Séquestration du carbone dans les sols de la forêt boréale canadienne

Billet dans le cadre de la série « Copenhague s’en vient : projets de recherche ». Pour participer à cette série >>

DSCF1923Jérôme Laganière, Doctorant en sciences de l’environnement, Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal, courriel : jlaganie@rncan.gc.ca

La compréhension du rôle des forêts et leur aménagement sur le cycle global du carbone est fondamentale pour accroître notre capacité à prédire et à atténuer les conséquences des changements climatiques.

Les écosystèmes forestiers boréaux représentent une proportion majeure du bilan de carbone planétaire. Le destin de tout ce carbone fixé par la végétation est d’être libéré sous forme de CO2 par les microorganismes au cours de la décomposition. Toutefois, celui-ci peut être stabilisé et séquestré à long terme par des mécanismes spécifiques à chacune des espèces d’arbres.

L’influence des espèces d’arbres sur la séquestration du carbone est très peu étudiée, mais devrait avoir plus d’attention de la part des chercheurs étant donné l’incertitude quant à l’évolution du réservoir de carbone de la forêt boréale et de son importance dans l’évolution du climat. L’objectif de mon projet de recherche est d’évaluer comment les différentes espèces d’arbres et le mélange d’espèces (forêts mixtes vs pures) affectent (1) la taille et la stabilité des réservoirs de carbone du sol, (2) le régime de température du sol et son incidence sur la sensibilité de la décomposition et (3) le bilan de carbone du sol actuel et projeté par modélisation dans divers scénarios de changements climatiques.

Mes travaux de recherche permettront l’avancement des connaissances au niveau des associations interspécifiques chez les arbres et sur la dynamique du carbone dans le sol, les différentes formes de carbone et leur stabilité, la sensibilité de la décomposition à la température et la rétroaction aux changements climatiques. Plus concrètement, elles permettront de mieux prédire les conséquences des changements climatiques sur le bilan de C de la forêt boréale canadienne en augmentant la précision des modèles du C forestier. Ainsi, de meilleures stratégies d’aménagement des forêts pourront être envisagées pour tenter de réduire les émissions de CO2 du secteur forestier.

Un autre billet de cette série : Déforestation et changement climatique : agir sur les causes

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search