Politique nationale de la recherche et de l’innovation du Québec : une politique pleine de perspectives pour les revues scientifiques

livreLe gouvernement du Québec vient de dévoiler sa Politique nationale de la recherche et de l’innovation qui sera d’une durée de cinq ans (2014-2019). Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, monsieur Pierre Duchesne, a annoncé un investissement majeur pour les cinq prochaines années. Cet investissement majeur vise à renforcer renforce la position du Québec dans le développement d’une véritable société du savoir. Des enveloppes destinées à la recherche et à l’innovation, dont une partie passera par les Fonds de recherche viseront à relever trois grands défis de société, dont le développement durable et l’électrification des transports. De cet investissement 2,5 millions de dollars sont spécifiquement prévus pour l’accès aux données publiques et aux publications scientifiques en français.  Mais ce n’est pas le seul endroit dans la politique où les revues scientifiques peuvent s’y retrouver et jouer un rôle. Les revues scientifiques sont au coeur de la défense de la diversité culturelle et de l’identité québécoise ou francophone au niveau de la recherche.

La Politique prévoit des mesures pour soutenir la recherche dans le domaine de l’éthique, la recherche-création, la publication en français et son libre accès, et le développement de la culture scientifique.  Voilà des éléments généraux réjouissants. J’ai participé aux journées de consultation menées par le Scientifique en chef du Québec et il semble que la dimension de la diffusion de la connaissance comme pierre angulaire d’une société du savoir et du développement, un leitmotiv de [VertigO] depuis sa création en 1999, a été entendue par les décideurs.  Une dimension portée par l’ Association francophone pour le savoir (ACFAS) dans le cadre de son mémoire « Pistes pour une politique de la recherche et de l’innovation axée sur le bien commun« . Depuis toujours, [VertigO] défend le fait que les revues scientifiques ne sont pas que des vecteurs de diffusion des articles scientifiques, ils sont des éléments de l’émergence, du développement et du maintien des réseaux de recherche, mais doivent aussi être un lien entre les scientifiques et la société. Appuyant une telle vision, pour la politique «La connaissance est un bien auquel tous doivent avoir accès. Un fort consensus public appuie l’idée que l’activité scientifique est une nécessité de la vie collective ».  Tel que mentionné par Marin Dacos, directeur d’OpenEdition, lors d’un séminaire à l’Université McGill (16 octobre, Montréal), « lorsque l’on rend disponible en accès libre les articles scientifiques on trouve de nouveaux lecteurs souvent improbables »[1].

Dans cette politique déposée par le gouvernement du  Québec, les revues scientifiques peuvent s’accapare des perspectives de développement utilisant les outils numériques actuels (blogues, réseaux sociaux, vidéo, podcast, etc..).  Que ce soit dans le cadre « de projets de recherche collaborative, associant des entreprises et des institutions publiques de recherche : universités, centres collégiaux de transfert de technologie, centres publics de recherche et développement », de la « collaboration et de la concertation de tous les acteurs du monde du savoir », dans une volonté « favoriser les relations entre la science en français et la société québécoise »,

Les revues québécoises et les nouveaux vecteurs de diffusion scientifique qui apparaissent, tels que les carnets de recherche (voir hypotheses.org), sont des acteurs de la mobilisation des connaissances scientifiques, de la formation des chercheurs, de la valorisation de la culture scientifique, tout en promouvant la qualité de la recherche francophone. Une association entre organisations de vulgarisation scientifique, magazines, journaux et revues scientifiques apparait maintenant (Je dirais « enfin » pour ma part) une nécessité.

Reste maintenant à ce que la politique débouche sur des programmes en lien avec les besoins du milieu des revues scientifiques et qui puissent accompagner les revues dans leur évolution, en tenant compte des particularités de chacune, et dans le développement de projets pilotes en lien avec le développement mondial de l’édition scientifique. Si le Québec est le lieu d’émergence de certaines des plus anciennes revues entièrement numériques, telles que [VertigO] et PISTES, nous nous devons actuellement de rejoindre et de participer à des projets aggrégateurs qui sont devenus des joueurs majeurs porteur des valeurs de diversité culturelle scientifique et de l’accès libre (open acces), tel qu’OpenEdition. Le Québec ne doit pas s’ isoler en édition scientifique au risque de mettre les revues scientifiques québécoises en porte-à-faux. L’approche mise de l’avant de collaboration internationale dans  la politique doit être appliquée à l’édition scientifique.

Reste finalement aux revues à embarquer dans ces différentes perspectives. [VertigO] y est déjà avec de nombreux projets en cours (carnets de recherche, veilles scientifiques, réseaux sociaux, accès libres, rubriques particulières, etc.), dans notre valise et dans nos têtes.

Un autre billet publié dans ce carnet aborde la place de l’environnement dans la Politique nationale de la recherche et de l’innovation du Québec : Politique scientifique du Québec : comment passer d’un concept aux enjeux environnementaux contemporains ?


[1] Traduction personnelle, puisque le séminaire était en anglais.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 novembre 2013

    […] [1] Ce second billet fait suite à la publication par le gouvernement du Québec de sa Politique nationale de la recherche et de l’innovation. Il aborde le volet développement durable de cette politique. Dans le premier billet nous avions examiné comment cette politique  était un vecteur pour une diffusion scientifique du 21e siècle au Québec (Politique nationale de la recherche et de l’innovation du Québec : une politique pleine de perspe…). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *