Appel à texte – Les nouveaux chantiers de la justice environnementale

Dans un contexte global où l’amplification des inégalités sociales comme les dégradations environnementales occupent une part croissante des débats et des agendas politiques, le problème des relations et intersections entre les unes et les autres recueille un intérêt grandissant. La montée de ces préoccupations a pour conséquence la démultiplication des terminologies pour désigner les inégalités socio-environnementales et les enjeux de justice qui y sont associés. Elle a également pour corollaire la diffusion de la notion de justice environnementale, qui, tel un « mot valise » recouvre des acceptions différentes selon les pays, les acteurs et les problématiques. Cette notion puise son origine dans des mouvements de type grass roots américains, qui dénonçaient dès la fin des années 1970 le recouvrement des discriminations sociales et des dégradations environnementales subies par des minorités pauvres et/ou de couleur. De nombreux travaux scientifiques et débats accompagnent le développement de ce courant jusqu’à aujourd’hui en s’interrogeant également sur sa portée heuristique.

Ces débats n’ont pas produit de consensus sur ce que devait être la justice environnementale. En outre, la démultiplication des contextes, des mouvements, des politiques, des interprétations de la justice environnementale témoigne aussi bien de l’existence de « justices » ou d’ « injustices particulières », plurielles, que de la généralisation de ces questions, voire même l’expression d’un besoin de justice universelle, pour la société et pour la nature. Justice alimentaire, justice climatique, justice écologique constituent de nouveaux champs de mobilisation et de recherche qui prolongent et renouvèlent celui de la justice environnementale, tandis que se développent d’autres approches telles que l’écoféminisme, l’intersectionnalité, le postcolonialisme, qui tendent à produire des analyses convergentes. Partant de « cette actualité » de la justice environnementale, ce numéro thématique invite les contributeurs de différents champs disciplinaires qui mobilisent cette entrée ou ces théories à présenter leurs travaux empiriques et leurs réflexions.

Pour détails : http://vertigo.revues.org/18278

Le comité scientifique accompagnant ce dossier est composé de Valérie Deldrève (Irstea, France), Nathalie Lewis (Université du Québec à Rimouski, Canada), Sophie Moreau (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, France) et Kristin Reynolds (The New School, États-Unis)


Vous aimerez aussi...