Vunérabilité des populations

horsserie3_top.jpgVertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement vient de publier un hors série sur la santé et la vulnérabilité des populations. Puisque plusieurs textes abordent le Sida, à l’inverse du paludisme une maladie rarement reliée, aux conditions environnementales, ce hors série semble a priori loin des préoccupations environnementales courantes publiées par la revue. En outre, les recherches en santé environnementale prennent généralement d’autres approches méthodologiques moins axées sur la vulnérabilité des populations (voir le dossier santé et environnement du volume4 no1 de VertigO, publié en 2003). Lorsque le comité de rédaction de la revue a reçu cette demande de publication de l’Institut Tropical Suisse et du Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire, les membres étaient perplexes. Toutefois, le cadre d’analyse développé par les différents auteurs – la vulnérabilité – nous semblait porteur pour d’autres domaines de recherche associés aux sciences de l‘environnement, tels que les changements climatiques.

En effet, les recherches sur les changements climatiques se penchent de plus en plus sur la question de la vulnérabilité des populations et de leur adaptation. Pour en mentionner une, nous pouvons identifier les recherches menées au Sahel par Laurent Lepage de l’Institut des sciences de l’environnement (Sciences Express – 12 mars 2007). Dans un tel contexte, les trois piliers de la vulnérabilité décrits dans cette série de textes, nommément la monnayabilité/marchandisation (anglais « commoditization »), les risques environnementaux et la fragmentation sociale, sont pertinents. En effet, le potentiel d’adaptabilité d’une population est intrinsèquement lié à sa vulnérabilité aux changements, mais aussi à sa structure sociale et à son fonctionnement social. On se rend de plus en plus compte que l‘adaptation n’est pas une simple question technique, mais touche profondément la culture des sociétés et certainement son développement historique.

Tel que relevé par Steve Dery un membre du comité de rédaction, dans un texte publié par le journal (Le Devoir le 17 janvier 2007) : « le véritable défi des prochaines décennies est plutôt de retrouver cette capacité d’adaptation des populations, capacité que nous avons en partie perdue. Et ici, les innovations techniques et technologiques ne suffiront pas ». En effet, selon lui, un trait « fondamental de l’histoire de l’humanité a été laissé de côté dans toutes les réflexions portant sur ces sujets aussi diversifiés [économie et environnement] mais qui concernent les relations entre les humains et leur environnement. Il s’agit de la capacité d’adaptation des humains ». Nous parlons des changements climatiques, mais ceci est aussi vrai dans d’autres questions telles que l’aménagement du milieu urbain et urbanisation des sociétés.

Impliqué dans différentes activités de recherches, allant de l‘agriculture urbaine à l‘implication sociale dans le développement de quartier viable à Montréal, je constate que le cadre théorique de la vulnérabilité tel que décrit par Moser (1998) s’applique. Nous pourrions aussi y inclure la résilience des personnes, des groupes, mais aussi des écosystèmes urbains. Cette résilience qui rejoint en partie la question de fragmentation sociale et naturelle. En 2006, E. Andersson a publié un article dans la revue électronique ( Ecology and Society) où il reprend le concept de résilience. Ainsi, les propos amenés par les auteurs peuvent aussi nous amener vers une réflexion axée sur les questions de diversité biologique.

Voici quelques réflexions personnelles soulevées par ce hors série!Bonne lecture et réflexions dans ce domaine en émergence. N’hésitez pas à ajouter vos propres réflexions sur la question.

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search