Vol12no3 de [VertigO] : 7 articles variés dans la section courante


vol12no3La dernière publication de [VertigO] regroupe 7 articles scientifiques dans sa section courante. Dans le cadre de son article intitulé
Évaluer ex ante la pertinence de projets locaux d’adaptation au changement climatique, partant d’une expérience de terrain, Alexandre Magnan démontre qu’en matière d’adaptation au changement climatique qu’une approche méthodologique visant à éviter les maladaptations constitue réellement un angle d’entrée privilégié pour mettre en œuvre l’adaptation, car il permet d’identifier dès aujourd’hui des lignes d’action concrètes, permet de rapprocher porteurs de projets et bailleurs de fonds en élaborant des bases communes d’évaluation. Cet article rejoint les 57 articles déjà publiés sur ce thème par [VertigO] (http://vertigo.hypotheses.org/1411). De son côté l’article Trajectoires et adaptations à une crise multiple de Michel Desse, Jean-Philippe Pierre et Georges Eddy Lucien montre que la lecture des enjeux territoriaux à travers le modèle exit-voice and loyalty d’Albert Otto Hirschman permet de mieux appréhender les stratégies des personnes sinistrées. Le tout est examiné à la lueur du séisme du 12 janvier 2010 qui a ravagé Port-au-Prince à Haïti.

Les articles Dynamique de gestion de la biodiversité d’igname face au développement du vivrier marchand au nord-Bénin et Indices de structures spatiales des îlots de forêts denses dans la région des Monts Kouffé portent quant à eux sur les thèmes de la biodiversité, de la conservation en lien avec des pressions anthropiques variées et des solutions envisageables. Aussi sur le thème « conservation », mais avec un regard sociologique, l’article Des clichés protectionnistes aux discours intégrateurs : l’institutionnalisation de réserves naturelles de Clara Therville, Raphaël Mathevet et Frédéric Bioret relève que les aires protégées apparaissent de plus en plus comme des systèmes socioécologiques dynamiques et ouverts en interaction avec leur environnement. L’analyse des auteurs permet de mettre en évidence les enjeux institutionnels, organisationnels, culturels et stratégiques du réseau des Réserves naturelles de France, tout en identifiant les enjeux de l’évolution de la composition des membres de ce réseau, les risques de dérives localistes inhérents à toute politique de décentralisation et l’enjeu crucial de la coopération inter-réseaux.

Finalement, les articles La problématique éthique du développement de l’aquaculture industrielle au Canada et Renouveler la gestion du risque par l’ouverture à un système de vigilance ? abordent chacun à leurs manières certaines dérives potentielles du système alimentaire. Dans le premier article, les auteurs Louis-Étienne Pigeon et Lyne Létourneau soutiennent que le développement des fermes d’aquaculture au Canada peut être une stratégie bénéfique parce qu’il ouvre la voie à la création de lieux de rencontre entre l’être humain et la nature à travers une relation de domestication. Toutefois, ils soulignent que la mise en œuvre de techniques de pointe telle que la transgénèse menace de réduire la qualité et la diversité des relations instituées parce que ces techniques sont essentiellement des techniques modernes. De leur côté, Catherine Fallon et  ses collègues proposent une analyse contextualisée des transformations à l’œuvre dans le réseau de surveillance des maladies animales face aux menaces nouvelles dites « émergentes » suite aux changements globaux, en l’inscrivant dans le cadre de la gestion des risques. Cet article a déjà été la base d’un billet dans le carnet de recherche de la revue : L’expert : une posture en évolution.

Les aspects de justice climatique ne pourront pas être laissés de côté lors des négociations de l’après-Kyoto

La 18e conférence des Nations unies sur le changement climatique vient de s’ouvrir, au Qatar, pour préparer un accord prévu en 2015.  Celle-ci s’annonce cruciale pour la prolongation du protocole, adoptée en 1997 et dont la première période s’achève le 31 décembre. Cette prolongation occupera une grande partie des discussions à Doha. À la suite des conférences sur le climat de Copenhague et Durban, la politique climatique mondiale se trouve à la croisée des chemins. D’un côté, le renouvellement du protocole de Kyoto après la fin de la première période d’engagement en 2012 est incertain. De l’autre côté, un nouveau traité climatique rassemblant l’ensemble des États du monde doit être négocié d’ici 2015 pour entrer en vigueur en 2020. Cette conférence s’ouvre aussi dans un contexte où la concentration de CO2 dans l’atmosphère a atteint 390 parties par million (ppm) en 2011, selon les chiffres de l’Organisation météorologique mondiale.

Dans la cadre de l’ouverture de cette conférence mondiale, [VertigO] publie, dans sa section “Débats et Perspectives”, un texte de réflexion sur la répartition des cibles entre les différents groupes de pays – pays industrialisés, pays en voie de développement, pays en transition. Une répartition qui relève selon S. Weissenberger, professeur associé à l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal, de considérations éthiques, pragmatiques et politiques. :Selon celui-ci «Ultimement, tous les pays devront être prêts à des compromis, si l’objectif de stabilisation du climat énoncé à Copenhague doit être respecté. Cependant, les aspects de justice climatique ne pourront pas être laissés de côté» lors des négociations.

Il est possible de lire l’article à http://vertigo.revues.org/13072

Nous avons publié précédemment un texte s’intitulant “La problématique des « droits sur le carbone » dans REDD+” dont les propos sont aussi d’actualité dans le cadre des négociations qui viennent de s’ouvrir au COP18 à Doha (Qatar).

Vous pouvez réagir aux hypothèses et propos de l’auteur ci-dessous

 

[VertigO] – Dossier sur l’éthique environnementale

L’équipe  de rédaction de [VertigO] – La revue électronique en sciences de l’environnement est fière de lancer son Vol10 No 1 dont le dossier s’intitule  Ethique et Environnement à l’aube du 21ème siècle : la crise écologique implique-t-elle une nouvelle éthique environnementale ? http://vertigo.revues.org/9383

L’éthique de l’environnement apparait comme une caractéristique principale des sciences de l’environnement, la démarquant de l’écologie, des sciences de la terre et de l’atmosphère ou de la géographie. Dans leur ouvrage, “Deliberative Environmental Politics: Democracy and Ecological Rationality” publié en 2005, les chercheurs Baber et Bartlet stipulent que l’éthique est la base même des questions environnementales. En effet, l’éthique de l’environnement doit répondre de manière pertinente à la façon dont les humains et la société font face aux problèmes environnementaux. Ce dossier de [VertigO] – la revue électronique en sciences de l’environnement publie des textes abordant ce défi par des réflexions théoriques ou appliquées.

Ce dossier regroupe 13 textes touchant tout autant l’éthique du paysage, l’éthique économique, l’éthique environnementale de la gestion des ressources que l’étique de la gouvernance. Il a été coordonné par quatre rédacteurs (trices) associés (es) soit, Sylvie Ferrari (Université Bordeaux 4), Jean-Yves Goffi (Université de Grenoble), Marie-Hélène Parizeau  (Université Laval) et Jean-Philippe Pierron (Université Lyon 3).

Pour consulter le dossier : http://vertigo.revues.org/9383

Ce numéro inclut aussi deux textes dans la section courante de la revue soit les textes d’A. Torre et al. d’AgroParistech et de l’INRA s’intitulant Comment évaluer et mesurer la conflictualité liée aux usages de l’espace ? Eléments de méthode et de repérage (http://vertigo.revues.org/9590) et celui de P. Pigeon de l’Université de Savoie qui porte sur les risques naturels et leurs évaluations (http://vertigo.revues.org/9491)

Les textes sont consultables à partir de la page d’accueil de la revue : http://vertigo.revues.org ou à http://vertigo.revues.org/9383

[VertigO] La revue électronique en  sciences de l’environnement est soutenue notamment par l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal, les Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FQRSC), le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) et l’Université du Québec à Montréal. La revue est éditée conjointement par l’ISE/UQÀM et un organisme sans but lucratif, les Éditions en environnement VertigO. Fondé en 2000, [VertigO] est une revue scientifique interdisciplinaire de sciences naturelles et de sciences humaines dont les articles sont soumis aux règles usuelles d’évaluation par un comité de pairs. Elle assure la promotion et la diffusion au sein de la francophonie de recherches et d’analyses scientifiques sur les grands problèmes environnementaux contemporains.

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

Appel aux textes : Ethique et environnement à l’aube du 21ème siècle : la crise écologique implique-t-elle une nouvelle éthique environnementale ?

wordl_ethiqueCoordination du numéro : Sylvie Ferrari (Université Bordeaux 4), Jean-Yves Goffi (Université de Grenoble), Marie-Hélène Parizeau (Université Laval), Jean-Philippe Pierron (Université Lyon 3), Eric Duchemin (Université du Québec à Montréal/VertigO).

Depuis 10 ans VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement édite des dossiers thématiques dont l’objectif est de permettre la publication par des chercheurs, de différentes disciplines et horizons, de leurs résultats de recherche. Que ce soit en choississant des objets d’étude ou des approches, ce choix éditorial a permis de créer des dossiers multi- et transdisciplinaires.

Afin de marquer la fin d’un premier cycle de 10 ans, l’équipe de rédaction de VertigO a choisi d’éditer un dossier sur les grandes questions théoriques et pratiques provenant de l’éthique de l’environnement. L’éthique de l’environnement nous apparait comme une caractéristique principale des sciences de l’environnement, la démarquant de l’écologie, des sciences de la terre et de l’atmosphère ou de la géographie. Dans leur ouvrage, Deliberative Environmental Politics : Democracy and Ecological Rationality publié en 2005, les chercheurs Baber et Bartlet stipulent que l’éthique est la base même des questions environnementales. En effet, l’éthique de l’environnement doit répondre de manière pertinente à la façon dont les humains et la société font face aux problèmes environnementaux. Ainsi, elle devrait apparaître clairement dans le processus des décisions politiques, ce qui n’est pas actuellement le cas (ten Have, 2007).

Que ce soit dans le cadre de l’utilisation des ressources ou de la pratique, les questions éthiques surgissent en permamence. Dans les deux cas, une gestion des conflits de valeurs et des choix éthiques doivent être faits. L’éthique de l’environnement, comme champ de discussion multidisciplinaire, ouvre sur l’élaboration tant d’interventions spécifiques fondées sur des choix de valeurs, que sur des réflexions normatives élargies pour la société et les décideurs. Dans un contexte marqué par le changement climatique, par des dégradations majeures affectant les milieux naturels (érosion, pertes de biodiversité, pollutions…) ou encore par la raréfaction de ressources inégalement réparties dans l’espace (ressources fossiles, eau, terres arables, etc.), le domaine de définition des choix et la construction des décisions économiques ou politiques ne peuvent être considérés sans une réflexion sur les contours d’une nouvelle éthique environnementale pour affronter de nouveaux risques environnementaux et déterminer les réponses adéquates pour nous-mêmes et pour les générations futures. Cette perspective implique de réfléchir à la définition de nouveaux principes d’action susceptibles de modifier le comportement des acteurs en rendant compte notamment de la temporalité des choix de long terme (intra et intergénérationnel), des échelles spatiales au sein desquelles les phénomènes naturels opèrent, des irréversibilités associées à l’altération de certaines ressources environnementales ou à la complexité des interactions en jeu, ou encore de l’adaptabilité ou des phénomènes de résilience des systèmes économiques considérés.

Ainsi par exemple, le concept du développement durable issu du rapport Bruntdland de 1987, avec ses enjeux de justice intergénérationnelle, d’équité dans les relations nord-sud, de développement économique et social lié à un usage durable de l’environnement, de redistribution et d’accès équitable aux ressources environnementales fait nécessairement l’objet de réflexions et d’interventions qui concernent l’éthique de l’environnement.

Le but général du numéro est de publier un dossier inclusif sur l’éthique de l’environnement.

Le premier axe de ce dossier portera sur les questions éthiques se posant, soit au niveau des principes comme la responsabilité envers les générations futures, de la valeur intrinsèque de la nature ou du principe de précaution. Ces questions pourront aussi être discutées au plan des pratiques dans l’utilisation des technologies, la déontologie professionnelle, la responsabilité environnementale des entreprises, la santé environnementale – ou encore au plan normatif sur des enjeux environnementaux particuliers, comme les OGM et le protocole de Cartagena, les politiques des aires protégées du PNUE, les changements climatiques et la réunion de Copenhague en décembre 2009.

Le second axe du dossier regroupera des textes abordant, de manière pratique ou théorique, les débats sur les fondements philosophiques de l’éthique de l’environnement. Différents courants de pensées traversent l’éthique de l’environnement dès ses origines américaines tels l’anthropocentriste, le biocentriste, l’écocentriste, le droit des animaux et les vertus. Cependant, la façon de poser les questions d’éthique environnementale diffère en Europe où les discussions, en lien avec d’autres traditions philosophiques, portent par exemple sur les rapports de la technique à la culture et à la nature (de Heidegger à Simondon, Descola), sur l’étendue de la responsabilité humaine (Hans Jonas et J-P Dupuy) sur les liens entre l’écologie et le politique (Moscovici). Des réflexions phénoménologiques interrogent notre expérience de la nature, aussi bien en nous (corps et animalité – D. Lestel), dans le milieu (A. Berque), qu’entre nous (pratiques sociales du territoire et du paysage). Ce type de réflexion, qui peut aussi passer par l’esthétique et la poétique, trouve une résonance particulière dans les travaux de philosophes asiatiques, surtout au Japon où se sont développées des réflexions originales sur l’éco-éthique. Dans ce second axe, nous voudrions souligner l’apport original des réflexions qui se démarquent du courant de l’éthique environnementale américaine.

Les textes soumis doivent être innovateurs et apporter une contribution au corpus scientifique existant.

Pour soumettre un texte, prière de consulter les politiques de publications de la revue disponibles à l’adresse suivante : http://vertigo.revues.org

Lors de la soumission, les auteurs doivent fournir leur nom et les coordonnées de trois réviseurs potentiels pour leur article. La revue se réserve le droit de choisir ou non les réviseurs proposés.

Échéancier

  1. 30 juillet 2009 : Envoi d’une proposition contenant un titre et un résumé d’un maximum de 500 mots;
  2. 1er novembre 2009 : Texte complet respectant les conditions éditoriales précisées sur le site de la revue à l’adresse suivante : http://vertigo.revues.org:
  3. Évaluation du texte par un comité de lecture – réponse définitive de la revue au début décembre 2009 avec grille d’évaluation des évaluateurs;
  4. janvier 2010 : Réception des textes révisés ;
  5. février 2010 : Mise en ligne du numéro.

Sauf pour les dates du 30 juillet et du 1er novembre, l’échéancier est fourni à titre indicatif.

Les propositions (résumés et textes complets) sont soumises par courrier électronique à l’adresse suivante : vertigoweb@sympatico.ca

Vous pouvez aussi nous faire parvenir en tout temps des propositions de textes pour les différentes sections de la revue. La revue accepte la soumission de textes scientifiques en tout temps.

Rédaction de la revue

Eric Duchemin, Co-directeur et rédacteur en chef
VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement
Université du Québec à Montréal, Institut des sciences de l’environnement
C.P. 8888, Succ. Centre-ville, Montréal, Québec
Canada, H3K 1R3
courriel: vertigoweb@sympatico.ca /eric.duchemin@editionsvertigo.org

Tél: (514) 987-3000 poste 3945

Notre blogue : http://vertigo.hypotheses.org
Notre site: http://vertigo.revues.org

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website