Formation en sciences de l’environnement : comment développer une interdisciplinarité pédagogique ?

L’interdisciplinarité de proximité ou étendue est maintenant fortement répandue en recherche. Mais comment transférer le développement de cette interdisciplinarité en recherche vers une interdisciplinarité pédagogique? Autrement dit, comment offrir des formations et de cours interdisciplinaire en évitant une interdisciplinarité, que j’appellerais de « façade ». Une interdisciplinarité qui offre uniquement un programme de cours disciplinaires dont le cumul crée une diversité relative dans l’offre. Nonobstant les structures institutionnelles des universités, très souvent basées sur les disciplines, c’est le développement d’une réflexion à cet égard que je tenterai de mener dans cette série de billets. Série qui contiendra un nombre inconnu de billets. Selon le développement que j’y donnerai, selon vos réactions, je me laisserai porter par la vague. Après une série de 3 billets sur l’édition scientifique dans le contexte de l’interdisciplinarité (Edition électronique : [VertigO] 10 ans d’expérimentations et de réflexion; Une expérience d’édition scientifique numérique : [VertigO]Editer pour les sciences de l’environnement – Éditer l’interdisciplinarité), en voici sur une réflexion sur la formation. Je prends prétexte du Hors-série Éducation et développement durable dans les universités et les cégeps : une nécessaire intégration afin d’avancer dans la rédaction de ce billet en gestation depuis plusieurs mois, en fait depuis 2011. Les tâches d’éditeur, de chercheur, d’enseignant et de militant laissent malheureusement peu de temps pour poser par écrit des réflexions qui habitent.

Posons déjà une première base à notre réflexion : l’ouverture est essentielle aux sciences de l’environnement car ce champ scientifique en structuration emprunte ses concepts de bases à d’autres sciences. Les sciences de l’environnement sont plurielles en s’inspirant méthodologiquement et conceptuellement dans la multitude des sciences existantes. Elles rassemblent en cela à la géographie qui regroupe, elle aussi, de nombreuses sciences sous une même approche. En outre, son ouverture et évolution permanente en fait une démarche stimulante, questionnant les silos disciplinaires mis en place dans les universités et obligeant une « redéfinition » de leurs frontières. Rappelons que l’interdisciplinarité est le coeur essentiel pour l’existence des sciences de l’environnement. Ainsi une formation interdisciplinaire dans le cadre d’un cours peut difficilement faire l’économie d’un enseignement en équipe (team teaching), ou tout du moins d’un enseignant avec une formation ou expérience interdisciplinaire. Dans cette deuxième perspective, la tâche est exigeante en demandant une large culture générale et une humilité face à l’ensemble des savoirs à mobiliser.

Mais trêve de discours, posons la question : comment intégrer l’interdisciplinarité dans la formation en sciences de l’environnement ? Voici mes réflexions et un partage d’expériences.

Modélisation, recherche et pédagogie

Dans le cadre du texte introductif de l’ouvrage s’intitulant La modélisation de l’environnement : entre nature et société (Éditions Quae), Marcel Jollivet fait état de l’interdisciplinarité comme une démarche de recherche. Il relève, fort à propos, que « la réflexion méthodologique est nécessaire à une confrontation claire des disciplines des sciences de la nature, d’une part, et des sciences de l‘homme et de la société, d’autre part ». Selon lui, « au-delà de son intérêt pour faire progresser en rigueur la démarche interdisciplinaire élargie, des travaux de ce genre [les recherches interdisciplinaires] ne peuvent manquer d’avoir une portée générale. Ils sont en effet indispensables pour sortir de leurs ornières les réflexions actuelles sur les réformes de l’appareil de recherche, sur la science et sur ses rapports avec la société ». En allant plus loin, il souligne que la démarche interdisciplinaire apporte une réflexion du rapport entre la recherche et l’action. Il va s’en dire que la démarche interdisciplinaire de la recherche devrait obliger la transgression des frontières de la connaissance qui ont créé au cours des dernières décennies des silos isolés les uns des autres. Une évolution qui de temps en temps a tenté quelques tentatives d’ouverture, mais ayant généralement générées rapidement de nouveaux isolats. Nous pouvons, à l’heure actuelle, penser à la biochimie et aux sciences de la terre.

Marcel Jollivet s’interroge depuis de nombreuses années à ces questions qui constituent, selon ses termes, une opportunité majeure de renouvellement. Selon lui, « la modélisation a une place de choix à occuper ». Si l’ouvrage aborde avant tout la recherche scientifique, la réflexion développée dans celui-ci est aussi pertinente pour la formation universitaire et dans la diffusion de la connaissance scientifique, l’un de mes dadas scientifiques.

La modélisation est certainement une avenue (un outil) pour une formation interdisciplinaire. Je laisserai des collègues utilisant cette approche expliquer ses avantages et contraintes dans le cadre de la formation universitaire en sciences de l’environnement. De plus, les différents textes de l’ouvrage collectif mentionné ci-dessus donnent un très bon aperçu du potentiel pédagogique de cet outil. Un autre ouvrage francophone pouvant être consulté sur ce thème est celui de Laurent Mermet (dir.) s’intitulant « Étudier des écologies futures : un chantier ouvert pour les recherches prospectives environnementales » (Editions P.I.E.- Peter Lang). À titre d’exemple, le cours Dynamique des systèmes, offert au doctorat en sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal, porte en grande partie sur l’utilisation des modèles pour la formation à l’interdisciplinarité.

Par ailleurs, deux autres outils pédagogiques porteurs pour la formation interdisciplinaire de futurs chercheurs, intervenants et professionnels en sciences de l’environnement sont les études de cas et les « cours de terrain ». Dans les prochains billets de cette série, j’écrirai, sur ses deux outils se jumelant à des approches pédagogiques spécifiques. Pour ce faire, je me baserai sur des réflexions personnelles effectuées depuis plus dix ans dans le cadre de la conception et de la mise à jour de 2 cours.

Premièrement, en ce qui concerne l’approche pédagogique par l’utilisation de « cours terrain », le cours Développement et environnement dans les zones frontières offert aux doctorats en sciences de l’environnement à l’UQAM est certainement une illustration type. Ce cours se donne en alternance en Amazonie (UQAMazone) et dans le Moyen-Nord québécois (UQAM/Nord). Ce cours de 15 jours intensifs (environ 10 heures de formation par jour) se donne depuis 1996 pour UQAMazone et depuis 2001 pour UQAM/Nord. Dans le cadre des billets, j’aborderai uniquement le cours UQAM/Nord que j’ai enseigné conjointement avec Robert Davidson, chercheur au Biodôme de Montréal et professeur associé à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM, avec la participation de Nadjat Bhiry de l’Université Laval et Nicolas Milot de l’ISE-UQAM.

Deuxièmement, en ce qui concerne l’approche pédagogique par l’utilisation d’étude de cas, elle a été utilisée dans le cadre de l’École d’été sur l’agriculture urbaine (un objet d’étude éminemment interdisciplinaire – voir l’article Urban agriculture: multi-dimensional tools for social development in poor neighbourhoods publié dans le journal Field Actions Science Reports). Cette école, se donnant depuis 2009, utilise les « charettes de conception » comme noeud central pour la mobilisation des connaissances des étudiantes et étudiants. Cette activité de formation, regroupant plus de 120 participants de nombreux horizons disciplinaires (travail social, urbanisme, biologie et écologie, sciences de l’environnement, architecture, sociologie, etc.) et sectoriels (université, secteur privé, secteur public,..) est accompagnée depuis 2010 d’un cours de formation de niveau maîtrise.

L‘objectif de cette série de textes est de partager l’expérience acquise lors de la création et mise en œuvre de ces 2 formations interdisciplinaires. Il aussi d’en expliquer la structure et la réflexion pédagogique afin de susciter une discussion autour de la formation en sciences de l’environnement.

Mes réflexions rejoignent celle des différents auteurs du Hors-série 13 de [VertigO], soit l’identification de 3 éléments essentiels à la formation en sciences de l’environnement. Ceux-ci sont le développement par les étudiantes et étudiants d’une pensée systémique, la formation des étudiantes et étudiants au travail en équipes multidisciplinaires et la capacité pour ceux-ci de mobiliser les savoirs pour le passage à l’action. J’y rajouterais l’importance de passer d’un mode de pensée de la certitude à celui de l’incertitude, sans engendrer de facto une incapacité à prendre des décisions, mais plutôt de voir la prise de décision et la gouvernance comme un processus en spirale devant pouvoir revenir sur ses pas afin prendre d’autres voies si l’on constate que la première ne fut pas adéquate, souhaitable (Voir mon billet sur L’expert : une posture en évolution).

Prochain billet : Développement et environnement dans les zones frontières : le cas du Moyen-Nord québécois : une formation interdisciplinaire en sciences de l’environnement

Aménagement urbain durable : les défis de l’interdisciplinarité

Dans le cadre d’une entrevue conviviale, Flavia Montenegro-Menezes discute avec le rédacteur en chef de VertigO sur les défis de l’interdisciplinarité dans sa recherche sur la viabilité urbaine qu’elle a menée à Curitiba (Brésil).

Flavia Montenegro-Menezes est spécialiste en planification urbaine durable et aménagement intégré des territoires. Elle est actuellement « visiting scholar » au Département « Landscape Architecture and Regional Planning » de l’Université de Massachussetts (Amherst, USA).

Suite à ses travaux de recherche en développement urbain et régional en rapport avec les processus socio-écologiques, où elle inscrit l’approche interdisciplinaire en tant que stratégie de changement, elle propose de réorienter l’aspect focal et la méthode de planification urbaine et régionale en mettant en avant un « concept scientifique de culture » relevant du cadre systémique dans lequel les différentes sociétés humaines façonnent et sont façonnées par leurs environnements naturels dans un processus réciproque et continuel. Elle s’intéresse particulièrement au renforcement des identités comme des diversités, à la fois culturelles et biologiques, estimant leur rôle vis-à-vis la réduction des fractures sociales et environnementales en milieu urbain, et l’accroissement de la capacité d’adaptabilité des sociétés et des écosystèmes sur le long terme.

Flavia Montenegro-Menezes a obtenu son PhD en Sciences Sociales, Aménagement et Environnement à l’Université AgroParisTech, et son Master en Développement et Aménagement Intégré des Territoires, Chaire UNESCO du Développement Durable, en France. Ayant une formation initiale d’architecte et urbaniste au Brésil, où elle a développé plusieurs projets, elle a également co-fondé deux associations environnementales, à Belo Horizonte et à Conceição da Barra, associant la pratique de l’architecture, l’aménagement des territoires et le développement durable. Son parcours interdisciplinaire lui a permis d’approfondir une démarche intégratrice des sphères sociales et écologiques autour de la problématique urbaine.

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

Daniel Terrasson : L’interdisciplinarité dans le recherche en France

Dans le cadre d’une conférence, Daniel Terrasson nous entretient sur l’interdisciplinarité dans la recherche française. Acteur actif, Daniel Terrasson illustre par son propos comment l’interdisciplinarité est possible, quels sont les obstacles, les défis et les enjeux intellectuels et politiques.

Daniel TERRASSON est délégué aux partenariats scientifiques à la Direction de la recherche et de la stratégie au CEMAGREF.

Ayant une formation d’ingénieur agronome et ingénieur du génie rural, des eaux et des forêts il a d’abord travaillé de 1973 à 1978 au Ministère de l’Agriculture comme responsable du service environnement dans le département du Pas de Calais, où il étais chargé de la mise en œuvre des politiques de l’eau, de la forêt et de l’aménagement foncier. Il a ensuite été détaché auprès du gouvernement territorial de la Polynésie Française, d’abord pour y mettre en place une politique forestière, puis pour initier des actions de développement rural dans les archipels éloignés (îles Marquises principalement) et de restauration de la cocoteraie dans les îles Tuamotus ravagés par les cyclones de 1982.

Par la suite, il s’est réorienté vers la recherche appliquée en 1985, date de son entrée au Cemagref. Il a d’abord travaillé sur la populiculture et son impact environnemental avant de prendre la direction de l’unité « Amélioration génétique et pépinières forestières ». En 1994, il est chargé de créer un département de recherche « Gestion des territoires » pour rapprocher les travaux sur le développement local, avec ceux sur la gestion des espaces naturels et forestiers et ceux sur l’économie agricole. Assurant la direction de ce département jusqu’en 2005, il a ensuite, rejoint la direction scientifique de l’établissement pour s’y occuper de programmes inter-organismes à l’échelle nationale ou européenne. Il coordonne notamment deux programmes nationaux de recherche « Paysage et Développement Durable » et « Eaux et Territoires » et je préside le réseau européen Alter-net sur l’observation de la biodiversité.

A travers ce parcours, il s’est tout particulièrement intéressé à l’interdisciplinarité et aux relations sciences-décision publique. Je suis depuis 2008 un des rédacteurs en chef de la revue Natures, Sciences, Sociétés.

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

[VertigO] reconnue comme une revue de référence par l’AERES

logo [VertigO] est maintenant reconnue comme une revue de référence par l’Agence pour l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur de France (AERES). Tel que mentionné sur le site de cette institution « L’ambition de l’AERES est […] de devenir un évaluateur reconnu à l’étranger. En cela, elle vise à contribuer au rayonnement international [..]».  L’AERES a « une mission globale d’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche française ». Voici une nouvelle reconnaissance du travail d’édition de l’équipe de [VertigO].  Une reconnaissance aussi de la qualité du travail des auteurs publiant dans nos pages…numériques.

Dans le cadre du processus, [VertigO] a été incluse dans la liste des revues en «géographie, aménagement et urbanisme«. Dans cette liste se trouve d’autres revues de Revues.org, dont nos collègues de Développement durable et territoires, et de Géocarrefour, tout comme la revue Natures, Sciences et Société. Même Géographie physique et Quaternaire, une revue ayant dû arrêter sa publication en 2007, suite aux coupures dans le programme de soutien aux revues en sciences naturelles du gouvernement du Québec, s’y trouve. Une reconnaissance posthume pour une revue qui a publié 61 volumes.

Questionnement sur la catégorisation de la liste

Bien que très heureux de cette reconnaissance, le fait que [VertigO] se trouve dans la catégorie « géographie, aménagement et urbanisme » m’interroge sur la catégorisation de la science et de vecteurs de diffusion. Ainsi [VertigO], a un mandat interdisciplinaire et dont les articles dépassent largement les questions des trois thèmes de sa catégorie. Comment notre prochain dossier s’intitulant « Éthique et environnement a l’aube du 21ème siècle : la crise écologique implique-t-elle une nouvelle éthique environnementale ? » serait t’elle considérée par les membres AERES de cette catégorie ? En regard aux autres catégories [1], il faut bien avouer qu’elle est celle qui reflète le plus notre politique éditoriale.

Pourquoi n’existe-t-il pas une liste « revues interdisciplinaires »? Plusieurs programmes de soutien de la recherche en France, comme dans une majorité des pays industrialisés, favorisent l’interdisciplinarité. Il serait peut-être important d’examiner cette avenue pour éviter que des projets soient rejetés au classement ou encore qu’ils passent toujours par la « mauvaise » porte. Obligeant peut-être ceux-ci à revoir le projet éditorial (ou à faire de la gymnastique intellectuelle) de la revue pour s’insérer dans les catégories statutaires, issues de l’histoire des sciences mais pas nécessairement en phase avec l’époque actuelle. C’est un combat que nous menons depuis longtemps et qui en lien à la reconnaissance de la recherche interdisciplinaire.

Cette réalité n’est toutefois pas uniquement observable à l’AERES, car l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS (INSHS), qui fait aussi une évaluation des revues n’utilise, elle non plus, de telles catégories. L’INSHS a retenu 14 champs disciplinaires, mais aucun inter- ou transdisciplinaire. Pourtant l’ISHS mentionne se baser sur le travail de la Fondation européenne des sciences qui reconnaît cette question dans ses différentes classifications. La FES sépare les catégories « Humanities » en « Traditional core disciplines », « Newly-structured broad fields of study » et « Emerging trans-disciplinary research areas ». Mais rien de telle dans la catégorisation à l’INSHS du CNRS. En outre, la FES sépare aussi les « Humanities », des « Social Sciences » (où en retrouve séparément les catégories « Environmental sciences » et « Geography »). Mais comme le dit de bons amis chercheurs et éditeurs : « il ne faut pas s’en faire ».

Au Canada, une telle catégorisation existe aussi avec un regroupement très large des domaines scientifiques avec des catégories telles que : « Anthropologie, archéologie, sociologie, criminologie, communications, géographie, urbanisme et études régionales, travail social, études autochtones, études environnementales » et « Sciences économiques, droit, science politique, relations industrielles, études administratives et management ». Ou encore « Éducation, bibliothéconomie et sciences de l’information, psychologie, études interdisciplinaires » et « Philosophie, histoire, études médiévales, études religieuses, études classiques, études canadiennes, études sur la femme ». Notons ici que l’interdisciplinarité ne semble s’appliquer uniquement aux questions de l’éducation, de la psychologie et des sciences de l’information!

Nous sommes depuis quelques temps déjà dans un monde du classement de la recherche, de l’enseignement, mais ayons l’intelligence de ne pas nous enfermer… bloquant ainsi l’émergence de nouvelles expériences et d’innovation dans la diffusion de la science…

[1] Anthropologie-Ethnologie; Histoire et philosophie des sciences; Histoire, Histoire de l’art, Archéologie; Philosophie; Psychologie – Ethologie – Ergonomie; Sciences de l’éducation; Science Politique; Sociologie-Démographie; STAPS – Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives; Théologie

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

Editer pour les sciences de l’environnement – Éditer l’interdisciplinarité

L'interdisciplinarité dans les sciences de la vie[Troisième billet d’une série]

Le premier billet : Edition électronique : [VertigO] 10 ans d’expérimentations et de réflexions.
Le second billet : Une expérience d’édition scientifique numérique : [VertigO] .

Quelle définition pouvons-nous donner aux sciences de l’environnement? Voilà une question posée par plusieurs chercheurs et intervenants dans le domaine de l’environnement. Question que je me pose comme chercheur, éditeur et intervenant dans ce domaine depuis plus de 15 ans. Est-ce que les sciences de l’environnement ont une réelle existence autonome qui nous amènerait vers « la » science de l’environnement, obligeant un changement de paradigme? De nouvelles approches méthodologiques seraient-elles possibles afin d’intégrer en un tout les différentes sciences en présence, créant ainsi une nouvelle approche scientifique réellement transdisciplinaire? Pour certains, ce n’est pas le cas. Pour eux, les sciences de l’environnement ne sont que de l’intervention, une science appliquée. Tandis que d’autres, dont je suis, élaborent patiemment l’échafaudage épistémologique qui cimentera une nouvelle “approche”.

Cependant, à l’heure actuelle et au regard des milliers d’articles que j’ai lus dans le cadre de mes fonctions de rédacteur en chef de [VertigO] je dois dire que nous en sommes loin. Les textes soumis à [VertigO] montrent, au mieux, une multidisciplinarité de proximité. Pour l’instant, de nombreuses sciences se revendiquent de l’environnement. Si la biologie (plus spécifiquement l’écologie en est l’inspiration initiale), les sciences de la terre et la géographie en ont rapidement fait leur champ d’intérêt, en développant autour des approches d’écosystème, de cycles (cycle du carbone, de l’azote) et du lien entre l’humain et son environnement naturel. Plus récemment, les sciences humaines et sociales sont rentrées dans le bal. Une appropriation risquant de voir basculer dans certains cas, diront certains, les sciences de l’environnement dans la seule optique sociétale. Lorsque l’on regarde les listes des programmes de formation universitaire se revendiquant des sciences de l’environnement, on voit que tout peut y être. Vraiment de tout… Où l’environnement est qu’un objet pour un regard disciplinaire.

Si différentes approches méthodologiques, telles que l’écosystémique et la modélisation, peuvent servir de base à la définition des sciences de l’environnement, je ne crois pas qu’actuellement elles peuvent, à mon sens, être considérées comme une science puisqu’elles empruntent la grande majorité de ses concepts de bases à d’autres sciences. Elle ressemble ainsi à la géographie qui regroupe de nombreuses sciences sous une même approche. Par ailleurs, cette caractéristique si elle est pleinement assumée permet, grâce à son ouverture et son évolution permanente, d’en faire une démarche stimulante remettant en question les silos disciplinaires mis en place dans les universités, tout en obligeant une « redéfinition » de leurs frontières. Rappelons que l’interdisciplinarité est le coeur essentiel à l’existence des sciences de l’environnement.

Si ces questions semblent uniquement relever de la rhétorique universitaire, un tel questionnement a pourtant des impacts sur la formation des professionnels qui devront gérer, régler, prévenir les problèmes environnementaux. Elle en a aussi sur la recherche (donc les réponses offertes à certaines questions ou interrogations) et sur les modes d’interventions au niveau social ou politique. Ce qui est loin d’être anodin. Au lieu de former des spécialistes portant un regard avec une lorgnette, on se retrouve avec des intervenants en mesure de porter des regards croisés, de faire l’émulsion de différentes perspectives. Des spécialistes se trouvant donc dans la capacité de faire de la prospective incluant de multiples réalités. Déjà en 2004 le National Academy of Sciences des États-Unis statuait que “who are conversant in the ideas and languages of other fields is central to continued scientific progress in the 21st century”.

« Qu’est-ce que les sciences de l’environnement? » est certainement la question de base pour éditer une revue qui s’en revendique.

Posons de premiers jalons : 1) les sciences de l’environnement sont une science plurielle en mouvance – évolution – perpétuelle. Nous n’avons qu’à penser au développement de la psychologie environnementale et l’historiographie depuis quelques années. 2) Elle est aussi multidisciplinaire. Cette multidisciplinarité fait en sorte que les regards portés sur un même objet d’étude sont multiples et peuvent être complémentaires ou en contradiction. De la rencontre des regards, naît une ouverture pour la création de nouvelles connaissances, naît les sciences de l’environnement. 3) En outre, celles-ci sont en étroite relation avec la société et ses différentes dimensions, sans compter que les intervenants des sciences de l’environnement se trouvent dans plusieurs sphères de la société (de l’intervention terrain avec des communautés aux institutions internationales, en passant pas les institutions locales et nationales, sans oublier les mondes de la recherche et de l’économie). Voilà des prémisses devant être répondues pour réaliser une édition de l’interdisciplinarité.

Mais trêve de discours, posons la question : comment éditer une revue voulant répondre à cet objectif d’interdisciplinarité? Dès le lancement de la revue [VertigO] (en 2000) j’ai dû réfléchir à ce point. À l’époque, le seul moyen perçu était la publication par thème ou dossier. Un dossier regroupant des articles qui sont eux avant tout disciplinaires ou montrant une pluridisciplinarité (une juxtaposition de disciplines de proximité). L’idée était que le jumelage de différents articles disciplinaires sur un même objet d’étude ou problématique permet de regrouper un corpus scientifique donnant une vision pluri- ou interdisciplinaire étendue. Selon les thèmes choisis, cette approche permet aux chercheurs (lecteurs) de différentes disciplines de porter un regard critique sur leurs recherches et actions. Le défi se trouve dans le choix des thèmes qui doivent correspondre à cette approche. Le choix d’un sujet tel que l’éthique environnementale va dans ce sens. L’éthique en environnement est bien entendu portée par les philosophes et les éthiciens, mais aussi dans la pratique par des économistes, des sociologues et même des chercheurs en sciences naturelles.

En plus de permettre une gestion allégée du processus d’édition, car les activités autour du suivi des articles sont restreintes dans le temps – regroupant les différentes tâches du rédacteur en chef – un tel fonctionnement éditorial permet de rejoindre le besoin des auteurs (l’édition des résultats de recherche et une reconnaissance de leurs articles pour l’évaluation académique) et l’objectif d’une édition interdisciplinaire.

Sur la question du « besoin » des auteurs, il faut encore convenir, malgré plusieurs appels de divers chercheurs ou institutions, qu’aujourd’hui les structures de la recherche au Canada ou en Europe favorisent les articles disciplinaires dans l’évaluation des dossiers des chercheurs. Pour pouvoir exister, une revue se voulant interdisciplinaire doit le reconnaître. Tout du moins tant que la structure disciplinaire, en silos, sera favorisée et omniprésente. Le modèle éditorial d’une revue ne peut être adéquat que lorsque les auteurs perçoivent la visibilité et la reconnaissance scientifique de leur effort.

Comment procéder?

Approche par dossiers thématiques

L’approche éditoriale par dossiers thématiques fait en sorte que la revue ne s’intéresse pas à un seul sujet – une seule approche méthodologique. Toutefois, cette approche pose des défis structurels. Dans un premier temps, un rédacteur en chef et les membres du comité de rédaction ne peuvent être spécialistes de tous les thèmes choisis. Depuis son existence [VertigO] a publié près de 25 dossiers avec des thèmes aussi variés que la gestion intégrée des zones côtières, la biodiversité marine, les changements climatiques, les savoirs locaux, le développement durable en Afrique, la désertification, l’économie en environnement, le développement durable en Asie, l’aménagement urbain, etc. Bien que la constitution des comités de rédaction et scientifique se base sur une volonté d’avoir un éventail de compétences et d’expertises, la revue ne peut compter uniquement sur les membres des comités permanents. En outre, ceux-ci sont avant tout là pour conseiller la revue sur ses orientations à moyen et long terme ou pour épauler le rédacteur en chef dans la gestion du quotidien. Pour y arriver [VertigO] fait appel à des rédacteurs associés. Ceux-ci sont rédacteurs la durée d’un dossier. Les rédacteurs associés sont des chercheurs reconnus sur le thème choisi. Le mandat principal de ceux-ci est de définir l’appel aux textes dans le cadre des volontés affichées de la revue (dont celle de l’interdisciplinarité). Cet appel déterminera la diversité les propositions qui seront reçues.

Bien entendu que la rédaction du seul appel n’est pas suffisante pour obtenir des dossiers reflétant les objectifs de la revue. Il faut être proactif et identifier des auteurs potentiels, tout comme des réseaux et des institutions. Que ce soit les auteurs contactés personnellement ou ceux répondant à l’appel, l’ensemble des articles soumis est évalué par les pairs.

Au regard des résultats actuels, je crois que cette approche fonctionne bien. Les défis sont d’identifier des rédacteurs qui comprennent bien les objectifs de la revue, de fédérer un comité avec des approches scientifiques différentes et d’obtenir un comité avec une distribution géographique des membres (Amérique, Europe, Afrique). Un autre défi aussi est d’être en constante recherche d’évaluateurs scientifiques, car ceux-ci sont comme les auteurs attachés à un dossier. En parlant des auteurs, un « problème » de l’édition par dossier est le fait que les auteurs publient généralement un seul article dans la revue. Difficile dans un tel cas de bâtir une communauté, une fidélité. Cela soulève un autre défi.

Autres approches pour l’édition interdisciplinaire

Approche par rubriques

L’approche par dossier n’est pas la seule voie. Récemment, l’éditeur Wiley & Sons a lancé une nouvelle série (Wiley Interdisciplinary Reviews – WIREs) poursuivant l’objectif d’une édition interdisciplinaire. Pour eux, “an interdisciplinary field is one that bring together researchers who in some sense speak different scientific languages ». Le premier titre de cette série est Nanomedecine and Nanabiotechnology, lancé en janvier 2009. En 2010, cette série regroupe les titres Climate Change, Systems Biology and Medicine, Cognitive Science et Computational Statistics. 6 autres titres sont à venir.

Les revues de la série WIREs ne prennent pas appuie sur des dossiers, mais sur une structure conceptuelle faisant appel à 5 rubriques soit overviews, advanced reviews, focus articles, opinions et editorials commentaries. Selon les concepteurs de cette série, ces différentes rubriques donnent une dimension additionnelle aux contenues de WIREs, par rapport aux revues traditionnelles, en rendant la connaissance accessible à un plus large auditoire que ceux qui lisent normalement les revues scientifiques. [VertigO] a aussi utilisé de telles rubriques à ses débuts. Celles-ci ont été abandonnées faute de moyens au fil du temps. Toutefois, nous les avons réactivées en tentant de mieux cerner les propos et les objectifs. Celles-ci sont Regards/Terrain et Débat et perspectives.

Une revue interdisciplinaire n’est pas uniquement une revue où les lecteurs et les auteurs proviennent de formations disciplinaires différentes, c’est aussi une revue dont le lectorat et les auteurs proviennent de milieux professionnels disparates. Une revue scientifique s’adressant uniquement aux universitaires n’est pas une revue interdisciplinaire, car l’interdisciplinarité se joue aussi dans cette perspective. L’approche éditoriale se structurant autour de sections, rubriques, s’adresse à cette particularité. Ainsi, les rubriques permettent de diffuser différents types de connaissance, utile pour différents acteurs, et favorisent la création (ou l’animation) d’une communauté à l’image des sciences de l’environnement. Je ne le dirai jamais assez, les revues scientifiques ne sont pas uniquement des médiums de diffusion des résultats de recherche. Ayant comme objectif la structuration d’une (ou de) communauté(s) scientifique(s), ils sont des éléments clefs du système scientifique.

Approche Web2.0

Une autre approche éditoriale en développement depuis quelques années est l’utilisation du Web2.0 et des réseaux sociaux à vocation professionnelle. De manière générale, l’émergence de réseaux sociaux à vocation professionnelle, et non récréative, est relativement nouvelle et leur implantation dans les communautés scientifiques et autres milieux professionnels est encore faible. La pertinence des réseaux n’est pas toujours perçue par les scientifiques, qui ont été formés dans un environnement où la publication et l’échange d’information s’opèrent selon des règles bien définies. La publication dans les revues scientifiques reconnues et l’évaluation par les pairs représentent une des pierres angulaires de la méthode scientifique. Cependant, dans des domaines frontière comme l’environnement, la santé ou le développement, où la science et l’intervention s’alimentent mutuellement en informations, cette façon de faire ne saurait être considérée comme optimale. Si nous revenons aux trois prémisses de l’édition de l’interdisciplinarité, soit l’évolution perpétuelle, la pertinence des regards croisés et le lien étroit avec la société, il me semble que le mode d’édition actuelle doit laisser une place à une autre forme moins formelle et plus axée sur l’échange et la co-construction du savoir. Les échanges, la transmission d’information, la communication ciblée d’informations (parfois incomplètes, mais pouvant porter une réflexion ou un regard important), la création de communautés de pratique actives et dynamiques sont des objectifs difficilement atteignables à travers les modes traditionnels de publication et de communication scientifique. Tout au contraire, le Web social, ou Web 2.0, offre une plate-forme idéalement adaptée à ces types d’échange. Toutefois, en 2010 nous en sommes encore au balbutiement de l’utilisation de carnets de recherche (blogue) comme outils de communication et de construction de la recherche. Cela est un chantier pour les prochains 10 ans de la revue! Mais, j’anime un carnet de recherche depuis plusieurs années, [VertigO] coordonnera d’ici peu des veilles scientifiques sur des sujets hautement interdisciplinaires soit l’adaptation aux changements climatiques, les technosciences et le développement urbain viable. Ses veilles, animées par de jeunes chercheurs sur ces différents objets d’étude, permettront de colliger une bibliographie complète et variée. Finalement, avec une revue partenaire Field Actions Science Reports nous mettons sur pied un réseau social scientifique (FACTS Network). Différentes expériences qui permettront de pratiquer l’édition de l’interdisciplinarité 2.0 !

Comment finir ce billet? Le finir en disant qu’il nous reste à documenter, à analyser les résultats de nos approches (dossiers, rubriques). Nous avons commencé à faire une analyse lexicographique de l’ensemble de notre corpus éditorial regroupant 390 articles scientifiques. Nous voici donc avec un programme de recherche pour les mois et les années à venir.

Parlons d’interdisciplinarité et de gestion intégrée des zones côtières : une entrevue avec 2 chercheurs

Dans le cadre d’une entrevue conviviale effectuée lors de leur passage à Montréal, Philippe Deboudt (Université de Lille 1, France) et Hervé Flanquart (Université du littoral Côte d’Opale, France) discutent avec le rédacteur en chef de [VertigO] sur l’interdisciplinarité dans le cadre de recherches en sciences de l’environnement. Le prétexte est ici une recherche menée par ses chercheurs sur la gestion intégrée de la zone côtière (GIZC) dans le Nord de la France.

Pour approfondir le sujet de la GIZC

[VertigO] : Volume 7 numéro 3, Dossier : Les littoraux et la gestion intégrée des zones côtières

[VertigO] : Hors-série 5 : Quelle stratégie européenne pour la gestion intégrée des zones côtières ?


Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website