas seulement au Sénégal, mais à l’échelle mondiale et plus précisément au niveau des pays en voie de développement. Il s’agit du domaine de l’hydrologie. La revue doit être félicitée de son choix pertinent de traiter, et ultérieurement peut être de publier cet article dans le domaine de la qualité de l’eau. Les auteurs doivent être également félicités et encouragés de leur travail et des résultats de leurs efforts. Toutefois, quelques remarques doivent être apportées concernant la forme et le contenu de l’article.
    L’INTITULE DE L’ARTICLE ;
    Le mot Thiaroye ne doit pas forcément être écrit entre guillemets, sinon il doit l’être dans tout l’article.
    L’intitulé ne laisse pas dégager s’il s’agit de l’eau potable ou de l’eau pour l’irrigation. Mieux serait de refaire l’intitulé pour préciser qu’il s’agit d’évaluer la qualité de l’eau comme eau potable et comme eau d’irrigation.
    RESUME :
    Il serait mieux de mentionner la valeur de la haute concentration en nitrates comme cause de l’insalubrité de l’eau pour la consommation humaine. S’il y a des résultats dans le domaine microbiologique, les auteurs pourront en utiliser pour appuyer leur thèse d’insalubrité de l’eau pour la consommation humaine.
    MOTS CLES :
    Ajouter le mot « Sénégal » comme pays de l’étude
    INTRODUCTION :
    L’article cite la pollution bactériologique, mais on est dans la confusion s’il s’agit d’un résultat de l’étude, ou s’il s’agit d’une information prise de la bibliographie. Dans ce dernier cas, il faut citer la référence.
    Indiquer que la lettre F désigne bien forage (F17 et f 19)
    KMS , c’est quoi ?
    SITUATION GEOGRAPHIQUE
    Citer les références bibliographiques dans cette partie
    CONTEXTE GEOMORPHOLOGIQUE
    Citer les références des informations des paragraphes 2, 3, 4, 5, et 6
    RESULTATS ET DISCUSSION
    Avant d’apporter des remarques sur les résultats et la discussion, il faut signaler qu’il y a ABSENCE TOTALE DE LA PARTIE « MATERIELS ET METHODE »( !), partie hautement importante dans chaque étude scientifique. Donc il faut, nécessairement, apporter cette partie en précisant les paramètres étudiés physicochimiques et / ou microbiologiques, le ou les matériaux utilisés, les procédures suivies, les laboratoires fréquentés durant la recherche, les lieux, puits, forages ou sources visités, fréquences des analyses, et autres précisions..
    Indiquer les références pour les informations citées dans les deux paragraphes se trouvant justes avant le tableau 1.
    Réviser et refaire la syntaxe des trois premiers paragraphes après le tableau 1, tout en apportant les références bibliographiques. On peut les refaire en utilisant le conditionnel pour exprimer les idées apportées.
    SOURCES DE POLLUTION DE LA NAPPE
    Apporter les références nécessaires pour les différentes informations apportées
    Dans le dernier paragraphe (a coté des sources actives. . ), on peut préciser quelles autres sources potentielles de contamination ont été identifiées, tout en précisant la référence.
    DECHRGE DE MBEUBEUSS :
    Apporter les références nécessaires
    CIMETIERE DE THIAROYE :
    Apporter des précisions : est-il toujours fonctionnel, sinon quand il a été fermé. Superficie, lieu d’emplacement en km etc.
    LE ROLE DES INONDATIONS DANS LE PROCESSUS DE CONTAMINATIONS DE LA NAPPE :
    Des paragraphes n’ont pas une relation importante avec la recherche : mieux vaut supprimer les paragraphes 1, 2 et 3
    Apporter les références bibliographiques nécessaires des informations des paragraphes 5 et 7
    Dans le paragraphe 7 (ainsi, à chaque paramètre..) on parle de « paramètres » et de « différents facteurs ». De quels paramètres et de quels différents facteurs s’agit-il au juste ? Préciser
    Dans cette partie en général, on relève une confusion. Il n’est pas clair si les informations apportées relèvent des résultats des auteurs de la recherche, ou des références bibliographiques. Il faut préciser et refaire les paragraphes.
    VERS QUELLE POLITIQUE D’USAGE DE CETTE RESSOURCE EN EAU ?
    Dans le paragraphe 3, on peut changer « essentiellement » par « parmi autres »
    Les informations citées dans les différents paragraphes de cette partie manquent de références. Apporter les références nécessaires dans chaque paragraphe, surtout lorsqu’il s’agit des principes et équations mathématiques importantes.
    CONCLUSION :
    Refaire la conclusion de façon à relever les résultats réalisés dans l’étude.
    Ne pas confondre entre conclusion et recommandation(s).
    REMERCIEMENTS :
    C’est quoi la DGPRE ? Mieux vaut la citer toute entière.
    BIBLIOGRAPHIE :
    La bibliographie est à refaire tout entière en respectant les exigences et recommandation de la revue qui publiera l’article, et en précisant, surtout, s’il s’agit d’une revue, d’un livre, d’un travail doctoral, d’un rapport, d’une communication dans un congrès, d’un site internet ou autre. Apporter, nécessairement, les pages des sources bibliographiques, les Editions, la ville et le pays de la publication. Choisir si l’année de la publication sera citée à la fin ou au début de la référence etc.
    Choisir également comment sera écrit le nom de ou des auteurs (majuscule, abréviations des prénoms, ou nom et prénoms complets etc.)
    REMARQUES SUR LES FIGURES ET LES TABLEAUX :
    J’ai choisi de consacrer des remarques à part pour les figures et les tableaux de l’article.
    Dans les nombres décimaux en français on écrit une virgule et pas par un point (comme en anglais). Par exemple 5,74 au lieu de 5.74. Rectifier
    Figure 1 :
    Incomplète. Doit y figurer le nom du pays où se déroule l’étude. Mentionner les noms des régions ou villes importantes qui seront citées dans l’étude.
    Faire apparaître la carte de la région d’étude sur la carte du pays (Sénégal) et ce dernier dans un encadré dans la carte d’Afrique
    Indiquer l’unité de l’échelle d’agrandissement (en m ou km). Elle est absente sur la carte
    Figure 2 :
    C’est quoi la mention « et dixième » ?
    Figure 3 :
    On ne peut pas trouver sur la figure 3 Les résultats maximal et minimal des concentrations des nitrates (0,55 mg/l et 800 mg/l) citées dans le texte, car sur la carte on peut voir seulement des chiffres entre 50 et 500.
    Figure 4 :
    Garder la même unité de longueur utilisée dans les autres figures (en km et pas en miles)
    Figure 6 :
    Titre imprécis de la figure. Le refaire en précisant le contenu exact de la figure
    Que désignent les couleurs et les formes consacrés aux puits et aux forages ?
    Que désignent les abréviations des ouvrages pts, P, F PS et autres ?
    Figure 7 :
    Que désignent les chiffres à l’intérieur des schémas ?
    Tableau 1 :
    Préciser que le taux de nitrate admissible par l’OMS (50 mg/l) est pour l’eau potable
    Tableaux 2 et 3 :
    Incompatibilité dans le nombre des échantillons étudiés. Alors que dans le tableau 2 on compte 21 échantillons, le tableau 3 en compte 36 (?!). Refaire les tableaux et corriger le nombre des échantillons.
    La valeur SAR de 0,67 mentionnée dans le texte comme valeur minimale est introuvable dans le tableau 2 (?!)
    Tableaux 4 et 5 :
    Il y a également une incompatibilité dans le nombre des échantillons (21 échantillons dans le tableau 4 contre 36 dans le tableau 5). La valeur minimal de % Na de 23,9 citée dans le texte est introuvable dans le tableau 4, où on trouve que la valeur minimale est de 26,72 ?! .
    De cet erreur du nombre des échantillons découleront les faux pourcentages dans le tableau 5.
    Autres remarques :
    Réviser la ponctuation, la syntaxe, les accords et propositions. Apparemment des mots sont tombés dans quelques paragraphes et le sens a été changé. Réviser et corriger des redondances. Des paragraphes sont à refaire.

    J’espère que j’ai apporté quelques remarques et commentaires nécessaires pour la révision et la publication de l’article.
    Merci, salutations.
    Lamribah Abdelilah

    • NDAO Saidou dit :

      Bonjour M. Lamribah et merci pour vos remarques pertinentes et vos précieux conseils.
      Par cette présente, nous allons essayer d’apporter des éléments de réponses à certaines de vos préoccupations.

      L’INTITULE DE L’ARTICLE ;

      Les guillemets sont enlevés du mot Thiaroye.
      « L’intitulé ne laisse pas dégager s’il s’agit de l’eau potable ou de l’eau pour l’irrigation.»
      La pollution de la nappe de Thiaroye a atteint des proportions telles que l’eau est difficilement réutilisable pour l’alimentation en eau potable. Nous essaierons de reformuler l’intitulé de façon à mettre l’accent sur l’utilisation de l’eau à l’irrigation.

      RESUME :
      La valeur de la haute concentration en nitrates comme cause de l’insalubrité de l’eau pour la consommation humaine sera mentionnée, comme suggérée.
      Par contre, nous n’avons fait aucune analyse microbiologique sur l’eau. L’accent étant mis sur les résultats d’analyses physico- chimiques, en cohérence avec l’objectif de l’article.

      MOTS CLES :
      Le mot « Sénégal » sera ajouté dans les mots-clefs.

      INTRODUCTION :
      La pollution bactériologique citée dans l’article est une information prise de la bibliographie. Nous citerons la référence.
      Nous indiquerons que la lettre F désigne bien forage (F17 et F 19).
      KMS c’est Keur Momar SARR, localité où est située la station de potabilisation des eaux prélevées du lac de Guiers.

      SITUATION GEOGRAPHIQUE

      Les références bibliographiques dans cette partie seront citées.

      CONTEXTE GEOMORPHOLOGIQUE
      Les références des informations des paragraphes 2, 3, 4, 5, et 6 seront citées.

      RESULTATS ET DISCUSSION
      Dans la version corrigée, nous allons tenter d’insérer une partie MATERIELS ET METHODES.
      Nous n’avons pas jugé nécessaire de mettre cette partie du fait que les analyses physico-chimiques ont été effectuées par la Direction de la Gestion et de la Planification des Ressources en Eau (DGPRE) qui fait régulièrement des prélèvements au niveau des différents forages et des piézomètres du champ captant de Thiaroye.
      Les références pour les informations citées dans les deux paragraphes se trouvant juste avant le tableau 1 seront indiquées.
      La syntaxe des trois premiers paragraphes après le tableau 1 sera révisée, et les références bibliographiques seront citées. Nous reformulerons ces paragraphes en utilisant, si nécessaire, le conditionnel pour exprimer les idées apportées.

      SOURCES DE POLLUTION DE LA NAPPE

      Dans cette partie, nous apporterons les références nécessaires pour les différentes informations apportées
      Dans le dernier paragraphe (à coté des sources actives. . ), nous préciserons, si possible, les autres sources potentielles de contamination identifiées, en précisant la référence.

      DECHARGE DE MBEUBEUSS :
      Les références nécessaires seront apportées.

      CIMETIERE DE THIAROYE :
      Le cimetière est toujours fonctionnel. Par rapport à ce que nous voulons apporter comme information dans cette partie, nous ne pensons pas que la superficie du cimetière soit importante. Pour son emplacement, il se trouve dans l’enceinte du champ captant de Thiaroye.

      LE ROLE DES INONDATIONS DANS LE PROCESSUS DE CONTAMINATIONS DE LA NAPPE :

      Nous enlèverons tous les paragraphes qui n’ont pas une relation importante avec la recherche (paragraphes 1, 2 et 3 )
      nous apporterons les références bibliographiques nécessaires des informations des paragraphes 5 et 7
      Dans le paragraphe 7, nous apporterons les précisions sur les paramètres et les facteurs.
      Dans cette partie, nous préciserons si les informations apportées relèvent de nos résultats ou des références bibliographiques, en reformulant les paragraphes.

      VERS QUELLE POLITIQUE D’USAGE DE CETTE RESSOURCE EN EAU ?
      Dans le paragraphe 3, on a changé « essentiellement » par « parmi autres »
      les références des informations citées dans les différents paragraphes de cette partie seront mentionnées. Les références nécessaires dans chaque paragraphe seront apportées surtout pour les principes et équations mathématiques importantes.

      CONCLUSION :
      La conclusion sera refaite de façon à relever les résultats réalisés dans l’étude.
      Nous veillerons à distinguer la conclusion et les recommandations.
      REMERCIEMENTS :
      DGPRE= Direction de la Gestion et de la Planification des Ressources en Eau.

      BIBLIOGRAPHIE :
      Nous allons refaire la bibliographie tout entière en respectant les exigences et recommandation de la revue qui publiera l’article.
      Cet article s’inscrit dans le cadre d’un travail doctoral.
      Nous veillerons, tant soit peu, à respecter les consignes suivants :
      « Apporter, nécessairement, les pages des sources bibliographiques, les Editions, la ville et le pays de la publication. Choisir si l’année de la publication sera citée à la fin ou au début de la référence etc.
      Choisir également comment sera écrit le nom de ou des auteurs (majuscule, abréviations des prénoms, ou nom et prénoms complets etc.) »

      REMARQUES SUR LES FIGURES ET LES TABLEAUX :

      Pour les nombres décimaux nous remplacerons les points par des virgules.

      Figure 1 :
      nous ferons figurer le nom du pays où se déroule l’étude. Nous mentionnerons dans la mesure du possible, les noms des régions ou villes importantes qui seront citées dans l’étude.
      Nous indiquerons l’unité de l’échelle d’agrandissement (en m ou km). Ell

      Figure 2 :
      Nous expliquerons la mention « et dixième » ou nous l’enlèverons ?

      Figure 3 :
      Nous changerons la figure ou bien nous adapterons les commentaires aux résultats de la figure.
      Figure 6 :
      nous préciserons le titre de la figure. Nous allons refaire la figure en précisant son contenu exact.
      C’est le logiciel qui fournit les résultats comme ça en logeant le piézomètre utilisé, selon la qualité de son eau, à sa place appropriée dans le diagramme.

      Pts= Puits F = Forage P = Piézomètre PS = Puits

      Figure 7 :
      Ces chiffres indiquent les numéros portés par les piézomètres au niveau desquels sont prélevées les eaux analysées.

      Tableau 1 :
      nous préciserons que le taux de nitrate admissible par l’OMS (50 mg/l) est pour l’eau potable

      Tableaux 2 et 3 :

      Nous avons souvent pensé présenter un extrait des échantillons. Mais, étant donné que cela entraine des incohérences, nous allons corriger en mettant à chaque fois les 36 échantillons. Incompatibilité dans le nombre des échantillons étudiés.
      « La valeur SAR de 0,67 mentionnée dans le texte comme valeur minimale est introuvable dans le tableau 2 » : dès que la correction sur les échantillons sera apportée, cette valeur apparaitra.

      Tableaux 4 et 5 :
      « Il y a également une incompatibilité dans le nombre des échantillons (21 échantillons dans le tableau 4 contre 36 dans le tableau 5). La valeur minimal de % Na de 23,9 citée dans le texte est introuvable dans le tableau 4, où on trouve que la valeur minimale est de 26,72 ?! .
      De cet te erreur du nombre des échantillons découleront les faux pourcentages dans le tableau 5. » : mêmes remarques qu’au niveau des tableaux 2 et 3. Les corrections seront apportées.

      Autres remarques :
      La ponctuation, la syntaxe, les accords et propositions seront révisés. « Apparemment des mots sont tombés dans quelques paragraphes et le sens a été changé. Réviser et corriger des redondances. Des paragraphes sont à refaire. » : nous veillerons à intégrer toutes ces remarques

      Merci, salutations.
      NDAO Saidou

  3. Sylvestre DASYLVA dit :

    Bonjour Mr Ndao,

    Me concernant, je pense que cette discussion sur le fond a son importance, en complément des commentaires de Mr Lamribah Abdelilah et des réponses apportées.
    A mon avis, la portée thématique et/ou géographique du titre mérite d’être clarifiée davantage pour lever le doute. Surtout, est-ce que la remise en question porte sur la totalité de la nappe, y compris les zones encore épargnées par l’urbanisation ? Aussi, à la fin du résumé, il est affirmé que cette ressource est utilisable pour l’irrigation, et la conclusion est axée sur une remise en cause cette perspective…
    Sur les paramètres décisifs à prendre en considération pour valider la représentativité du titre : comme je l’ai souligné dans une remarque précédente, d’une part le risque d’intrusion saline est-il prégnant ailleurs que dans les zones proches du littoral nord et sud, ou dans les zones jadis occupées par l’ancien bras de mer de Pikine ? D’autre part, en dehors des alentours de la décharge de Mbeubeuss, est-ce que la pollution des eaux par les nitrates serait partout aussi décisive ? Si ces deux risques sont généralisés, cela signifie que le titre de l’article pourrait être maintenu en l’état, ce qui ne serait pas le cas si ces contraintes sont localisées. Et dans cette dernière hypothèse, et surtout en tenant compte du contenu de l’article, le titre approprié ne serait-il pas : ‘La nappe de Thiaroye au Sénégal : une ressource en eau encore utilisable intégralement ?’ ou ‘Les contraintes d’usage de la nappe de Thiaroye au Sénégal’. L’idée est d’attirer l’attention de risques localisés majeurs d’utilisation directe de la ressource, mais sans tenir compte de la dilution si des procédés de collecte propre des eaux pluviales sont mis en œuvre – une de mes préconisations -.

    Par ailleurs, je ne perçois pas la relation ‘inondation/pollution’, étant donné que les eaux de pluie sont automatiquement pompées et rejetées en mer… Si l’on se fie aux arguments apportés dans l’article, c’est plutôt le manque d’assainissement – et non pas les inondations – qui provoquerait la pollution de la nappe…

    Sur l’efficacité mitigée des pompages, c’est parce que des paramètres décisifs ne sont pas pris en compte. Aussi, les bassins de rétention ne sont pas une solution appropriée dans un contexte d’urbanisation plein et chargé d’habitations, ou d’affleurement de nappe…; mais je reconnais que ce n’est pas l’objet de l’article. On pourra discuter plus tard sur cet aspect…

    Cordialement.
    Sylvestre Dasylva

  4. Travaillant depuis les années 1980 à Mbeubess, j’ai été très intéressé par votre article.
    Malheureusement, à moins que cela m’ait échappé, j’ai été étonné, voire choqué de constater que vous vous limitiez aux seuls nitrates.
    Que ce soit pour un usage agricole ou autre, un des problèmes majeur est la pollution de ces eaux par les métaux lourds, hydrocarbures et autres toxiques d’origine industrielle.
    Si le titre était étude des nitrates dans les eaux de forage, l’article correspondrait à ce qui est annoncé : s’agissant de répondre à la question « une ressource en eau encore utilisable « , l’étude des seuls nitrates ne permet pas d’y répondre
    Très cordialement et meilleurs voeux 2016
    a+
    Alain Epelboin
    médecin anthropologue CNRS
    UMR 7206 CNRS MNHN Musée de l’homme Paris
    epelboin [arobase] mnhn.fr

    • NDAO Saidou dit :

      Merci Mr Epelboin Alain pour vos pertinentes suggestions.

      Cet article est un extrait d’un projet de thèse que nous comptons soutenir si tout se passe bien au courant du mois de Février prochain.
      Le thème est le suivant: « Contribution à l’assainissement pluvial de la région de Dakar: étude des inondations récurrentes dans la zone des Niayes (cas des localités de Grand Yoff et Thiaroye). »

      Nous avons juste voulu y ressortir comment la nitrification de la nappe a conduit à l’arrêt du fonctionnement de quelques forages de Thiaroye et comment cet arrêt des forages a contribué à la recrudescence des inondations dans la zone.
      Comme solution au problème des inondations, des services de l’Etat ont proposé la remise en fonctionnement des forages qui pourrait abaisser la nappe et donner à l’eau de ruissellement une possibilité d’infiltration. L’eau pompée, du fait de sa pollution n’est pas apte à la consommation humaine. Et puisqu’elle va être destinée aux maraîchers, il est aussi important de se prononcer sur ses aptitudes à l’irrigation. C’est ce que nous avons tenté de montrer.

      Pour ce qui est des autres types de pollution, nous pourrons nous y intéresser dans le cadre d’un autre article.

  5. Sylvestre DASYLVA dit :

    je comprends la réaction de Mr Epelboin concernant le focus des auteurs que sur deux facteurs de pollution (le biseau salé et les nitrates), d’ailleurs deux arguments souvent avancés par les institutions publiques pour justifier la baisse des volumes d’eau pompés. Alors qu’il existe d’autres facteurs déterminants….
    Au-delà des préoccupations de forme, sur lesquelles je reviendrais plus tard, une explicitation du titre de l’article + quelques éléments de cadrage des facteurs globaux de la pollution seraient une alternative pour clarifier les propos du papier volontairement centrés sur les risques environnementaux associés à l’usage de cette ressource.

    Cdt;
    Sylvestre Dasylva

  6. NDAO Saidou dit :

    Chers Messieurs Dasylva et Lamribah,
    En cohérence avec vos différentes remarques, que pensez vous de la reformulation de l’intitulé de l’article qui deviendrait:
    La nappe de Thiaroye au Sénégal: une ressource en eau inutilisable à la consommation humaine et à l’irrigation?

  7. Sylvestre DASYLVA dit :

    Me concernant, ce titre ne me gêne si le but est de marquer l’opinion, surtout les décideurs politiques. Mais dans cette hypothèse, il faudra bien distinguer la nature des risques encourus, qui pour moi ne sont pas thématiquement les mêmes au regard des indications fournies dans l’article. L’article ne démontre pas le risque de santé publique associé à l’usage de cette ressource pour l’irrigation, mais plutôt un risque environnemental (alcalinisation et durcissement des sols). Sur les risques de santé publique liés à une consommation humaine directe de cette ressource polluée, il y a unanimité là-dessus, j’ai pas d’objection.
    Pour résumer, les propos de l’article seraient à structurer en deux rubriques, portant notamment sur les risques de santé publique (si la ressource est comme eau potable) et environnementaux (si la ressource est utilisée comme eau d’irrigation). Je pense qu’il est possible de miser sur l’approche de présentation suivante ‘Problématique/Méthode/Discussion’…

    Par ailleurs sur la forme, je préfère attendre la nouvelle version pour donner mon avis, le cas échéant…

    Une remarque sur la bibliographie : parfois au Sénégal, c’est vrai que certains documents – renfermant des informations essentielles – ne disposent pas d’indications bibliographiques complètes, et j’étais régulièrement confronté à ce problème lors de mes recherches en thèse. Sinon, les remarques de Mr Lamribah restent valables.

    Cdt.

  8. Sylvestre DASYLVA dit :

    Encore une réflexion…
    Je me demande si ma proposition d’axer les propos de l’article à la fois sur les enjeux ‘eau potable’ et ‘eau d’irrigation’ ne compliquerait pas davantage la rédaction. Le débat est ouvert, en fonction des données disponibles et de la stratégie de publication retenue par les auteurs. Une perspective de simplification serait d’évaluer directement les contraintes ou la qualité de la nappe selon les critères du SAR, du diagramme de Wilcox et du %Na, et partant de ne pas faire référence aux seuils OMS ; ce qui permet de cibler uniquement les risques environnementaux – dégradation des supports de production agricole – associés à l’usage de cette eau pour l’irrigation, et aussi de supprimer la partie sur les inondations ou de l’intégrer partiellement dans le deuxième paragraphe de la conclusion générale. L’avantage serait de maintenir pratiquement l’intégralité du texte, mais en le réorganisant selon l’approche déjà suggérée : ‘Problématique/Méthode/Résultats&discussion’… Ainsi, les enjeux de santé publique concernant la consommation de cette eau polluée pourrait être l’objet d’une autre publication… Comme je l’ai dit, le débat est ouvert…

    NB : pourquoi le mot ‘utilisable’ a été remplacé par ‘inutilisable’ dans le titre…

    Cdt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *