Science et société : comment la formation et la recherche en environnement intervient ?

Smithsonian Institution ArchivesComment la formation et la recherche en environnement devraient intervenir dans le développement du lien entre la recherche scientifique et la société? Voilà la question posée lors du « Forum Science et Société » de l’Acfas. Nous étions trois chercheurs avec des profils différents (sciences forestières, géographie et sciences de l’environnement…votre serviteur) à répondre à cette question, le tout avec la participation active d’étudiants et d’étudiantes. Donner une réponse cohérente, sans longue consultation préliminaire entre les chercheurs, nous semblait représenter tout un défi. On se demandait bien ce que cela donnerait lors de la rencontre préliminaire du matin, mais il était indéniable qu’une chimie opérait et que le plaisir serait au rendez-vous dans l’atelier. Nous avions chacun nos champs de recherche et identifié les enjeux que nous voulions aborder dans les ateliers. La définition du concept environnement et l’interdisciplinarité, les changements climatiques, la production énergétique, l’agriculture urbaine, l’économie forestière, la gestion forestière communautaire, la démographie, la décroissance étaient de ceux-ci.

Comment avons-nous répondu de manière cohérente à la question ? Pour moi cela se résume avec trois termes : Histoire, culture et citoyens. Trois termes qui ressortent comme le lien entre la recherche  en environnement et une intervention éthique.

Premièrement, unanimement, il est apparu que les enjeux environnementaux ne pouvaient se faire en l’absence d’une participation citoyenne. La participation citoyenne n’est pas un frein, mais une manière de voir le monde autrement. La participation d’un des chercheurs de l’atelier, comme commissaire de la commission sur protection des forêt (1991) du Bureau des audiences publiques en environnement (Québec) fut pour lui son chemin de Damas ayant provoqué un changement radical dans son attitude de chercheur vis-à-vis la participation citoyenne. Un autre a été un militant contre l’énergie nucléaire. Ce qui nous amène à la question cruciale du militantisme des chercheurs scientifiques ou du lien entre le chercheur et les besoins sociaux en recherche. Il ressort des réflexions conjointes que les chercheurs en environnement ne peuvent faire fi des besoins sociaux, mais qu’ils ne sont pas là pour nécessairement donner une réponse. Je dirais personnellement que le “paradigme” des sciences appliquées devrait se modifier en celui des sciences impliquées. Une science où le chercheur descend de son piédestal d’une pseudo-neutralité. Cette science impliquée nous amène au militantisme du chercheur.  Est-ce acceptable? Dans une telle discussion, j’aime bien répondre par une autre question : est-ce qu’il existe des chercheurs qui ne sont pas aussi citoyens. Un être complètement dissocié, hors de la société est-il possible? Un chercheur socialement mutant ! Pour ma part, je considère qu’un chercheur positionné dans une science impliquée a le net avantage d’être clairement visible et déclaré. Au chercheur de bien établir les normes éthiques de sa recherche, pour que celle-ci ne cherche pas à tout pris à donner une réponse selon une vision préétablie – idéologique- ou à la demande initiale. Cette approche s’applique tout autant aux chercheurs impliqués auprès de groupes communautaires et citoyens que ceux qui le sont dans les entreprises privées. L’enjeu de la réintroduction des pesticides dans la nouvelle politique québécoise forestière a été un élément clef des discussions. Les pesticides ont été retirés grâce à la participation publique, mais risquent de revenir par la mise de l’avant par des chercheurs de la foresterie intensive dans le sud du Québec. Une travail de recherche qui clairement ne se positionnait pas dans une science impliquée, avec les questions d’éthique qui se posent. Cette question a été reprise en plénière de clôture du Forum, où il a été expliqué que pratiquer les sciences impliquées voulait aussi dire le risque d’être mis à l’écart, au ban de la communauté scientifique.

Deuxièmement, en partant de la définition du terme environnement nous avons été amenés à discuter autant de la question de la perception que de la construction culturelle du terme. Ainsi, en Asie on conçoit l’environnement comme une nature humanisée, ce qui fait que la séparation rural-urbain est moins perceptible, tandis qu’en Amérique prime la conception « wilderness » de la nature. En Amérique, la forêt naturelle est un lieu de ressourcement, une définition de « ce que nous sommes ». Mais des nuances sont nécessaires, car en milieu urbain, même en Amérique, on note que les jardins sont, pour les usagers des lieux, un lien avec la nature. De même, à Tokyo l‘agriculture urbaine fait partie de l’aménagement de la ville comme un élément « vert ». De tels éléments interrogent grandement la relation entre science et société, car elle implique qu’il n’est plus possible de repousser du revers de la main l’image citoyenne de l’environnement et des enjeux. Une image qui repose souvent sur des savoirs locaux enfouis (refoulés) au plus profond des citoyens. Le tout amène aussi directement à la culture scientifique et la situation géographique du chercheur. Trop souvent le silo culturel qui se crée amène à une vision erronée ou biaisée. La recherche pouvant être amenée à ne pas considérer des expériences porteuses, car elles ne sont pas connues pour des raisons disciplinaires ou géographiques. Ce qui conduit au troisième terme résumant, selon moi, l’atelier : histoire.

Ainsi, dernier point, mais non le moindre, l’histoire des enjeux, celle de la relation entre environnement et société et celle des recherches. Le syndrome de la carte blanche déposée sur des territoires a été évoqué par le biais d’un exemple d’implantation humaine à Kourou en Guyane à la fin du 18e siècle. L’oblitération de l’histoire du lieu fut catastrophique. De nombreux exemples existent dans ce sens. Pourtant avec l’état des connaissances actuelles nous ne devrions plus l’ignorer. Récemment j’avais même soulevé l’importance de cette question dans un court billet : Découverte du RUCHE : Réseau en histoire environnementale.

Donc, comment la formation et la recherche en environnement devraient intervenir dans le développement du lien entre la recherche scientifique et la société? Selon nos discussions, cela est possible en intégrant les questions culturelles et historiques dans l’analyse des enjeux et dans la mise en œuvre des programmes de recherche. Et surtout une reconnaissance de l’importance de la science citoyenne, de la science impliquée et des citoyens impliqués qui permettra l’élaboration d’une collaboration intellectuelle et morale préconisant la culture de la démocratie pour une mise en commun des idées et de la connaissance.

Le Forum international Science et Société de l’Acfas 2011 s’est tenu au CEGEP Limoilou. Ce Forum s’adresse à des étudiants de 18 à 21 ans du niveau collégial. En 2011, quelques étudiantes de France et de Belgique se sont aussi jointes aux 250 participants québécois provenant de toutes les régions du Québec. J’étais invité comme conférenciers panellistes pour des ateliers sur les questions environnementales. J’accompagnais sur le panel Jean-Yves Puyo de l’Université de Pau et des pays de l’Adour (France) et Luc Bouthillier de l’Université Laval (Québec, Canada). L’atelier devait porter sur les forces sociales qui façonnent l’environnement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.