1002 articles scientifiques pour VertigO : une bibliothèque scientifique francophone sur les enjeux environnementaux

Lors de sa création en 1999, une des missions de VertigO était d’offrir une source de connaissance en accès libre à l’ensemble de la francophonie et conséquemment d’offrir un lieu de publication pour l’ensemble des chercheurs francophones en sciences de l’environnement. La semaine de la langue française et de la francophonie, qui se déroule actuellement, nous offre l’opportunité de faire un état de cette mission. Surtout que l’édition savante francophone s’inscrit clairement dans le rayonnement de la langue française et sa reconnaissance comme langue afin de comprendre et décrire le monde et son évolution – une de nos motivations lors de la création de la revue. Lors de la création de la revue, nous voulions offrir une plateforme ouverte qui rejoignait les étudiants et chercheurs africains ayant souvent peu accès aux revues savantes ainsi que la société civile. Dans ce dernier cas, l’improbable lecteur, qui se trouve hors de la communauté scientifique, mais qui peut être inspiré dans sa vie professionnelle ou dans son implication sociale par les résultats d’une recherche, nous a toujours inspiré.

Après 16 ans avons-nous atteint ses objectifs ?

VertigO, une source de connaissance en accès libre

En décembre 2015, Vertigo a franchi la barre des 1 000 articles scientifiques évalués par des pairs, auxquels s’ajoutent 260 textes divers, dont 112 comptes-rendus de lecture. Des articles qui portent tout autant sur les changements climatiques, sur la gestion intégrée des zones côtières, le pastoralisme, l’agriculture urbaine  ou le droit environnemental. Un chiffre symbolique qui permet maintenant à VertigO d’offrir une bibliothèque de connaissance diversifiée sur une large gamme d’enjeux environnementaux ou d’approches de recherche. Une bibliothèque, qui s’enrichit depuis quelques années de plus de 100 articles annuellement, ne demandant qu’à être valorisée. Nous avons bien un projet pour ce faire, mais il manque encore les ressources. Un projet qui pourrait aussi valoriser le contenu d’autres revues. Notre longue expérience de l’édition numérique nous appris que la présence sur Internet n’est pas garante de lecteur, ainsi un travaille dans les archives permettrait de les valoriser et de les mettre en valeur à la lumière de l’actualité ou des enjeux d’aujourd’hui.

Nous pouvons aussi constater que ces 1002 articles publiés depuis 1999 sont lus dans l’ensemble de la francophonie. On remarque même une augmentation marquée de consultation dans des régions hors francophonie, soit les États-Unis et le Japon. L’Europe, l’Afrique de l’Ouest et Madagascar montrent aussi une évolution marquée du nombre de pages lues. Bien que le nombre de pages lues soit stable au Canada, elle reste importante dans le portrait global des consultations de VertigO. Ce que nous montre aussi le nombre de pages lues cumulées entre 2008 et 2015. Ce nombre de pages lues dans de nombreux pays est le résultat de la politique de diffusion de la revue (basée, entre autres, sur les réseaux sociaux), mais aussi sur le choix de la revue d’intégrer le bouquet Freemium d’OpenEdition. Une décision permettant une meilleure pénétration de notre contenu dans les bibliothèques universitaires. 

Statistiques_evolution_2015

Statistiques_lectorat_2008_

 

VertigO, un lieu de publication pour l’ensemble des chercheurs

Une autre des missions de VertigO, lors de sa création, était d’offrir un lieu de publication dont les articles avaient une provenance géographiquement diversifiée. Nous ne voulions ni publier seulement des chercheurs québécois, ni uniquement européens ou seulement des chercheurs de pays industrialisés. Nous voulions offrir une plateforme ouverte au plus grand nombre qui rejoignait aussi les chercheurs africains ayant souvent peu accès aux revues savantes. Après 1002 articles, nous observons que les articles dont l’objet de recherche se situe en Europe représentent 47% de notre bibliothèque, pour 33% pour l’Afrique[1].  Ils sont suivis par les articles s’intéressant au continent nord-américain qui représentent 20% des articles de VertigO. Les autres régions sont peu présentent, ce qui rejoint la représentativité de la francophonie. En outre, dans ses derniers cas, les auteurs sont souvent des Européens basés dans ces régions.

Ses résultats de publication n’est que la partie visible de l’iceberg, car VertigO reçoit un nombre croissant de soumissions d’articles que son équipe doit préévalués, puis mettre en processus d’évaluation par les pairs et finalement, le cas échéant en faire l’édition. Depuis janvier 2015, ce n’est pas loin de 100 articles soumis à la revue, soit un article par jour…ce qui nous dirige vers la soumission de 365 articles. Une intensification qui va grandissante depuis plusieurs années.

Ce second résultat montre que malgré un nombre plus faible de pages lues, certainement lié à une concentration plus faible d’étudiants.es et de chercheurs.es dans les pays africains, VertigO est, pour ceux-ci, un médium important pour la diffusion de la recherche. Puisque les chercheurs et les étudiants universitaires de ses pays sont aussi soumis à la pression de la publication pour déposer leur thèse ou encore pour leur évaluation et progression professionnelle, VertigO devient un élément important de l’écosystème scientifique francophone.

En 2015, nous avons réalisé, en collaboration avec OpenEdition, une expérimentation d’évaluations et de commentaires ouverts. L’approche «commentaires ouverts» visait à permettre aux chercheurs de bonifier leurs articles et permettre, pour la revue, d’accepter les dépôts de la soumission de ceux-ci. Nous avions déjà publié en 2008 un petit guide pour la rédaction scientifique.

auteurs_geo

Les revues savantes, un trésor oublié dans la francophonie

La diffusion de VertigO et la diversité de ses auteurs sont une illustration de l’utilité des revues savantes francophones. Elles sont des sources de connaissance utilisées dans les formations universitaires et collégiales à travers la francophonie, mais elles créent et animent aussi des communautés savantes. Pourtant les revues savantes sont de plus en plus oubliées par les instances nationales de financement ou encore d’institutions de la francophonie telles que l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF).

Pourtant avec l’apparition du numérique ou les politiques d’accès libre promues par les gouvernements, les revues francophones devraient obtenir les moyens pour se développer. La Francophonie se doit aussi de réfléchir aux enjeux et aux possibilités que procure le numérique pour la diffusion de la connaissance en français. Un nouvel écosystème doit se mettre en place.

[1] De nombreux articles de réflexion ne peuvent être géoréférencés, car leurs propos ne portent pas spécifiquement sur une région et peuvent s’appliquer souvent à différents continents.


Vous aimerez aussi...