Vers une bonne gouvernance des ressources naturelles dans la région des Grands Lacs africains

gouvernance-conflitEn 1999, Thomas Homer-Dixon, professeur à l’Université de Waterloo, suivait dans son ouvrage «Environment, Scarcity and Violence» la piste du lien entre les guerres et les conditions environnementales. Selon son analyse développée dans le cadre de cet ouvrage, la faible accessibilité aux ressources naturelles (terres, eau, forêt) d’une population, ce qu’il appelle la pauvreté environnementale, peut contribuer à la mise en œuvre de violence civile dans un pays. Un déclenchement qui serait provoqué par une conjecture de ce facteur avec d’autres facteurs sociaux, politiques et économiques. Cette analyse amenait l’auteur à prédire l’apparition, dans les décennies suivantes, de telles violences qui prendraient racine dans le manque de terres cultivables, de l’eau ou de forêts.

Les liens complexes entre l’environnement et les conflits ont aussi été analysés par Chris Huggins et Johan Pottier dans leur ouvrage collectif From the Ground Up. Land Rights, Conflict and Peace in Sub-Saharan Africa. Une telle voie a aussi été parcourue par différents auteurs de [VertigO] dont Patricia Hugonin dans Le Sud Soudan ou Juba-Soudan : un nouvel état, nouveau défi, Jacques Béthemont dans Le Nil, l’Égypte et les autres, Georges Mutin dans Le Tigre et l’Euphrate de la discorde, Madiodio Niasse dans Prévenir les conflits et promouvoir la coopération dans la gestion des fleuves transfrontaliers en Afrique de l’Ouest ou encore Audrey Auclair et Frédéric Lasserre dans Aménagements, politiques et conflits sur l’eau en Afrique de l’Ouest. Ses chercheurs montrent tous les tensions interétatiques autour de la gestion de l’eau.

Néanmoins, peu de chercheurs se sont intéressés aux voies par lesquelles la reconstruction post-conflit devrait aider à lutter contre la dégradation des ressources naturelles. Seulement très récemment, il y a eu des efforts pour identifier, analyser et renforcer les relations entre la gestion des ressources naturelles et la gouvernance ; causes primaires des conflits autant que des éléments essentiels de la reconstruction post-conflits. Les études de cas et analyses des experts dégagent les liens entre la gouvernance et la gestion des ressources naturelles et identifient des design plus efficaces des interventions pour appuyer les populations qui dépendent des ressources naturelles.

C’est le cas de la région des Grands Lacs africains dont le contexte politique actuel axé sur la pacification, la démocratisation, la décentralisation, la reconstruction ainsi que la lutte contre la pauvreté constitue une opportunité remarquable. En effet, après plus de dix ans de conflits et guerres, les initiatives, programmes et projets de développement se multiplient dans la sous-région sous l’égide des agences internationales ou locales en vue du redressement économique ou de la réhabilitation sociale des communautés déshéritées. Cependant, il se montre clairement que la plupart de ces programmes et projets de développement mettent généralement peu d’accent sur les questions écologiques et particulièrement sur la conservation et la gestion durable des ressources naturelles.

Le hors-série de [VertigO] – la revue électronique en sciences de l’environnement intitulé Vers une bonne gouvernance des ressources naturelles dans la région des Grands Lacs africains tente de combler cette absence d’analyse et d’études de cas sur la reconstruction post-conflit dans une perspective d’aide à la lutte contre la dégradation des ressources naturelles, et ce, dans une perspective régionale de la région des Grands Lacs africains.

Résultat d’un programme de recherche, les 18 textes présentés dans ce hors-série illustrent les moyens à mettre en oeuvre pour renforcer la gouvernance environnementale et les approches de bonne gouvernance des ressources naturelles collectives dans les sociétés post-conflits. Les différents auteurs discutent du cercle vicieux entre les conflits armés, la dégradation des ressources naturelles, la pauvreté et les défis de réhabilitation des ressources naturelles en période post-conflit.

Vers une bonne gouvernance des ressources naturelles dans la région des Grands Lacs africains,
sous la direction de Pascal M. Isumbisho (Université évangélique en Afrique) et Pascal Sanginga (CRDI).
Ce hors-série a été produit grâce au financement du Centre de recherche pour le développement international (CRDI-Canada).

Émergence et mise en politique des services environnementaux et écosystémiques

vol12no3Mis à l’avant scène par le Millenium Ecosystem Assessement la notion de services écosystémiques ou environnementaux commence tranquillement à s’intégrer dans la gouvernance environnementale. Faisant acte de cette apparition [VertigO], avec la collaboration avec Martine Antona (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement  – CIRAD), Muriel Bonin (CIRAD), Marie Bonnin (Institut de recherche pour le développpement – IRD), Marie Hrabanski (CIRAD) et Jean-François Le Coq (CIRAD), publie un dossier complet sur le thème. Les 12 articles du dossier Émergence et mise en politique des services environnementaux et écosystémiques apportent des enseignements sur les processus scientifiques et politiques en émergence autour de la mise en oeuvre des notions de services écosystémiques et services environnementaux, mais ouvrent ensemble de nouveaux champs de recherche et montrent l’importance des recherches interdisciplinaires dans le domaine pour bien saisir les enjeux et relevé le défi de l’intégration de la notion des services écosystémiques dans la gouvernance environnemental locale, régionale, nationale ou encore internationale.

Les notions de services écosystémiques et environnementaux sont utilisées par diverses disciplines

L’analyse bibliométrique de la base de données Web of Science (Jeanneaux et al.) montre que les notions de « ecosystem services », « ecological services » et « environmental services » ont commencé à apparaître véritablement dans la littérature scientifique à partir de la fin des années 1990. Depuis 2005, ils ont connu une rapide montée en puissance. L’analyse met aussi en lumière la distinction entre la notion de service écosystémique ou écologique, mobilisée par les sciences et technologies du vivant et celle de service environnemental, plus souvent utilisée par les sciences sociales.

L’économie est une discipline très présente dans les publications scientifiques sur les services écosystémiques et environnementaux. Après avoir retracé la genèse de ces thèmes en économie, Froger et al. apportent un éclairage original en mobilisant une typologie basée sur la notion de services.

L’apparition du concept de services fournis par la nature dans les textes juridiques est tardive (Bonnin). C’est principalement par le biais des textes adoptés par les conférences des parties qu’apparaît le concept de services écosystémiques ou environnementaux dans le droit international.

Serpantié et al retracent, quant à eux, l’histoire des bienfaits de la nature dans la pensée occidentale. Les auteurs montrent que des textes anciens depuis Platon évoquent la notion de bienfaits et même de « services » de la nature. C’est plus particulièrement dans le domaine forestier que l’idée de services rendus par les forêts est soulignée (au-delà de la production de bois, amélioration du climat, assainissement des sols et régularisation des cours d’eau, mais aussi source de gibier pour le chasseur, de sites pittoresques pour l’artiste, d’animaux et végétaux rares pour le naturaliste).

Les processus de mise en politique sont divers selon les pays.

Le Costa Rica (Le Coq et al.) est considéré comme pionnier pour avoir mobilisé la notion de SE dans sa loi forestière dès 1996 et instauré un programme de PSE.

Les analyses conduites à Madagascar (Andriamahefazafy et al., ce numéro) et au Cambodge (Chevrier et al., ce numéro) conduisent au constat du rôle important joué par les bailleurs de fonds internationaux et les ONG environnementales dans l’émergence des notions de services écosystémiques et environnementaux. Contrairement au Costa Rica où les PSE sont intégrés à une loi forestière nationale, ce sont des projets ou opérations pilotes dans le domaine des PSE qui sont observés.

En France également, à l’interface entre le monde scientifique, le monde de l’entreprise et les instances décisionnelles, les ONG semblent avoir été des acteurs clés de la diffusion de la notion de services écosystémiques utilisée essentiellement dans le domaine de la biodiversité (Hrabanski et Valette, ce numéro). Née dans l’univers anglo-saxon, la notion de SE est apparue tardivement dans le monde agricole en France, qui lui y est restée longtemps réticente, préférant défendre jusqu’en 2002 la notion de multifonctionnalité de l’agriculture (Valette et al.). Cette tendance est à mettre en relation avec les trajectoires inversées des usages des notions de la multifonctionnalité de l’agriculture et de services environnementaux dans les négociations internationales relatives aux questions agricoles. Si les notions de services écosystémiques et environnementaux s’affirment alors que disparaît celle de multifonctionnalité, elles n’en constituent pas pour autant un substitut. Ces deux types de notions ont des histoires parallèles et sont portées par des acteurs différents (Bonnal et al.). Au niveau plus local, dans les départements d’outre-mer français, les notions de services environnementaux et écosystémiques sont peu mobilisées par les acteurs locaux. Malgré les changements de paradigme, les instruments de politiques publiques agroenvironnementales (mesures agroenvironnementales) évoluent peu. Restant gérés par le secteur agricole, ces instruments peinent à intégrer les questions environnementales (Augusseau et al.).

Ce dossier apporte des enseignements sur les processus scientifiques et politiques d’émergence des notions de services écosystémiques et services environnementaux. Il ouvre également des champs de recherche.

Reposant sur le principe des transactions volontaires, les PSE impliquent des négociations : quels sont les acteurs impliqués, les contrats signés (quel contenu juridique, technique ?) ; à caractère incitatif ou contraignant ? ; à quelles échelles ?

Du fait de l’emphase environnementale mise de l’avant par la notion de service environnemental, des questions se posent sur les liens entre services environnementaux et territoires : compromis (trade-off) entre SE au sein des territoires, questions foncières et conflits sociaux liés au foncier ou aux impacts environnementaux de l’activité agricole.

Confrontés à des intérêts économiques de court terme et dans un contexte d’accroissement des inégalités sociales, les notions de services écosystémiques et environnementaux sont enchâssées dans des processus multi-niveaux, multi-acteurs, de régulation par le marché et/ou par les politiques publiques. Ces processus impliquent de nouvelles formes de gouvernance qui se construisent et sont encore à inventer.

 

4 nouveaux articles dans le dossier « Gouvernance et environnement »

L’équipe de rédaction de VertigO – La revue électronique en sciences de l’environnement est fière de finaliser le dossier Gouvernance et environnement : quelles échelles de construction du commun ? de son Volume 9 Numéro 1. Ce numéro regroupe 16 articles touchant la gouvernance des ressources, la participation publique, le rôle des institutions, etc.

Effet de mode à partir du début des années 1990, la gouvernance s’est immiscée rapidement dans toutes les sphères de l’action publique. Une notion polysémique sur laquelle chacun a une idée, mais dont le sens reste flou. Derrière ce concept, il est toutefois généralement question de la manière dont on décide et agit collectivement dans un domaine ou face à un problème donné. Que ce soit en matière de préservation de l’environnement ou de gestion des ressources naturelles, ces questions s’avèrent de première importance et les textes de ce dossier de VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement l’illustrent.

Le dossier a été coordonné par Nadia Belaidi (CNRS-UMR PRODIG, France), Nathalie Lewis (Université du Québec à Rimouski, Canada), Nicolas Milot (Université du Québec à Montréal, Canada) et Sylvie Paquerot (Université d’Ottawa, Canada).

Notre prochain Hors-série (prévu en octobre) poursuivra la réflexion amorcée par ce dossier, en proposant plus de 20 articles issus du colloque organisé par la revue en mai 2009 sur ses questions. Note prochain dossier portera sur le thème « Ville et Environnement : impacts et défis autour de la spécialisation et requalification des espaces urbains».

Pour consulter les numéros précédents : http://vertigo.revues.org/index162.html

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

Parution du Vol9 no1 : Gouvernance et environnement : quelles échelles de construction du commun ?

L’équipe  de rédaction de VertigO – La revue électronique en sciences de l’environnement est fière de lancer son Volume 9 Numéro 1.

Ce numéro regroupe actuellement les 12 premiers textes de son dossier  « Gouvernance et environnement : quelles échelles de construction du commun ? et trois autres textes publiés dans la section courante de ce numéro.

Le dossier a été coordonné par Nadia Belaidi (CNRS-UMR PRODIG, France), Nathalie Lewis (Université du Québec à Rimouski, Canada), Nicolas Milot (Université du Québec à Montréal, Canada) et Sylvie Paquerot (Université d’Ottawa, Canada).

Effet de mode à partir du début des années 1990, la gouvernance s’est immiscée rapidement dans toutes les sphères de l’action publique. Une notion polysémique sur laquelle chacun a une idée, mais dont le sens reste flou. Derrière ce concept, il est toutefois généralement question de la manière dont on décide et agit collectivement dans un domaine ou face à un problème donné. Que ce soit en matière de préservation de l’environnement ou de gestion des ressources naturelles, ces questions s’avèrent de première importance et les textes de ce dossier de VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement l’illustrent.

Les trois autres textes publiés dans la section courante de ce numéro s’intitulent :

Notre prochain dossier portera sur le thème « Ville et Environnement : impacts et défis autour de la spécialisation et requalification des espaces urbains

Pour consulter les numéros précédents :http://vertigo.revues.org/index162.html

VertigO- La revue électronique en  sciences de l’environnement est soutenue notamment par l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal, le Fonds de recherche sur la société et la culture du Québec (FQRSC) et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). La revue est éditée conjointement par l’ISE/UQÀM et un organisme sans but lucratif, les Éditions en environnement VertigO. Fondé en 2000, VertigO est une revue scientifique interdisciplinaire de sciences naturelles et de sciences humaines dont les articles sont soumis aux règles usuelles d’évaluation par un comité de pairs. Elle assure la promotion et la diffusion au sein de la francophonie de recherches et d’analyses scientifiques sur les grands problèmes environnementaux contemporains.

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website

Appel aux textes : Ethique et environnement à l’aube du 21ème siècle : la crise écologique implique-t-elle une nouvelle éthique environnementale ?

wordl_ethiqueCoordination du numéro : Sylvie Ferrari (Université Bordeaux 4), Jean-Yves Goffi (Université de Grenoble), Marie-Hélène Parizeau (Université Laval), Jean-Philippe Pierron (Université Lyon 3), Eric Duchemin (Université du Québec à Montréal/VertigO).

Depuis 10 ans VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement édite des dossiers thématiques dont l’objectif est de permettre la publication par des chercheurs, de différentes disciplines et horizons, de leurs résultats de recherche. Que ce soit en choississant des objets d’étude ou des approches, ce choix éditorial a permis de créer des dossiers multi- et transdisciplinaires.

Afin de marquer la fin d’un premier cycle de 10 ans, l’équipe de rédaction de VertigO a choisi d’éditer un dossier sur les grandes questions théoriques et pratiques provenant de l’éthique de l’environnement. L’éthique de l’environnement nous apparait comme une caractéristique principale des sciences de l’environnement, la démarquant de l’écologie, des sciences de la terre et de l’atmosphère ou de la géographie. Dans leur ouvrage, Deliberative Environmental Politics : Democracy and Ecological Rationality publié en 2005, les chercheurs Baber et Bartlet stipulent que l’éthique est la base même des questions environnementales. En effet, l’éthique de l’environnement doit répondre de manière pertinente à la façon dont les humains et la société font face aux problèmes environnementaux. Ainsi, elle devrait apparaître clairement dans le processus des décisions politiques, ce qui n’est pas actuellement le cas (ten Have, 2007).

Que ce soit dans le cadre de l’utilisation des ressources ou de la pratique, les questions éthiques surgissent en permamence. Dans les deux cas, une gestion des conflits de valeurs et des choix éthiques doivent être faits. L’éthique de l’environnement, comme champ de discussion multidisciplinaire, ouvre sur l’élaboration tant d’interventions spécifiques fondées sur des choix de valeurs, que sur des réflexions normatives élargies pour la société et les décideurs. Dans un contexte marqué par le changement climatique, par des dégradations majeures affectant les milieux naturels (érosion, pertes de biodiversité, pollutions…) ou encore par la raréfaction de ressources inégalement réparties dans l’espace (ressources fossiles, eau, terres arables, etc.), le domaine de définition des choix et la construction des décisions économiques ou politiques ne peuvent être considérés sans une réflexion sur les contours d’une nouvelle éthique environnementale pour affronter de nouveaux risques environnementaux et déterminer les réponses adéquates pour nous-mêmes et pour les générations futures. Cette perspective implique de réfléchir à la définition de nouveaux principes d’action susceptibles de modifier le comportement des acteurs en rendant compte notamment de la temporalité des choix de long terme (intra et intergénérationnel), des échelles spatiales au sein desquelles les phénomènes naturels opèrent, des irréversibilités associées à l’altération de certaines ressources environnementales ou à la complexité des interactions en jeu, ou encore de l’adaptabilité ou des phénomènes de résilience des systèmes économiques considérés.

Ainsi par exemple, le concept du développement durable issu du rapport Bruntdland de 1987, avec ses enjeux de justice intergénérationnelle, d’équité dans les relations nord-sud, de développement économique et social lié à un usage durable de l’environnement, de redistribution et d’accès équitable aux ressources environnementales fait nécessairement l’objet de réflexions et d’interventions qui concernent l’éthique de l’environnement.

Le but général du numéro est de publier un dossier inclusif sur l’éthique de l’environnement.

Le premier axe de ce dossier portera sur les questions éthiques se posant, soit au niveau des principes comme la responsabilité envers les générations futures, de la valeur intrinsèque de la nature ou du principe de précaution. Ces questions pourront aussi être discutées au plan des pratiques dans l’utilisation des technologies, la déontologie professionnelle, la responsabilité environnementale des entreprises, la santé environnementale – ou encore au plan normatif sur des enjeux environnementaux particuliers, comme les OGM et le protocole de Cartagena, les politiques des aires protégées du PNUE, les changements climatiques et la réunion de Copenhague en décembre 2009.

Le second axe du dossier regroupera des textes abordant, de manière pratique ou théorique, les débats sur les fondements philosophiques de l’éthique de l’environnement. Différents courants de pensées traversent l’éthique de l’environnement dès ses origines américaines tels l’anthropocentriste, le biocentriste, l’écocentriste, le droit des animaux et les vertus. Cependant, la façon de poser les questions d’éthique environnementale diffère en Europe où les discussions, en lien avec d’autres traditions philosophiques, portent par exemple sur les rapports de la technique à la culture et à la nature (de Heidegger à Simondon, Descola), sur l’étendue de la responsabilité humaine (Hans Jonas et J-P Dupuy) sur les liens entre l’écologie et le politique (Moscovici). Des réflexions phénoménologiques interrogent notre expérience de la nature, aussi bien en nous (corps et animalité – D. Lestel), dans le milieu (A. Berque), qu’entre nous (pratiques sociales du territoire et du paysage). Ce type de réflexion, qui peut aussi passer par l’esthétique et la poétique, trouve une résonance particulière dans les travaux de philosophes asiatiques, surtout au Japon où se sont développées des réflexions originales sur l’éco-éthique. Dans ce second axe, nous voudrions souligner l’apport original des réflexions qui se démarquent du courant de l’éthique environnementale américaine.

Les textes soumis doivent être innovateurs et apporter une contribution au corpus scientifique existant.

Pour soumettre un texte, prière de consulter les politiques de publications de la revue disponibles à l’adresse suivante : http://vertigo.revues.org

Lors de la soumission, les auteurs doivent fournir leur nom et les coordonnées de trois réviseurs potentiels pour leur article. La revue se réserve le droit de choisir ou non les réviseurs proposés.

Échéancier

  1. 30 juillet 2009 : Envoi d’une proposition contenant un titre et un résumé d’un maximum de 500 mots;
  2. 1er novembre 2009 : Texte complet respectant les conditions éditoriales précisées sur le site de la revue à l’adresse suivante : http://vertigo.revues.org:
  3. Évaluation du texte par un comité de lecture – réponse définitive de la revue au début décembre 2009 avec grille d’évaluation des évaluateurs;
  4. janvier 2010 : Réception des textes révisés ;
  5. février 2010 : Mise en ligne du numéro.

Sauf pour les dates du 30 juillet et du 1er novembre, l’échéancier est fourni à titre indicatif.

Les propositions (résumés et textes complets) sont soumises par courrier électronique à l’adresse suivante : vertigoweb@sympatico.ca

Vous pouvez aussi nous faire parvenir en tout temps des propositions de textes pour les différentes sections de la revue. La revue accepte la soumission de textes scientifiques en tout temps.

Rédaction de la revue

Eric Duchemin, Co-directeur et rédacteur en chef
VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement
Université du Québec à Montréal, Institut des sciences de l’environnement
C.P. 8888, Succ. Centre-ville, Montréal, Québec
Canada, H3K 1R3
courriel: vertigoweb@sympatico.ca /eric.duchemin@editionsvertigo.org

Tél: (514) 987-3000 poste 3945

Notre blogue : http://vertigo.hypotheses.org
Notre site: http://vertigo.revues.org

Eric Duchemin

Directeur et rédacteur en chef de VertigO. Professeur associé et chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement de l'université du Québec à Montréal (Canada)

More Posts - Website