Unesco et la mobilisation des connaissances : espoir

224541FL’Unesco vient de publier un rapport s’intitulant «Renouveler la vision des sociétés du savoir: vers des sociétés du savoir pour la paix et le développement». Dans ce rapport, remis aux représentants des 195 pays membres lors de la dernière assemblée générale de l’organisme de novembre 2013, Robin Mansell et Gaëtan Tremblay, les deux auteurs de celui-ci, appellent l’UNESCO à renouveler sa vision des sociétés du savoir. Selon eux, «Il est essentiel de rappeler que les sociétés du savoir sont liées au développement humain, et non pas seulement à l’innovation technologique et à ses effets». Dans ce rapport, ils accordent accorde une attention à la liberté d’expression et à la liberté d’information, à l’accès universel à l’information et au savoir, à l’éducation de qualité pour tous et au respect de la diversité linguistique et culturelle. Des éléments qui sont, doivent être, centraux aux activités des revues scientifiques. Ce que [VertigO] prône depuis plus de 14 ans.

Sur les 8 lignes directrices proposées par ce rapport soulignons 2 points qui interpellent directement les revues:

  • Selon les auteurs « il convient de privilégier l’appui à la diffusion rapide du savoir scientifique dans toutes les parties du monde, notamment dans les régions les moins développées. Le savoir scientifique est un facteur clé de l’innovation et de la recherche d’axes de développement industriel respectueux de l’environnement. La science doit être reconnue comme un bien commun, un bien public et, en tant que telle, elle devrait être partagée par tous. Les universités et les laboratoires bien établis devraient être encouragés à partager leurs découvertes et leur savoir-faire dans les plus brefs délais, notamment avec les institutions situées dans des régions moins développées ». Ici, il apparaît que les revues régionales, les revues en accès libre et celles en format numérique pourraient jouer un rôle important, entre autres en développant une synergie forte entre les différentes revues d’un secteur de recherche ou de plusieurs secteurs (interdisciplinaires ou transdisciplinaire). Peut-être avec des partenariats, des portails conjoints, etc..
  • Par ailleurs, les auteurs écrivent que «l’Unesco devrait jouer le rôle de leader dans tous les domaines relevant de son mandat et inciter à collaborer tous ceux qui, au sein du système des Nations Unies et en dehors, disposent des ressources nécessaires pour héberger des portails d’informations et promouvoir des mesures à l’appui des initiatives sur les données libres et l’amélioration de l’accès à l’information  ; l’Organisation devrait aussi donner des conseils sur la façon de lier et d’interpréter les données d’une manière qui soit compréhensible par ceux dont les intérêts sont souvent négligés. L’UNESCO doit accroître sa présence sur Internet, rendre l’information accessible et promouvoir les interconnexions entre les groupes qui travaillent sur des problèmes similaires, ce qui implique de s’intéresser aux normes du libre partage de l’information, aux conséquences du volume croissant des ressources de données, y compris les mégadonnées, et à l’importance grandissante de l’informatique en nuage pour l’accès aux données et à l’information ». Les efforts existants de plusieurs acteurs dans le développement et la réalisation de projets rendant accessible les connaissance à ceux dont les intérêts sont souvent négligés, dont ceux de nombreuses revues scientifiques en accès libre, le portail tel qu’OpenEdition ou les projets mentionnés dans le rapport, ne peuvent qu’espérer que l’Unesco puisse conduire à des investissements majeurs dans le domaine. Des soutiens financiers qui viendraient consolider, développer et permettre l’émergence de nouveau projets, car les initiatives actuelles sont fragiles et portées à bout de bras avec les moyens du bord depuis des dizaines d’années.

Voici quelques années, j’ai eu le plaisir d’avoir quelques rencontres avec des membres de l’Unesco, dont l’une qui regroupait des représentants et représentantes de plusieurs secteurs et programmes. Dès rencontres stimulantes, qui aboutissaient à des idées de partenariats et des projets, mais très rapidement il est apparue que celles-ci pouvaient difficilement s’insérer dans les directive de l’Unesco, donc dans les budgets attribués par les États membres. Les Commissions nationales de l’Unesco, dont celles du Canada et de la France, devront aussi y participer.

Nous ne pouvons qu’espérer que ce rapport inscrive l’Unesco dans l’univers de la mobilisation des connaissances scientifiques, donc dans les activités des revues en accès libre et numérique. Rapidement, il serait possible de voir un soutien au maillage entre les programmes de l’Unesco, dont les Chaires Unesco, avec celles-ci.

Voici le résumé du rapport « Renouveler la vision des sociétés du savoir: vers des sociétés du savoir pour la paix et le développement ».

Résumé: 

Dans toute vision des sociétés du savoir, il faut affirmer l’aspiration fondamentale à des sociétés du savoir pacifiques et durables qui prennent en considération les intérêts de toutes les parties prenantes. Il est essentiel de rappeler que les sociétés du savoir sont liées au développement humain, et non pas seulement à l’innovation technologique et à ses effets. Dans ce rapport, nous accordons toute notre attention à la liberté d’expression et à la liberté d’information, à l’accès universel à l’information et au savoir, à l’éducation de qualité pour tous et au respect de la diversité linguistique et culturelle. Nous soulignons le rôle clé des processus d’apprentissage et de formation, des initiatives en provenance de la base et de la participation des parties prenantes, ainsi que des politique visant à établir un juste équilibre entre les intérêts publics et privés.

Face aux développements rapides, et parfois surprenants, que l’on observe dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC) et dans le paysage des médias, de l’information et de la communication nous appelons l’UNESCO à renouveler sa vision des sociétés du savoir afin de fixer des priorités pour elle-même et les autres parties prenantes dans un monde qui est celui du SMSI + 10. L’UNESCO a joué un rôle de premier plan, avec l’UIT, dans la planification du SMSI 2003-2005, formulant sa vision pour des Sociétés du savoir dans son Rapport mondial de 2005. Il est temps à présent de renouveler cette vision à la lumière des expériences réalisées depuis.

En 2013, la vision de sociétés du savoir pour la paix et le développement durable doit aller plus loin encore, afin de bien montrer la nécessité de rallier les partenaires des secteurs public et privé et de la société civile afin de clarifier les problèmes persistants et de définir les processus et les actions qui permettront de les surmonter. L’UNESCO est en bonne position pour prendre la tête de ce travail d’avenir qui vise à promouvoir des sociétés du savoir inclusives et équitables.

Notre point de départ consiste à rappeler que si le savoir peut faire l’objet d’une valorisation en termes économiques, il est aussi au cœur de la culture et de la vie humaine dans des sociétés pacifiques. Nous insistons sur le fait que l’accès universel à l’information est une condition essentielle mais non suffisante de l’édification de sociétés du savoir pour la paix et le développement durable. En effet, savoir implique sens, appropriation et participation. L’accès au savoir, c’est beaucoup plus que l’accès aux TIC ou à l’information numérique. Le savoir renvoie à l’apprentissage dans des contextes d’éducation formelle ou informelle et il s’acquiert par l’expérience. Le savoir est un moyen d’atteindre des objectifs sociaux ou économiques. Il est essentiel à la socialisation culturelle, à la participation politique et à l’intégration aux marchés. Il est aussi le chemin qui mène à l’émancipation individuelle et collective et doit être valorisé pour lui-même. Nous ne pourrons réaliser tout le potentiel des réseaux numériques et des applications des médias et de l’information qu’à condition de trouver le juste équilibre entre intérêts privés et publics à l’égard du savoir.

Si le but des sociétés du savoir consiste à promouvoir la paix et le développement durable, il faut impérativement garantir dans les stratégies d’action qu’à tous les niveaux les décisions favorisent l’intégration du savoir à la vie de tous de façon à ce que chacun en tire tout le profit possible tout en réduisant au minimum les effets négatifs. Il est nécessaire pour ce faire de tenir compte des objectifs de prospérité économique, de protection de l’environnement, d’équité sociale inclusive et de justice. S’il est essentiel de comprendre ce qui doit être mis en œuvre pour promouvoir les sociétés du savoir, il faut aussi se rendre compte que les intérêts des parties prenantes se modifient sans cesse. Le renouvellement de la vision de l’UNESCO sur les sociétés du savoir devrait nous faire prendre conscience de la nécessité d’adopter des mesures politiques pour soutenir de manière équilibrée un espace commun de l’information ouvert et une approche fondée sur le marché. Le contexte politique penche actuellement en faveur des stratégies fondées sur le marché, tandis que les interventions privilégient souvent la technologie et l’information numérique. Les responsables de l’élaboration des politiques doivent regarder plus loin que les « utilisations » des réseaux et des applications des TIC pour s’intéresser aux conditions (institutionnelles, réglementaires, financières, politiques et culturelles) qui déterminent ces utilisations, quelle que soit la technologie considérée, téléphonie mobile, médias sociaux ou bases de données.

L’apprentissage est au cœur des sociétés du savoir. Le développement des réseaux numériques ouvre des possibilités extraordinaires d’éducation et d’apprentissage à tous les niveaux. Or, ce potentiel ne peut devenir une réalité concrète que si certaines conditions élémentaires sont satisfaites, et tout d’abord, des contenus de qualité et des éducateurs dûment formés. L’éducation de qualité pour tous, à tous les niveaux, doit figurer parmi les principaux objectifs des sociétés du savoir pour la paix et le développement durable. Seul un investissement suffisant en faveur de la formation des éducateurs permettra d’atteindre cet objectif. Sur le plan politique, la diversité culturelle et linguistique, essentielle à la participation aux sociétés du savoir, est un sujet de préoccupation tout aussi important. Si ces questions ne bénéficient pas de toute l’attention requise, les individus pourront certes accéder aux réseaux et à l’information numérique mais l’éducation et l’apprentissage qui leur seront proposés n’auront pour eux aucune signification dans leur vie de tous les jours.

L’éducation à distance est souvent considérée comme la solution miracle pour remédier au manque de matériels éducatifs et de ressources humaines, y compris pour renforcer les aptitudes d’apprentissage qui facilitent la réflexion et la compréhension de l’information. Cette forme d’éducation peut effectivement constituer un moyen efficace d’améliorer l’accès à des ressources pédagogiques insuffisantes. Utilisée à bon escient, elle contribue à former les enseignants plus rapidement dans les pays où il est nécessaire de recruter un grand nombre d’enseignants en peu de temps afin de répondre aux besoins de l’enseignement primaire et secondaire. Mais pour être efficace, l’éducation à distance doit être planifiée longtemps à l’avance, utiliser des contenus de qualité et s’appuyer sur des techniciens, des enseignants et des éducateurs dûment formés, tout en renforçant chez les apprenants les capacités associées à de multiples compétences.

La question cruciale qui se pose revient à se demander comment une société doit organiser l’accès à l’information tout en encourageant la création et la production du savoir. Cette question renvoie fondamentalement à la manière dont nous valorisons le savoir socialement tout autant qu’économiquement. Le défi consiste à trouver une solution équilibrée, socialement acceptable et économique viable, entre deux options divergentes – le droit d’auteur, qui protège la propriété intellectuelle mais restreint l’accès à l’information sur le marché, et l’approche fondée sur l’espace commun, qui privilégie le domaine public et le libre accès à l’information. Toute opposition dogmatique entre les approches fondées sur la propriété et le marché d’une part et l’espace commun de l’information d’autre part doit être rejetée. Il convient d’encourager l’ajustement de l’environnement politique afin de stimuler également toutes les activités créatrices, qu’elles relèvent du marché ou de l’espace public. Stimuler la production d’informations jugées pertinentes par ceux qui les utilisent dans les sociétés du savoir, tel est l’un des principaux défis stratégiques qui se poseront au cours des décennies à venir.

L’accès à l’information et au savoir, ainsi que la rétribution économique, jouent un rôle essentiel dans le développement d’une économie créatrice. Les travailleurs des secteurs culturels et créatifs doivent être bien formés pour maîtriser des connaissances et des compétences spécifiques. Aussi, outre la liberté et l’incitation à contribuer de manière novatrice et créative, le développement des industries créatives requiert des programmes de formation de qualité. Compte tenu de la part grandissante des industries créatives dans la production économique nationale, la plupart des pays cherchent à adopter des politiques qui favorisent le développement de leur secteur créatif afin de renforcer leur compétitivité dans l’économie mondiale. Cependant, les pays doivent aussi élaborer des politiques propices à la participation inclusive de tous par le biais de la contribution créative des citoyens à la société.

Il convient d’améliorer la coordination des mesures prises afin de mettre en place l’infrastructure nécessaire à la libre information et à l’apprentissage, à la promotion des réseaux sociaux et à la libre utilisation des données et des informations. Il importe en outre de déployer des efforts afin d’encourager des pratiques réellement participatives dans les sociétés du savoir. Les organisations spécialisées doivent travailler avec tous les acteurs concernés afin de comprendre les relations de pouvoir, les nouveaux modes d’organisation du bénévolat et la façon dont de tels projets peuvent bénéficier le plus à ceux qui espèrent en tirer parti.

Dans le présent rapport, nous mettons en lumière les enseignements qui ont été tirés dans plusieurs domaines – l’éducation et l’apprentissage formels et informels, les médias et les contenus médiatisés, la liberté d’expression, la liberté d’information et la transparence politique, l’égalité des sexes, la viabilité environnementale et l’éthique. Loin d’être un phénomène isolé, la naissance des sociétés du savoir est concomitante avec les autres changements majeurs qui se produisent dans la société – redistribution du pouvoir économique et grandes évolutions d’ordre politique, social et culturel. Le cadre politique doit être suffisamment flexible pour que les parties prenantes ne se retrouvent pas prises au piège dans des voies contraires au développement durable. Bien des interventions politiques ne se préoccupent pas assez du potentiel d’autonomisation des communautés locales et des groupes défavorisés ou exclus. Il convient d’accorder une attention accrue aux approches qui adoptent une participation de la base au sommet et qui favorisent l’éducation et l’apprentissage.

Pour conclure, nous présentons un ensemble de lignes directrices concernant la stratégie de l’UNESCO sur les sociétés du savoir.

  • Il est essentiel de privilégier les processus d’apprentissage et l’organisation d’un apprentissage en réseaux à la lumière de la mission de l’UNESCO. Chacun de nous doit cultiver les aptitudes qui lui permettront d’évaluer l’information numérique dans un esprit critique et à la lumière d’autres sources de savoir. Il convient d’accorder une haute priorité à l’éducation dispensée au moyen de processus d’apprentissage formels et informels, en associant si nécessaire l’éducation en ligne et hors ligne ; il en va de même pour le multilinguisme, afin de promouvoir des environnements d’apprentissage variés et inclusifs. Ce qui signifie que la maîtrise de l’information et des médias doit être renforcée dans tous les segments de la société et que les facteurs spécifiques au contexte doivent être pris en considération.
  • Il convient de privilégier résolument la formation des formateurs, en conjuguant efficacement toutes les ressources disponibles, des interactions présentielles aux réseaux numériques. Atteindre l’autonomie, l’un des objectifs clés de l’éducation, exige l’aide de formateurs compétents. Le développement des réseaux numériques offre de nouvelles possibilités qu’il nous appartient de saisir et auxquelles nous devons allouer des ressources financières et techniques appropriées pour développer et améliorer la formation des enseignants.
  • Il convient de privilégier l’appui à la diffusion rapide du savoir scientifique dans toutes les parties du monde, notamment dans les régions les moins développées. Le savoir scientifique est un facteur clé de l’innovation et de la recherche d’axes de développement industriel respectueux de l’environnement. La science doit être reconnue comme un bien commun, un bien public et, en tant que telle, elle devrait être partagée par tous. Les universités et les laboratoires bien établis devraient être encouragés à partager leurs découvertes et leur savoir-faire dans les plus brefs délais, notamment avec les institutions situées dans des régions moins développées.
  • Il est essentiel d’encourager la recherche et le débat sur un système juridique équilibré qui protège la propriété Intellectuelle tout en favorisant l’accès pour tous. Il convient d’articuler les échanges commerciaux et les modèles du type Creative Commons afin de stimuler la création et le partage de l’information. Il est nécessaire de concevoir de nouveaux modèles d’entreprises pour promouvoir le partage de l’information. Dans le même temps, il est essentiel d’examiner les conséquences du partage de l’information pour la protection de la vie privée.
  • La promotion des partenariats équilibrés entre le secteur privé, le secteur public, les organisations de la société civile, les individus et les autres groupes doit être une priorité. Les réseaux numériques et l’accès à l’information se développent à l’aide des applications des TIC, qu’elles soient privées ou en libre accès, dans l’ensemble de l’environnement économique, politique et social. Les entreprises, les gouvernements et les organisations de la société civile travaillent souvent de façon isolée. Il arrive aussi que leurs relations soient mises en cause. Dans tous ces contextes, il convient d’engager des efforts pour privilégier l’action participative partant de la base.
  • Stimuler les initiatives participatives, valoriser la diversité et donner aux individus et aux communautés locales une visibilité et une influence doivent être considérées comme des priorités de la plus haute importance. Même lorsque des efforts sont déployés pour promouvoir la participation locale, on n’accorde pas suffisamment d’attention aux moyens qui permettraient de s’assurer que les applications des technologies numériques sont participatives et sources d’autonomisation pour toutes les personnes concernées. C’est lorsqu’ils laissent la place à l’imprévu et à la transformation de l’environnement que l’innovation et les processus d’apprentissage ont les plus grandes chances de succès.
  • Dans toutes les mesures visant à promouvoir les sociétés du savoir, la prise en compte des intérêts des femmes, des personnes handicapées, des peuples autochtones et des populations marginalisées doit être une priorité de la plus haute importance. Toutes les mesures politiques doivent chercher des solutions pour lutter contre les inégalités et les injustices sociales, notamment par des approches respectueuses des droits de l’homme. Les réseaux offrent de nouvelles possibilités d’autonomisation aux femmes et aux autres groupes marginalisés et exclus mais ces possibilités ne peuvent devenir réalité si l’on n’accorde pas toute l’attention voulue aux pratiques discriminatoires, à la vie privée et aux questions éthiques.
  • L’UNESCO devrait jouer le rôle de leader dans tous les domaines relevant de son mandat et inciter à collaborer tous ceux qui, au sein du système des Nations Unies et en dehors, disposent des ressources nécessaires pour héberger des portails d’informations et promouvoir des mesures à l’appui des initiatives sur les données libres et l’amélioration de l’accès à l’information  ; l’Organisation devrait aussi donner des conseils sur la façon de lier et d’interpréter les données d’une manière qui soit compréhensible par ceux dont les intérêts sont souvent négligés. L’UNESCO doit accroître sa présence sur Internet, rendre l’information accessible et promouvoir les interconnexions entre les groupes qui travaillent sur des problèmes similaires, ce qui implique de s’intéresser aux normes du libre partage de l’information, aux conséquences du volume croissant des ressources de données, y compris les mégadonnées, et à l’importance grandissante de l’informatique en nuage pour l’accès aux données et à l’information.
  • Il est essentiel de favoriser, au sein des sociétés du savoir, des environnements qui appliquent des pratiques équitables en matière d’emploi et qui respectent les droits humains des bénévoles et des travailleurs rémunérés afin de diversifier et d’améliorer les moyens de subsistance. Cette ligne directrice devrait être considérée comme une haute priorité par l’UNESCO en collaboration avec d’autres organisations. Les données et informations en libre accès permettent de produire plus facilement de nouvelles connaissances qui contribuent aux objectifs du développement. Or, nombre de ces activités relèvent du mandat de l’UNESCO. L’UNESCO devrait renforcer sa coordination avec les autres agences dont le mandat concerne le respect des normes liées au travail.

En renouvelant sa vision des sociétés du savoir, l’UNESCO, ainsi que d’autres organisations intergouvernementales, les acteurs publics et privés, les citoyens et les organisations de la société civile, contribueront à définir la façon dont les ressources d’information, y compris le contenu des médias, sont produites et utilisées dans les sociétés. Il est essentiel de veiller à ce que toutes les parties prenantes soient comptables de leurs actes et de leurs stratégies. Si les déséquilibres du secteur de l’information ne sont pas rétablis, l’amélioration de la participation ne produira finalement qu’un impact relativement mineur.

Si la vision de l’UNESCO sur les sociétés du savoir reconnaît que ces sociétés ne sont ni uniformes ni systématiquement bénéfiques pour les citoyens et les consommateurs, alors, à travers son programme de travail, elle peut nous fournir un excellent éclairage sur la faisabilité de la participation à l’espace commun de l’information, ainsi que sur le développement commercial de produits innovants dans le domaine de l’information et des médias. En renouvelant sa vision des sociétés du savoir, l’UNESCO devrait préconiser une évaluation constante des possibilités et des risques ainsi que la mise en œuvre de principes, de politiques incitatives et de programmes qui dynamisent l’édification de sociétés du savoir inclusives et propices à la paix et au développement durable.

Robin Mansell et Gaëtan Tremblay, 2013, Renouveler la vision des sociétés du savoir: vers des sociétés du savoir pour la paix et le développement, Unesco, 78 p. [En ligne] URL http://unesdoc.unesco.org/images/0022/002245/224541f.pdf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.