Sommet de la Francophonie : La diffusion francophone de la science, un chantier à mettre en place pour soutenir une science citoyenne

Le sommet de la francophonie s’est conclu le 19 octobre par 4 résolutions dont l’une sur la place de la langue française et par des engagements sur la mobilisation des pays francophones dans les conférences environnementales internationales et la résolution d’enjeux environnementaux tels que les changements climatiques, la gouvernance de l’eau, la gestion des forêts et la biodiversité mondiale. Si ces enjeux doivent être pris au sérieux par l’ensemble des pays, quel est le rôle de la francophonie et des pays composant l’organisation dans un tel cadre?  Mobiliser les pays ne permettra nullement à la francophonie d’être efficace pour promouvoir la place de la langue française sur la scène internationale. Pour avoir été membre du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), l’instance de l’ONU sur la question, entre 2001 et 2006, il est illusoire de croire que le fait francophone fait une différence dans de telles instances dont la langue de travail est avant tout l’anglais.

Si la Francophonie a un rôle à jouer, c’est certainement celui de mobiliser et d’informer efficacement les citoyens francophones, afin qu’eux puissent y jouer un rôle effectif. Pour ce faire, la création de connaissance francophone et sa diffusion sont une avenue à suivre.

Dès le début du sommet, divers spécialistes de la Francophonie ont demandé à ce que l‘organisation recentre sa mission et accroît ses actions en faveur du français. L’éducation, l’économie, les industries culturelles, le numérique seraient les nouveaux chantiers pour lesquels on demande des outils.  La place du fait français dans le domaine scientifique, un élément crucial dans la société moderne dans laquelle nous vivons tous, n’est pas abordée directement. Pourtant, la place du français dans le domaine de la science est depuis plusieurs décennies malmenée.  La France allant même à nettement favoriser la diffusion des connaissances en anglais, en accordant une plus grande valeur aux articles scientifiques anglophones dans le dossier d’un chercheur, mettant en péril des revues scientifiques françaises, qui ont pourtant tout un historique derrière elle et dont la qualité n’est plus à faire. L’une des premières revues scientifiques parue en 1665 à Paris. Ce mouvement amorcé en France est déjà réalité au Québec où le Fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies (FQRNT) a aboli son programme de soutien aux revues scientifiques dans les domaines sous l’égide du fonds, plaçant plusieurs revues francophones québécoises en difficulté financière. À l’heure actuelle, uniquement les revues en sciences sociales et sur la culture peuvent obtenir un soutien financier.

La place de la science et de sa diffusion

Dans la société dans laquelle nous vivons, axée sur le savoir et l’innovation, la pertinence de la connaissance et sa diffusion sont plus grandes que jamais. Selon statistiques Canada, depuis 2001, la proportion de personnes (âgées de 15 ans et plus) ayant effectué des études postsecondaires non universitaires a plus que doublé depuis l’année 1971 pour atteindre 36 %. Cette proportion s’ajoute aux 15 % des personnes ayant un diplôme universitaire.  Cette question pose le lien entre les connaissances scientifiques et la société. Depuis un certain temps déjà divers scientifiques et organismes appellent à une science citoyenne qui joue un rôle dans la démocratie.  Des revues électroniques et accessibles gratuitement ont ainsi vu le jour, c’est le cas de VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement (www.vertigo.uqam.ca).  De telles initiatives décloisonnent la connaissance, en la mettant à disposition des citoyens et des groupes communautaires.

Avec la considération grandissante de la science dans la gouvernance des sociétés, ne pensons qu’à la place occupée par les avis d’experts dans les consultations publiques, il est important que l’ensemble des membres individuels ou collectif de la société ait accès à des connaissances leur permettant de poser un regard critique.  Dans la francophonie, la diffusion de la connaissance en français joue ce rôle primordial à une démocratie saine. Ainsi, pour VertigO il est important que les résumés des articles soient traduits dans le plus grand nombre de langues. Actuellement, l’ensemble des résumés se trouve en anglais et certains ont été traduits en espagnol, en portugais et en vietnamien, mais nous acceptons aussi les résumés allemands. Le rôle de la francophonie n’est certainement pas de se fermer sur sa langue, mais de soutenir la diversité linguistique afin d’éviter l’hégémonie d’une seule.

Un chantier pour la Francophonie

Dans les nouveaux chantiers, la francophonie doit considérer la production de connaissance et sa diffusion en français et elle doit se doter d’outils.  Les portails Médiaterre (www.mediaterre.org), Revues.org (www.revues.org) et Erudit (www.erudit.org) sont certainement de ceux-là, mais le soutien effectif à des initiatives de création de contenu, telle que des revues numériques doit aussi en être. A l’ère numérique et de grandes diffusions d’information sur Internet dans lequel nous vivons, le rôle coordination et de structuration d’un corpus de connaissances validées selon des champs définis que joue les revues est trop souvent oublié.  Sans elles, les portails Internet resteraient des espaces emmagasinant de l’information factuelle, mais ne permettant pas, trop souvent, de créer une pensée critique.

Ce chantier doit aussi donner le soutien nécessaire à l’émergence de revues ou de médias de diffusion de la connaissance dans les différentes régions de la Francophonie.  Récemment, Priya Sheety relevait dans un article du New Scientist que l‘Organisation mondiale de la santé s’inquiétait de l’absence de revues scientifiques locales et qu’en 2003 uniquement 10 des 23 pays africains francophones avaient des revues médicales locales.  Ces revues étaient aussi trop souvent enfermées dans un cercle vicieux où les chercheurs locaux pensent que la publication d’un article dans celles-ci a peu de valeur, préférant soumettre leurs articles à des revues internationales au risque de ne pas rejoindre les personnes concernées par la recherche, telles que les décideurs, les organismes sociaux, les praticiens, les médias locaux ou encore les membres de leur propre communauté scientifique. Ne jouant pas de ce fait leur rôle dans la prise de conscience et le développement d’actions sur des problèmes locaux. Ce cercle vicieux fait en sorte qu’elles doivent se battre pour publier des articles de qualité permettant d’aller chercher de futurs auteurs. Ainsi, le soutien ne doit pas être uniquement financier, tel que différentes initiatives ayant données des résultats mitigés, mais basés sur un programme intégré incluant aussi du support logistique tablant sur l‘expertise innovante des revues existantes.

Car elles promeuvent aussi une science citoyenne permettant l’élaboration d’une culture durable de la paix fondée sur la collaboration intellectuelle et morale de l’humanité en préconisant la culture de la démocratie au moyen de la mise en commun d’idées et de connaissance, les revues à accès libre ne doivent pas être perçues uniquement comme le véhicule physique d’articles permettant à la promotion d’une carrière scientifique. Elles favorisent dans leurs différentes activités éditoriales la liberté de pensée, d’expression et de communication et, finalement, défendent par un accès libre, l’accès à l‘éducation et à l’information pour tous.

Finalement, elles participent au développement d’une éducation de qualité, à la mobilisation du savoir au service du développement durable, à fournir des outils pour permettre aux sociétés de faire face aux nouveaux défis sociaux et éthiques et d’édifier des sociétés du savoir grâce à l’information et la communication, dans l’espace francophone.

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 avril 2012

    […] Quelques résolutions prises lors du sommet de la Francophonie de 2008 (à Québec ) : http://vertigo.hypotheses.org/41 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.