Mise en œuvre de stratégies d’adaptation en Arctique

Billet dans le cadre de la série « Copenhague s’en vient : projets de recherche ». Pour participer à cette série >>

DSC09578
Virginie Larivière, étudiante-chercheure, Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal / Chaire d’étude sur les écosystèmes urbains.
Courriel : lariviere.virginie@courrier.uqam.ca

L’Arctique est d’une vulnérabilité avérée face à la variabilité et au réchauffement du climat. La recherche que nous prévoyons (sous la supervision de Laurent Lepage) visera à observer en quoi ce dernier est, au Nunavik, une préoccupation sociale à laquelle on tente de répondre et comprendre comment s’articulent les processus de mise en place des stratégies d’adaptation. Elle visera également à cerner l’importance du contexte culturel autochtone et le poids du savoir traditionnel dans l’élaboration de ces stratégies d’adaptation. Adoptant le postulat que la vulnérabilité et l’adaptation d’un système relèvent d’une multitude de processus et de facteurs, tant biophysiques que sociaux, politiques, économiques et institutionnels, s’articulant au sein d’échelles allant de l’individu à l’inter-nation, ce projet de thèse s’inscrit dans la lignée des recherches de Neil Adger et Mick Kelly au Vietnam (Adger et Kelly, 1999).

L’approche théorique de l’adaptation vise à une compréhension holistique de la dynamique sociale et écologique, par une lecture spécifique aux lieux, au temps et à la culture du système étudié (Smit et Wandel, 2006). C’est l’un des objectifs de ce projet que de comprendre les liens existants entre l’impact environnemental et la prise en charge de l’adaptation, selon une perspective sociale et institutionnelle. Pour y parvenir, la comparaison d’étude de cas sera privilégiée. Déterminées en fonction de la pluralité, tant des manifestations du climat sur la zone Arctique québécoise -sise entre le 55e et le 62e parallèle- que des enjeux et stratégies d’actions qu’ils induisent, les municipalités de Kuujjuarapik, Kuujjuaq et Salluit sont actuellement pressentis pour ma thèse. Le choix du village de Kuujjuaq relève également de son rôle de centre administratif et politique du Nunavik. L’analyse individuelle de ces municipalités et la comparaison des résultats obtenus permettra l’identification d’éléments cruciaux et d’éventuels défis à la mise en œuvre et à l’applicabilité de stratégies d’adaptation.

Ce projet fera suite à la réalisation -actuellement en cours- d’une recherche réalisée dans le cadre d’un mémoire de maîtrise en sciences de l’environnement visant à comprendre le processus institutionnel de mise en œuvre des stratégies d’adaptation qui sont générées en réponse à la variabilité du climat. Pour ce faire, je me suis intéressée au cas du village inuit de Kuujjuarapik et du village cri de Whapmagoostui qui partagent le même territoire mais ont un contexte institutionnel différent, une figure d’exception au Canada.

Références : Adger, W. Neil et Mick Kelly. 1999. «Social Vulnerability to Climate Change and the Architecture of Entitlements». Mitigation and Adaptation Strategies for Global Change. vol. 4, p. 253-266; Smit, Barry et Johanna Wandel. 2006. «Adaptation, adaptive capacity and vulnerability». Global Environmental Change. vol. 16, p. 282-292.


Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. dad dit :

    Votre projet est intéressant et je vous souhaite bonne chance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *