L’interaction et la communication des acteurs dans l’adaptation aux changements climatiques : Le cas du lac Saint-Pierre

Billet dans le cadre de la série « Copenhague s’en vient : projets de recherche ». Pour participer à cette série >>

photolsp_md Marie-Eve Dolbec, étudiante-chercheure, Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal / Chaire d’étude sur les écosystèmes urbains.
Courriel : dolbec.marie-eve@courrier.uqam.ca

L’adaptation aux changements climatiques nécessite l’implication, l’interdépendance et la concertation d’une variété d’acteurs formant une « communauté de pratiques ». Ainsi, l’analyse de leur coordination sous forme de la communication politique – relation entre les acteurs des médias, du politique et de la société civile – alimentée par une communauté scientifique productrice de connaissances, soit l’espace public vert, nous apparaît primordiale afin d’accompagner les apprentissages des acteurs locaux dans l’amélioration des politiques et pratiques de gestion des territoires.

MEDolbec_Vertigo

Dans le contexte des changements climatiques, le modèle de la gestion intégrée de l’eau par bassin versant – adopté par le gouvernement du Québec dans sa Politique nationale de l’eau – se doit de répondre à de nouvelles incertitudes et de rencontrer le défi de l’adaptation des populations aux transformations des régimes hydriques. Cette recherche se réalise donc sur un territoire visé par la gestion intégrée du fleuve Saint-Laurent, le lac Saint-Pierre, où le besoin d’adapter le modèle de gestion intégrée de l’eau à l’enjeu climatique est reconnu – puisqu’il est un lac fluvial où les riverains et les acteurs de ce territoire sont aux premières loges des transformations hydriques – et repose sur la capacité des acteurs et des institutions de développer une coordination et des stratégies d’adaptation.

La recherche questionne la pertinence de la création d’un espace communicationnel augmentant la compréhension des changements climatiques par des mécanismes de diffusion et d’échange d’informations entre les acteurs des quatre sphères de l’espace public vert. De nature qualitative, la recherche se base sur l’analyse stratégique, une méthode inductive consistant à remonter des faits à la loi. Pour y arriver, la chercheure doit s’inspirer du milieu observé afin de comprendre l’organisation du système d’action. C’est donc à travers une analyse du cas du lac Saint-Pierre, une vingtaine entretiens semi-dirigés avec les acteurs des quatre sphères et une revue de presse, que le bien-fondé d’un espace communicationnel, comme condition à l’élaboration de stratégies d’adaptation aux changements climatiques, sera évalué.

Direction : Laurent Lepage, professeur et titulaire de la Chaire d’études sur les écosystèmes urbains, Institut des sciences de l’environnement

Un autre billet de cette série : Mise en œuvre de stratégies d’adaptation en Arctique


Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l’Institut des sciences de l’environnement de l’université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l’Institut des sciences de l’environnement de l’université du Québec à Montréal (Canada)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *