Le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles : une nouvelle phase de mobilisation pour le climat ?

L’objectif de l’article Débats et Perspectives de Fanny Lajarthe et Edwin Zaccaï du Centre d’études du développement durable de l’Université Libre de Bruxelles est de montrer la dynamique de mobilisation du mouvement de désinvestissement des énergies fossiles, tout en illustrant les difficultés relatives à sa transnationalisation sur le cas d’un pays.

La progression rapide du mouvement de désinvestissement des énergies fossiles, au-delà des difficultés liées à sa transnationalisation, pose la question de savoir s’il participe à l’émergence d’une nouvelle phase de mobilisation pour le climat. Pour certains, la Conférence de Paris (COP21) a contribué à lancer un signal fort quant à une nécessaire sortie des énergies fossiles, et à enclencher une lutte contre les résistances à une décarbonation de nos économies. La croissance des énergies renouvelables (et des obligations vertes) associée au cours relativement bas des énergies fossiles en 2015 et 2016 semble aller dans ce sens et renforcer l’argumentaire présenté par les partisans du mouvement. De plus, la déclinaison de l’argumentaire en moyens d’action concrets avec des cibles précises contraste avec une focalisation sur les efforts individuels à consentir en termes de réduction de l’empreinte carbone : certains partisans du désinvestissement n’hésitent pas à dénoncer ces « petits gestes » qui ne suffiront pas à faire face au défi climatique.

Cependant, l’efficacité du désinvestissement en tant qu’arme économique pour lutter contre le changement climatique reste encore à démontrer. En effet, les actifs fossiles répondent pour l’instant à plusieurs critères essentiels pour les investisseurs : la disponibilité (en grande quantité), la liquidité, et, sous certaines conjonctures, la croissance (de la valeur) et la rentabilité.

Le recours aux énergies fossiles étant le principal moteur de la croissance des émissions de gaz à effet de serre, une série d’initiatives dites « Leave it in the ground » ou LINGO se sont développées ces dernières années pour stopper ou tout du moins limiter l’extraction de ressources fossiles afin de répondre à l’objectif de 2°C décidé au niveau international.

Ce mouvement s’est propagé très rapidement ces cinq dernières années à partir des États-Unis, selon un principe de diffusion nationale puis transnationale. Il s’est disséminé essentiellement dans des pays développés : des campagnes sont menées actuellement en Afrique du Sud, Allemagne, Australie, Belgique, Canada, Danemark, Finlande, France, Japon, Nouvelle-Zélande, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et Suisse. Le mouvement cherche aujourd’hui à atteindre des pays en développement comme le Bangladesh, l’Inde ou les Philippines.

Pour faire cette mise en perspective, les auteurs répondent dans leur texte à trois questions : quel processus est mis en place pour garantir la mobilisation ? Quels sont les arguments mis en avant par le mouvement ? Un mouvement originaire d’un contexte spécifique peut-il se diffuser à l’identique dans un autre ?

Pour lire le texte : Le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles : une nouvelle phase de mobilisation pour le climat ?

Nous vous invitons à partager vos réflexions et vos expériences sur les propos de l’auteur. Faites connaître vos réactions dans la section commentaires ci-dessous !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *