Les sciences de l’environnement : une science de l’ère numérique

CHE Peer Institution GraphDu 13 au 15 octobre 2013 se tiendra à Montréal (Québec, Canada) le Forum mondial des sciences sociales de Montréal 2013 (FMSS). Lors de ce forum dont le thème principal est « Transformations sociales et ère numérique », des chercheurs du monde entier et de diverses disciplines aborderont les derniers développements et les formes d’utilisation des technologies numériques. Des technologies qui influencent grandement l’évolution des sciences de l’environnement. Je dirais même que ses technologies (web2.0, réseaux sociaux, etc.) sont des outils qui devraient inspirer et motiver les chercheurs.es travaillant pour la reconnaissance de ce champ de recherche alliant interdisciplinarité « forte », pour reprendre les propos de Marcel Jollivet, et services aux collectivités – ancrage social fort.

Le développement rapide de ses technologies redéfinit la relation du chercheur avec la société, souvent à la demande des citoyens ou des organismes qui veulent avoir accès aux connaissances rapidement pour participer à la vie publique et politique. Que ce soit par l’édition de revues scientifiques ou de vulgarisation en accès libre, l’animation de réseaux sociaux, de blogues (carnets de recherche[1]) ou de veilles scientifiques[2], le milieu de la recherche est inexorablement amené dans ce que nous appelons maintenant la mobilisation de la connaissance. Depuis 2006, il existe même un réseau canadien de mobilisation des connaissances qui offre des services de soutien à la mobilisation des connaissances aux universités, aux milieux ainsi qu’aux agences gouvernementales. De même l’Université du Québec à Montréal à laquelle est associé [VertigO] à offre différentes formes de soutien à la mobilisation des connaissances[3].

Ses technologies, malheureusement généralement mal connues et mal maitrisées par les chercheurs, sont une opportunité d’ouverture et un révélateur réflexif de l’action du chercheur et de son expertise. À la vue d’un tel forum et du développement des digital humanities (Humanités numériques), il apparaît que les chercheurs ne peuvent plus passer à côté de cette réalité.  Ici nous parlons des sciences humaines, mais il en va de même des sciences naturelles. Le champ des sciences de l’environnement me semble être même un lieu idéal pour l’intégration du numérique dans le développement de la recherche.

En effet, ses technologies donnent des ailes à la recherche-action participative consistant à inclure les préoccupations des non-scientifiques et à les intégrer dans le processus de la recherche scientifique et dans les projets de recherche. Cela peut se faire en amont en permettant aux organismes sociaux et aux citoyens des espaces permettant la soumission de projets de recherche ou d’axes de recherche. Proposition permettant aux chercheurs d’entrer en dialogue avec la société. Le site Accès savoir, créée à l’université Laval, vise cet objectif. Mais plus que cela le développement du Web2.0 permet l’intégration et la mobilisation de la société civile dans la collecte de données, surtout dans le cas de projet de recherche portant sur des informations diffuses et difficilement comptabilisables par le seul chercheur. Les inventaires aviaires menés en s’appuyant sur des réseaux d’ornithologues amateurs sont des exemples connus.  Dans le cadre d’une recherche sur l’agriculture urbaine à Montréal, nous utilisons aussi une telle approche d’inscription citoyenne[4].

Cette participation citoyenne à la recherche n’est pas sans défis (rigueur des saisies, mobilisation, modification du travail du chercheur, exhaustivité relative des données selon certains paramètres, etc.), mais elle est un mouvement inéluctable. Mais les chercheurs sont-ils prêts

Les sciences de l’environnement se distinguent des autres sciences disciplinaires par une volonté de mettre en place une science interdisciplinaire forte, mais aussi une science collaborative aux services des collectivités. En ce sens, l’ère numérique pourrait être l’ère des sciences de l’environnement, reste à savoir si les structures universitaires, bâties sur les disciplines et la mise en silo de celles-ci, ainsi que les membres les composants, seront en mesure de prendre acte de cette évolution rapide…où le conservatisme fera-t’il son œuvre et les sciences de l’environnement ne deviendront que des recherches disciplinaires sur des problèmes environnementaux contemporains !

Plus d’une trentaine de chercheurs de l’UQAM participeront au Forum mondial des sciences sociales : http://www.actualites.uqam.ca/2013/2988-uqam-participe-forum-mondial-sciences-sociales


[4] Dans le cadre de cette recherche sur le portrait exhaustif des initiatives en agriculture urbaine les organismes et les citoyens sont invités à inscrire des initiatives : http://www.agriculturemontreal.org


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *