Faut-il ajouter une aide climatique ou mieux intégrer les préoccupations climatiques dans l’aide au développement?

L’obligation qu’ont les pays développés de soutenir les pays en développement dans leurs efforts de réponse aux enjeux climatiques conduit à s’interroger sur la relation entre cette « aide climatique » et l’aide au développement. Cet article de Jean-Paul Ledant, Consultant indépendant en environnement et développement, admet que le changement climatique induit un besoin de changements qualitatifs et quantitatifs dans l’aide en faveur des pays vulnérables et que l’ajout d’une aide dédiée au climat (finance climatique) répond partiellement à ce besoin. Mais il montre dans son texte que cette approche présente essentiellement des inconvénients par rapport à l’option qui consiste à fournir une aide au développement augmentée, avec intégration transversale des considérations climatiques dans l’ensemble de ses composantes. Il pose donc que cette option devrait contribuer davantage à un développement découplé des émissions de gaz à effet de serre et adapté aux contraintes climatiques.

Pour Jean-Paul Ledant au lieu de nous référer à cette dualité adaptation-atténuation centrée sur le climat, nous devrions préférer, du point de vue des interventions, un binôme développement-atténuation, pour évoquer la double nécessité de satisfaire les besoins locaux de développement (auxquels l’adaptation participe) et de préserver le climat mondial. Le binôme développement-atténuation ne doit toutefois pas s’éclater en deux volets d’aide distincts, car le défi principal est de concilier ces deux préoccupations, par un effort systématique pour optimiser l’impact de toute intervention sur ces deux aspects.

Ainsi, au lieu de se fixer des objectifs quantifiés en termes de dépenses consacrées aux objectifs climatiques, il apparaît donc préférable d’augmenter l’aide aux pays vulnérables et de veiller avec méthode à l’intégration systématique des questions climatiques dans tout projet, cela sans perdre de vue les autres enjeux de développement durable. Dans la mesure où cette aide corrigerait les effets du changement climatique sur le développement des pays vulnérables, elle contribuerait à leur adaptation et répondrait donc aux engagements internationaux en faveur du financement de l’adaptation. Comme les financements séparés sont néanmoins devenus une réalité qui s’auto-entretient, il convient pour lui d’être vigilant envers les risques d’effets indésirables en particulier le risque de dissuader les efforts d’intégration du changement climatique dans le reste de l’aide, car ces derniers paraissent nécessaires en vue d’un développement qui soit découplé des émissions de gaz à effets de serre et ne soit pas compromis par le changement climatique.

Pour lire le texte : Faut-il ajouter une aide climatique ou mieux intégrer les préoccupations climatiques dans l’aide au développement?

Nous vous invitons à partager vos réflexions et vos expériences sur les propos de l’auteur. Faites connaître vos réactions dans la section commentaires ci-dessous !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *