Une approche sociologique des problèmes environnementaux : deux hypothèses explicatives

Dans le cadre de sa section « Débats et Perspectives », [VertigO] publie, une réflexion de Jean-Luc Roques sur les blocages relatifs à la gestion des problèmes environnementaux.

Partant du constat que nous sommes envahis d’informations terrifiantes, cet auteur soulève que certains prophétisent carrément la fin du monde (Paccalet, 2006) et voient en l’homme une mite ou un ver en passe de ronger totalement son habitat (Drost, cité par Acot, 1988). Tandis que d’autres envisagent un « retour aux cavernes » (Duncan, 2006). D’autres, plus modérés, parlent « de camion fou » (Giddens, 1994). Si le chimiste suédois Arrhenius était le premier à prédire l’augmentation de la température de la Terre dès 1896, du fait de l’utilisation des combustibles fossiles, Carson (1962) mettait en garde contre les conséquences imprévues des réussites de la technologie. La terre serait devenue un siège éjectable (Beck, 2001).

Dans ce contexte cataclysmique, l’impression première est de voir poindre un certain nombre de mobilisations. Dès 1992 à la suite du sommet de Rio, 1 600 scientifiques annonçaient que les humains et la nature allaient se heurter de plein fouet (Suzuki, 2003). Puis, les politiques affirmèrent : « La maison brûle »[1]. Ainsi, dans une grande régularité, les sommets internationaux, les réunions bilatérales, les colloques se multiplient. Des commissions se constituent. Des institutions et des organismes tant internationaux que locaux prolifèrent. On en appelle au « patrimoine mondial », à « l’environnement global », au « vaisseau spatial terre », ou encore à « l’hypothèse Gaïa ». Dans le même temps, et d’après plusieurs enquêtes, comme celle du Credoc[2] en août 2011 intitulée Consommation et modes de vie, près de 90 % des personnes interrogées considèrent que l’environnement doit être la première des priorités. Des associations se créent, de nouvelles actions voient le jour. Certains en appellent à la frugalité (Jonas, op. cit. ; Brunel, 2008), d’autres se replient du reste du monde même si cela semble très difficile (Dobré, 2002).

Toutefois, il considère qu’au-delà de cette frénésie, rien ne semble véritablement changer, à tout le moins en profondeur. Les contradictions des politiques environnementales demeurent. Les négociations sont des échecs notoires, les accords ne sont jamais tenus, les mesures sont peu appliquées, les projets ne voient pas le jour, les problèmes de coopération intersectorielle subsistent en l’absence de politique environnementale pure. Au-delà des prises de conscience, rien ne semble se modifier et les modes de vie restent pour la plupart inchangés. La production globale augmente, la distribution des biens progresse, la consommation croît. Les supermarchés proposent des quantités importantes de produits. La superficie des habitations augmente alors que le nombre de personnes par ménage diminue. Les citoyens des pays industrialisés sont énergivores et aquavores (Berger et Roques, 2005, 2008).

D’où viennent alors ces contradictions qui engendrent bien souvent des blocages institutionnels, culturels, politiques ou économiques[3] ? Le monde dans lequel nous vivons est fort ambivalent. Il y a exaltation de la transgression tout en déplorant l’absence de règles. Il y a une affirmation pour protéger les nappes phréatiques ou la couche d’ozone, tout en soutenant une industrie polluante créatrice d’emploi. Il est alors intéressant d’étudier les contradictions des systèmes dans lesquels nous sommes immergés, mais aussi de mettre en évidence nos propres ambiguïtés. Cela n’est certainement pas un aveu d’impuissance (Zaccaï, 2009, p. 25). L’auteur tente dans ce texte de présenter deux hypothèses explicatives qui reviennent sur ces contradictions et ces blocages. Des hypothèses qui devraient être fouillées plus profondément par les chercheurs afin de mettre en perspectives tant l’importance des inconscients collectifs liés à la modernité que des formes de reterritorialisation actuelles, dans la difficile appréhension des problèmes environnementaux.

Il est possible de lire l’article à http://vertigo.revues.org/13225

Vous pouvez réagir aux hypothèses et propos de l’auteur ci-dessous.


[1] « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs » disait Jacques Chirac, Président de la république française, dans son discours introductif, au sommet de la Terre à Johannesburg, le 2 septembre 2002

[2] On pourrait prendre en compte aussi l’enquête de la Sofres sur l’État de l’opinion en 2010 qui montrait que pour 93 % des français le tri était le premier geste pour l’environnement.

[3] On pourrait juste citer, sans que cela soit exhaustif, les blocages entre pays du Nord et pays du Sud, les tensions entre priorités environnementales ou industrielles, les débats interminables sur les économies sobres en carbone ou sur les OGM, etc.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *