Member Login
Lost your password?

Reboisement et stockage de carbone en forêt boréale. Quelles opportunités face au risque de feu?

16 décembre 2009
Par

Billet dans le cadre de la série “Copenhague s’en vient : projets de recherche”. Pour participer à cette série >>

Cicatrice de feuNicolas Mansuy, Doctorant en sciences de l’environnement, Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal, courriel : Nicolas.Mansuy@RNCan-NRCan.gc.ca

Le boisement et le reboisement sont au cœur des stratégies d’atténuation des émissions de gaz à effet de serres proposées par le Protocole de Kyoto (article 3.3). La question est d’évaluer si le fait de planter des arbres sur un milieu qui n’en supporte pas ou peu, pourrait séquestrer biologiquement du CO2 atmosphérique en forêt boréale québécoise et améliorer le bilan du carbone à long terme à l’échelle d’une région ou du pays.

La capacité des forêts boréales à stocker du CO2, est bien documentée et reconnue. Elles couvrent à elles seules 14,5% du territoire terrestre, contiennent 26% du carbone stocké dans les écosystèmes de la planète et 31% de la quantité de carbone stocké dans les sols forestiers.

Parallèlement, les perturbations naturelles telles que le feu, qui font partie intégrante de l’écosystème et participe au renouvellement de la forêt boréale sont reconnues comme le principal facteur affectant le bilan de carbone en forêt boréale. Les émissions de carbone causées par les incendies de forêts au Canada représentent en moyenne environ 18% des émissions actuelles de CO2 du secteur énergétique canadien mais peuvent varier de 2% à 75% selon les années. En retour, ces grandes émissions de CO2 participent activement au réchauffement climatique. En plus des émissions directes, le feu influence fortement les patrons de seconde succession dans les peuplements perturbés, qui en retour contrôle l’équilibre de l’ensemble de la biomasse vivante et donc le stockage de C.

Cette étude réponds à La nécessite grandissante de préciser les émissions de CO2 provenant des feux de forêt mais elle vise surtout à documenter les opportunités de stockage de carbone par le reboisement des territoires improductifs en forêt boréale québécoise, sachant que la perturbation feu pourrait interférer sur le bilan globale de carbone. La fréquence et la sévérité des feux sont les facteurs limitants, variables dans le temps et l’espace, qui pourraient empêcher les plantations d’arriver à maturité et donc de stocker du carbone. Cette étude devrait suggérer à terme des indicateurs et des critères susceptibles de maximiser le stockage de carbone. Cette étude a aussi pour objectifs de discuter des incertitudes économiques mais aussi de l’acceptabilité sociale des opérations de reboisement à grande échelle.

D’autres billets de cette série s’intéressant à la forêt : Déforestation et changement climatique : agir sur les causes, Séquestration du carbone dans les sols de la forêt boréale canadienne, Étude de la dynamique spatiotemporelle de la limite altitudinale des arbres et Les impacts des changements climatiques sur la productivité de la forêt boréale québécoise


Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Etiquettes: ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Dernières publicatons



Carnets de recherche