Vol12no3 de [VertigO] : 7 articles variés dans la section courante


vol12no3La dernière publication de [VertigO] regroupe 7 articles scientifiques dans sa section courante. Dans le cadre de son article intitulé
Évaluer ex ante la pertinence de projets locaux d’adaptation au changement climatique, partant d’une expérience de terrain, Alexandre Magnan démontre qu’en matière d’adaptation au changement climatique qu’une approche méthodologique visant à éviter les maladaptations constitue réellement un angle d’entrée privilégié pour mettre en œuvre l’adaptation, car il permet d’identifier dès aujourd’hui des lignes d’action concrètes, permet de rapprocher porteurs de projets et bailleurs de fonds en élaborant des bases communes d’évaluation. Cet article rejoint les 57 articles déjà publiés sur ce thème par [VertigO] (http://vertigo.hypotheses.org/1411). De son côté l’article Trajectoires et adaptations à une crise multiple de Michel Desse, Jean-Philippe Pierre et Georges Eddy Lucien montre que la lecture des enjeux territoriaux à travers le modèle exit-voice and loyalty d’Albert Otto Hirschman permet de mieux appréhender les stratégies des personnes sinistrées. Le tout est examiné à la lueur du séisme du 12 janvier 2010 qui a ravagé Port-au-Prince à Haïti.

Les articles Dynamique de gestion de la biodiversité d’igname face au développement du vivrier marchand au nord-Bénin et Indices de structures spatiales des îlots de forêts denses dans la région des Monts Kouffé portent quant à eux sur les thèmes de la biodiversité, de la conservation en lien avec des pressions anthropiques variées et des solutions envisageables. Aussi sur le thème « conservation », mais avec un regard sociologique, l’article Des clichés protectionnistes aux discours intégrateurs : l’institutionnalisation de réserves naturelles de Clara Therville, Raphaël Mathevet et Frédéric Bioret relève que les aires protégées apparaissent de plus en plus comme des systèmes socioécologiques dynamiques et ouverts en interaction avec leur environnement. L’analyse des auteurs permet de mettre en évidence les enjeux institutionnels, organisationnels, culturels et stratégiques du réseau des Réserves naturelles de France, tout en identifiant les enjeux de l’évolution de la composition des membres de ce réseau, les risques de dérives localistes inhérents à toute politique de décentralisation et l’enjeu crucial de la coopération inter-réseaux.

Finalement, les articles La problématique éthique du développement de l’aquaculture industrielle au Canada et Renouveler la gestion du risque par l’ouverture à un système de vigilance ? abordent chacun à leurs manières certaines dérives potentielles du système alimentaire. Dans le premier article, les auteurs Louis-Étienne Pigeon et Lyne Létourneau soutiennent que le développement des fermes d’aquaculture au Canada peut être une stratégie bénéfique parce qu’il ouvre la voie à la création de lieux de rencontre entre l’être humain et la nature à travers une relation de domestication. Toutefois, ils soulignent que la mise en œuvre de techniques de pointe telle que la transgénèse menace de réduire la qualité et la diversité des relations instituées parce que ces techniques sont essentiellement des techniques modernes. De leur côté, Catherine Fallon et  ses collègues proposent une analyse contextualisée des transformations à l’œuvre dans le réseau de surveillance des maladies animales face aux menaces nouvelles dites « émergentes » suite aux changements globaux, en l’inscrivant dans le cadre de la gestion des risques. Cet article a déjà été la base d’un billet dans le carnet de recherche de la revue : L’expert : une posture en évolution.

Émergence et mise en politique des services environnementaux et écosystémiques

vol12no3Mis à l’avant scène par le Millenium Ecosystem Assessement la notion de services écosystémiques ou environnementaux commence tranquillement à s’intégrer dans la gouvernance environnementale. Faisant acte de cette apparition [VertigO], avec la collaboration avec Martine Antona (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement  – CIRAD), Muriel Bonin (CIRAD), Marie Bonnin (Institut de recherche pour le développpement – IRD), Marie Hrabanski (CIRAD) et Jean-François Le Coq (CIRAD), publie un dossier complet sur le thème. Les 12 articles du dossier Émergence et mise en politique des services environnementaux et écosystémiques apportent des enseignements sur les processus scientifiques et politiques en émergence autour de la mise en oeuvre des notions de services écosystémiques et services environnementaux, mais ouvrent ensemble de nouveaux champs de recherche et montrent l’importance des recherches interdisciplinaires dans le domaine pour bien saisir les enjeux et relevé le défi de l’intégration de la notion des services écosystémiques dans la gouvernance environnemental locale, régionale, nationale ou encore internationale.

Les notions de services écosystémiques et environnementaux sont utilisées par diverses disciplines

L’analyse bibliométrique de la base de données Web of Science (Jeanneaux et al.) montre que les notions de « ecosystem services », « ecological services » et « environmental services » ont commencé à apparaître véritablement dans la littérature scientifique à partir de la fin des années 1990. Depuis 2005, ils ont connu une rapide montée en puissance. L’analyse met aussi en lumière la distinction entre la notion de service écosystémique ou écologique, mobilisée par les sciences et technologies du vivant et celle de service environnemental, plus souvent utilisée par les sciences sociales.

L’économie est une discipline très présente dans les publications scientifiques sur les services écosystémiques et environnementaux. Après avoir retracé la genèse de ces thèmes en économie, Froger et al. apportent un éclairage original en mobilisant une typologie basée sur la notion de services.

L’apparition du concept de services fournis par la nature dans les textes juridiques est tardive (Bonnin). C’est principalement par le biais des textes adoptés par les conférences des parties qu’apparaît le concept de services écosystémiques ou environnementaux dans le droit international.

Serpantié et al retracent, quant à eux, l’histoire des bienfaits de la nature dans la pensée occidentale. Les auteurs montrent que des textes anciens depuis Platon évoquent la notion de bienfaits et même de « services » de la nature. C’est plus particulièrement dans le domaine forestier que l’idée de services rendus par les forêts est soulignée (au-delà de la production de bois, amélioration du climat, assainissement des sols et régularisation des cours d’eau, mais aussi source de gibier pour le chasseur, de sites pittoresques pour l’artiste, d’animaux et végétaux rares pour le naturaliste).

Les processus de mise en politique sont divers selon les pays.

Le Costa Rica (Le Coq et al.) est considéré comme pionnier pour avoir mobilisé la notion de SE dans sa loi forestière dès 1996 et instauré un programme de PSE.

Les analyses conduites à Madagascar (Andriamahefazafy et al., ce numéro) et au Cambodge (Chevrier et al., ce numéro) conduisent au constat du rôle important joué par les bailleurs de fonds internationaux et les ONG environnementales dans l’émergence des notions de services écosystémiques et environnementaux. Contrairement au Costa Rica où les PSE sont intégrés à une loi forestière nationale, ce sont des projets ou opérations pilotes dans le domaine des PSE qui sont observés.

En France également, à l’interface entre le monde scientifique, le monde de l’entreprise et les instances décisionnelles, les ONG semblent avoir été des acteurs clés de la diffusion de la notion de services écosystémiques utilisée essentiellement dans le domaine de la biodiversité (Hrabanski et Valette, ce numéro). Née dans l’univers anglo-saxon, la notion de SE est apparue tardivement dans le monde agricole en France, qui lui y est restée longtemps réticente, préférant défendre jusqu’en 2002 la notion de multifonctionnalité de l’agriculture (Valette et al.). Cette tendance est à mettre en relation avec les trajectoires inversées des usages des notions de la multifonctionnalité de l’agriculture et de services environnementaux dans les négociations internationales relatives aux questions agricoles. Si les notions de services écosystémiques et environnementaux s’affirment alors que disparaît celle de multifonctionnalité, elles n’en constituent pas pour autant un substitut. Ces deux types de notions ont des histoires parallèles et sont portées par des acteurs différents (Bonnal et al.). Au niveau plus local, dans les départements d’outre-mer français, les notions de services environnementaux et écosystémiques sont peu mobilisées par les acteurs locaux. Malgré les changements de paradigme, les instruments de politiques publiques agroenvironnementales (mesures agroenvironnementales) évoluent peu. Restant gérés par le secteur agricole, ces instruments peinent à intégrer les questions environnementales (Augusseau et al.).

Ce dossier apporte des enseignements sur les processus scientifiques et politiques d’émergence des notions de services écosystémiques et services environnementaux. Il ouvre également des champs de recherche.

Reposant sur le principe des transactions volontaires, les PSE impliquent des négociations : quels sont les acteurs impliqués, les contrats signés (quel contenu juridique, technique ?) ; à caractère incitatif ou contraignant ? ; à quelles échelles ?

Du fait de l’emphase environnementale mise de l’avant par la notion de service environnemental, des questions se posent sur les liens entre services environnementaux et territoires : compromis (trade-off) entre SE au sein des territoires, questions foncières et conflits sociaux liés au foncier ou aux impacts environnementaux de l’activité agricole.

Confrontés à des intérêts économiques de court terme et dans un contexte d’accroissement des inégalités sociales, les notions de services écosystémiques et environnementaux sont enchâssées dans des processus multi-niveaux, multi-acteurs, de régulation par le marché et/ou par les politiques publiques. Ces processus impliquent de nouvelles formes de gouvernance qui se construisent et sont encore à inventer.

 

Reboisement et stockage de carbone en forêt boréale. Quelles opportunités face au risque de feu?

Billet dans le cadre de la série “Copenhague s’en vient : projets de recherche”. Pour participer à cette série >>

Cicatrice de feuNicolas Mansuy, Doctorant en sciences de l’environnement, Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal, courriel : Nicolas.Mansuy@RNCan-NRCan.gc.ca

Le boisement et le reboisement sont au cœur des stratégies d’atténuation des émissions de gaz à effet de serres proposées par le Protocole de Kyoto (article 3.3). La question est d’évaluer si le fait de planter des arbres sur un milieu qui n’en supporte pas ou peu, pourrait séquestrer biologiquement du CO2 atmosphérique en forêt boréale québécoise et améliorer le bilan du carbone à long terme à l’échelle d’une région ou du pays.

La capacité des forêts boréales à stocker du CO2, est bien documentée et reconnue. Elles couvrent à elles seules 14,5% du territoire terrestre, contiennent 26% du carbone stocké dans les écosystèmes de la planète et 31% de la quantité de carbone stocké dans les sols forestiers.

Parallèlement, les perturbations naturelles telles que le feu, qui font partie intégrante de l’écosystème et participe au renouvellement de la forêt boréale sont reconnues comme le principal facteur affectant le bilan de carbone en forêt boréale. Les émissions de carbone causées par les incendies de forêts au Canada représentent en moyenne environ 18% des émissions actuelles de CO2 du secteur énergétique canadien mais peuvent varier de 2% à 75% selon les années. En retour, ces grandes émissions de CO2 participent activement au réchauffement climatique. En plus des émissions directes, le feu influence fortement les patrons de seconde succession dans les peuplements perturbés, qui en retour contrôle l’équilibre de l’ensemble de la biomasse vivante et donc le stockage de C.

Cette étude réponds à La nécessite grandissante de préciser les émissions de CO2 provenant des feux de forêt mais elle vise surtout à documenter les opportunités de stockage de carbone par le reboisement des territoires improductifs en forêt boréale québécoise, sachant que la perturbation feu pourrait interférer sur le bilan globale de carbone. La fréquence et la sévérité des feux sont les facteurs limitants, variables dans le temps et l’espace, qui pourraient empêcher les plantations d’arriver à maturité et donc de stocker du carbone. Cette étude devrait suggérer à terme des indicateurs et des critères susceptibles de maximiser le stockage de carbone. Cette étude a aussi pour objectifs de discuter des incertitudes économiques mais aussi de l’acceptabilité sociale des opérations de reboisement à grande échelle.

D’autres billets de cette série s’intéressant à la forêt : Déforestation et changement climatique : agir sur les causes, Séquestration du carbone dans les sols de la forêt boréale canadienne, Étude de la dynamique spatiotemporelle de la limite altitudinale des arbres et Les impacts des changements climatiques sur la productivité de la forêt boréale québécoise

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

Séquestration du carbone dans les sols de la forêt boréale canadienne

Billet dans le cadre de la série “Copenhague s’en vient : projets de recherche”. Pour participer à cette série >>

DSCF1923Jérôme Laganière, Doctorant en sciences de l’environnement, Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal, courriel : jlaganie@rncan.gc.ca

La compréhension du rôle des forêts et leur aménagement sur le cycle global du carbone est fondamentale pour accroître notre capacité à prédire et à atténuer les conséquences des changements climatiques.

Les écosystèmes forestiers boréaux représentent une proportion majeure du bilan de carbone planétaire. Le destin de tout ce carbone fixé par la végétation est d’être libéré sous forme de CO2 par les microorganismes au cours de la décomposition. Toutefois, celui-ci peut être stabilisé et séquestré à long terme par des mécanismes spécifiques à chacune des espèces d’arbres.

L’influence des espèces d’arbres sur la séquestration du carbone est très peu étudiée, mais devrait avoir plus d’attention de la part des chercheurs étant donné l’incertitude quant à l’évolution du réservoir de carbone de la forêt boréale et de son importance dans l’évolution du climat. L’objectif de mon projet de recherche est d’évaluer comment les différentes espèces d’arbres et le mélange d’espèces (forêts mixtes vs pures) affectent (1) la taille et la stabilité des réservoirs de carbone du sol, (2) le régime de température du sol et son incidence sur la sensibilité de la décomposition et (3) le bilan de carbone du sol actuel et projeté par modélisation dans divers scénarios de changements climatiques.

Mes travaux de recherche permettront l’avancement des connaissances au niveau des associations interspécifiques chez les arbres et sur la dynamique du carbone dans le sol, les différentes formes de carbone et leur stabilité, la sensibilité de la décomposition à la température et la rétroaction aux changements climatiques. Plus concrètement, elles permettront de mieux prédire les conséquences des changements climatiques sur le bilan de C de la forêt boréale canadienne en augmentant la précision des modèles du C forestier. Ainsi, de meilleures stratégies d’aménagement des forêts pourront être envisagées pour tenter de réduire les émissions de CO2 du secteur forestier.

Un autre billet de cette série : Déforestation et changement climatique : agir sur les causes

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

Déforestation et changement climatique : agir sur les causes

Billet dans le cadre de la série “Copenhague s’en vient : projets de recherche”. Pour participer à cette série >>

ressources-forestieres-et-politiques-publiques_colonne_medias

Dans le cadre d’une courte analyse synthétique, Alain Karsenty, du département Environnements et sociétés au CIRAD (France), présente une thèse qui sera certainement discutée en décembre, à Copenhague, où se tient la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques. Elle le fut dans les conférences précédentes.

Il souligne les limites des approches fondées sur le marché et la nécessité d’agir sur les causes structurelles de la déforestation tropicale dans le cadre des mécanismes envisagés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre issues de la déforestation ou « déforestation évitée . Il opte pour la création d’un fonds international pour appuyer des politiques agro-foncières, en les associant à des programmes de paiements pour services environnementaux axés sur l’investissement.

Pour consulter le document >>

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website