Étude de la dynamique spatiotemporelle de la limite altitudinale des arbres

Billet dans le cadre de la série « Copenhague s’en vient : projets de recherche ». Pour participer à cette série >>

Paysage de la limite des arbres au Cerro Castillo, ChiliSébastien Renard, Étudiant au doctorat en sciences forestières, Université Laval, Courriel : sebastien.renard.1@ulaval.ca

Dans les montagnes, une des caractéristiques paysagères marquantes est la limite des arbres. Elle fait la distinction entre la forêt montagnarde et les milieux alpins où les arbres ne poussent pas. Cette limite est très dépendante des facteurs environnementaux, et notamment le climat. Avec les changements climatiques, cet écosystème montre des signes précurseurs de bouleversements, qui pourraient porter atteinte à l’équilibre de ce milieu, déjà soumis à des conditions extrêmes. Or un grand nombre d’espèces dont certaines sont déjà menacées comme le caribou des montagnes ou le léopard des neiges, dépendent de ce milieu.

Il est communément accepté que la température module la position de la limite des arbres, et qu’avec le réchauffement climatique, cette limite va montre en altitude. Or des études récentes montrent que la réponse de cet écosystème n’est pas la même partout, la moitié ne montrant pas de déplacement de la limite et même dans certains cas elle peut redescendre en altitude. L’écologie de la limite des arbres est complexe et en comprendre sa dynamique est primordiale.

Notre étude consiste à étudier la dynamique spatiale et temporelle de la limite des arbres dans plusieurs régions montagneuses du globe. A l’aide d’analyses spatiales et d’études dendrologiques (étude des cernes de croissance des arbres), nous cherchons à discerner les effets globaux  (changements climatiques) des mécanismes écologiques locaux contrôlant la limite des arbres. Nous cherchons à modéliser les facteurs qui ont dessiné cet écosystème pour pouvoir mieux modéliser sa dynamique future.

Une meilleure connaissance des processus en jeu à la limite des arbres permettra de mieux conserver cet écosystème soumis à la fois à des conditions extrêmes qui pourraient empirer sous l’effet du changement climatique.

Un autre billet de cette série : Déforestation et changement climatique : agir sur les causes et Séquestration du carbone dans les sols de la forêt boréale canadienne

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search