Bilan 2010 : la revue continue inlassablement son travail d’édition pour les chercheurs et les praticiens en sciences de l’environnement

« La diffusion de la connaissance, pierre angulaire du développement durable « 

En 2010, la revue [VertigO] s’est maintenue en tête de liste des revues scientifiques électroniques francophones en environnement. Son important travail d’édition et de consolidation dans le monde francophone de la recherche, de l’enseignement et de l’intervention en sciences de l’environnement lui a permis d’accroître son imposante diffusion et d’élargir ainsi son rayonnement international.

En 2010, le revue a publié 87 articles scientifiques, 6 comptes-rendus de lecture, annoncé 27 évènements, publié 50 billets dans le carnet de recherche de la revue et 551 billets dans nos deux veilles scientifiques.

Bilan de l’année 2010

L’édition en 2010 : une année avec 5 publications

Au début de sa seconde décennie d’existence, [VertigO] a publié dans ses numéros et hors-séries, tout comme en 2009, 81 articles. A cela s’ajoute 3 articles dans la section Débats et perspectives et 3 autres dans la section Regards/Terrain. Le tout pour un total de 87 articles scientifiques, révisés par les pairs.

Cette édition 2010, compte 5 numéros thématiques, coordonnés par 13 rédacteurs et rédactrices associés-es [1] soit :

  • « Ethique et Environnement à l’aube du 21ème siècle : la crise écologique implique-t-elle une nouvelle éthique environnementale ?» (vol10 no1),
  • « L’agriculture urbaine : un outil multidimensionnel pour le développement des villes et des communautés» (vol10 no2),
  • « Les petits États et territoires insulaires face aux changements climatiques : vulnérabilité, adaptation et développement (vol10 no3)
  • « Quelle La gouvernance de l’eau dans les Amériques » (Hors-série 7) et enfin
  • « Gestion intégrée des zones côtières : risques et responsabilités » (Hors-série 8).

En 2010, outre les 92 propositions de textes reçues dans le cadre de ces cinq dossiers, [VertigO] a reçu 86 textes soumis spontanément à la rédaction, sans liens avec les thématiques de nos dossiers. Ainsi, au cours de l’année 2010, nous avons traité un total de 188 nouveaux textes. Tous les textes ont été évalués par la réaction (première évaluation) par un minimum de deux évaluateurs externes.

Nous avons également publié l’annonce et programme de 27 évènements scientifiques, en plus de 6 comptes-rendus de lecture. Nous avons aussi continué notre section podcasts sur notre carnet de recherche.

Carnet de recherche / veilles scientifiques / réseaux sociaux

Dans le cadre du carnet de recherche nous avons publié 52 billets, tandis que les deux veilles scientifiques Adaptation aux changements climatiques [2] et Urbanité /viabilité [3] regroupaient 251 et 300 billets respectivement.

En ce qui concerne Adaptation aux changements climatiques, les billets se répartissent en différents sous-thèmes qui sont agriculture (6%), communication (17%), eau (4%), gouvernance (9%), santé (1%), ville (5%) et évènements/cours (6%). 53% des billets n‘étaient pas classés dans un sous-thème identifié. De plus, pour les 26% des informations répertoriées se rapportant à une région, celles-ci concernaient l’Afrique pour 7%, l’Arctique pour 6%, l’Asie et l’Europe pour 4% chacun, l’Amérique du nord et l’Amérique du sud pour 2% chacun et finalement les territoires insulaires pour 2%.

La veille Urbanité / Viabilité se répartit tant qu’à elle en sous-thèmes qui sont agriculture urbaine (42%), Culture (2%), eau (2%), action collective (1%), Éco-quartier (3%), Énergie (1%), Périurbain (4%), Transport (2%) et évènements/cours (11%). 34% des billets n‘étaient pas classés dans un sous-thème identifié. En ce qui concerne cette veille 36% des informations répertoriées se rapportent à une région, soit à l’Europe pour 12%, à l’Amérique du nord pour 6%, à l’Afrique pour 6%, au Moyen-Orient pour 4% et à l’Amérique du sud et l’Asie pour 2% chacun.

En plus du rédacteur en chef de la revue qui participe aux deux veilles scientifiques, les veilles sont animées par autres 5 scientifiques [4] en ce qui concerne la veille Adaptation aux changements climatiques, tandis que 3 scientifiques [5] supplémentaires réalisent, pour la communauté scientifique, le travail de veille, de repérage et de partage du savoir. Activité correspondant à la démarche générale d’une recherche ouverte.

En 2010, nous avons aussi continué d’animer les réseaux sociaux de [VertigO] sur LinkedIn, sur Facebook et sur Twitter. Toutefois faute de moyen nous n’avons pas pu développer ses outils.

Développement d’un partenariat international

Avec la nomination, en 2010, de son Co-directeur et rédacteur en chef au conseil scientifique du Centre pour l’édition électronique ouvert, [VertigO] a renforcé ses liens avec la plate-forme Revues.org, le plus ancien portail de revues en sciences humaines et sociales de la France, qui héberge entre autres plus de 270 revues scientifiques, nationales et internationales, et plus de 150 carnets de recherche, en cinq langues. Seul membre des Amériques du Conseil scientifique du Cléo, Éric Duchemin aura pour mandat de conseiller le Cléo dans ses grandes orientations en matière d’édition numérique scientifique et sur l’adoption de nouvelles politiques ou partenariats. Il agira également en tant que consultant sur différents projets et fera l’évaluation des dossiers soumis par les revues désirant être membres de Revues.org.

En 2010, [VertigO] a continué d’étendre son réseau de diffusion et de partenariats. En 2010, nous avons accueilli deux nouveaux partenaires institutionnels majeurs soit la Maison de la Recherche en Sciences humaines de Caen Basse-Normandie / Université de Caen (France) et le Département Sciences pour l’action et le développement / Institut scientifique de recherche agronomique (France).

Maison de la Recherche en Sciences humaines de Caen Basse-Normandie / Université de Caen

Avec plus de 21 équipes de recherche, regroupant 451 enseignants-chercheurs et 360 doctorants en sciences humaines, juridiques, économiques et sociales, la MRSH est une composante de l’Université de Caen Basse-Normandie. La MRSH fait partir du réseau des 22 maisons de la recherche réparties sur le territoire français.

Tout en ayant des projets qui leur sont propres, les équipes de recherche de la MRSH sont engagées dans des pôles pluridisciplinaires qui définissent la vie scientifique de la Maison et contribuent à l’affirmation de sa spécificité. Concilier durablement équipes de recherche et pôles pluridisciplinaires, approfondissements scientifiques disciplinaires et dynamiques transdisciplinaires, correspond au projet scientifique de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de Caen. Quatre des cinq pôles sont en lien étroit avec les thématiques couvertes par [VertigO] soit les Espaces maritimes, le Risque, la Société et les espaces ruraux» et les Villes et les sciences sociales.

La Maison de la Recherche en Sciences humaines de Caen Basse-Normandie sera représentée au comité scientifique par son directeur, monsieur Pascal Buléon. Celui-ci est directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique – France (CNRS), au sein de l’unité mixte « Espaces et Sociétés » de l’Université de Caen. Il a mené de nombreux travaux de géographie économique, sociale et politique. Monsieur Frédérick Lemarchand, un enseignant-chercheur de la même institution, est par ailleurs membre européen du comité de rédaction de la revue (http://vertigo.hypotheses.org/661).

Département Sciences pour l’action et le développement / Institut scientifique de recherche agronomique

Le Département Sciences pour l’action et le développement (SAD) est l’un des 14 départements de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra, France). Il regroupe environ 15O scientifiques, chercheurs et ingénieurs, et accueille une soixantaine de doctorants et post-doctorants, dans 12 unités de recherche et 3 unités expérimentales réparties sur l’ensemble du territoire français.

Associant étroitement les sciences agronomiques, la zootechnie des systèmes d’élevage, l’écologie et les sciences humaines et sociales, ses recherches sont organisées autour de 2 grandes thématiques :

  • les transformations conjointes des systèmes agricoles, des métiers et des systèmes d’activités, en agriculture, dans les filières (circuits courts et filières émergentes) et au niveau de la recherche-développement et du conseil ;
  • les dynamiques des territoires ruraux et péri-urbains et l’appui à la gouvernance et à l’ingénierie territoriale. Dans chacune de ces thématiques, les recherches ont vocation é analyser les situations actuelles et les dynamiques en cours et à mettre au point des démarches et outils pour l’aide à l’action et à l’innovation.

Les membres du SAD mènent leurs recherches en partenariat avec les utilisateurs potentiels de ses travaux : structures professionnelles agricoles, instituts techniques, organisations économiques, collectivités territoriales, associations environnementales, ou encore associations de consommateurs.  Une approche rejoignant les objectifs éditoriaux transdisciplinaire de la revue.

Le choix des partenaires, les modalités d’organisation du partenariat et l’implication des chercheurs dans les partenariats sont des éléments essentiels des problématiques de recherche du SAD. Ce qui rejoint la volonté de [VertigO] à participer à l’élaboration d’une science ouverte vers la société et les acteurs de terrain.

Le département Sciences pour l’action et le développement sera représenté au comité scientifique de  la revue par Christine Aubry, chercheur agronome dans l’unité mixte « Sciences pour l’action et le développement, Activités, produits, territoires » (Sadapt, Inra/AgroParisTech, Paris). L’UMR SADAPT est très fortement engagée dans les dispositifs de recherche sur le développement durable. Elle est partie prenante de l’Opération Structurante INRA ‘‘Environnement et Gestion de l’Espace Régional en Ile de France’’ (EGER), qui s’intéresse particulièrement aux dynamiques techniques, socio-économiques et environnementales de l’agriculture dans les espaces fortement urbanisés à dominante céréalière de l’Europe du Nord. Elle entretient des relations étroites avec le LAREP, Laboratoire de Recherche de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, et avec l’unité INRA SenS, intégrée dans l’Institut Francilien Recherche, Innovation, Société (IFRIS). Elle est constituée de 4 équipes dont les recherches portent sur la mobilisation des connaissances, la concertation et la médiation, les conséquences du développement sur les territoires ruraux et sur les nouvelles organisations dans les territoires.

Cette année [Vertigo] a aussi continué son indexation sur Erudit tel que spécifié dans le soutien du FQRSC.

Une équipe interuniversitaire et internationale

En 2010, la direction de la revue scientifique de [VertigO], se composait d’un co-directeur (sciences naturelles) et rédacteur en chef (Eric Duchemin, Agent de recherche, chargé de cours et professeur associé à l’ISE) et de Louise Vandelac, Professeure titulaire au département de sociologie et à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQÀM qui assume la co-direction (sciences humaines) de cette revue interdisciplinaire.

L’équipe de rédaction de [VertigO], véritable cheville ouvrière de la revue, en 2010 fut composé du co-directeur et rédacteur en chef Eric Duchemin, d’un rédacteur adjoint, Sylvain Perron (jusqu’en août 2010) et d’une rédactrice-adjointe Virginie Larivière (depuis septembre), tous les deux étudiants à la maîtrise en sciences de l’environnement et d’un responsable de la mise en ligne des articles et de la gestion du site, Pierre Cayer, technicien de laboratoire de l’Institut des sciences de l’environnement.

Le comité de rédaction, responsable des orientations et de la programmation des numéros et composé de 7 membres [6] se réunit, en moyenne 6 fois par année, en plus des consultations et multiples discussions par échanges de courriels.

La revue [VertigO] compte également sur 18 partenaires institutionnels [7].

[VertigO] compte également sur le précieux soutien d’un Comité scientifique [8] de 21 membres qui participent à l’élaboration des orientations de la revue, soutient l’effort du comité de rédaction et assure la qualité scientifique de l’édition des différents projets de la revue. Les deux nouveaux partenaires, accueillis en 2010 sont représentés au sein du Comité scientifique de la revue par Christine Aubry et Pascal Buléon. Christine Aubry est chercheure à l’Insitut national de recherche agronomique (France), tandis que Pascal Buléon est directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique – France (CNRS), au sein de l’unité mixte « Espaces et Sociétés » de l’Université de Caen.

Des appuis institutionnels et financiers essentiels

Pour la gestion de nombreux dossiers (Érudit, Cessation des droits et autres questions de nature contractuelle), la direction de [VertigO] a pu également compter sur les précieux conseils de Chantal Bouthat, Directrice de la diffusion au Service de la recherche et de la création de l’UQÀM  sans oublier les judicieux avis des Services juridiques de l’UQAM.

Pour réaliser cet imposant travail, l’équipe de [VertigO] a pu compter sur l’appui financier du CRSH et du FQRSC, sur l’appui de l’Institut des sciences de l’environnement (ressources financières, matérielles et professionnels) et sur celui de l’UQAM et enfin sur les appuis ponctuels de la Faculté des sciences de l’UQÀM et du programme étude travail.

Dans le cadre des échanges [VertigO a aussi élaboré des projets conjoints avec Revues.org afin de créer un regroupement des projets éditoriaux scientifiques en environnement autour de [VertigO] et de d’autres revues de la plateforme. Un projet sera déposé au Ministère du développement économique de l’innovation et de l’exportation et un autre aux Fonds des inforoutes de la francophonie.

En 2010, l’équipe de VertigO a aussi déposé sa demande triennale de soutien au Fonds de recherche sur la société et la culture dans le cadre du programme de soutien aux revues de recherche et de transfert de connaissances (2011-2013).

Une diffusion croissante

Les statistiques de diffusion de la revue sont en constante évolution. En 2009, nous avions enregistré 215 098 visiteurs uniques pour 8 856 389 entrées et 150,34 Go de bande passante. Tandis qu’en 2010, nous avions enregistré 248 997 visiteurs uniques pour 9 470 462 entrées et a même quantité de bande passante. Ceci représente 16% d’augmentation en terme de visiteurs uniques.

Comme on le constate à la figure 1, les statistiques de consultation de la revue ont doublé entre janvier 2009 et mars 2010. Ainsi, on remarque que le nombre de visiteurs (en rouge), est passé d’environ 20 000 en janvier 2009 à plus de 40 000 en mars 2010, soit une augmentation de 100%.

Le nombre de visiteurs uniques (ceux qui ne sont venus qu’une seule fois) est passé de 15 000 à environ 25 000 L’augmentation des visiteurs uniques a été inférieure à celle des visiteurs totaux, ce qui peut être interprété comme une tendance à la fidélisation de nos lecteurs (figure 1).

[VertigO] figure parmi les 3 revues les plus lues de la plate-forme Revues.org qui compte 285 revues scientifiques et 1165 carnets de recherche.

Figure 1. Statistiques de consultation de la revue [VertigO]

En 2010, le nombre de visiteurs uniques pour notre carnet de recherche est de 7317 pour 45 026 entrées (Figure 2), tandis qu’il était respectivement de 3271 visiteurs pour 25 852 entrées en 2009.

Figure 2. Statistiques de consultation du carnet de recherche [VertigO] et des veilles scientifiques.

Origine géographique de nos lecteurs

Nos résultats statistiques témoignent également d’une très large distribution géographique de la revue (Figure 3). En décembre 2010, les visiteurs sur le site de la revue provenaient à 51,7% d’Europe, alors que 18,8% étaient d’Afrique, 13,8 % d’Amérique du Nord. Cette distribution marque un fléchissement (certainement conjoncturelle). Pour l’Europe le lectorat provenait majoritairement de France (85%) puis de Belgique (6,3%) et de suisse (2,6%). Por l’Amérique du Nord, il provenait de 70% du Canada et de 20% des États-Unis (ceci s’explique par la présence de résumé en anglais) et de 4% d’Haïti.  En ce qui concerne l’Afrique, 45% du lectorat provient de l’Afrique du Nord et 30% des 4 pays suivants : Sénégal (9,6%), Cameroun (10,6%), Côte-d’Ivoire (6%) et Burkina Faso (5.2%).

Figure 3. Distribution géographique des visites sur notre site, en prenant comme indicateur la bande-passantee utilisée.

Vie intellectuelle de la revue, colloques et autres activités de diffusion.

Cette hausse remarquable du nombre de lecteurs et la diversification de leur provenance s’appuie certes sur les efforts de consolidation de la revue et de son équipe, mais témoigne également de la vitalité intellectuelle de la revue qui, en 2010, bien que moins active qu’en 2009, s’est déployée à travers de nombreuses activités de débats, de réseautage et de diffusion.

Atelier de formation Lodel avec Revue.org

Au cours de 2010, toujours, nous avons également organisé un atelier de formation de 2 jours sur le logiciel Lodel. Cette formation a été offerte gracieusement par Marin Dacos, Directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) – un laboratoire associant le CNRS, l’EHESS, l’Université de Provence et l’Université d’Avignon. Lodel est un logiciel en accès libre permettant l’édition de revues scientifiques de qualité. Eric Duchemin, Co-directeur et rédacteur en chef de [VertigO] a donnée une partie de la formation.  Ous avons aussi facilité la rencontre entre M. Dacos et différents membres de l’UQAM (Teoros, TIC et Société).  En 2011, une formation aura lieu à l’UQAM mais aussi un évènement sera organisé lors du colloque de l’ACFAS.

Conférences sur l’édition scientifique numérique et festival documentaire Écocaméra

En décembre 2010, à l’invitation d’Emmanuelle Picard de l’Institut National de Recherche Pédagogique (France), Eric Duchemin a présenté dans le cadre d’un colloque qui s’est tenu à l’École normal supérieur de Paris une conférence s’intitulant Édition et université au seuil du XXIe siècle : nouveaux enjeux. Dans le cadre de ce colloque sur le lien entre l’édition et les universités, il co-animait aussi, avec Pierre Mounier, directeur adjoint du Cléo une table-ronde sur l’avenir de l’édition scientifique.

En novembre 2010, [VertigO] a était également associé, pour la quatrième année consécutive aux Rencontres du documentaire de Montréal et à son volet sciences citoyennes et environnement (Écocaméra). Écocaméra est un événement co-initié par Louise Vandelac, co-directrice de [VertigO] qui est organisé conjointement par le Cœur des sciences de l’UQAM, l’Institut des sciences de l’environnement et les RIDM pour toucher un public de 3 ,000 à 4,000 personnes par an, autant de rayonnement pour la Faculté des sciences et pour l’UQÀM.

Édition 2011 : travaux en cours et projets

Nous préparons 2 dossiers thématiques :

  • Modélisation en environnement (septembre 2011),
  • Comprendre et maîtriser les risques techniques et environnementaux : au-delà du risque ? (décembre 2010)

Le Vol11 no1 (mai 2011) sera dédié aux nombreux articles reçus de manière spontanée. Ces deux dossiers sont édités avec la collaboration de 8 rédacteurs associés [9].

En 2010, nous avons reçu de 8 propositions de Hors-série. Plusieurs de ceux-ci seront publié en 2011 et d’autres en 2012. Nous préparons ainsi, avec des partenaires, 4 Hors-séries thématiques pour 2011.

Nouvelles demandes de reconnaissances, de soutiens et protocoles d’entente

Nous souhaitons  en 2011, consolider notre présence au sein de la francophonie et de ses institutions pour assurer la pérennité de cette revue scientifique électronique qui depuis sa création, voici 12 ans, a largement fait les preuves de sa dynamique contribution dans la diffusion scientifique et dans la démocratisation internationale du savoir.

Nouveaux projets sur la mobilisation des connaissances

Depuis sa création [VertigO] vise à faciliter l’accessibilité de la connaissance et la mobilation de celle-ci dans la Francophonie et tout particulièrement dans les pays en développement. En 2009 et 2010, [VertigO] a accrue son offre éditoriale en publiant annuellement 81 articles scientifiques, en lançant de nouvelles rubriques et en mettant sur pied des veilles scientifiques. Cet ensemble d’actions avait pour objectif de créer un nombre suffisant de sources informationnelles afin de mettre sur pied, en collaboration avec Revues.org, un portail « environnement » qui regrouperait le contenu de revues sur un seul site, tout en développant de nouvelles fonctionnalités, tel que les podcasts et le réseautage, plus en lien avec le Web2.0. Ainsi en 2011 [VertigO] déposera des projets auprès de l’Inforoute de la francophonie (4 mars 2011) et du MDEIE afin de mettre sur pied un tel portail qui permettra au projet éditorial de [VertigO] d’arriver à la maturité souhaité depuis le départ du projet.


[1] Rédacteurs associé en 2009 : Sylvie Ferrari (Université Bordeaux 4), Jean-Yves Goffi (Université de Grenoble), Marie-Hélène Parizeau (Université Laval), Jean-Philippe Pierron (Université Lyon 3),, Luc Mougeot (CRDI, Canada), Joe Nasr (Collège Ryerson, Canada), Bernard Drobenko (Coordinateur, Professeur des Universités, Département Droit, Université du Littoral Côte d’Opale PRES Lille Nord de France), Catherine Wadoux (Assistante organisation, Université du littoral Côte d’Opale, Boulogne sur mer), Luzma Fabiola Nava Jiménez (Institut québécois des hautes études internationales, Université Laval), Christian Bouchard (Université Laurentienne, Canada), Rolph Payet (University of Seychelles), Steve Plante (Université du Québec à Rimouski, Canada), Louis Marrou (Université de La Rochelle, France)

[2] http://adaptationclimat.hypotheses.org

[3] http://villeviable.hypotheses.org

[4]Alexandre Magnan Chercheur à l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI). Spécialiste de la vulnérabilité et de l’adaptation au changement climatique. Il travaille surtout sur des milieux littoraux (Méditerranée, petites îles

François Gemenne Chercheur à l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI) et Maître de Conférences à Sciences Po Paris. Spécialiste de l’adaptation au changement climatique, en particulier des déplacements associés aux dégradations de l’env

Marie-Ange Baudoin Marie-Ange Baudoin, Chercheure au Centre d’Etude du Développement Durable (CEDD), Université Libre de Bruxelles, doctorante sur l’adaptation aux changements climatiques des communautés rurales agricoles, dans le sud du Bénin.

Marie-Eve Dolbec Étudiante à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQÀM. Ma recherche porte sur l’analyse de la coordination et de la communication des acteurs comme condition à l’élaboration de stratégies d’adaptation.

Virginie Lariviere Étudiante à la maitrise à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQÀM. Projet de mémoire sur la vulnérabilité des communautés nordiques de Kuujjuarapik et de Whapmagoostui face aux changements climatiques

[5]Eric Verdeil Chargé de recherche à l’Unité mixte de recherche CNRS Environnement, Ville, Société, Université de Lyon, France

Flavia Montenegro-Menezes Spécialiste en planification urbaine durable et aménagement intégré des territoires. Elle est actuellement « visiting scholar » au Département « Landscape Architecture and Regional Planning » de l’Université de Massachussetts (Amherst, USA).

Normand Brunet Coordonnateur et chargé de cours à l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal. Collaborateur à la Chaire d’études sur les écosystèmes urbains et au Centre d’études et de recherche sur le Brésil

[6] Éric Duchemin, Professeur associé et chargé de cours à l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal; Louise Vandelac, Professeure titulaire, Département de sociologie et Directrice de l’Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal; Steve Dery, Professeur-agrégé, Département de géographie de l’Université Laval. Spécialiste de l’Asie du Sud-Est; Christian Bouchard, Professeur agrégé, Département de géographie de l’Université Laurentienne (Sudbury, Ontario); Nathalie Lewis, Professeure régulier, Département Sociétés, territoires et développement de l’Université du Québec à Rimouski (Québec, Canada); Frédérick Lemarchand, Maître de Conférence en Sociologie, Université de Caen (France), Sébastian Weissenberger, Professeur associé et chargé de cours à l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal

[7] Field Action Science Reports (FACTS); Revue Développement Durable et Territoires; Université d’Abobo-Adjamé (Côte-d’Ivoire); Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (Burkina Faso); Université du Québec à Rimouski (Québec, Canada); Université de Sherbrooke – Centre de formation en environnement (Québec, Canada); Télé-Université – Université du Québec à Montréal (Québec, Canada); Universidade Federal de Mato Grosso (Brésil); Université de Moncton (Nouveau-Brunswich, Canada); Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (Québec, Canada); Université de Technologie de Troyes (France); INRS Eau, Terre et Environnement, Québec (Canada); Université de Kinshasa (République Démocratique du Congo); Laboratoire Environnement, Ville, Société (France); Laboratoire Territoires, villes, environnement et Société (France); Institut de gestion de l’environnement et d’aménagement du Territoire (Belgique), Maison de la Recherche en Sciences humaines de Caen Basse-Normandie / Université de Caen (France), Département Sciences pour l’action et le développement / Institut scientifique de recherche agronomique (France)

[8] Pauline Côté, Ph.D, Professeure, département des sciences de l’éducation, Université du Québec à Rimouski, (Canada); Philippe Crabbé, PhD, Professeur émérite, département de science économique, Université d’ Ottawa, (Canada); Philippe Deboudt, Maître de conférence en Géographie, Laboratoire Territoires, villes, environnement et Société – TVES, Université de Lille-1 (France); Pierre Girard, PhD, Professeur, Institut des biosciences, Université Fédéral du Mato Grosso, (Brésil); Louis Guay, Ph.D., Chaire UNESCO sur le développement Durable, Université Laval, (Canada); Pascal Houenou, Ph.D., Doyen de l’UFR Sciences et Gestion de l’Environnement, Université d’Abobo-Adjamé, (Côte d’Ivoire); Louis Imbeau, PhD, Professeur, sciences de l’environnement, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, (Canada); Ahmed Kettab, PhD, Professeur, Ecole Nationale Polytechnique d’Alger, Directeur du laboratoire de recherches en sciences de l’eau – ENP-Alger, Membre de l’académie française de l’eau, Membre du Conseil Mondial de l’Eau. (Algérie); Yvon Leblanc, Journaliste, (Canada); Serge Lepage, Conseiller Scientifique, Environnement Canada, la Biosphère, (Canada); Marc Lucotte, Ph.D., Professeur, Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal, (Canada); Dieudonné Musibono, PhD, Directeur de Recherche et Programmes du 3ème Cycle, département de l’environnement, Université de Kinshasa (République Démocratique du Congo); Lise Parent, Ph.D. Professeure, Université à distance (Télé-université) de l’Université du Québec, (Canada); Mario Richard, Régie régionale de la santé et des services sociaux, Gouvernement du Québec, (Canada); Marie-Pascale Sassine, Régie régionale de la santé et des services sociaux, Gouvernement du Québec, (Canada); Céline Surette, Ph.D., Professeure, Département de chimie et de biochimie, Université de Moncton (Canada); Olivier Thomas, Directeur de l’Observatoire de l’Environnement et du Développement Durable, Université de Sherbrooke, (Canada); Jean-Guy Vaillancourt, Ph.D., professeur, Université de Montréal, (Canada); Eric Verdeil, Dr., Chargé de recherche, Unité mixte de recherche CNRS Environnement, Ville, Société, Université de Lyon, France, Directeur adjoint de la revue Géocarrefour ( http://geocarrefour.revues.org ).; Edwin Zaccaï, Chargé de cours, Vice-président de l’Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire et Directeur du Centre d’Études du Développement Durable  (CEDD), Université Libre de Bruxelles (Belgique); Bertrand Zuindeau, Maître de conférences en économie à l’Université de Lille 1, Directeur de la revue numérique Développement Durable et Territoires (France).

[9] Dominique Pécaud (Université de Caen), Marc Mormont (Université Libre de Bruxelles), Dominique Bourg (Université de Lausanne), Frédérique Lemarchand (Université de Caen), Aurélie Botta (CIRAD), D. Graillot (Ecole des Mines de Saint-Étienne), Irène Abi-Zeid (Université Laval) et Guillaume Deffuant (CEMAGREF)


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10 mars 2011

    […] Original post by Eric Duchemin […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search