Colloque Sciences citoyennes & Biodiversité

Les 22 et 23 octobre prochains, le colloque Sciences citoyennes & Biodiversité organisé par Tela Botanica à Montpellier, vous propose de rencontrer l’ensemble des acteurs des programmes de sciences participatives. Des programmes tels Vigie Nature, Phénoclim, Natagora, Des nichoirs dans la plaine, Cybelle Planète… seront bien sûr présents à l’évènement et nous permettront de confronter expériences et bonnes pratiques dans un esprit d’échange et de mutualisation.

Les débats et ateliers de ces deux journées porteront sur les impacts de ces programmes sur la biodiversité et nos sociétés, leur réutilisation dans les politiques locales, la valeur des données d’observation ou encore les TIC développées pour l’animation des réseaux.

Ce premier colloque sur les sciences citoyennes est ouvert à tous, naturalistes, amateurs, professionnels et chercheurs.

programme et l’affiche de l’évènement sont maintenant disponibles sur le site Internet !

Inscrivez-vous jusqu’au 30 septembre !

Renseignements
tél : 04 67 52 41 22

Courriel : contact-scb@tela-botanica.org

site : http://colloquescb.tela-botanica.org

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

Les Cahiers de droit – Numéro thématique à paraître en 2010

Source de vie et de développement social, frontière naturelle, voie de communication, l’eau et ses usages intéressent le droit depuis ses origines. Ainsi, le plus vieux traité répertorié porte sur le partage, en 3100 av. J.-C., des eaux de l’Euphrate. Au fil du temps, le droit de l’eau a été enrichi par de nombreuses normes (lois, règlements, accords internationaux, politiques, déclarations) qui témoignent des coutumes et des paradigmes dominants ayant traversé l’histoire du droit de l’eau. Malgré la mise en place d’importants arsenaux juridiques, la gestion de l’eau représente toujours un des principaux enjeux nationaux et internationaux du XXIe siècle. En effet, le droit de l’eau fait face aux changements climatiques, à la mondialisation et à l’apparition du concept de développement durable. Les connaissances scientifiques évoluent rapidement et mettent en cause des classifications habituelles du droit. Les usages de l’eau s’intensifient et soulèvent des questions quant aux droits et aux obligations qui s’y rattachent.

Ce contexte invite à poursuivre et à renouveler la réflexion sur le droit de l’eau dans un esprit pluridisciplinaire. La transformation du droit de l’eau est en cours et devra appréhender de nombreuses questions. Quels sont les débats sociaux contemporains relativement au statut juridique de l’eau? Comment influent-ils sur les modes de gouvernance et la gestion qualitative et quantitative de l’eau? Quelles sont les représentations sociales et culturelles qui pèsent sur le droit de l’eau? Les transformations du droit se font-elles dans le respect de la réalité concrète des impératifs naturels de l’eau? À qui appartient l’eau? À qui doit-elle appartenir? La propriété est-elle une réponse juridique appropriée ou constitue-t-elle une entrave à la protection de l’eau? L’eau est-elle une marchandise? La reconnaissance d’un droit individuel à l’eau est-elle pertinente? Peut-elle pallier les lacunes du droit de l’eau à l’échelle internationale, régionale et nationale? Les régimes juridiques sont-ils efficaces et assurent-ils un usage et un partage durables de l’eau? Comment les changements climatiques interpellent-ils les modes de gouvernance de l’eau? Les problèmes de sécurité alimentaire et de sécurité nationale sont-ils appréhendés de manière appropriée? Quels rôles les acteurs étatiques, internationaux, locaux, privés, associatifs et corporatifs peuvent-ils jouer? Les principes du développement durable
sont-ils respectés?

Les textes pour ce numéro spécial sont attendus au plus tard le 30 avril 2010. Veuillez nous faire part dès maintenant de votre intention de soumettre un texte, ce qui nous aidera à mieux planifier la préparation de ce numéro.

La revue publie des textes en langue française (le plus souvent) ou anglaise (à l’occasion). Les normes de présentation des textes sont consultables sur le site Web de la revue : www.fd.ulaval.ca/cahiers.

Pour ce numéro spécial, nous souhaitons recevoir des textes de 20 à
30 pages environ.

Important : les textes soumis à la revue font l’objet d’une évaluation anonyme par des experts externes.

Pour plus ample information : Cahiers.de.droit@fd.ulaval.ca.

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

Inscription territoriale du développement durable et responsabilité environnementale: écolabels et Quotas individuels transférables

L’application du développement durable dessine une confrontation entre utilitaristes et conservationnistes. Cela est particulièrement évident lorsque les décisions à prendre affectent des structures socio-spatiales existantes. En conséquence, comprendre l’inscription territoriale du développement durable est une question complexe et cruciale qui concerne les responsabilités environnementales des organisations et des firmes. Ce texte tente d’en décrypter les tenants et les aboutissants en prenant appui sur deux cas : les écolabels et les Quotas Individuels Transférables (QIT).

Pour lire l’ensemble du texte avant de réagir, cliquez ici >>

Nous vous invitons à commenter le texte de François Mancebo ci-dessous.

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

Agir mais ne rien changer ? De l’utilisation des expériences pilotes en gestion de l’environnement

L’une des approches les plus répandues de l’action environnementale consiste à concevoir et à mettre en œuvre des expériences pilotes destinées à tester de nouvelles pratiques, de nouveaux modes d’organisation. Ces innovations techniques ou sociopolitiques ont ensuite vocation à « faire tache d’huile ». Pourtant, la façon dont cette juxtaposition d’expériences est censée accoucher d’une transformation globale de nos modes de développement et de leur « contenu » environnemental demeure assez mystérieuse, voire largement mythifiée. Analysant l’approche pilote de l’action en tant que stratégie de changement, cet article se propose d’apporter un éclairage concis sur les enjeux fondamentaux du mécanisme de réplication qui en est l’hypothèse sous-jacente.

Pour lire l’ensemble du texte avant de réagir, cliquez ici >>

Nous vous invitons à commenter le texte de Raphaël Billé, ci-dessous

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website