La gouvernance environnementale : une notion polysémique

Introduction à l’ouvrage : « La gouvernance à l’épreuve des enjeux environnementaux et des exigences démocratiques »

La table des matières, tout comme son achat, est disponible à l’adresse suivante : http://www.editionsvertigo.org/publications/8.htm

Texte de Nicolas Milot et Laurent Lepage, Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal

La question de la prise en charge des enjeux environnementaux par nos sociétés est au cœur d’une littérature qui s’est grandement développée au cours des trente dernières années. À l’origine portée par des regards disciplinaires en provenance de la sociologie, de l’étude des politiques publiques, de l’économie ou de géographie, on observe depuis le début du millénaire un engouement marqué autour de l’utilisation de la notion de gouvernance environnementale pour cerner ce champ de réflexion.

Bien entendu – et cette observation ne se limite pas au seul secteur environnemental –, la notion de gouvernance est éminemment polysémique. Dans un texte aujourd’hui devenu un classique an ce qui a trait à la présentation de l’idée de gouvernance, Rhodes (1996) souligne diverses utilisations de celle-ci : la gouvernance comme idée d’un État minimal, la gouvernance corporative, la gouvernance comme nouvelle approche de gestion publique, la « bonne gouvernance », la gouvernance comme réseaux socio-cybernétiques et la gouvernance comme réseaux d’action auto-organisés. Il est en effet intéressant de constater à quel point cette idée de gouvernance a pu retenir l’attention de chercheurs venant de disciplines aussi variées. Pour plusieurs, cet intérêt fut révélateur d’une volonté de dépasser les possibles angles d’analyse, parfois trop limitant pour embrasser la problématique complexe qu’est celle de l’action collective en matière d’environnement. Il est ainsi largement accepté qu’un cadre d’analyse permettant la compréhension des réponses de nos sociétés aux problèmes environnementaux doit allouer une place aux politiques publiques, aux comportements des acteurs, aux perceptions de ces derniers, à l’action des agents économiques, à la négociation et aux impacts des accords internationaux, à la place de la production scientifique, etc.

Ainsi, bien qu’encore largement débattue au niveau de sa définition, la notion de gouvernance semble, du moins dans son esprit, présenter une signification communément acceptée par une large communauté de chercheurs. Cette signification, c’est sans doute celle d’une frontière délimitant l’ensemble des éléments à observer afin d’assurer une compréhension juste et cohérente des conséquences de nos actions individuelles et collectives sur la biodiversité, les ressources naturelles et les milieux où celles-ci se trouvent. Pour plusieurs, la triade État-marché-communauté sert de cadre conceptuel général pour représenter sur le plan théorique cette frontière (Agrawal et Lemos, 2007; Paquet, 2005). Mais comme Oran Young (2009) nous le rappelle, comprendre la gouvernance environnementale repose essentiellement sur l’observation d’hybrides, d’imbrications plus ou moins bien coordonnées entre des éléments d’organisation de l’action collective en environnement, ces éléments reposant sur différentes logiques : la réponse à une forme de contrainte appuyée sur l’autorité légitime de l’État, le comportement d’un usager inscrit dans une économie de marché, l’action d’un acteur inscrit dans une communauté historiquement construite autour de rapports interpersonnels concrets.

C’est à ce vaste chantier, constamment en évolution, que VertigO – La revue électronique en sciences de l’environnement a voulu s’attaquer en faisant, d’abord en 2008, un appel de proposition pour des textes en vue d’un dossier sur la gouvernance de l’environnement. Intitulé Gouvernance et environnement : quelles échelles de construction du commun?, le texte de l’appel produit par l’équipe de rédacteurs associés traduisait bien la difficulté de s’entendre sur une conception partagée de l’idée de gouvernance. Si les idées présentées ci-haut n’avaient pas suscité d’opposition entre les rédacteurs, deux questions semblaient toutefois plus préoccupantes. Primo, l’étude de la gouvernance environnementale doit-elle être porteuse d’aprioris normatifs? Notamment, le respect de la démocratie, de l’équité intergénérationnelle ou de certains seuils écosystémiques minimum à respecter doit-il être considéré comme conditions sine qua non à la mise en place de modèle de gouvernance permettant d’atteindre une certaine durabilité dans nos comportements envers notre environnement? Mais aussi, certaines prémisses de « bonne gestion », notamment véhiculées par certaines organisations internationales. Et secundo, comment aborder la notion de gouvernance alors qu’elle semble vouloir se manifester à la fois à l’échelle des collectivités locales prises avec la gestion directe et concrète de leur environnement et à l’échelle mondiale où les intervenants impliqués dans les négociations internationales posent également le problème de la gestion de l’environnement d’une nouvelle manière? Doit-on rechercher des cadres d’analyse communs ou doit-on ne pas viser à réconcilier sur le plan théorique des spécificités trop éloignées?

Suite à la réponse enthousiaste de plusieurs chercheurs à ce premier appel de textes, VertigO – La revue électronique en sciences de l’environnement a décidé de profiter au printemps 2009 de la tenue du 77e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) à Ottawa pour organiser un colloque interdisciplinaire de deux jours sur la gouvernance environnementale[1]. Un nouvel appel de contributions a été effectué pour l’événement, et ce, à travers la francophonie. Sur les propositions de conférence reçues, 70 ont été retenues en vue du colloque où au final, 51 conférenciers ont présenté les résultats de leurs travaux de recherche. Les 70 propositions jugées intéressantes peuvent être regroupées selon leur provenance. Ainsi, 38 d’entre elles ont été proposées par des chercheurs d’Europe continentale (essentiellement en provenance de la France), 17 par des chercheurs canadiens (pour la plupart Québécois) et enfin 15 par des chercheurs africains (de la côte méditerranéenne et d’Afrique de l’Ouest).

Profitant de ce portrait de la recherche actuelle sur la question de la gouvernance environnementale au sein de la francophonie, nous avons tenté de vérifier si certaines tendances pouvaient être observées au niveau de la manière d’aborder ce thème par les chercheurs, des thèmes prédominants et des dynamiques favorisant la production de ces connaissances[2]. Ainsi, à partir des résumés présentés par les chercheurs en vue du colloque, nous avons réalisé une analyse lexicométrique afin de faire ressortir ces tendances potentielles.

De manière générale, on observe que les chercheurs posent surtout la problématique de la gouvernance en terme de dynamique d’acteurs. L’importance accordée aux problématiques de gestion (de l’environnement ou des ressources naturelles), aux porteurs d’intérêts (stakeholders) et aux aspects procéduraux est notable. La décision n’y est pas vue en tant que responsabilité d’un seul acteur, mais bien comme le résultat d’une dynamique sociale entre agents publics et privés. Bien que ces dynamiques puissent être observées à divers niveaux d’action, c’est sans aucun doute l’échelle locale qui retient l’attention des universitaires présents au colloque. Il s’agit sans doute de la résultante d’une tendance forte à la production de travaux reposant sur un intérêt grandissant pour le rôle des communautés locales dans la gouvernance environnementale.

Si nous départageons les données selon la provenance des conférenciers, nous constatons que les enjeux environnementaux, de même que certaines traditions académiques, teintent la manière selon laquelle se construisent les réflexions sur la gouvernance environnementale. Du côté européen, l’importance accordée à la reconfiguration du rôle de l’État, aux questions juridiques, aux mécanismes de régulation, et de manière générale, aux politiques publiques, illustre l’intérêt marqué des chercheurs pour la problématique générale du réajustement de l’action publique. La gouvernance est abordée à la fois comme une contrainte appelant l’État à se doter de repères institutionnels différents et comme source d’innovation pour des autorités publiques appelées à prendre en charge des enjeux environnementaux toujours plus complexes. Si plusieurs objets environnementaux sont à la base des projets de recherche – eau, forêt, agriculture, enjeux urbains – les présentations réalisées par les chercheurs européens se différenciaient des autres relativement à l’intérêt pour les enjeux de protection du patrimoine, ou du moins, pour la dimension patrimoniale accompagnant des enjeux de gestion spécifiques. On y a vu la pertinence de considérer ce type de questionnement afin d’intégrer les aspects biophysiques et culturels dans l’étude de la gouvernance environnementale.

Les chercheurs africains ont quant à eux fait une large place aux conséquences des changements environnementaux – notamment en lien avec les perturbations climatiques – sur les populations. L’adaptation des activités forestières et agricoles aux modifications de l’environnement est au cœur des efforts de recherche, de même que le problème spécifique des réfugiés environnementaux, contraints de quitter certaines zones afin de trouver un milieu permettant de meilleures conditions de vie. L’étude de la gouvernance se trouve ainsi largement organisée autour de communautés locales vivant une relation de proximité avec le milieu et les ressources naturelles.

Enfin, les chercheurs canadiens portent leur attention sur les différentes crises caractérisant la prise en charge de la gestion des ressources naturelles. La crise de l’industrie forestière, entre autres, occupe une place prépondérante. La gouvernance y est ainsi abordée comme une solution à des modèles de gestion qui ont révélé leurs faiblesses. La question de l’intégration des savoirs scientifiques est particulièrement importante dans le cadre de ces travaux, lesquels visent souvent à mieux comprendre l’articulation entre décision, science et gestion. L’enjeu des conflits d’usages est aussi régulièrement abordé, particulièrement dans le contexte de la gestion intégrée de l’eau. On remarque une place de choix allouée aux usagers et aux systèmes d’acteurs qu’ils forment. L’État, dans ce cas, est souvent présenté comme un élément de l’analyse parmi d’autres, et n’occupe pas la place centrale que l’on observe dans les travaux européens.

Dans cet ouvrage, vingt-cinq textes découlant des présentations réalisées dans le cadre du colloque sont regroupés[3]. Il s’agit en fait d’un portrait représentatif des thèmes décrits précédemment et des intérêts régionaux des différentes communautés de recherche. Le lecteur constatera que ces textes sont souvent le résultat d’une articulation entre les efforts de recherche empirique et d’une réflexion souvent plus théorique sur les enjeux liés à la gouvernance environnementale. Ainsi, les apprentissages résultant de l’analyse de cas concrets alimentent des réflexions sur des thèmes variés, par exemple : la responsabilité individuelle, l’importance de la régulation, le rôle des experts, les enjeux d’échelle, la concertation, le rôle relatif des communautés locales. Ces textes, nous le croyons, témoignent de l’engouement au sein de la francophonie pour des recherches sur la gouvernance environnementale. Le fait de les regrouper dans ce collectif contribuera, nous l’espérons, à assurer que ces réflexions ne se réalisent pas uniquement en anglais. Les acteurs de la recherche universitaire francophone sur la gouvernance environnementale doivent se doter d’un espace de débat dynamique afin de permettre aux chercheurs de repousser les limites de leurs travaux et surtout, de rejoindre ceux qui ultimement devraient bénéficier des retombées de la connaissance ainsi produite.

Bonne lecture.

Références

Agrawal, Arun et Maria Carmen Lemos. 2007. « A Greener Revolution in the Making?: Environmental Governance in the 21st Century ». Dans Environment: Science and Policy for Sustainable Development, Vol. 49, No 5, pp. 36-45.

Paquet, Gilles. 2005. Gouvernance : une invitation à la subversion. Montréal, Liber, 392 p.

Rhodes, Rod A.W. 1996. « The New Governance : Governing without Government ». Dans Political Studies, Vol. 44, No 4, pp. 652-667

Young, Oran, Governance for the Environment, New Perspectives. P 12-40. Cambridge University Press 2009.


[1] Plusieurs partenaires ont participé à la tenue de l’événement : l’Institut des sciences de l’environnement (UQÀM), Chaire d’études sur les écosystèmes urbains (UQÀM), Laboratoire d’études et de recherches en sciences sociales sur l’eau (U. d’Ottawa), Chaire de recherche du Canada en gouvernance et gestion publique (U. d’Ottawa), Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société (U. Laval), Centre de recherche interdisciplinaire sur la biologie, la santé et l’environnement (UQÀM), École de développement international et mondialisation (U. d’Ottawa).

[2] Ces éléments ont été présentés par le professeur Laurent Lepage lors de la plénière d’ouverture, sous le titre : Polysémie actuel de la notion de « gouvernance »: excursion du coté des travaux autour de l’environnement.

[3] Le lecteur pourra également aller consulter le numéro hors-série no 6 La gouvernance à l’épreuve des enjeux environnementaux et des exigences démocratiques de la VertigO – La revue électronique en sciences de l’environnement, où plusieurs conférenciers du colloque ont publié un article lié à leur présentation : http://vertigo.revues.org/8881


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. jonathan shuka jeyaraj dit :

    De notre ère, il ne peut exister une meilleure stratégie de protection de l’environnement que de l’ériger comme une priorité mondiale à laquelle dépend une survie globale des humains et de traduire les normes le régissant en des normes impératives. Dans cette perspective, on garantira donc un environnement écologiquement viable et vivable qui tient compte des générations présentes et futures. En définitive la gouvernance environnementale doit répondre à un impératif qui soit contraignant c’est à dire qu’elle revet des normes comparables aux normes de ius congens.

    Jonathan SHUKA licencié de l’université de Kisangani faculté de droit option droit public international.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *