L’expert : une posture en évolution

Pete Prodoehl, Licence Creative CommonsDans le monde globalisé et technologique dans lequel nous vivons, l’expert joue un rôle crucial dans la mise en place des politiques publiques ou encore dans l’évaluation de programmes gouvernementaux, de nouveaux produits et de nouvelles technologies. Qu’ils soient associés aux changements climatiques, à la production alimentaire, à la gestion de l’eau, à la pollution atmosphérique, à l’aménagement du territoire urbain, les problèmes environnementaux contemporains sont tous sujets à des controverses sociales où le rôle de l’expert devient essentiel. Sans compter que ceux-ci sont souvent tributaires de risques vérifiés ou pressentis pour la santé humaine. Ce rôle crucial, dont on oublie trop souvent les enjeux, interpelle directement tous chercheurs ou professionnels de terrain, que ceux-ci soient en environnement ou en d’autres domaines.

Des instruments de vigilance et des structures de surveillance ont bien entendu été mis en place afin de gérer les risques sanitaires associés aux expériences humaines ou aux grands projets de développement. Mais, que ce soit le cas récent du chercheur Gilles-Eric Séralini sur la toxicité du maïs OGM NK603 et du Round Up ou encore celle plus ancienne des années 90 de celui d’André Cicolella avec les effets des éthers de glycol sur la santé, on peut se demander si la posture de l’expert « traditionnel » est encore adaptée à la réalité d’aujourd’hui. Une réalité où l’incertitude est plus souvent qu’à son tour la grande caractéristique des dossiers traités. On a pu le constater de manière fragrante avec le cas de Gilles-Eric Séralini, les experts doivent interagir avec de nouveaux outils afin de pouvoir jouer leur rôle d’acteurs dans la mise à jour des politiques publiques. Mais comment se fait-il que des chercheurs doivent mettre sur pied un plan de communication complexe[1] pour qu’un gouvernement (gouvernement français en l’occurrence) s’engage dans des travaux sur les effets à long terme de la consommation d’OGM associés à des pesticides ? Depuis de nombreuses années, de nombreux experts indépendants disent qu’il faut faire évoluer les instruments et les structures de vigilance de ses nouveaux composés. Ce qui est vrai pour les OGM devrait aussi l’être pour les nanoparticules qui sont de plus en plus présentes dans notre environnement et même dans nos assiettes (Nanoparticules : l’ingrédient qui s’est discrètement invité à notre table). Les changements climatiques, cet enjeu identifié depuis la fin des années 80 s’y retrouve aussi. L’incertitude autour des résultats à jouer un rôle certain dans sa prise en compte tardive (si une réelle prise en compte il y a) dans les politiques. Ou encore, de manière insidieuse, l’incertitude peut être utilisée par des acteurs, qui tout en reconnaissance l’importance de l’enjeu, considère qu’eux ne sont pas concernés, car l’incertitude les concernant est trop grande. Un double discours qui pourrait se lire comme suit : Les changements climatiques sont une réalité malgré les incertitudes observées, mais vous comprenez que dans notre cas l’incertitude sur les mesures fait en sorte que notre industrie ne doit pas être considérée.

Ainsi, on se retrouve avec une approche d’experts “business-as-usual” où la certitude est l’aune à laquelle tout doit être jugé et considéré, tandis qu’un d’un autre côté on retrouve la vision de l’expertise de l’incertitude ou de la précaution. Dans le premier cas l’expert s’enchâsse dans les méthodologies que l’on pourrait cataloguer de classiques tandis que le second tente de développer de nouvelles approches et une refonte des cadres/structure qui évitent à tout prix la déification de l‘expert et la mise à l’écart du citoyen.

Que ce soit dans le cadre de ses dossiers Gouvernance et environnement : quelles échelles de construction du commun ?(Vol9no1, mai 2009) Comprendre et maitriser les risques techniques et environnementaux : aller au-delà du risque ? (Vol12no1, mai 2012) ou encore dans le dossier en préparation Controverses environnementales : expertise et expertise de l’expertise (prévu en décembre 2013), [VertigO] aborde cette délicate question.

L’article Renouveler la gestion du risque par l’ouverture à un système de vigilance ? de Fallon et al (2012) aborde aussi cette question[2].

Leur article montre que la plupart des moyens proposés par les autorités, pour faire face à une crise ou un risque sanitaire, « reposent sur une logique de gestion des risques connus », ce qui laisse tous les risques des maladies émergentes ou de nouveaux produits (OGM, nanomatériaux) orphelins d’une évaluation adaptée et cohérente. Selon les auteurs ont « observe toutefois des tentatives de renouvellement et d’ouverture, par la mise en place de nouveaux instruments de vigilance » qui s’appuieraient sur « une double logique de prévention et d’anticipation de la catastrophe ». Les responsables administratifs et des scientifiques « tentent d’adapter les structures de surveillance et d’alerte pour améliorer leur réactivité face aux évènements non prévus » amenant « une double remise en cause se dessine dans la gestion des risques, qui pousserait à admettre la permanence d’une incertitude irréductible et à reconnaître le nécessaire décloisonnement des savoirs experts». Certainement, mais je dirais qu’l faut un décloisonnement plus large permettant l’inclusion du « savoir citoyen » ou encore une plus grande ouverture à qui est un expert.

Toutefois, malgré tous les décloisonnements, ou la considération de l’incertitude comme une responsabilité (voir le texte de Guy Bourgeault dans le Vol1no1 de la revue : L’incertitude et la responsabilité : jalons pour une éthique de l’environnement), des lanceurs d’alerte toujours plus inventifs, structurés et courageux, seront nécessaires. Les gouvernements ont tout intérêt à permettre l’expression de ceux-ci, mais aussi de les entendre, car lorsque le mal sera fait il sera souvent trop tard….


[1] Pour détails : Étude sur les OGM, comment Gilles-Eric Séralini a gagné la partie http://www.huffingtonpost.fr/2012/10/22/etude-sur-les-ogm-comment-seralini-a-gagne_n_1999907.html

[2] Cet article rédigé par un groupe multidisciplinaire de vétérinaires et de politologues propose une analyse contextualisée des transformations à l’œuvre dans le réseau de surveillance des maladies animales face aux menaces nouvelles dites « émergentes » suite aux changements globaux, en l’inscrivant dans le cadre de la gestion des risques. Le travail se base sur une présentation d’une émergence récente, celle de la fièvre catarrhale ovine due au Bluetongue virus serotype 8 (BTV-8) en 2006 en Belgique.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 4 février 2013

    […] Mes réflexions rejoignent celle des différents auteurs du Hors-série 13 de [VertigO], soit l’identification de 3 éléments essentiels à la formation en sciences de l’environnement. Ceux-ci sont le développement par les étudiantes et étudiants d’une pensée systémique, la formation des étudiantes et étudiants au travail en équipes multidisciplinaires et la capacité pour ceux-ci de mobiliser les savoirs pour le passage à l’action. J’y rajouterais l’importance de passer d’un mode de pensée de la certitude à celui de l’incertitude, sans engendrer de facto une incapacité à prendre des décisions, mais plutôt de voir la prise de décision et la gouvernance comme un processus en spirale devant pouvoir revenir sur ses pas afin prendre d’autres voies si l’on constate que la première ne fut pas adéquate, souhaitable (Voir mon billet sur L’expert : une posture en évolution). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *