Comment les experts du vivant peuvent-ils contribuer à la conception du cadre urbain ?

lisieres-urbainesDans le cadre de ce texte de la section Débats et perspectives de [VertigO], Robin Chalot ingénieur écologue, pose la question Comment les experts du vivant peuvent-ils contribuer à la conception du cadre urbain ?

Partant des constats que depuis plus d’un demi-siècle, l’anxiété vis-à-vis de l’érosion de la biodiversité va croissante, se traduisant par par des politiques publiques et des normes législatives visant à réduire l’impact de l’urbanisation et s’accompagnant d’une forte demande sociale pour la restauration d’une Nature en ville, exprimée à travers un éventail d’entreprises citoyennes redéfinissant l’espace urbain.

Par contre, si les interrogations scientifiques sont encore nombreuses concernant la composition des écosystèmes urbains, leurs interactions avec les infrastructures artificielles et leur rôle au sein de la biosphère, de nombreux travaux démontrent des effets bénéfiques du vivant en milieu urbain, par exemple face au changement climatique. Des expériences pratiques tentent désormais de réconcilier ville et nature, mais leur bénéfice réel pour la biodiversité ne fait pas toujours consensus. En effet l’auteur souligne le manque de pertinence des solutions proposées vis-à-vis du fonctionnement des écosystèmes, qui s’expliquerait notamment par l’absence de formation à l’écologie scientifique des professionnels en charge des projets.

Ainsi cet article s’interroge sur les intérêts qu’auraient les professionnels de l’aménagement à inclure au sein de leurs structures des compétences en écologie. Pour l’auteur, une présence en interne de ces savoirs favoriserait une compréhension réciproque entre les disciplines, l’intégration efficace du vivant dans les projets d’urbanisme, et une prise en compte exhaustive des composantes du système urbain. Le traitement au cas par cas est un élément clé pour une démarche qualitative et adaptée aux enjeux modernes. Des formations croisées en écologie et urbanisme pourraient favoriser l’émergence de nouveaux métiers à l’interface de ces disciplines.

Nous vous invitons à partager vos réflexions et vos expériences sur les propos de l’auteur. Faites connaître vos réactions dans la section commentaires ci-dessous !


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Imaginez plusieurs villages espacés par des zones vertes diverses, qui si ils deviennent reliés entre eux avec un système de transports public, non pas souterrain, mais avec un métro aérien suspendu, donc un système aux aspects récréatifs, qui attirera les usagers, et dynamisera économiquement cet espace. Car faciliter les communications locales peut transformer cet espace global en « zone urbaine éclatée » . Et les cités aux espaces urbains trop densifiés pourraient êtres revues selon ce système de « mélange » zones vertes séparant des zones d’habitations, mais ici malheureusement se sont les spéculations foncières qui joues les empêcheuses d’urbaniser en rond.

  2. Autre idée, mettre en route une discussion culturelle et sociale approfondie, pour redéfinir au sein du cadre d’occupation des sols, sur de futures bases légales à repenser. Notamment pour les rôles sociaux et économiques de formes d’habitats déplaçables ou mobiles, et de leurs impacts possibles, (positifs ou négatifs) par les populations sédentaires. c’est un aspect qui pourrait peut-être avoir des attirances temporaires, notamment pour les jeunes en recherches de lieux divers ou poser ses affaires, ceci pour les emplois et formations qui peuvent s’y trouver. La démographie en marche va créer des problèmes de voisinages, cela ou que cela soit, donc c’est l’étalement des populations qui semble apporter des solutions ?

  3. Michel Mourlot dit :

    Dans le cadre du partage de la connaissance et de l’action professionnelle, pour « l’intégration efficace du vivant dans les projets d’urbanisme, et une prise en compte exhaustive des composantes du système urbain », une partie de la réponse est dans la place des paysagistes dans les équipes de conception.
    L’interrogation suivante est alors sur les rapports entre écologues, botanistes, pépiniéristes, horticulteurs et paysagistes, sachant qu’il s’agit, bien au delà des inventaires et des diagnostiques, de faire du projet urbain, de la ville et de la nature en ville. le notion de « projet » et au centre.
    Le concept même de « projet » implique d’assumer la consommation et l’artificialisation d’espace naturel agricole ou forestier, la modification des milieux existants, pour créer des lieux de vie, de travail,de commerce, d’échange pour des habitants, des individus à l’intérieur de rapports sociaux, économiques, politiques et symboliques.

    • Robin Chalot dit :

      Tout-à-fait, la même démonstration pourrait être faite au sujet des paysagistes, qui apportent encore une autre méthode pour appréhender l’espace urbain, notamment par l’approche sensorielle. C’est une vision de l’urbain comme « espace vécu » qui essentielle pour que le projet réponde réellement aux besoins et aux envies de ceux qui l’utiliseront.

  4. Robin Chalot dit :

    L’idée de « zone urbaine éclatée » est effectivement alléchante du point de vue de la qualité du cadre de vie. Reste à voir comment, sans faire table rase de l’existant (ce qui serait une abération au vu de nos ressources limitées), on peut essayer d’adapter l’espace urbain pour s’en rapprocher.
    Attention toutefois à ne pas oublier que la majorité des espèces a besoin d’habitats naturels peu (voire pas) antropisés, que ne sauraient remplacer des espaces conçus par et pour l’Homme. C’est l’éternel débat du « land-sparing vs land-sharing », qui pour moi ne peut trouver de solution durable que dans une configuration intermédiaire : des espaces réservés sans intervention humaine et tout un gradient de milieux plus ou moins gérés, sans tomber dans une hyper-spécialisation délétère.
    Il y a, je pense, une urgence à ne plus gâcher l’espace dont on dispose, donc éviter la bitumisation à outrance et végétaliser autant que possible le sol, les murs, les toitures, le mobilier urbain… Cela ne résoudra évidemment pas tout, mais c’est un premier pas qui peut servir d’élan pour urbanisation plus vigilente.

    Pour ce qui des formes d’habitats déplaçables, je crois effectivement qu’il faut trouver des alternatives aux constructions figées (dans l’espace, mais aussi dans le temps). La possibilité de moduler ou déconstruire à l’avenir ce que l’on installe maintenant doit être une priorité, notamment dans un but d’adaptation aux changements climatiques. Cela peut par ailleurs permettre d’expérimenter plus facilement de nouvelles architectures ou organisations urbaines, sans condamner définitivement un terrain comme c’est le cas avec des fondations lourdes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *