“Scénarios de réduction des émissions de gaz à effet de serre liés à l’utilisation des énergies fossiles à Bukavu à l’horizon 2050” par B. Kajibwami Ciza, J.M. Majaliwa et K. Karume

Ce manuscrit est soumis au commentaire ouvert. La rédaction vous invite à proposer des modifications aux auteurs en utilisant la fonction de commentaire situé en bas de page et/ou en utilisant l’outil d’annotation hypothes.is. Vous pouvez également lancer hypothes.is en cliquant sur ce lien.

Benjamin KAJIBWAMI CIZA et Katcho KARUME, Faculté des Sciences agronomiques et environnement à l’Université Evangélique en Afrique (UEA), Bukavu, RD Congo.
Jackson Mwanjalolo MAJALIWA, Département de Géographie, Géoinformatique et Sciences du climat, Université Makerere, Kampala, Uganda.

Résumé : La base de cet article qui porte sur l’émission dans l’utilisation des énergies à Bukavu, est ici fournie par les travaux du Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’évolution du climat (GIEC). Cette étude a comme objectifs de déterminer les émissions énergétiques et en déduire les impacts sur la sécurité climatique. Pour estimer la consommation des énergies exploitées et non exploitées dans la ville de Bukavu, une enquête a été menée auprès des 447 ménages sélectionnés au hasard. Le calcul des émissions des GES liées à la combustion d’énergie fossile, la méthode dite approche sectorielle a été adoptée en utilisant le logiciel de l’IPCC 2006. Partant des analyses, nous avons atteint les résultats selon lesquels les sources majeures d’énergie à Bukavu sont le charbon de bois, le pétrole, l’hydroélectricité et le solaire qui est à phase embryonnaire. Ces sources sont utilisées pour la cuisson et pour la lumière, elles sont utilisées respectivement pour la cuisson à 93%, 0,4%, 6% et pour la lumière l’électricité à 43%, le pétrole à 46% , le solaire à 7%. Eu égard à la forte consommation des énergies fossiles et combustibles solides et la croissance rapide démographique que connait la ville de Bukavu, la consommation du pétrole émet à peu près 11,5% de l’émission totale et celle des charbons de bois 88,5% de l’émission totale. La réduction des émissions des GES de 50% en 2030 et de 75% en 2050 par rapport à 2013, liées à cette consommation des combustibles fossiles sera un des facteurs qui aidera à la sécurité énergétique ainsi qu’à la sécurité climatique, elle pourrait aussi accroître la rentabilité des mesures d’atténuation, mais tout en augmentant successivement de 50% (2030), de 75% (2050) la production des énergies renouvelables comme l’hydroélectricité et le solaire.

Mots-clés : Emission fossile, émission des gaz à effet de serre, énergie, sécurité climatique, scénario de réduction.

Abstract : The basics of this article that addresses the issue in the use of energy in Bukavu is provided by the work of the intergovernmental panel on climate change (IPCC). The study objectives are to determine the energy emission and deduce the impacts on climate security. To estimate the consumed energy that is exploited and un rapped in Bukavu town, town a survey was randomly carried out on 447 households. The calculation on GHG emissions together with the combustion of fossil fuel, the so-called sector is approach method was adopted using the IPCC software 2006. As far as the analyses concerned, we have reached the finding that the major sources of energy Bukavu are charcoal, oil, hydro and solar wich is embryonic phase. These sources are used for cooking and to the light, they are used respectively for cooking at 93%, 0.4%, 6% and the light power at 43% to 46% oil, for solar 7%. Given the high consumption of fossil fuels and solid fuels and rapidly growing population that knows the city of Bukavu, oil consumption emits approximately 11,5% of the total emission and the charcoals 88,5% of the total emission. Reducing greenhouse gas emissions by 50% by 2030 and 75% in 2050 compared to 2013, related to this fossil fuel consumption will be one of the factors that will help with energical security well as climate security, it would also increase the reliability of mitigation measures, but while increasing successively from 50%(2030) , 75% (2050) the production of renewable energy such as hydropower and solar.

Keywords : fossil fuel, emission of greenhouse gases, energy, climate security, reduction scenario,

Introduction

L’énergie a toujours constitué un enjeu vital pour l’homme et les sociétés humaines. Les comportements humains sont fortement induits par sa disponibilité ou sa non-disponibilité, son abondance ou sa pénurie. De ces comportements vont découler de nouveaux enjeux, en particulier pour l’environnement et les équilibres socio-économiques (Bidart et Dubois, 2003).

Tout au long de son histoire, le climat a subit plusieurs changements, et ce, de façon naturelle (GIEC, 2007b). L’effet de changement climatique se fait ressentir à l’échelle mondiale et à l’échelle régionale par la hausse des températures, la diminution des précipitations et la diminution du nombre de jours de pluie.

Le réchauffement climatique croissant a pour conséquences l’occurrence de désastres de nature variée liées au climat, affectant de ce fait le secteur de l’énergie. Les émissions de gaz à effet de serre constituent le moteur principal du changement climatique. Peut-on alors attribuer les perturbations climatiques observées à Bukavu en particulier à ces émissions ? Un consensus scientifique se dégage actuellement pour attribuer ces changements aux activités anthropiques (GIEC, 2011)

Le changement climatique est en cours quels que soient les efforts de réduction des émissions que consentiront les états dans l’avenir. C’est maintenant un phénomène réel et qui menace de saper la stabilité socio-économique. Selon le rapport de l’AIE (2012) les émissions associées à la consommation de l’énergie ont crû de 1,4% en 2012 et ont atteint 31,6 Gt de CO2 (rapport « Redéfinir les contours du débat énergie-climat »). Au cours de cette même année, les émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2) provenant à la fois de la combustion des énergies fossiles et de la production du ciment ont augmenté de 2,6 %, soit 38,8 Gt CO2 (Global Carbone Project 2013).

Depuis au moins 150 ans, les activités humaines ont un impact significatif sur le cycle du carbone en injectant dans l’atmosphère du CO2 par combustion de la biomasse et du carbone fossile (charbon, pétrole et gaz naturel), extrait des réservoirs géologiques constitués depuis le carbonifère. Ce forçage d’origine humaine a provoqué une augmentation du CO2 dans l’atmosphère plus de 35 % depuis 1850 (GIEC 2007), qui est la cause principale du réchauffement observé depuis 60 ans. La mesure du CO2 dans l’atmosphère est très précise et permet de dire que, chaque année, en moyenne, seulement 45 % des émissions de CO2 liées aux activités humaines demeurent dans l’atmosphère. Que deviennent les 55 % restants ? Les études de modélisation menées depuis 20 ans montrent que les océans, le sol et la végétation terrestre absorbent le CO2 restant, à part à peu près égales, pour les décennies récentes. On parle de puits de carbone.
Un fait remarquable est que la capacité d’absorption des puits de carbone est quasi proportionnelle aux émissions de CO2. Les océans et la végétation terrestre absorbaient ensemble un peu plus de 3 milliards de tonnes de CO2 sur les 7 milliards émis en 1960. En moyenne, pour la décennie 2000, ils absorbent un peu plus de 18 milliards de tonnes de CO2 sur les 36 milliards émis, nous accordant ainsi une « remise » de 55 % sur le changement climatique. L’augmentation du CO2 dans l’atmosphère a un effet direct et un effet indirect sur les puits de carbone (figure 1).

Figure 1 - Boucle de rétroaction climat-carbone

Figure 1 – Boucle de rétroaction climat-carbone

Source: © IPSL et données atmosphériques de l’Observatoire du pôle Sud (NOAA)

L’objectif de cet article est de déterminer l’émission et d’identifier les scénarios d’émission minimum des énergies fossiles dans le secteur d’énergie dans la ville de Bukavu.

Méthode et matériels

Description du milieu d’étude

Cette étude a été menée dans la ville de Bukavu chef lieu de la province du Sud-Kivu située à l’Est de la RDC. Le Sud – Kivu montagneux est la partie orientale de la province du Sud – Kivu (64849, 1 km2) qui dans l’ensemble est une région montagneuse.

La ville de Bukavu (7649,1 km2) soit 11,8 % de la superficie totale de la province du Sud –Kivu est située à l’Est du pays, dans le rift africain occidental, entre 2o26´-2o33´ de latitude sud et 28o49´ – 28o51´ de longitude Est.

L’accroissement démographique est très accéléré dans ce milieu où la densité moyenne de la population excède 200 habitants au Km2, densité qui figure parmi les densités les plus élevées de la République Démocratique du Congo (RUVUNA, 2014)

A une altitude moyenne de 1612 m, elle est ainsi la ville la plus élevée du pays. Sa superficie de 64,310 km2 s’étend en grande partie sur la terre ferme (45 km2) et sur les eaux du Sud-Kivu (19 km2). Bâtie sur les bords du lac Kivu d’une altitude de 1463 m (PASCHE, 1980).

La ville fut créée en 1925, à l’époque belge et s’appelait Constermansville. Elle est limitée : au nord par le lac Kivu, à l’est par la vallée de la Ruzizi, à l’ouest et au sud par le territoire de Kabare qui constitue sa base arrière la plus proche tant en matière première locale qu’en main d’œuvre.

Elle jouit d’un climat tropical de basse altitude, subéquatoriale ou tropical humide à saisons sèches (juillet à septembre) et la température moyenne est de 20°C.

La ville de Bukavu comptait 60850 habitants (1960), 848081 habitants (2010), 870954 habitants en2012 (Mairie de Bukavu, 2014) et actuellement cette population tend vers plus d’un million repartie dans 3 communes urbaines : Bagira, Kadutu et Ibanda avec 13 quartiers (Kasali, Nyamugo, Cimpunda, Mosala, Nkafu, Nyakaliba, Kajangu, Ndendere, Panzi, Nyalukemba, Nyakavogo, Lumumba et Kasha) (hôtel de ville de Bukavu 2014).

Approche méthodologique et analyse des données

Dans la démarche méthodologique, la revue de la littérature relative à la production, à la consommation des énergies et aux émissions par l’analyse du contenu a permis d’obtenir les informations qui a permis d’établir une comparabilité de production et consommation des énergies entre la ville de Bukavu et les autres villes du pays ou du monde et en déduire les émissions y sont relatives. IPCC 2006 a servi au calcul des émissions de GES et Excel 2007 a permis de calculer X2 pour comparer les résultats aux résultats de notre littérature.

Des statistiques descriptives ont été utilisées pour représenter les graphiques. Les analyses statistiques utilisées pour comparer les différences entre les différentes consommations des énergies sont issues des tests du X2 d’indépendance, avec un seuil de signification de .05.

Technique statistique d’analyse des données

La méthode d’inventaire relatives aux émissions de dioxyde de carbone liées à la combustion d’énergie fossile « lignes conductrices du GIEC pour les inventaires de GES », la méthode, appelée « approche sectorielle », évalue les émissions de CO2 à partir des consommations d’énergie à usage énergétique obtenues dans les archives des centrales Ruzizi I et Ruzizi II et la consommation des énergies dans différents secteur ont été obtenue par l’enquête menée auprès des 447 ménages de la ville qui ont été sélectionnés au hasard. L’âge des personnes enquêtées et interviewées varié entre 40 et 80ans. Cette dimension de l’échantillon a été déterminée en utilisant la formule de Bryan (1992) dans l’hypothèse qu’au moins 95% de la population utilise une ou l’autre forme d’énergie comme le pétrole, les bois et dérivées, l’électricité d’origine hydroélectrique, solaire, etc.

Les scénarios d’émission minimum, qui cherche à maximiser la production et la consommation des énergies désacarbonées avec un minimum d’émission de GES ont été formulés en se fixant l’objectif visant à réduire les émissions de CO2 de 50% d’ici 2020 par rapport au niveau de 2012 et de 75% en 2050 par rapport au niveau de 2020 pour atteindre le facteur 4. Considérant ainsi l’idée de Hoeller et al (1991), les objectifs de réduction des émissions des GES sont souvent donnés par rapport à une année de référence et celle de l’étude réalisée par I’IPCC (1990), qui indique qu’une réduction considérable des émissions de CO2, supérieure à 60% par rapport aux chiffres de 1990, l’année de référence pour la référence pour la réduction du CO2 dans le cadre de l’accord de Kyoto, s’impose pour stabiliser les concentrations dans l’atmosphère d’ici 2050.

Les scenarios d’émission conçus décrivent chacun comment pourraient évoluer les émissions de gaz à effet de serre entre 2010/2013 et 2050 et étudier la « perspective énergétique de la ville de Bukavu à l’horizon 2030-2050 », en utilisant des scénarios supposés correspondre à nos objectifs et à notre hypothèse de base portant sur la croissance d’émissions de GES, qui est fonction de plusieurs facteurs : dont croissance démographique, la production des énergies et la consommation des énergies.

Résultat

Consommation de l’énergie pour la cuisson

Le graphique 1 montre les quantités d’énergie consommées à Bukavu pour la cuisson.

Le charbon de bois est consommé à plus de 93% suivie de l’électricité qui est utilisée à 37%. Le gaz et le pétrole sont consommés à 1%.

Graphique 1 - Consommation de l’énergie pour la cuisson

Graphique 1 – Consommation de l’énergie pour la cuisson

Consommation de l’énergie pour la lumière

Les résultats en rapport avec la consommation de l’énergie pour la lumière a Bukavu sont donnés dans le graphique 2. La durée du courant électrique est estimée en moyenne à 2 heures sur 24 heures.

Graphique 2 - Consommation de l’énergie pour la lumière

Graphique 2 – Consommation de l’énergie pour la lumière

Nous remarquons à partir des résultats du graphique 2 que quelques ménages utilisent deux ou trois sources d’énergies pour la lumière.

Les ménages qui utilisent uniquement le groupe électrogène est estimé à 27% ; les lampe à pétrole 19% ; le panneau solaire 2% ; électricité et autres lampes (lampes à gaz, bougie) 32% ; lampe à pile ou chargeable 4% ; panneau et électricité 5% et 11% des ménages utilisent uniquement l’électricité de la SNEL.

Emissions dues à l’utilisation des énergies à Bukavu

Le tableau 1, montre les émissions dues à la consommation des énergies dans différents secteurs exceptés les secteurs de transport et de l’agriculture.

Tableau 1 – Emission dues à l’utilisation des énergies à Bukavu

Types d’énergies

Emissions (CO2) en 2010 (Gg CO2)

Electricité produite

0,00011

Electricitéconsommée

0,00003

Pétrole (carburant)

23262764,63

Charbons de bois

179588037

Emissions dans quelques secteurs à Bukavu

Le graphique 3, présente les émissions par quelques secteurs excepté le secteur de transport, celui de l’agriculture,…par issues du pétrole en cas de coupure du courant électrique.

Graphique 3 - Emissions de GES(CO2) par secteurs clé  de la ville de Bukavu issues du pétrole par jour

Graphique 3 – Emissions de GES(CO2) par secteurs clé de la ville de Bukavu issues du pétrole par jour

Il ressort des résultats présentés dans la figure 3 que les usines comme Bralima, Pharmakina et Ginki ; les salons de coiffure et les publiphones émettent plus des GES 53% d’émissions et les autres secteurs 47% par l’utilisation des moteurs diesels et des groupes électrogènes en cas d’absence du courant électrique.

Au tableau 2, nous présentons l’évolution des émissions du CO2 par l’utilisation des moteurs diesels dans la ville de Bukavu, émissions qui sont proportionnelles à la consommation et à l’augmentation de nombre de moteurs dans la ville. Les abonnés sont, en majorité, les publiphones, les salons de coiffure, les ngandas, et les ménages pour la lumière. Pour chaque moteur on a en moyenne 25 abonnés, payant chacun entre 1000FC et 1500FC.

Ce sont des groupes de 1 à 2 KVA dans les salons des coiffures et de plus de 2 KVA disponibles dans les bureaux des ONGs, secrétariats publics, hôpitaux, etc.

Tableau 2 – Les émissions du CO2 dues à l’utilisation des moteurs diesels « Kigroupé »par différents ménages et autres.

Communes

Nbre moteurs

Nbre d’abonnés

Qté Moy. litres cons/ mois

En kg/ mois

En KWh/ mois

Consommation (TJ)/an

Emission CO2 en Gg/an

Bagira

±16

400

400

352,20

4276,71

181735,2

13466,57

Ibanda

±24

600

600

528,30

6415,07

272602,8

20199,86

Kadutu

±28

700

700

616,35

7484,25

318036,6

23566,51

Total

±68

1700

1700

1496,85

18176,03

772374,6

57232,95

Source : Nos calculs

Graphique 4 - Fréquence d’émission CO2 dans l’utilisation de « kigroupé »

Graphique 4 – Fréquence d’émission CO2 dans l’utilisation de « kigroupé »

La consommation de l’énergie est entrain d’être dominée par les combustibles fossiles solides, 37% pour l’utilisation des moteurs diesels «kigroupe » , dans les ménages et à plus de 90% dans les ngandas, salon de coiffure, cyber café,…

Le tableau 3, nous présentons la situation énergétique de la ville de Bukavu en démontrant qu’elle reste caractérisée par une très forte dépendance énergétique en produits pétroliers, le domaine de communication, n’est pas épargné car il ne cesse d’ériger des antennes dans la ville de Bukavu. Ces dernières fonctionnent grâce aux dits produits qui sont consommés à 100% suite à la perturbation ou à l’absence totale du courant électrique.

Les émissions du CO2 dues à l’utilisation des charbons des bois (braises)

Les résultats en rapport avec les émissions des GES issues des charbons de bois à 93% de consommation, sont présentés dans le tableau 4.

Tableau 4 – Emissions des GES issues de charbon de bois par 93%

Consommation en kg

Consommation (TJ)

Emission du CO2 en GgCO2)

Consommation/personne/an

68,255

2013,52

225,51

Consommation/an de l’échantillon

28667,1

845679,45

94716,09

Consommation/an de la population

54354732,74

1603464616

179588037

Les résultats présentés dans le tableau 4 montrent que la consommation de l’énergie pour la cuisson reste dominée par les combustibles traditionnels (surtout les charbons des bois) qui représentent plus de 93% de consommation.

La consommation des charbons de bois par personne et par mois est estimée à 0,187kg soit 68,255kg par an et par personne. Ceci conduit à une consommation de 54354732,74kg soit 5435,47374 tonnes pour un pourcentage de 93% dans la ville de Bukavu.

Les émissions évaluées en GgCO2 avec un facteur de conversion (kgCO2/TJ) de 112000 sont données dans tableau 4.

Scénario de production, de la consommation de l’énergie électrique.

Le scénario de réduction des émissions du CO2 dans la ville de Bukavu, pour sortir des énergies fossiles et bois énergie, montre que les renouvelables devront être produites et consommées de 50% en 2030/2010 à 75% en 2050/2030 par rapport à l’année 2010 pour atteindre le facteur 4 dans le scénario de production et consommation.

Pour ce dernier les usages des renouvelables se répartiraient comme suit :

‐ Cuisson : biomasse, géothermie et chaleur environnement, solaire thermique

‐ Électricité : éolien, hydraulique, partie de biomasse, photovoltaïque.

Graphique 6 - Scénario de production

Graphique 6 – Scénario de production

De ce scénario de production il est constaté une augmentation de 69,5% en 2050/2010

Scénario d’émission de GES par des énergies fossiles et solides par habitant à Bukavu 2012-2050

Le tableau 5 montre l’évolution d’émission de CO2 par la consommation annuelle de l’humanité en ressources fossiles et combustibles solides, qui croit en fonction de la croissance démographique humaine 53% par décennie et 7,2% par an en moyenne.

En 2050, ces émission monteront à plus de 5 fois par rapport à l’année de référence 2012.

Tableau 5 – Scénario d’émission de CO2 par habitant et par an

Année

Evolution démographique humaine

Emission CO2/hab/an en Gg

2000

338689

2010

718805

2012

848081

202,9

2020

1099772

310,4

2030

1682651

474,9

2040

2574456

7267

2050

3938918

1111,8

En 2100, les secteurs d’énergie affichent les plus fortes émissions de CO2 liées à l’utilisation de combustibles fossiles et solides qui est par ordre croissant de 2012 à 2100.

Scénario de réduction des émissions de GES à Bukavu

Le scénario de réduction présenté dans le tableau 6, il mène aux émissions dues aux consommations en énergie finale et à des émissions différentes. La consommation d’énergie finale en 2030 est de et diminuera de par rapport à la consommation en 2012. En revanche, les parts des sources d’énergie finale sont significativement modifiées.

Tableau 6 – Scénario de réduction d’émissions cumulées en Gg à 50% en 2020 et à 75% en 2050 par rapport à 2020

Sources d’énergie

Total en Gg d’émissions CO2 en 2012

Total en Gg d’ém. CH4

Total en Gg d’ém. NO2

Réduction du CO2 de 50% 2030

Réduction du CO2 de 75% 2050

Diminution 2050/2012

Moteur diesel dans quelques secteurs

20686318,62

837,50

167,5

10343159,3

2585789,8

87,5%

Moteur diesel dans les ménages

57232,95

2,31

0,46

28616,5

7154,1

87,5%

Sociétés de télécommunication

2576446,003

104,30

20,9

1288223,0

322055,7

87,5%

Consommation des charbons de bois et bois de chauffe

179588036,9

320692,9

6413,9

89794018,4

2244804,6

87,5%

Emission cumulées

202908034,5

321637,0

6602,7

101454017,2

25363504,3

87,5%

CO2/hab./an

202,9

0,32

0,0066

101,45

25,4

87,5%

Des tableaux 6, le passage d’un facteur 1,3 au facteur 2 revient à passer d’un indice 50 à un indice 25 soit une réduction de 50% (25/50) de toutes les émissions dues aux énergies fossiles de 2030 à 2050. Entre 2012 et 2050, en fonction du scénario choisi, les résultats conduisent à des émissions de combustibles fossiles cumulées allant de 202,9 à 25,4 gigagramme de carbone. Ce scénario conduit du niveau le plus élevé d’émissions au niveau le plus bas avec un niveau de confiance moyen, avec une diminution des émissions de 87,5% de 2012-2050.

Discussion des résultats

Emissions liées à l’utilisation de l’énergie

A partir de résultats présentés dans le tableau 1, nous remarquons que dans l’ensemble, la population de la ville de Bukavu et ses environs ont fondé leur développement sur l’utilisation croissante d’énergie fossile (le pétrole) et pour le chauffage les charbons de bois et les bois de chauffe utilisés à 93% de consommation, la combustion de ces énergies est responsable de plus de 90% des émissions dans le secteur de l’énergie. Ces résultats sont comparables aux résultats obtenus par Wong (2011) et par APUR (2007).

L’émission du CO2 en GgCO2eq est estimée à 202,9 (2012) pour la consommation/hab./an. Comparé aux résultats de Salomon (2013) les émissions par personne en tCO2eq de 1990 en France est de 9,5 ; émissions supérieures aux émissions par personne au monde de 5,7 ; l’écart est significatif entre les émissions dans la ville de Bukavu par personne dans la consommation des combustibles fossiles et les charbons de bois et les bois de chauffe.

L’analyse du graphique 3 présentant les émissions dans quelques secteurs excepté le secteur de transport, celui de l’agriculture dans l’utilisation des énergies fossiles révèle de manière générale les salons de coiffure et les publiphones sont responsables d’une énorme émission de CO2 27%, les usines 26%, les hôtels et les ngandas 16%, les ONG et les agences de Nation Unies 16%, le secteur de communication cellulaire 11% où Orange occupe le premier rang avec 45%, les banques et coopératives 2%, la Régideso et les TV radios chacune 1%.

Analysant les résultats du tableau 2 nous trouvons que suite aux coupures de courant intempestives, la population de la ville de Bukavu ne dispose que l’utilisation des combustibles fossiles qu’elle utilise à 37% comme la principale source d’énergie par l’utilisation des moteurs diesels utilisés à plus de 90% dans les ngandas, salons de coiffure, etc.

Scénarios de réduction d’émission

Tout d’abord, ces scénarios prennent en compte les seules émissions de CO2 énergétiques. La démographie humaine est l’un des facteurs d’augmentation des émissions, en 2012, la ville de Bukavu comptait 848081 habitants avec un taux de croissance démographique d’environ 7,2%/an et d’environ 53% par décennie. Comparant ces résultats aux résultats trouvés dans le rapport de Sustainable Energie for all (2013), au niveau national la croissance démographique humaine est d’environ 3,5% par an, résultats qui montrent qu’en 2050 il y aura une forte pression démographique humaine, il y a une différence significative entre le taux de croissance démographique à Bukavu et celui du niveau de la République.

Les projections tendancielles, sans nouvelles mesures, laissent montrer que cette croissance démographique humaine aura une très forte incidence sur les besoins énergétiques et sur la consommation d’énergie de 2020 à 2050. Les résultats trouvés au scénario d’émission de CO2 par habitant et par an du tableau 5 montrent que les émissions augmenteront de 81,7% de 2012 à 2050 suite à la croissance démographique humaine très rapide.

Ces résultats sont similaires aux résultats trouvés par Reilly et al (1987) qui montrent qu’en 2075, les émissions de CO2 dépasseront les niveaux actuels de plus de 50%.

L’observation est déjà faite aussi par GIEC (2014) les émissions de gaz à effet de serre s’accélèrent malgré les efforts de réduction. Il existe de nombreux moyens de réduire sensiblement les émissions (communiqué de presse du GIEC, 13 avril 2014).

Dans le scénario de réduction d’émissions cumulées 2020 et 2050, les réductions de rejets de gaz carbonique venant des combustibles fossiles et combustibles solides (bois et charbons de bois) annoncées dans ce scénario sont importantes, de 202,9 Gg (2012) à 25,4Gg (2050), l’émission du CO2 par habitant et par an, soit une baisse de 87,5%/habitant.

Il est possible d’obtenir une forte réduction en réduisant la consommation de combustibles fossiles à teneur élevée en carbone au profit de combustibles fossiles pauvres en carbone tel que le gaz méthane du lac Kivu. Ensuite, des sources non fossiles (énergies renouvelables) tels que l’hydroélectricité, le solaire et l’éolien, ces énergies peuvent être substituées aux combustibles fossiles et des charbons des bois.

La rapidité à la quelle l’action est entreprise dans le scénario de réduction des émissions est réellement déterminante car plus vite les émissions sont réduites, plus la température de stabilisation sera basse.

Le scénario de production d’électricité par la renouvelable stipule que les énergies renouvelables peuvent contribuer pour 50% de l’énergie finale consommée en 2030 et pour 75% en 2050. La part de l’électricité dans l’énergie finale augmente significativement de 19 à 69,5% entre 2010 et 2050 à l’exemple de l’Inde qui a augmenté sa production en hydroélectricité de 69% et la chine de 199% de 2002 à 2012 (Key World Energy Statistics, 2013).

Selon M. Pichs-Madruga (2014) «La réduction de la consommation d’énergie nous donnerait plus de souplesse quant au choix de techniques énergétiques à faible intensité de carbone, dès maintenant et à l’avenir. Elle pourrait aussi accroître la rentabilité des mesures d’atténuation.»

Conclusion

A la lumière des résultats et de la discussion de résultats de cet article sur les émissions dues à l’utilisation des énergies, nous concluons que :

  • La consommation des énergies pour les besoins domestiques, essentiellement pour la cuisson des aliments dans la ville de Bukavu reste dominée par l’utilisation de bois énergie (bois de chauffe et charbon de bois), 93%, la consommation de l’électricité, du pétrole et du gaz restant faible. Ce choix énergétique dans la province du Sud-Kivu a des effets sur les immenses ressources forestières dont dispose la province. Le taux de déboisement est de plus en plus croissant suite à la pression démographique humaine.

  • Les émissions relatives à la consommation des énergies augmentent avec l’utilisation quotidienne des énergies fossiles, des combustibles solides et avec la croissance du taux démographique à Bukavu. L’analyse et l’interprétation de scénario d’émissions indique que les émissions du CO2 par an et par habitant pourront augmenter de plus de 80% en 2050 par rapport à l’année de référence (2012). Pour réduire nos émissions de CO2, il serait pourtant possible d’avoir une politique claire et prévisible, avec un objectif, des critères, une méthode et des actions cohérentes ; le but étant de consommer moins d’énergie fossile (pétrole) et les combustibles solides (charbon de bois) pour réduire les émissions certes, on diminuera les émissions en augmentant la production d’énergie à partir des énergies renouvelables consommées.

  • L’écosystème qui nous protège est extrêmement complexe, sûrement très adaptable mais il a des limites que nous ne maitrisons pas. Il est devenu évident que le niveau d’activité anthropique aujourd’hui constitue une perturbation que l’on ne peut plus négliger. Afin de la minimiser, il va devenir indispensable d’arrêter, d’une part, le rejet massif de polluants (gaz carbonique, déchets radioactifs…) et d’autre part, la production à grande échelle de chaleur qui ne nous soit pas donnée par le soleil ou par la terre, Du point de vue des rejets et de la production excessive de chaleur, la combustion des carburants fossiles doit être réduite.

  • Dans cet article, nous avons illustré comment les scénarios de réduction des émissions peuvent être utiles à la gestion et à l’aménagement du secteur énergétique : ils permettent de prédire l’évolution de production et consommation des énergies fossiles et combustibles solides, de comparer des différents scénarios en France avec les scénarios de réduction d’émission des GES. Dans certains cas complexes de gestion du système énergétique, l’usage de scénario est même indispensable.

Références bibliographiques

Mémoires ou thèses

Di-K. D. Muhinduka, 2010, Gestion additive, biens publics et fourniture de l’électricité dans la région de Bukavu, RD Congo, Thèse de Doctorat en sciences politiques et sociales SCIENCE DU SOL n° 1986/2 – pp, 201-211 – PLAISIR-France ;

Hervé CHENAILLER, 2006, L’efficacité d’usage énergétique : pour une meilleure gestion de l’énergie électrique intégrant les occupants dans les bâtiments, Thèse soutenue publiquement le 17 Avril 2012, THÈSE pour obtenir le grade de docteur de l’Université de GRENOBLE, août 2006 ;

Roch Edgard GBINLO, 2010, Organisation et financement de la gestion des déchets ménagers dans les villes de l’Afrique Sub-saharienne : Cas de la ville de Cotonou au Bénin ; Thèse de Doctorat en Sciences Economiques, Université d’ORLEANS, soutenue le 26 novembre 2010.

Rapport de recherche

Claude Des Jarlais et al, 2010, Savoir s’adapter aux changements climatiques, OURANOS, Montréal, 128p ;

Félicien R, Bikumu, 2005, La problématique du déficit énergétique dans la sous-région des Grands- Lacs africains ;

Félix Malu, 1970, Le système énergétique de la République Démocratique du Congo, Office National de la recherche et du développement, Kinshasa, 24pp ;

Hamidou Sama et Sylvain TIABRI T, 2012, Les énergies renouvelables no 6, les biogaz à des fins domestiques, Institut de l’énergie et de l’environnement de la Francophonie ;

Jean-Berckmans Bahananga MUHIGWA,; 2000 ; Analyse des perturbations dans le régime pluviométrique du Sud-Kivu durant les 50 dernières années; 14, p. 112-121 ; ISDR/Bukavu ;

Katcho KARUME, 2009, Secteur énergie, province du Sud-Kivu : Etat de lieu, une honte ; OGP Bukavu, Sud-Kivu, RDC ; 67 p. ; Edition CERUKI ;

Laura E.WILLIAMSON et al ; 2009 ; Climatiser les systèmes énergétiques ; publié par HELIO International ;

Le développement rural en RDC au tournant du millénaire, Journées scientifiques du centre d’études et de recherche pour la promotion rurale, session 2000, CERPRU, Bukavu/RDC ;

M. BADOLO, 2008, Cahier des changements climatiques, Institut d’Applications et de Vulgarisation En Sciences (IAVS) Ouagadougou 01, Burkina Faso ;

M. P. Lepage, L. Bourdage et G. Bourgeois ; 2011 ; Interprétation des scénarios de changements climatiques afin d’améliorer la gestion des risques pour l’agriculture ; Ed. centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec,

Michel DESSART ; 2011 ; Cadrage Macroéconomique 2006-2010 ; Province du Sud-Kivu ; mise à jour par DIEUDONNE Nintunze et BOULEL Toure (2006-2008) Actualisé par Dieudonné Nintunze et Yves Birere (2009-2010) ;

M. Michel Maldague, 2005, Politique énergétique intégrée en République Démocratique du Congo. Leçon publique donnée le 6 octobre 2001 à l’occasion de l’inauguration solennelle de l’Académie ; Un article publié dans le Bulletin de l’ANSD, volume 2, décembre 2001, pp. 27-67. Kinshasa : Académie nationale des sciences du développement.

Rapport national de PNUD ; 2013 ; «Energie durable pour tous à l’horizon 2030» ; programme national et stratégie, RDC ;

Rapport POLE INSTITUTE, Institut interculturel dans la Région des Grands Lacs, Goma ;

Seconde communication nationale à la convention cadre sur le changement climatique : 2009, Ministère de l’environnement, conservation de la nature et tourisme ;

SNEL, Société National d’Electricité. Division Presse et relations publiques: 30 ans, 1970-2000 Document 51 pp.

Articles

Adell A, ; O Fagel L; 1996; Gisements solaire et éolien en Mauritanie : présentation d’un système photovoltaïque et d’un système éolien destinés au pompage de l’eau=Solar and wind potentialities in Mauritanic Presentation of pumping ; n° 475, [74, 93-99 [8 p,]] [bibl, : 9 ref,] ; Editions techniques et économiques ; Revue de l’énergie A. ;

African Development Bank Group, Novembre 2010, Rapport d’évaluation de projet d’électrification périurbaine et rurale ;

Allnoch N, 2000, Zur weltweiten Entwicklung der regenerativen Energien = About the worldwide development of renewable energy; vol, 50, no5, pp, 344-348 (9 ref,); PMS, Düsseldorf, ALLEMAGNE  (1980) (Revue);

ARCHAUX Frédéric ; 2003 ; Avifaune et changement climatique: Birds and climate change ; vol, 53, no1, pp, 33-41 [9 page(s) (article)] (2 p,3/4) ; CNRS/CEFE, 1919, route de Mende, 34293 Montpellier, France ;

Barreli, L., Bidini, G., Corradetti, A., Desideri, U., 2007. Production of hydrogen through the carbonation-calcination reaction applied to CH4/CO2 mixtures. Energy 32, 834-843.

Benoît Boutefeu ;2005 ; L’aménagement forestier en France : à la recherche d’une gestion durable à travers l’histoire, VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 6 Numéro 2 | septembre 2005, mis en ligne le 01 septembre 2005, Consulté le 09 août 2012. URL : http://vertigo.revues.org/4446 ; DOI : 10.4000/vertigo.4446

Bernard MULTON et als, 2004, Situation énergétique mondiale à l’aube du 3ème millénaire. Perspectives offertes par les ressources renouvelables. Revue 3EI n°36. ;

Bernard MULTON ; 1999 ; L’Énergie électrique : Analyse des ressources et de la production ; Antenne de Bretagne de l’école Normale Supérieure de Cachan-LESIR, Campus de Ker Lann-35170 Bruz.

Bernard MULTON, 1998 ; L’énergie sur la terre : analyse des ressources et de la consommation, La place de l’énergie électrique, Antenne de Bretagne de l’École Normale Supérieure de Cachan, 35170 BRUZ (version revisée en 2012)

Bernard MULTON, 1998 ; L’énergie sur la terre : analyse des ressources et de la consommation, La place de l’énergie électrique, Antenne de Bretagne de l’École Normale Supérieure de Cachan, 35170 BRUZ ;

Bernard Multon, G, Robin, O, Gergaud, H, Ben Ahmed, 2003, Le Génie Electrique dans le vent : état de l’art et recherches dans le domaine de la génération éolienne, SATIE (UMR CNRS 8029) – ENS de Cachan Antenne de Bretagne – Campus de Ker Lann – 35170 BRUZ ;

Bernard NDAYE NKANKA, 2005, Apport des Technologies d’Énergie Renouvelables dans la lutte contre la Pauvreté, la Déforestation et le Changement Climatique en République Démocratique du Congo, 10pp ;

Corvol Andrée (sous la direction) ;1995 ; La nature hors des villes. Les forêts périurbaines ; Cahiers d’Etudes Forêt Environnement et Société XVI-XX siècle. Paris, CNRS et Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine, 91 p. ;

DALLAIRE Patrice ; DESSUS Benjamin ; 2007 ; Solaire photovoltaïque ; pp, 102-103 [2 pages] ; Institut de l’énergie des pays ayant en commun l’usage du français ;

DALLAIRE Patrice ; DESSUS Benjamin ; 2007 ; Solaire thermodynamique ou Solaire thermique à concentration= Solar thermal energy conversion or concentrated solar thermal energy conversion ; [p, 104] [bibl, : dissem,] ; Institut de l’énergie des pays ayant en commun l’usage du français ;

Dessus b, ; Devin b, et Pharabod f, ;1992 ; Le potentiel mondial des énergies renouvelables, Raisonnablement accessible dans les années 90 et son impact sur l’environnement = World potential of renewable energies, Actually accessible in the nineties and environmental impacts analysis; vol, 47, no1, pp, 21-70 (6 ref,); Société hydrotechnique de France, Paris, FRANCE  (1902) (Revue) ;

E. BISHAKABALYA RUVUNA et B. ALINGILYA MAMBEU, 2014, Explosion démographique dans la region du Sud-Kivu montagneux et son impact sur l’environnement ; Revue Université sans Frontières pour une societé ouverte de l’Université distant production House, Parution bimensuelle numéro 002, ISSN 2313-285X; Uvira, Juillet 2014 ;

Francis Meunier, Christine Meunier-Castelain, 2006 ; A Dieu pétrole… Vive les énergies renouvelables! Paris, 2006, Dunod, 235 pages ISBN 2-10049815-02032

G. ROBIN et Als, 2004, Solutions de stockage de l’énergie pour les systèmes de production intermittente d’électricité renouvelable, SATIE (UMR 8029 CNRS) – ENS Cachan Antenne de Bretagne – Campus de Ker Lann, 35170 BRUZ ;

Industrie, Recherche et Énergie Atelier ; 2011 ; Évaluation du potentiel et promotion des sources d’énergie renouvelables de nouvelle génération, Bruxelles, le 22 mars 2011 ;

Jacques Weber1, Juin 1995, Gestion des ressources renouvelables: fondements théoriques d’un programme de recherche, Cirad, 42 rue Scheffer, 75116 Paris ;

Maitre Thierry et Achard Jean-Luc, 2003, Une source d’énergie renouvelable possible : Les hydrauliennes, num 546 (114p) pp 315-319, 5pages, (article), Notes : 226(6p) Ed, Technique et économique, Paris France, num 546(114p) ;

Marie-Pier Lepage et al, 2011, Interprétation des scénarios de changements climatiques afin d’améliorer la gestion des risques pour l’agriculture, édition Danielle Jacques, M,Sc,, agronome, CRAAQ, Québec, Publication no PAGR0102, ISBN 978-2-7649-0235-6. ;

MERRIOTT Jack ; GAGNON Yves ; TAOUMI Mustapha ; 2008 ; Un système hybride éolien-solaire pour le pompage d’eau au Mali= An hybrid wind-solar system for water pumping in Mali Wind energy : development models for Southern countries ; n° 79, pp, 7579 [5 pages] ; Institut de l’énergie des pays ayant en commun l’usage du français ;

Michel Damian ; août 2007 ; L’adaptation au changement climatique ; LEPII, Université de Grenoble, CNRS 38040 Grenoble cedex 9, France ;

Michel Déqué ; Les scénarios climatiques de réchauffement, Météo-France/Centre National de Recherches Météorologiques ;

Michel KatingI, Un programme d’action pour le grand public de l’agenda 21 et des autres accords de Rio, publié par le centre notre avenir à tous, 1992, sommet de la terre au Brésil, p1. ;

Olivier Dollfus, 1999, Mondialisation et gaz à effet de serre, In: Espace géographique. Tome 28 n°1, 1999. pp. 29-35. doi : 10.3406/spgeo.1999.1216

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/spgeo_00462497_1999_num_281216

Oumarou Almoustapha et Jeanne Milongo-Rasolodimby, 2006, Production de biogaz et de compost à partir de eichhornia crassipes, (mart) solms-laub (pontederiaceae) pour un développement durable en Afrique sahélienne, Vertigo, Revue électronique en science de l’environnement, volume 7 numéro 2/septembre 2006, mis en ligne le 08 septembre 2006, consulté le 19 août 2013 ;

Pater Hoeller, Andrew Dean et Jon Nicolaisen, 1991, Incidences macro-économiques de la réduction des émissions de gaz à effet de serre : Examen de quelques études empiriques, Revue économique de l’OCDE, no 16 ;

Répondre au défi de l’énergie, Le rôle de la CEI, Electrification intelligente- La clé de l’efficacité énergetique, Septembre 2010, pp 1-18 ;

Robert J, Van der Plas, 1997, Les lanternes solaires, Liaison Énergie-Francophonie, no37, 4e trimestre, pp, 14-1944.Kusamba Chifundera ; 1998 ;

S. Igoud et als, 2002, Première approche de la caractérisation du biogaz produit à partir des déjections bovines ; vol 5 ; pp 123-128 ; Rev. Energie ;

Sadiki Ndyanabo et al, 2010, Développement de la ville de Bukavu et cartographie des vulnérabilités R.D. Congo, Annales Sci. _ Sci. Appl. U.O.B. Vol. 2, pp120 ;

Samir Bellarbi, Ali Malek et Chérif Larbès ; 2010 ; Etude comparative de chaînes de conversion d’énergie pour un système éolien de petite puissance Revue des Energies Renouvelables SMEE’10 Bou Ismail Tipaza (2010) 57 – 67 ;

Virginie DULUC, 2007, Potentiel de développement des énergies renouvelables en France pour le remplacement du nucléaire, Stage GENI ;

Y. Munyololo et al ;2000 ; Recrudescence des glissements de terrain dans la région de Bukavu et ses environs en R.D.C. ; 14, p. 122-1351. Centre de Recherches Géologiques et Minières (C.R.G.M.) de Lwiro B.P. 7 Bukavu, RDC. 2. Centre de Recherche en Sciences Naturelles (C.R.S.N.) de Lwiro D.S. Bukavu, R.D.C. ;

Article dans un compte rendu de colloque

Bertrand de La Farge, 1995, Le Biogaz : Procédés de fermentation méthanique,éd.Masson, 237 p.

Cécile Bordier, 2008, Développement des énergies renouvelables : Quelle contribution du marché du carbone ?; 278 Boulevard Saint Germain 75356 Paris 07 SP-France ;

Félicien R. BIKUMU, 2005, La problématique du déficit énergétique dans la sous région des Grands-Lacs Africains. Rapport de Pole Institute sous la direction de : Aloys Tegera Manager, Goma

Henri Esseqqat ; 2011 ; Les Energies Renouvelables en République Démocratique du Congo ; p 33-69 ;

Pierre Radanne; 2004 ; La division par 4 des émissions de dioxyde de carbone en France d’ici 2050 ; Copyright© 2004 Mission Interministérielle de l’Effet de Serre 35, rue Saint Dominique 75700 PARIS.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Nadia Maïzi dit :

    Commentaires soumis par Nadia Maïzi
    Professeur, Centre de Mathématiques Appliquées, MINES Paris Tech

    Ce papier devrait être positionné de façon plus directe sur ses éléments contributifs: la revue des consommations sectorielles et des émissions de CO2 associées pour la ville de Bukavu.
    Pour cela il manque une partie qui pourrait décrire : les usages de manière plus détaillée, et les ressources locales et leur exploitation (ces éléments sont évoqués dans les points un et deux de la conclusion).
    La partie relative aux scénarios est assez pauvre au sens où : on ne sait pas quelle méthode de projection a été utilisée (les références manquent et la méthodologie n’est pas explicitée) et je conseillerai donc de ne pas en faire un point central du papier mais de donner les perspectives de croissance des émissions selon les hypothèses de projection adoptées en point conclusif.

    Remarques de style : relire et corriger les fautes de style de français et d’orthographe ainsi que les coquilles (nombreuses).

    L’Introduction devrait être centrée sur le papier : existence d’études équivalentes sur la région, ou pas, présenter la particularité des problématiques africaines régionales dans le contexte du changement climatique plutôt que des généralités issues du rapport du GIEC.

    Dans la Description du milieu d’études : revoir les superficies parfois incohérentes entre elles.

    Pour les approches méthodologiques: les décrire s’il y a lieu mais ne pas être si vague : IPCC 2006 ne correspond à aucune méthode connue spécifiquement.
    Les tests du X2 ont été élaborés simplement pour valider les échantillons ? Si c’est cela, cela n’est même pas utile de le mentionner.

    Les techniques statistiques d’analyse des données mélangent à la fois: la méthode d’inventaire et les scénarios (dont la méthode d’élaboration n’est pas décrite clairement mais qui ne relève pas semble t’il d’une approche statistique).

    Les figures sont difficilement lisibles.
    Préciser les unités dans le tableau 1 : par unité de temps ?
    Les Tonnes sont une unité plus standard pour les émissions de CO2.
    Définir “Kigroupé” dans le tableau 2.
    D’ailleurs ce sont ces éléments qui décrivent les usages et leur organisation qu’il serait intéressant de développer comme indiqué ci dessus.

    Les références de la bibliographie ne sont pas mentionnées dans le papier ce qui est un peu déconcertant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *